14/02/2016

Détention de Marcel Vervloesem : piège Zandvoort

Carl Zero Werkgroep Morkhoven.jpg

https://youtu.be/FCth_k9BWGo

18/05/2012

Réseau Zandvoort: Marcel Vervloesem a été libéré !

Marcel_nieuwsblad_001.jpg

Bruxelles, 18 mai 2012


Cher(e)s ami(e)s,

Sujet: Marcel est tout à fait libre

Mercredi, le 16 mai 2012, après 5 mois de la détention 'préventive', Marcel a été libéré et il a pû retourner enfin chez lui. On l'a ramené à la maison avec une petite camionette.

Comme d'habitude, la nouvelle était aussi diffusée par l'agence de presse Belga (de l'Etat belge) et elle a été copiée par les journaux, sans le moindre commentaire sous le titre 'Marcel Vervloesem en liberté conditionelle'. Mais ces conditions sont les mêmes conditions qu'il avait avant, avec une seule différence: la police de Turnhout doit contrôler qu'il n'a pas de contact avec notre association, ni avec l'acteur flamand Jo Reymen, ni avec la Fondation des pricesses de Croÿ et Lancelotti, ce qui est complètement ridicule.  
Marcel a aussi l'interdiction d'avoir des contacts avec des associations qui luttent contre l'abus d'enfants.

La décision de libérer Marcel venait après la réunion du tribunal de Turnhout où l'avocat de Marcel a plaidé pendant une demi-heure et où Marcel, pour la première fois depuis son arrestation, a pû parler lui-même.

Les juges prétendaient qu'ils ne savaient rien de l'arrêt de la cour pour l'Application des Peines d'Anvers, en février déjà, déclarant Marcel innocent sur base des résultats de l'enquête judiciaire.

La Ministre de la Justice belge, Anne-Marie Turtelboom (Open VLD, les libéraux flamands) a été pendant 5 mois au courant du dossier de Marcel et de tout ce qui s'est passé dans la prison de Turnhout où il y a tellement de prisonniers (210 au lieu des 120 pour lesquels elle est équipée), qu'une partie des détenus est obligée de dormir sur des matelas à même le sol.
Son ministère n'a répondu qu'une seule fois à nos lettres. C'était après notre plainte concernant le vol de nos brochures et de notre matériel devant le ministère de la Justice à Bruxelles, où se situe son bureau.

Turtelboom ne réagit pas à notre plainte que les lettres de Marcel (même celles de sa fille et de sa petite-fille)  étaient retenues pendant plusieurs  mois  tandis que cela était en violation de la loi et des droits des prisonniersEt comme nous le savons, le ministre et ses services permettaient même que Marcel fût enfermé avec un malade mental dans la même cellule pendant une semaine, ce qui a été la  raison du fait que Marcel a eu des infections et des problèmes cardiaques pour lesquels il a dû partir au service des urgences de l'hôpital St. Elizabeth à Turnhout. Là, pendant 5 jours, Marcel a été enchaîné à son lit d'hôpital. 
Cela prouve encore une fois que Turtelboom voit les gens qui sont enfermés sans la moindre raison justificative en détention préventive comme des criminels.

Et puis il y a eu toute l'histoire au sujet du rapport psychiatrique de V., l'homme qui accusait Marcel, et que les juges de la Chambre du Conseil (chambre correctionelle) de Turnhout ont utilisé comme un prétexte pour garder Marcel pendant 5 mois en prison. Ces juges sont les mêmes qui ont poursuivi Marcel pendant 11 ans dans l'affaire de Zandvoort.  
Le but de ce rapport était aussi de donner à V. le statut de 'victime crédible' et de pouvoir accuser Marcel de nouveau. Le ministre Turtelboom était informée sans cesse pendant des mois dans cette affaire, mais elle ne répondait jamais.

Le ministre a nommé le procureur Jan Poels comme son chef de  cabinet...

Il y a quelques mois,  notre association a envoyé des documents importants de l'affaire Zandvoort à Turtelboom. Le contenu de ces documents était directement lié aux abus et viols des enfants dans les crèches d'Amsterdam.Mais Turtelboom ne répondait pas à la demande de notre association d'envoyer ces informations à son collègue hollandais.

Il y a quelques jours, je me suis plaint auprès du parquet fédéral à Bruxelles au sujet des nombreuses irrégularités dans la poursuite pénale de Marcel à Turnhout.
Le procureur fédéral a répondu d'abord avec la brève déclaration 'qu'il n'y avait aucune indication que l'émail était vraiment envoyé par moi''.
Puis j'ai envoyé au parquet fédéral de plus amples renseignements au sujet de la falsification du rapport psychiatrique dans lequel V. était dépeint comme un «bon garçon» tandis que le psychologue savait que V. a un casier judiciaire au tribunal de la Jeunesse de Turnhout.
Le procureur fédéral me répondit alors que ma lettre avait été transmise au procureur d'Anvers où je pouvais transférer toutes mes informations dans cette affaire.

MERCI À VOUS TOUS POUR VOTRE SOUTIEN !

Jan Boeykens, président de l'association Werkgroep Morkhoven

-----

PS. Vous pouvez publier ma lettre.
Traduction: Eheu

01/05/2012

Abus des enfants: Appel aux gouvernements

Children.Réseau.Parentale.jpgAPPEL AUX GOUVERMENTS NÉERLANDAIS ET BELGE

Bruxelles, 25.4.2012 - Marcel Vervloesem, l'homme qui a révélé l'affaire pédopornographique de Zandvoort et qui est gravement malade (souffrant d'un cancer, étant cardiaque, malade des reins et diabétique), se trouve maintenant déjà depuis des mois en détention préventive à la prison de Turnhout qui est tellement surpeuplée que les détenus y doivent dormir sur des matelas posé au ras du sol.

La ministre de la Justice Mme Turtelboom (du parti libéral flamand) a été mise au courant du fait que les juges qui se sont efforcés pendant des années pour étouffer l'affaire pédopornographique de Zandvoort, sont les mêmes qui maintenant dans le procès contre Vervloesem, ont fait disparaître une pièce à décharge du dossier pénal de celui-ci. Il s'agit du téléphone portable de l'accusateur de M. Vervloesem, Dimitri V., dans lequel se trouvaient les preuves que ce dernier avant menti dans ses déclarations vis-à-vis du journal Het Nieuwsblad (qui ne vérifie jamais ses informations) et de la police. Ce télépone portable lui a été tout simplement rendu de sorte qu'il a pu détruire ces preuves.

Après la chasse aux sorciers contre le parlemetaire fédéral Laurent Louis, qui se demande avec raison pourquoi on n'a apparamment pas le droit de poser des questions sur le rapport d'autopsie concernant Julie et Mélisa, assassinées dans l'affaire Dutroux, c'est maintenant la Justice néerlandaise qui entre à son tour en action.

Aujourd'hui c'est le journaliste néerlandais Micha Kat du site Klokkenluideronline.nl, qui proteste contre l'étouffement par la Justice néerlandaise de l'affaire pédocriminelle autour du sécretaire-général de la Justice néerlandaise, qui a été arbitrairement arrêté et écroué. On aurait même l'intention de l'interner en psychiatrie, une mesure qui a été préparée pendant des mois par une campagne médiatique dans laquelle on traitait le journaliste de 'fou'.

Le site néerlandais Klokkenluideronline.nl soutient les actions du Werkgroep Morkhoven pour la mise en liberté de Marcel Vervloesem et pour une enquête sur l'étouffement de l'affaire pédopornographique de Zandvoort.

La Justice belge et la direction de la prison de Turnhout ont soulagé la colère que leur causait ce soutien de la part des Hollandais du site Klokkenluideronline.nl, en enfermant M. Vervloesem dans une cellule qu'il devait partager avec un malade mental, après avoir menacé de l'enfermer dans la cellule d'isolement et de le transférer vers une autre prison. Le courrier de M. Vervloesem est déjà intercepté depuis des semaines, et les plaintes transmises à ce sujet à la ministre de la Justice n'ont eu aucun effet.

Il y a quelque semaines, le Werkgroep Morkhoven a envoyé à la ministre un certain nombre de documents contenant des informations sur l'affaire des abus dans les crèches à Amsterdam, lui demandant expressément de transmettre ces informations à la Justice Hollandaise.

La Werkgroep Morkhoven n'a jamais reçu de réponse à cette demande de la part de la ministre, et a depuis constaté que l'accusé Robert M., qui était désigné comme le seul coupable dans cette affaire de moeurs Hollandaise, a été entre-temps condamné (le 6.4.2012) sur base de ce qui est donc un dossier incomplet.

Nous lancons un appel aux gouvernements belge et néerlandais pour qu'il prennent la lutte contre les abus d'enfants au sérieux, en ne pas limitant les enquêtes judiciaires à des soi-disant 'perverts isolés' comme Marc Dutroux et Robert M. que la presse à sensation se délecte de présenter systématiquement comme des 'monstres'.

Jan Boeykens, président du Werkgroep Morkhoven

--------

Écrivez et protestez:

- Ivo Opstelten, Ministre de la Sûreté et de la Justice, Postbus 20300, 2500 EH Den Haag (Pays-Bas)

- Annemie Turtelboom, Ministre de la Justice, 115 Avenue Waterloo. 1000 Bruxelles (Belgique)
Téléphone *32 2 542 80 11- Fax 02 542 80 00 info@just.fgov.be

- Comité européèn contre la torture el les traitements inhumains et dégradants (CPT) , Conseil de l'Europe
F-67075 Strasbourg Cedex France
Tél.: France: 03 88 41 39 39. De l'étranger: +33 3 88 41 39 39
Courriel: cptdoc@coe.int
Site Web: www.cpt.coe.int

 
Traduction: Eheu

29/04/2012

Marcel Vervloesem à nouveau hospitalisé

zandvoortfotos.jpg

Bruxelles, 28.4.2012 - Marcel Vervloesem, incarcéré et privé de soin de santé en dépit de son état cardiaque, a été hospitalisé cette nuit sans en aviser sa famille. Sa libération lui a été refusée hier, par une omission volontaire de joindre à son dossier le rapport psychiatrique de son calomniateur. Le règlement des prisons ne permet d’ouvrir la porte d’une cellule la nuit qu’en cas de danger de mort, en présence du directeur de la prison qu’il faut réveiller pour ce faire, et d’une équipe de six gardes...

------

Pendant 4 mois déjà Marcel Vervloesem, l'homme qui a été poursuivi durant 14 années à cause de ses révélations dans l'affaire pédocriminelle de Zandvoort, est enfermé à la prison de Turnhout où il y tant de prisonniers qu'ils sont tenus de dormir sur des matelats au sol.

Voici une liste avec des hospitalisations et des interventions chirurgicales que Marcel Vervloesem a subie:

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois
2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals

3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers
4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –
5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers
6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X
7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X
8. Des problèmes cardiaques opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X
9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X
10) Reins – Hôpital St H. Hart à Lier – 1X
11) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges – 1X
12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X
13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X
14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X
15) Placement chirurgical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X
16) Soins intensifs cardiaques – St Elisabeth Turnhout – 1X
17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X
18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X
19) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges
20) En date du 14 mai 2009 il devait du à des problèmes cardiaque consécutif entre autre au manque de médication et un traitement insuffisant être admit en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges mais la direction de la prison avec son avis négatif a réussi 1 jour avant l’admission sur base du rapport du PSD éviter cette admission

--

Photo des victimes dans l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort qui a été révélé par Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven

21/04/2012

Exploitation sexuelle d'enfants: Sauvons Marcel Vervloesem !

justice2.jpgSauvons Marcel Vervloesem

Marcel Vervloesem, né à Lierre le 7 octobre 1952, fondateur de l'association sans but lucratif Werkgroep Morkhoven1, est l'activiste belge qui a exposé les réseaux pédocriminels Ganumedes, Temse/Madeira et Zandvoort, ainsi que la structure de l'exploitation sexuelle d'enfants en Europe. Il est le premier prisonnier politique belge connu, qui est l’objet d’un jugement lui interdisant tout contact avec la presse et les organismes des droits de l’homme actifs dans la lutte contre la pornographie d’enfants

L’affaire de pédophilie appelée "CD de ZANDVOORT" dénoncée par Marcel Vervloesem a été bâclée et tout a été fait pour protéger les pédophiles à partir du moment ou des notables et même des proches de la famille royale belge ont été inquiétés.

Mais ce n’est pas tout, Marcel Verveloesem est maintenant en train de pourrir en prison, il a été accusé de pédophilie lorsqu’il commençait à trop déranger et il sera même accusé de violer la vie privée pour avoir diffusé des photos censurées des tortures des enfants devant l’absence de réaction de la justice qui ne se souciait pas du tout de sauver la vie de ces enfants.

Les médias se contenteront de répéter la version officielle des institutions et chargeront Marcel, se faisant ainsi les complices de ces crimes. Les possibles ramifications avec d’autres grandes affaires de pédophilie comme Marc Dutroux ou Marion ne seront jamais explorées, de même que d’autres victimes seront persécutées et mises en prison après avoir voulu protéger les enfants.

http://www.petitionduweb.com/Petition_sauvons_marcel-1091...

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/sauvon-marcel-vervloesem-111552

-------------------------------------------------------------

1) Ecrivez: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 134, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique)

2) Protestez auprès de la Ministre de la Justice, Annemie Turtelboom Boulevard de Waterloo 115, 1000 Bruxelles (Belgique) - Telefoon 02 542 80 11 - Fax +32 2 542 80 00 info@just.fgov.be  Site web www.annemieturtelboom.beLien externe

3) Protestez auprès du Comité Européen Contre Les Tortures
Conseil de l'Europe
Secrétariat du CPT 
F-67075 Strasbourg Cedex 
France
Tél.: France: 03 88 41 39 39, Int.: +33 3 88 41 39 39
Fax: France: 03 88 41 27 72, Int.: +33 3 88 41 27 72 
Courriel: cptdoc@coe.int
Internet: www.cpt.coe.int

La correspondance de Marcel Vervloesem (de sa fille, de sa petite fille, de ses amis hollandais,) est partiellement bloqués. C'est une violation du loi pénal.   Le ministre de la Justice belge A. Turtelboom (du Parti libéral) était bien informé mais ne répond pas. 

 

14/04/2012

L'étouffement de l'affaire Zandvoort et la liquidation de Marcel Vervloesem

dyn009_original_443_600_jpeg_2640303_6e58f0e1022f48513ce6089fae41209a.jpgBruxelles, 13.4.2012 - Marcel Vervloesem, l'homme qui a révélé l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (liée à l'affaire des abus sexuels d'enfants dans les crêches d'Amsterdam), est déjà depuis 2 mois enfermé à la prison de Turnhout.

A cause de son emprisonnement 'en préventive' par les mêmes juges du tribunal de Turnhout qui l'ont poursuivi pendant 11 ans pour pouvoir étouffer l'affaire Zandvoort, et à cause des harcèlements horribles qu'il subit à la prison de Turnhout (même les lettres envoyées par sa fille et sa petite-fille sont bloquées), il a à nouveau des poblèmes cardiaques et diabétiques.
Il a, comme cela s'était aussi produit il y a quelques années dans la même prison, à nouveau de l'eau dans les jambes.  
Son état de santé devient à nouveau critique.  
C'était il y a quelques années, dans cette même prison, qu'il était tombé dans le coma.  Cela avait causé la panique à ce moment parce qu'on était déjà depuis longtemps au courant de ses problèmes de santé et on avait même arrêté de lui donner ses injections d'insuline. 
Il a fallu une ambulance équipée d'appareils de réanimation pour lui sauver la vie.  Si il n'avait pas survécu, la direction de la prison, le ministre de la justice et Mr. Hans Meurisse du Directoriat-général des prisons belges, qui étaient tous depuis longtemps au courant, auraient pû être accusés de meurtre.

La situation de Marcel prouve qu'on continue  d'étouffer l'affaire Zandvoort par tous les moyens possibles et qu'il n'y a rien de changé depuis la dernière condamnation en date de la Belgique par le Comité Européen Contre les Tortures et des Traitements Inhumains.

Hier, j'ai mis le ministre de la justice belge, A. Turtelboom (Open VLD, Parti libéral flamand), à nouveau  au courant de cette situation très dangereuse et inhumaine.  J'ai envoyé au ministre à nouveau la liste avec toutes les hospitalisations ennumérées dans le dossier médical de Marcel, ce que nous avions déjà fait en 2010 au moment qu'il était enfermé à la même prison.
Mais le ministre qui est déjà depuis longtemps au courant, ne répond pas.  
Elle semble n'avoir aucun problème avec le traitement inhumain, l'état critique et enfin la liquidation de Marcel.
La Ministre Turtelboom prêche 'l'impartialilté de la Justice' et 'la lutte contre la surpopulation des prisons'.
Son chef de cabinet est le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout (c.a.d du même tribunal qui juge du cas de Marcel...)
A la prison de Turnhout il n'y a de place que pour 120 détenus tandis qu'elle abrite 210 détenus dont une grande partie doit dormir sur des matelats posés au ras du sol.

Nous lançons un appel à tous les Français pour aller protester auprès du Comité Européen Contre les Tortures et auprès du Président de la Cour européenne.

Depuis 4 ans Marcel a une procédure urgente en cours à la Cour des Droits de l'Homme à Strasbourg. 
Si on continue à ne rien faire, nous allons pouvoir inviter le Président de la Cour à l'enterrement de Marcel.

-------

1) Ecrivez: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique)

2) Protestez auprès de la Ministre de la Justice, Annemie Turtelboom Boulevard de Waterloo 115, 1000 Bruxelles (Belgique) - Telefoon 02 542 80 11 - Fax 02 542 80 00 info@just.fgov.be  Site web www.annemieturtelboom.beLien externe

3) Protestez auprès du Comité Européen Contre Les Tortures
Conseil de l'Europe
Secrétariat du CPT 
F-67075 Strasbourg Cedex 
France
Tél.: France: 03 88 41 39 39, Int.: +33 3 88 41 39 39
Fax: France: 03 88 41 27 72, Int.: +33 3 88 41 27 72 
Courriel: cptdoc@coe.int
Internet: www.cpt.coe.int

Image: la recherche de Manuel Schadwald qui a été disparu

12/04/2012

L'affaire pédocriminelle d'Amsterdam: Est-ce que la ministre de la justice belge a caché d'information ?

Robert M..jpgIl y a quelques semaines déjà que le Werkgroep Morkhoven envoyait des documents de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort qui révèlent le réseau pédocriminelle autour les crèches d'Amsterdam.

Elle demandait au ministre de la justice belge, A. Turtelboom (Open VLD, Parti des Libérales flamandes), de les transmettre à la justice hollandaise.  Mais le ministre n'a jamais répondu sur le demande du Werkgroep Morkhoven...

Entretemps l'activist du Werkgroep Morkhoven, Marcel Vervloesem, qui a révélé l'affaire Zandvoort, meurt lentement à la prison de Turnhout. 

Le ministre a été contacté pour que la vie de Marcel Vervloesem pourrait sauver mais elle ne répond pas.

Ce sont les juges Vander Flaas et Jacobs du tribunal de Turnhout qui ont étouffé l'affaire Zandvoort par poursuivre Marcel Vervloesem pendant 11 ans et qui gardent Marcel Vervloesem 'en prévention' depuis 2 mois à la prison et le Werkgroep craint qu'ils veulent meurtrier Marcel Vervloesem.

Par hasard le chef du cabinet de ministre Turtelboom qui prêche 'une magistrature impartiale', est le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout...

---------

Une peine de vingt ans de prison a été requise jeudi par le parquet à l'encontre d'un ancien employé de crèche d'Amsterdam, accusé d'avoir commis des agressions sexuelles sur 67 enfants.

«Le parquet a requis contre Robert M. une peine de vingt ans de prison assortie d'une obligation de soins», a déclaré Yvonne van der Leede, une porte-parole du parquet d'Amsterdam, selon laquelle il s'agit de «la peine la plus élevée pouvant être requise pour ce genre de crimes».

«Les abus sexuels d'enfants ne sont pas uniques, mais la gravité, la manière et l'échelle à laquelle l'accusé l'a fait le sont», a ajouté la porte-parole: «de plus, Robert M. n'a pas montré de vrais remords, que ce soit lors des audiences ou lors des interrogatoires».

L'accusé plaide coupable

Le procès de Robert M., un Néerlandais d'origine lettone âgé de 28 ans, qui avait été arrêté le 7 décembre 2011, s'était ouvert le 12 mars à Amsterdam. Ayant reconnu les faits, l'accusé plaide coupable.

Il avait été employé dans des crèches d'Amsterdam entre 2007 et 2010 où étaient gardés des enfants âgés de quatre ans et moins. Il travaillait aussi comme baby-sitter depuis 2009, entrant en contact avec des parents via internet et gagnant leur confiance pour qu'ils lui confient leurs enfants.

Son conjoint, un Néerlandais de 39 ans, comparaît à ses côtés, accusé de possession de documents de pornographie infantile. Le parquet a requis une peine de douze ans de prison à son encontre.

Quatorze jours d'audience étaient prévus lors du procès, en grande partie à huis clos, d'ici au 20 avril. Les plaidoiries de la défense commenceront mercredi. La date du jugement, qui sera mis en délibéré, n'a pas encore été déterminée.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1197...

11/04/2012

L'affaire Zandvoort: l'Activist Marcel Vervloesem torturé à mort

dyn009_original_443_600_jpeg_2640303_6e58f0e1022f48513ce6089fae41209a.jpgLa situation de Marcel Vervloesem est dramatique
 
Le Open VLD (parti des libérales flamands) veut à tout prix étouffer l'affaire de la pornographie des enfants de Zandvoort et l'affaire des enfants abusés et violés dans le crêches Amsterdam (connue sous le nom 'Robert M.' et 'le monstre de Riga')
 
Après nos lettres répétées au ministre de la Justice Annemie Turtelboom et tous les prominents du Open-VLD-, dont l'ancien Premier ministre Guy Verhofstadt qui nous écrivait il y a quelques années q'il était 'choqué' par les abus des enfants, nous avons reçu hier les nouvelles suivantes:
 
Dans la prison de Turnhout, où il n'y a de place que pour 120 personnes et où 210 prisonniers sont enfermés dont une grande partie dort sur des matelas au sol, Marcel a eté oblige de sortir sa cellule, soi-disant parce qu'on voulait peindre la cellule.  La décision vient après des nombreux menaces et d'harcèlements.
Ensuite, il a été enfermé avec un musulman qui ne parle qu'un français incompréhensible (Marcel est flamand et sait parler un peu de français), dans une cellule. 
La cellule est remplie pendant jour et nuit avec de la fumée parce que son compagnon de cellule fume sans arrêt et ne veut pas pas mettre ouverte la fenêtre.
En raison du manque d'espace, les vêtements de Marcel se trouvent sur le sol et il est obligé d'écrire sur son lit.
Au moment que Marcel voulait cuire un petit morceau de porc, son compagnon de cellule l'a interdit.
Le mouvement dans la cellule est difficile parce que son compagnon de cellule a mit un tapis au sol sur lequel il prie. 
Entretemps, les lettres de la fille de Marcel, de sa petite-fille aînée, et ses amis hollandais qui le soutiennent, sont, en dépit des protestations plusieurs chez le ministre Turtelboom, maintenant 10 jours de retard.
Après de le vouloir obligé d'envoyer ses lettres dans des enveloppes ouvertes, ce qu'il n'acceptait pas, on a dit à Marcel que 'toutes ses lettres seront jeté à la poubelle'.  
Je pense qu'on a mis Marcel dans une autre cellule pour l'isoler et de le prévenir à nouveau d'avoir contact avec les autres détenus. C'est possible, comme on l'a déjà fait au passé, qu'on veut aussi bloquer de telle manière toutes ses lettres.
Marcel a payé 20 euros pour la télévision, mais il ne peut pas voir de la télévision parce que son compagnon de cellule voit la télévision comme un de ses biens. 
Le 13 Mars, une amie de Marcel déposait de l'argent sur le compte de Marcel.  Le 28 Mars, l'argent a été remit sur sa compte. 
Le directeur du prison l'a dit que 'ses amis hollandais de Klokkenluider online lui peuvent envoyer un petit tapis afin qu'il puisse s'asseoir'. 
 
Comme vous savez, Marcel qui est, à cause d'une simple accusation, est enfermé pendant déjà deux mois 'en prévention' dans la prison de Turnhout, est gravement malade. 
Il a un cancer dormant.  Il est gravement malade au cœur et il a été opéré à plusieurs reprises.  Il a une maladie rénale et il est très gravement diabète.  Sa santé (ou qui se reste de sa santé) se détériore chaque jour en prison.  Et le ministre de la justice A. Turtelboom qui prétend de 'lutter contre la surpopulation aux prisons', et les juges qui veulent qu'il se tait de l'affaire Zandvoort et de son emprisonnement scandaleux, le savent très bien.  C'est donc une meurtre.
 
Les juges Vander Flaas et Jacobs du tribunal de Turnhout qui gardent Marcel actuellement au prison, sont le mêmes juges qui ont poursuivi Marcel pendant 11 ans pour étouffer l'affaire Zandvoort.  Comme le Conseil Supérieure de la Justice reconnaissait quelques jours avant sa condamnation, tous les éléments et témoignages à décharge ont été disparus du dossier pénale de Marcel au cours du procès où Marcel était constamment nommé 'un pédophile'.
Vander Flaas et Jacobs qui nient les résultats de l'enquête judiciaire qui prouve que Marcel est innocent et qui nient au même temps le jugement de la Cour de l'Application de la Peine d'Anvers qui plaidait pour la libération de Marcel, attendent soi-disant les résultats de l'examen psychiatrique du Dimitri V., l'homme qui accusait Marcel.  Par continuer à retarder l'examen, ils gardent Marcel 'en prévention' à la prison en espérant qu'ils  meurt.
Il est à noter que ces juges utilisent les mêmes pratiques criminelles qu'ils ont utilisé pendant leur procès contre Marcel.
Et comme est actuellement le cas avec ministre Turteboom qui prêche'une magistrature sans le moindre soupçon de partialité' tandis qu'elle nommait le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout comme son chef de cabinet, le ministre de la justice précédent Stefaan De Clerk (CD&V, parti des démocrates flamands) fermait les yeux pour ces pratiques criminelles.
Les juges de Turnhout.
Un bref résumé des pratiques dont Marcel est la victime: des sanctions arbitraires; ses lettres qui sont bloquées; des menaces et des harcèlements; ses médicaments et le régime diabétique qui a été suspendu pendant 10 jours; l'interdiction de parler à la presse ou des députés; les éléments à décharge qui disparaissent du dossier;  le déni systématique des preuves et témoignages à décharge; le déni systématique des résultats de l'enquête judiciaire; le déni systématique des arguments de l'avocat; le dénie du loi pour les droits de prisonniers; la violation continuelle de la Convention européenne des droits de l'homme; la torture; l'interdiction de contacter des associations qui luttent contre les abus des enfants; l'isolation; l'impossibilité de parler les autres détenus; l'utilisant de sa mauvaise santé pour la prise d'otage de sa famille, de ses ami(e)s et des hommes qui le soutiennent.
 
Ca reste en toute impunité parce que le ministre de la justice qui, malgré bien informé, ferme les yeux et participe sur cette manière aux crimes.
Il n'y a aucun organisme de contrôle. Même la loi pour les droits des prisonniers n'est pas appliquée. 
Il y a un soi-disant directoriaat-général des prisons belges sous la direction d'un certain Hans Meurisse, mais cette administration gouvernementale ne semble pas intéressé dans les droits des prisonniers. Le résultat de tout ça, est qu'il y a un climat de terreur dans les prisons et que les sanctions arbitraires et l'abus de pouvoir est devenu la règle aux prisons. 
En Belgique, il ya plus de 10.000 personnes enfermées, et ce nombre s'augmente encore.

Jan Boeykens, président du Werkgroep Morkhoven
 
-----------

Nous faisons un appel à écrire Marcel: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique)

Nous sommes prêts de publier votre lettre.  Si votre lettre est renvoyé par la prison de Turnhout, vous pouvez nous contacter: Jan Boeykens, Rue de Faider 10, 1060 Saint-Gilles (Bruxelles), Belgique
 
 
Nous trouvons que si on garde un homme gravement malade en prison tandis que l'enquête judiciaire a prouvé qu'il est innocent, est un vrai torture.
C'est inacceptable que les juges qui ont etouffé l'affaire pédocriminelle de Zandvoort, ont la permission du ministre de la justice belge qui prêche 'une magistrature sans le moindre soupçon de partialité', de torturer et de garder Marcel jusqu'à sa mort à la prison.
Il y a quelques années que la Belgique a été condamné par le Comité européen pour la Prévention de la Torture pour les tortures aux prisons. l'Etat belge a promis d'organiser un Congrès européen sur ce sujet, mais les tortures et les pratiques criminelles ne sont pas disparues.
Nous vous demandons de protester chez le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) du Conseil de l'Europe et de nous envoyer une copie de votre lettre.
 
Secrétariat du CPT
 
Conseil de l'Europe 
F-67075 Strasbourg Cedex 
France
 
Tél.: France: 03 88 41 39 39, Int.: +33 3 88 41 39 39
Fax: France: 03 88 41 27 72, Int.: +33 3 88 41 27 72 
Courriel: cptdoc@coe.int
Internet: www.cpt.coe.int
 


Photo: l'enquête de Marcel à la disparition de Manuel Schadwald. Il travaillait ensemble avec le journaliste du RTBF, Gina Bernaer-Pardaens, qui a été meurtrié.

LA SUPREMATIE DU DRAGON…

dragon-rouge-chine.jpg

http://www.dailymotion.com/nonprevu#video=xq1dyt

05/04/2012

Abus des enfants: Ministre Turtelboom reste se taire dans l'affaire Zandvoort

zandvoortfotos.jpgL' affaire Zandvoort reste étouffée par le ministre de la justice belge, Annemie Turtelboom (Open VLD, parti libéral flamand, aussi nommé 'Parti des citoyens').  

Le Werkgroep Morkhoven demandait au ministre de libérer Marcel Vervloesem qui est, de façon fraduleuse, enfermé par les juges qui l'ont poursuivi durant 11 ans pour étouffer l'affaire Zandvoort.  Mais le ministre ne répond pas. Le ministre et son chef de cabinet, le procureur Jan Poels de Turnhout, semblent d'être d'accord avec la prise d'otage de Marcel Vervloesem à la prison de Turnhout. 

Le Werkgroep demandait au ministre aussi de transférer les documents de l'affaire Zandvoort où on trouve des informations très importantes sur les abus sexuels dans les crèches d'Amsterdam, à son collègue, le ministre de la justice néerlandais.  Le procès à Amsterdam autour le soi-disant affaire 'Robert M.' a justement commencé.  Mais Turtelboom ne réagit pas.  

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

Abus des enfants: Volé avant le ministère de la justice à Bruxelles

zandvoortphotos.jpgIl y a quelques semaines maintenant que, pendant un action avant la ministère de la justice à Bruxelles (où se trouve le cabinet du ministre de la justice Annemie Turtelboom), toutes nos affaires (adresses, notes, lettres, GSM, camera, pamphlets, donnés d'internet,), étaient volés.

Nous avons porté plainte chez la police.

Les images des voleurs sont enregistrés par 7 cameras de sécurité parce que le fils de la concierge du bâtiment prétendait que 'les voleurs sont passés avant le bâtiment et l'ont suivi jusqu'à la porte de l'entrée pour les membres du personnel et les visiteurs'.

Après que monsieur Vercauteren du service de la sécurité prétendait que les visages des voleurs 'n'étaient pas reconnaisables', il disait qu'on n'avait fait 'aucune image parce que les caméras du bâtiment ne fonctionnaient pas'.  Alors il ajoutait que les 20 caméras du bâtiment sont 'depuis longtemps hors d'usage'.  Enfin il par déclarait que 'même si on aurait fait des images, les images ne pouvaient pas vu pour des raisons de privacy'.   Alors nous supposons que le ministère est lui-même responsable pour le vol. 

Il y a quelques années que nous sommes volés chez un action avant la prison de Bruges où Marcel Vervloesem, l'homme qui a révélé l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort, était enfermé et maltraité. La direction de la prison niait le vol mais au moment que nous disions que nous avions noté la plaque d'immatriculation du voiture des membres du personnel qui avaient emmené notre sac avec les pamphlets et un camera, et que l'équipe du producteur français Carl Zéro avait filmé le vol, la direction de la prison décidait de nous redonner les objets volés.

Jan Boeykens, président du Werkgroep Morkhoven

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

Copie: rtl.be, comitep.be, carla.dejonghe.vldbrussel.be, marc.mahieu, herman.decroo, justice immanente.fr, childpornography.fedpol.be, Innocence en danger Paris, 

Abus des enfants: 10 millions de fichiers à caractère pédopornographique...

zandvoortfotos.jpgL'infirmier soupçonné d'avoir abusé d'enfants avait déjà été arrêté au Brésil en 2006

Un infirmier aurait abusé de dizaines d'enfants dans les années 80 et 90, en Belgique, au Brésil et en Pologne. Les enquêteurs ont retrouvé sur son ordinateur 10 millions de fichiers à caractère pédopornographique. L'homme est derrière les barreaux depuis le 31 janvier. Il risque jusqu'à 10 ans de prison.

4 Avril 2012 

Un infirmier psychiatrique de Asse a probablement abusé ces dernières années de dizaines de jeunes garçons, au Brésil, en Pologne et en Belgique. "Il aurait abusé d'environ 23 jeunes garçons âgés entre 8 et 16 ans. Il trouvait ses victimes principalement lors de voyages au Brésil et en Pologne. Il s'agissait pour la plupart d'enfants des rues à qui il offrait un peu d'argent. Il est possible aussi que des enfants belges aient été abusés mais il n'y a pas encore de confirmation à ce stade de l'enquête", a indiqué notre journaliste Jessica Nibelle en direct du journal de 13h.

5 jours de prison au Brésil en 2006

L'homme a été arrêté en 2006 au Brésil où il n'a purgé qu'une peine de 5 jours de prison avant d'être relâché sous conditions. Mais il s'est enfui et est revenu en Belgique où il a continué à exercer son métier d'infirmier dans une institution psychiatrique pour adultes à Grimbergen (centre psychiatrique Sint-Alexius des "Broeders van Liefde"). Mais comment se fait-il qu'il y ait eu tant de temps avant qu'il ne soit inquiété par la Justice ? "Le Brésil a tardé avant d'informer les autorités belges. Ce pays a demandé l'extradition de l'infirmier seulement trois ans après sa fuite. L'homme a été entendu par les enquêteurs belges pour la première fois il y a un an à peine. Des perquisitions ont été menées à son domicile mais elles n'ont rien donné. Les enquêteurs ont finalement perquisitionné chez ses parents où ils ont trouvé des disques durs contenant des millions de fichiers à caractère pédopornographique", a ajouté Jessica Nibelle.

Maximum 10 ans de prison

Il a donc été arrêté pour détention et production de pornographie infantile et pour abus sur mineurs d'âge. L'homme est derrière les barreaux depuis le 31 janvier. Il est arrêté pour détention et production de pornographie infantile et pour abus sur mineurs d'âge. Selon De Morgen, il risque au maximum 10 ans de prison.

"Surpris et choqués"

Le centre psychiatrique Sint-Alexius des "Broeders van Liefde" de Grimbergen (photo) s'est porté partie civile contre cet infirmier qui se trouve depuis fin janvier en cellule. Le centre Saint-Alexius a été informé, fin janvier, de l'existence d'une enquête contre l'individu pour des faits de mœurs. "Cette nouvelle nous a totalement surpris et choqués", explique-t-on au sein de l'institution.

Le pouvoir organisateur, qui a indiqué mercredi avoir offert son entière collaboration à l'enquête, a suspendu l'infirmier en attendant. Le centre Sint-Alexius, qui s'est porté partie civile, n'a pas encore reçu de communication sur le dossier.

http://www.rtl.be/info/belgique/faitsdivers/868547/l-infi...

Photo: quelques victimes dans l'affaire Zandvoort qui est étouffée par le ministre de la justice belge, Annemie Turtelboom (Open VLD, parti libéral flamand, aussi nommé 'Parti des citoyens').  Le Werkgroep Morkhoven demandait au ministre de libérer Marcel Vervloesem qui est, de façon fraduleuse, enfermé par les juges qui l'ont poursuivi durant 11 ans pour étouffer l'affaire Zandvoort.  Mais le ministre ne répond pas.  Le Werkgroep demandait au ministre aussi de transférer les documents de l'affaire Zandvoort où on trouve des informations très importantes sur les abus sexuels dans les crèches d'Amsterdam dont le procès a justement commencé (l'affaire 'Robert M.'), à son collègue, le ministre de la justice néerlandais.  Mais Turtelboom ne réagit pas.

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)


25/03/2012

L'affaire Zandvoort: Marcel Vervloesem est isolé et torturé en prison

zandvoort.Amsterdam.2010.2.gifLe soi-disant 'monstre de Riga' qui a violé et abusé des enfants aux crêches d'Amsterdam n'a pas agit seul.  Le Werkgroep Morkhoven a des documents qui preuvent qu'il y a quelques années que la justice était au courant des abus sexuels aux crêches d'Amsterdam.  

Le groupe d'action demandait à ministre de la justice Annemie Turtelboom, de laisser ajouter ces documents au dossier du tribunal d'Amsterdam où le proces contre Robert M. a commencé.  Mais le ministre ne réagit pas et donnait son accord pour isoler Marcel Vervloesem à la prison de Turnhout. 

Le chef de cabinet du ministre est le procureur Jan Poels de Turnhout.  C'est le tribunal de la peine de Turnhout qui a poursuivi Marcel Vervloesem pendant 11 ans pour que l'affaire Zandvoort pourrait être fermé.

Ce n'est pas le premier fois que Marcel Vervloesem, l'homme qui a découvert l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort, a été isolé et torturé en prison avec l'accord d'un ministre de la justice...

------

De Clerck tente de déshydrater Marcel Vervloesem à mortJacqueline de Croÿ - 24 décembre 2009

Pendant que le Premier Ministre belge réclame un "effort continu" de lutte contre la corruption et pour l'application des Droits de l'Homme du nouveau gouvernement AFGHAN, il reconduit la mission son ministre de la justice d'assassiner Marcel Vervloesem, incarcéré pour avoir apporté les preuves de la corruption qui couvre l'exploitation sexuelle d'enfants et les escroqueries massives. Les médecins ont instruction "d'éviter l'hospitalisation", ce qui signifie à cette heure, d'assurer un coma diabétique par déshydratation et lui détruire les reins, s'il survit à sa défaillance cardiaque.Marcel Vervloesem présente les signes cliniques d'une déshydratation qui nécessite des soins intensifs urgents: quand le patient perd la vue et sa peau perd son élasticité, au point où un pincement forme des plis dans la peau qui se ne s'aplanissent pas lorsqu'elle est relâchée. Il a perdu huit kilos en trois semaines. Son taux de glycémie a dépassé le seuil du coma diabétique depuis douze jours. Il vomit et tient à peine debout.Le contrôle des médias est parvenu à une lobotomie psycho économique massive. Plus les fonctionnaires sont attribué des responsabilités, plus la distance les sépare des prisonniers, le plus ils se déshumanisent. Le lavage de cerveau apparaît par les mêmes phrases qu'ils répètent les uns après les autres, d'un bureau à l'autre. Seuls les gardiens et les infirmières de la prison sont furieux. Leur métier est d'assurer une vie communautaire juste et humaine aux prisonniers, et non de surveiller un homme assassiné par déshydration.En 2005, Laurette Onkelinx, alors Ministre de la Justice et depuis Ministre de la Santé, avait raté une première tentative de meurtre en interdisant d'hospitaliser Marcel Vervloesem. A la demande de s'il était normal de réveiller un patient cardiaque tout les quarts d'heure, une fonctionnaire avait répondu: "Mais non, on ne va pas le réveiller tous les quarts d'heure: on va juste voir s'il n'est pas mort".En 2008, c'est Jo Vandeurzen, le ministre de la justice suivant, qui a eu la mission d'assassiner Marcel Vervloesem par interdiction d'hospitalisation, mais il a été prié d'éviter de pareilles gaffes. Depuis, tous les fonctionnaires répètent les mêmes phrases comme des automates, dont l'une de la gaffeuse légendaire de 2005:- "C'est vous qui dites qu'il est dans un état critique. Rien ne le prouve".De Clerck a cru pouvoir se débarrasser de Marcel Vervloesem en lui offrant une pilule pour provoquer son arrêt cardiaque, mais c'est lui, le ministre, qui faillit avoir une attaque, quand BFM-TV brisa la censure sur les modalités du meurtre. De Clerck décida de "conditions de détention plus humaines" à Turnhout. Dés l'assurance que la presse ne nuirait pas à son image, il donna carte blanche à ses services psychosociaux pour interdire les soins de santé à Marcel Vervloesem, tant qu'il refusait de retourner au centre d'extermination de Bruges. Mais le patient n'a trouvé aucun avantage à retourner dans la zone de non droit à l'hôpital St Jean de Bruges, où il a été menotté 591 heures "pour raison de santé" et empêché de dormir par une lumière électrique 24 heures sur 24.Actuellement, les doses d'insuline de Marcel Vervloesem ont été triplées pour retarder l'inévitable hospitalisation, parce qu'une telle réhydratation ne peut pas se faire ailleurs qu'en soins intensifs. Son sang, (normalement composé de 75% d'eau) est devenu si épais que les infirmières ne parviennent pas prélever les quantités suffisantes pour les analyses. Il devient aveugle parce que les yeux ont besoin de beaucoup d'eau et il n'en a pas assez. Il boit tant qu'il peut, mais comme la déshydratation a augmenté son taux de glycémie au-delà du seuil du coma diabétique, il vomit souvent, ce qui aggrave la déshydratation. Il a reçu l'autorisation "exceptionnelle" de pouvoir expliquer l'évolution de son agonie au chef de service de l'hôpital St Joseph... qui sera chargé de lui sauver la vie quand il tombera dans le coma.Le ministre de la Justice, comme ses prédécesseurs, bloque l'hospitalisation dans l'espoir d'assurer "l'extinction des procédures", avant que la Cour Européenne des Droits de l'Homme ne condamne la Belgique pour la condamnation et la détention illégale plus embarrassante jamais mise en oeuvre. Le blocage n'a rien à voir avec les services psychosociaux, comme ils tentent de le faire croire, mais de la décision du gouvernement. Trois ministres de la justice de deux partis politiques différents ont tenté d'assassiner Marcel Vervloesem de manière identique. Tous les sénateurs couvrent cet acharnement meurtrier, car aucun parti politique ne veut assumer les conséquences de la lutte contre la corruption.Au départ, Marcel Vervloesem exposait le réseau pédocriminel Zandvoort avec 88 539 photos d'enfants abusés, mais à l'arrivée, on découvre que les mêmes hauts fonctionnaires couvrent toutes les escroqueries massives et la destruction des victimes avec les mêmes modalités. L'argent et la perversité n'ont pas d'orientation politique.Des victimes algériennes demandent protection de la Cour Internationale de La Haie durant le déroulement judiciaire de leur dossier en raison des menaces sur Marcel Vervloesem, par l'interdiction d'hospitalisation alors qu'il est en danger de mort imminente. La requête est justifiée parce que les menaces sur la vie de Marcel Vervloesem ont été mises en oeuvre juste après la publication d'un article sur leur affaire, où intervient la branche française du même réseau.

http://droitfondamental.eu/001-De_Clerck_tente_de_deshydr...

Image: Robert M., affaire d'Amsterdam

 

INTERVIEW AVEC MARCEL VERVLOESEM

 

Louf.Silence.On.Tue.jpg

Nous invitons tout le monde à se renseigner sur l'affaire pédocriminelle de Zandvooort, le scandal qui fut découvert par Marcel Vervloesem et son asbl Werkgroep Morkhoven en 1998 et qui à l 'époque attirait toutes les presses du monde entier (même les 3 plus grands journaux du Japon avaient envoyé des journalistes sur place) vers le petit village flamand de Morkhoven.


Faites-vous renseigner sur:

- La longue série de fausses accusations pour 'abus d'enfants' à l'encontre de l'acitivste.

- La manière dont son dossier pénal a été trafiqué.

- La disparition de pièces à décharge et de témoignages en faveur de l'innocence de M. Vervloesem

- L'étouffement de la vérité sur les délits de moeurs commis par le demi-frère de M. Vervloesem, Victor, qui est l'homme qui a déclenché la longue série de fausses plaintes pour faits de moeurs contre M. Vervloesem en diffusant des calomnies dans les tabloids et par les médias audiovisuels flamands.

- La disparition de CD-Rom(s) appartenant à l'affaire Zandvoort.

- La campagne de diffamation que les médias mènent maintenant depuis 14 ans contre M.Vervloesem.

- L'interdiction que la Justice (après sa première incarceration suite aux fausses plaintes et le procès en justice monté contre lui qui s'ensuivit) a imposée à M. Vervloesem d'entretenir des contacts avec les médias.

- L'interdiction pour lui d'avoir des contacts avec sa propre association Morkhoven et avec toute autre association pour la lutte contre l'abus d'enfants.

- L'interdiction de prendre contact avec des parlementaires belges ou européèns.

- L'interdiciton, sous peine de 2 ans de prison ferme, de publier le livre auquel M. Vervloesem travaille.

- L'assassinat de Gina Bernaert-Pardaens lors de l'affaire du jeune garçon allemand disparu, Manuel Schadwald (disparition qui est liée à l'affaire Zandvoort, c.à.d. aussi au 'Dossier-bis' autour de l'affaire Dutroux).

- L'étouffement des délits de moeurs commis par un magistrat français très bien connu (scandal qui fait également parti du dossier-bis concernant la supposée existence de réseaux internationaux d'abuseurs d'enfants, dont l'affaire INTERNATIONALE de Zandvoort est en fait la preuve, preuve étouffée par toutes les Justices des pays concernés).

- Le lien directe entre l'affaire Zandvoort et le scandale des enfants de crèche abusés à Amsterdam, lien qui était déjà connu il y a longtemps de la Justice belge (puisque des informations concretes sur ce lien figurent dans le déclarations de M.Vervloesem devant la police belge).

- L'intervention du commissaire Zicot (connu de l'affaire Dutroux) dans l'affaire Zandvoort, etc.., etc...

Osez dire NON à la presse à sensation silencieuse et manipulatrice, et osez vous demander pourquoi on tente, par tous les moyens, de pousser les activistes (et surtout parmi eux Marcel Vervloesem) au silence. Sortez de votre trou et activez-vous!!

----------

Interview de Marcel Vervloesem en prison (26.2.2012)
http://www.youtube.com/watch?v=jGaWJ3Tdd3w
http://youtu.be/jGaWJ3Tdd3w

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

https://www.facebook.com/groups/183813718396482/


24/03/2012

Escalation dans l'affaire de moeurs d'Amsterdam: Lettre à Ministre Turtelboom

turtelboom-schuld-van-impasse-ligt-bij-koning-en-di-rupo.jpgESCALATION DANS L'AFFAIRE DE MOEURS D'AMSTERDAM


Bruxelles, le 21 mars 2012

A Mme la Ministre Turtelboom
115, Avenue de Waterloo
1000 Bruxelles

Objet: L'affaire pédopornographique de Zandvoort- L'affaire de moeurs d'Amsterdam- L'incarcération et le mauvais traitement de Marcel Vervloesem

Chère Madame,

Bien que j'attends toujours votre réponse à ma dernière lettre, je me permets d'ores et déjà de demander votre attention urgente au sujet des problèmes suivants, puisqu'il est question d'une escalation de la situation autour de Marcel Vervloesem. 

Nous avons appris que vos services empêchent désormais M. Vervloesem de faire des appels téléphoniques, Ils font cela en négligeant de verser son argent sur sa carte téléphonique, de sorte que son crédit d'appels est épuisé.

En plus, hier nous avons appris que la prison a essayé de le forcer à laisser l'enveloppe des lettres qu'il écrit ouverte en les envoyant, pourqu'on puisse copier leur contenu avant, - ce qui est clairement une violation du secret épistolaire et de la loi sur les instiutions pénitentiaire en vigueur actuellement.

On a aussi imposé des restrictions au droit de visite de l'activiste depuis son incarcération. Il n'y a que sa fille que a le droit de lui rendre visite. Cela est une enfreinte au droit de visite du détenu. On lui interdit de parler à des journalistes, des parlementaires ou euro-parlementaires, comme à des professeurs aussi. La cour correctionelle de Turnhout lui a imposé il y a quatre ans une interdiction de parler à la presse, ce qui constitue une violation de la liberté d'expression et de la liberté de la presse que la Constitution belge garantit pourtant.

Non seulement on a confisqué le manuscrit du livre auquel M. Vervloesem travaillait, et menacé de l'incarcérer pendant deux ans s'il faisait publier ce livre, mais encore on menace d'enfermer M. Vervloesem dans la cellule d'isolement s'il ose encore parler de l'affaire pédopornographique de Zandvoort. Cela constitue une claire violation de la loi belge sur les institutions pénitentiaires, et c'est en plus une enfreinte aux traités européèns sur les droits de l'Homme, qui interdisent l'intimidation et le traitement arbitraire des détenus.

Aujourd'hui M. Vervloesem n'a reçu aucun courrier, ce qui indique que maintenant on a aussi commencé à bloquer le courrier entre lui et ses correspondants. Cela constitue de nouveau une violation de la loi belge sur les prisons et du Traité européèn sur les Droits de l'Homme qui a aussi été signé et adopté par la Belgique.

Vos services, qui trouvent également acceptable que M. Vervloesem croupisse dans une de vos prisons surpeuplées à cause d'une histoire inventée publiée dans Het Nieuwsblad, tandis qu'il souffre de graves maladies, étant malade des reins, cardiaque et diabétique, ont maintenant en plus décidé de le priver de son régime alimentaire anti-diabétique. Cela constitue une autre violation de la loi belge sur les prisons qui prescrit un droit égal aux soins médicaux pour toute personne, y compris pour ceux qui se trouvent en détention. Si quelqu'un meurt à cause d'une privation volontaire des médicaments dont il a besoin, de soins médicaux ou de nourriture approprié, la loi considère cela comme un acte de meurtre.

Je tiens à vous rappeler que lorsque M. Vervloesem était enfermé dans la prison de Bruges, on a escamoté son dossier médical. Aussi bien dans la prison de Turnhout, que dans celles de Bruges et Hasselt on a privé M. Vervloesem des soins dont il avait besoin. Dans l'hôpital de Bruges, où M. Vervloesem a dû subir alors une lourde opération ouverte au coeur, il a été sur ordre de la Justice enchaîné à sa chaise roulante, à la table d'opération, et pendant cinq jours de suite à son lit d'hôpital. Cela sont des pratiques de torture qui en dépit des traîtés européèns qui les interdisent, s'avèrent être des pratiques quotidiennes dans les prisons européènnes, malgré le fait qu'elles ont été l'objet de nombreuses condamnations par les autorités de l'UE à Strassbourg.

L'asbl Werkgroep Morkhoven ne souhaite d'aucune façon tolérer ces pratiques illégales et inhumaines.

Elle vous invite par conséquence avec insistance de prendre votre responsabilité politique dans cette affaire et d'intervenir de la façon qui s'indique.

Elle vous prie aussi de transmettre à la cour pénale d'Amsterdam les documents appartenant au dossier de l'affaire pédopornographique de Zandvoort qui se rapportent à l'affaire de moeurs à Amsterdam que cette cour est en train de juger en ce moment, pourque ses juges puissent disposer d'un dossier complet pour leur examination de cette affaire. 

En attentant votre réponse, je vour prie d'agréer l'expression de mes sentiments distingués.

Jan Boeykens
Président de l'asbl Werkgroep Morkhoven
10, Rue Faider
1060 Saint-Gilles

Copie: Ex-premier Guy Verhofstadt (Open VLD, Parti libérale), membre du Parlement européen

Photo: Ministre Turtelboom (Open VLD)

20/03/2012

LES AFFAIRES PÉDOCRIMINELLES DE ZANDVOORT ET D'AMSTERDAM

Verhofstadt.jpgMANIFS AUTOUR DES AFFAIRES PÉDOCRIMINELLES DE ZANDVOORT ET D'AMSTERDAM 


Bruxelles,  14.3.2012 - L'asbl Werkgroep Morkhoven lance un appel à tous les Belges pour aller participer à Bruxelles et ailleurs à des manifestations contre le parti libéral de Guy Verhofstadt. Ce parti libéral, que l'ex premier ministre Verhofstadt qualifiait alors de 'parti du citoyen', a utilisé l'affaire Dutroux pour gagner des voix, et il est maintenant responsable politiquement pour l'étouffement de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort. 

A cause de cet étouffement de l'affaire Zandvoort, le procès dans le cadre du scandal pédocriminel à Amsterdam, qui vient de débuter, risque également d'aboutir à un échec. Dans ce scandal figurent 60 enfants abusés sexuellement dans une crèche. Les accusés dans cette affaire ont tout récemment fait la requête pour faire retirer les juges du tribunal qui traite leur cas, pour le motif qu'ils 'payeraient trop d'attention aux victimes'. Mais l'asbl Werkgroep Morkhoven soutient pleinement les victimes et leurs parents, et elle trouve que la Justice néerlandaise devrait ajouter les pièces que Marcel Vervloesem a remises il y a quelques années au procureur Bourlet de Neufchâteau au dossier d'enquête, pour pouvoir disposer d'un fichier complet dans le cas sur lequel ils doivent se prononcer. En effet, dans ces documents Marcel Vervloesem donnait des informations sur le scandal des crèches à Amsterdam. Ce fut alors la Cour de Turnhout qui a empêché la remise de ces pièces à la Justice néerlandaise, parce qu'elle les retenait pour pouvoir poursuivre Marcel Vervloesem lui-même pour 'possession de matériaux pédosexuels'. 

La ministre de la Justice Mme Annemie Turtelboom (du parti Libéral) a été mise au courant de ces faits. Elle a été également informée de la disparition des pièces et des témoignages à décharge du dossier pénal de Marcel Vervloesem, disparition qui a été confirmée par le Haut Conseil pour la Justice. Elle a aussi été renseigné sur le fait que la cour de Justice de Turnhout- la même qui s'était efforcé à étouffer l'affaire de Zandvoort- a récemment de nouveau condamné et fait incarcérer Marcel Vervloesem, c.à.d. celui même qui avait révélé l'affaire Zandvoort et qui travaillait aussi sur l'affaire pédocriminelle récente concernant des crèches à Amsterdam. Mais Mme Turtelboom, tout en préconisant 'une Justice sans la moindre apparence de partialité', a laissé faire, tout comme elle n'a vu aucun inconvéniant à nommer le procureur Jan Poels de Turnhout au poste de chef de son cabinet. Elle semble même n'avoir aucun problème à permettre au dénonciateur de Marcel Vervloesem d'enrégistrer et publier une chanson rap sur YouTube en co-production avec un magistrat du Parquêt de Turnhout. Dans cette chanson Marcel Vervloesem et son voisin sont accusés 'd'enlèvement et de viol', et M. Vervloesem est accusé par dessus le marché 'd'avoir violé sa petite-fille ainée'.

Tous les moyens semblent bons, pourvu qu'on puisse empêcher Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven de parler. Tandis qu'il s'agit ici tout de même d'affaires d'abus sexuel et de viol commis sur des enfants et sur des petits gamins à l'intérieur même de leur école maternelle. Deux membres du Parlement, Hubert Brouns (Chrétiens-Démocrats) et Nelly Maes (Spirit) ont pourtant bien vu dans la maison de Marcel Vervloesem lui-même l'un des vidéos appartenant à l'affaire Zandvoort qui montre bien la gravité des faits. 

C'est parce que nous avons écrit au sujet de tout cela à Mme Turtelboom, à Guy Verhofstadt et aux autres membres du parti Libéral sans obtenir le moindre résultat, que nous déduisons que le parti Libéral s'engage dans la même voie que le faisait jadis le parti Démocrat-Chrétien, dont l'étouffement de dossiers importants était l'un des spécialités, et par conséquent nous décidons d'aller faire des manifestations autour du Parlement flamand à Bruxelles. Tout le monde est invité! Le 'parti du citoyen' en effet n'est pas seulement responsable pour les machinations politiques par lesquelles on a étouffé l'affaire pédocriminelle de Zandvoort, et donc pour toutes les conséquences terribles que cela a eu pour les petites victimes du scandal d'Amsterdam ainsi que pour leurs parents. Il est aussi responsable pour les mésures d'austérité mises en places ces derniers temps par le gouvernement et qui frappent durement les citoyens belges. 

Sur la photo: l'ex premier-ministre Guy Verhofstadt
----

Werkgroep Morkhoven
https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

Kom op voor Marcel Vervloesem !
https://www.facebook.com/groups/215391831891549/

Libérez Marcel Vervloesem !
https://www.facebook.com/groups/183813718396482/

FREE MARCEL VERVLOESEM
https://www.facebook.com/groups/351114924909219/

Liberate Marcel Vervloesem!
https://www.facebook.com/groups/401416706541407/

Interview Marcel Vervloesem 11-3-2012 Onthullend!
http://www.youtube.com/watch?v=U5aPbNFkB90

Interview Marcel Vervloesem vanuit gevangenis Turnhout (26.2.2012)
http://youtu.be/D7YUtSCoSQs

Interview de Marcel Vervloesem en prison (26.2.2012)
http://www.youtube.com/watch?v=jGaWJ3Tdd3w
http://youtu.be/jGaWJ3Tdd3w

Intervista a Marcel Vervloesem dal carcere di Turnhout 26 2 2012 KlolonlineTV .avi
http://www.youtube.com/watch?v=PKpVNFFS2as&feature=yo...
http://youtu.be/PKpVNFFS2as

Sign/Signez/Teken :
http://www.causes.com/causes/438481-free-marcel-vervloese...

vzw Werkgroep Morkhoven
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

17/03/2012

17.3.2012 Abus d'enfants: L'affaire Zandvoort est directement liée à l'affaire d'Amsterdam

zandvoortphotos.jpgL'arrestation et l'enfermement de Marcel Vervloesem, l'activist qui a révélé l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort, sont directement liées à l'affaire d'Amsterdam dans laquelle plus que 60 enfants et bébés sont abusés et violés.

Dans les documents que Marcel Vervloesem avait transféré à procureur Bourlet (l'affaire Dutroux), il y a 5 ans, on parle de ces abus et viols à Amsterdam. Mais les juges de Turnhout utilisaient ces documents pour accuser Marcel Vervloesem de 'la possession de pornographie d'enfants'.

Les juges de Turnhout qui décidaient maintenant que Marcel Vervloesem doit rester en prison lorsqu'ils n'ont aucun argument pour motiver leur décision, sont les mêmes juges qui, ont utilisé le procès des médias contre l'activist pendant 11 ans, pour étouffer l'affaire Zandvoort.

Le procès à Amsterdam a justement commencé et les violeurs ont contesté le juge 'parce qu'il donnerait trop d'attention aux parents des victimes'.

Le Werkgroep Morkhoven va contacter les avocats des parents à Amsterdam


Photo: quelques images de victimes dans l'affaire Zandvoort

----------------------------------------------------------------------

Werkgroep Morkhoven
https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

Kom op voor Marcel Vervloesem !
https://www.facebook.com/groups/215391831891549/

Libérez Marcel Vervloesem !
https://www.facebook.com/groups/183813718396482/

FREE MARCEL VERVLOESEM
https://www.facebook.com/groups/351114924909219/

Liberate Marcel Vervloesem!
https://www.facebook.com/groups/401416706541407/

Interview Marcel Vervloesem 11-3-2012 Onthullend!
http://www.youtube.com/watch?v=U5aPbNFkB90

Interview Marcel Vervloesem vanuit gevangenis Turnhout (26.2.2012)
http://youtu.be/D7YUtSCoSQs

Interview de Marcel Vervloesem en prison (26.2.2012)
http://www.youtube.com/watch?v=jGaWJ3Tdd3w
http://youtu.be/jGaWJ3Tdd3w

Intervista a Marcel Vervloesem dal carcere di Turnhout 26 2 2012 KlolonlineTV .avi
http://www.youtube.com/watch?v=PKpVNFFS2as&feature=yo...
http://youtu.be/PKpVNFFS2as

Sign/Signez/Teken :
http://www.causes.com/causes/438481-free-marcel-vervloese...

vzw Werkgroep Morkhoven
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

10/03/2012

Document de l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort

Jean-Claude Krief.jpg

Le militant Marcel Vervloesem qui révélait l'affaire Zandvoort et qui a été poursuivi pour 14 années, est toujours en prison.  Le président de de la Cour d'Appel d'Anvers le nommait un 'danger public'.

Marcel Vervloesem est complètement isolé par la Justice belge.  Depuis 4 ans il a une interdiction de parler à la presse; pendant 2 ans il ne peut plus contacter les membres de sa propre association lorsque qu'ils l'ont visité chaque semaine et pendant une période de 2 ans en prison; ses amis et les gens qui le soutiennent ne le peuvent pas visiter en prison; il a une interdiction de contacter des organisations qui luttent contre la maltraitance des enfants; il a une interdiction d'éditer son livre et risquer une peine de 2 ans si il le ferait; il ne peut pas parler des parlementaires, euro-parlementaires ou professeurs.

L'écrivain français Serge Garde qui écrivait un livre autour le réseau de Zandvoort et qui faisait un reportage avec Carl Zéro autour cette affaire, a été contacté mais n'a pas encore réagi.


Image: L'un des nombreux documents de l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort.  Nous espérons que Facebook ou les services qui sont mandatés par Facebook, apprécient ce genre d'information qu'on ne trouve pas dans les tabloids.  https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België) 

08/03/2012

RÉSEAU ZANDVOORT: ENTRETIEN AVEC MARCEL VERVLOESEM 26.2.2012

http://www.youtube.com/watch?v=jGaWJ3Tdd3w

Interview de Marcel Vervloesem en prison (26 février 2012) :

http://www.dailymotion.com/video/xp74zr_interview-de-marcel-vervloesem-en-prison-26-fevrier-2012_news?start=173#from=embed

Traduction de l'entretien: Nicole Marie Gautreau

Sign/Signez/Teken: 

Free Marcel Vervloesem! http://www.causes.com/causes/438481-free-marcel-vervloese...

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België) 

Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)

07/03/2012

Abus des enfants: L'affaire Zandvoort, une affaire d'Etat belge...

zandvoortphotos.jpgMarcel Vervloesem, l'homme qui a révélé l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort, et qui est nouveau enfermé en prison après quelques rumeurs dans le tabloid flamand Het Nieuwsblad, a reçu une lettre de la justice. Il est interdit de rencontrer toutes les personnes qui ont lutté ou écrit pour lui (donc, plus seulement les membres du Werkgroep Morkhoven qui l'ont soutenu et visité pendant les 2 ans qu'il se trouvait en prison).

Il est interdit de parler la presse; de contacter les associations qui luttent contre les abus des enfants et de contacter des hommes qui travaillent probablement pour des associations qui luttent pour les droits de l'homme ou les droits des enfants.

Aucun professeur de l'université et aucun membre de la Chambre ou du Sénat peut visiter et parler Marcel Vervloesem en prison. Les membres du Parlement européens sont aussi exclus. 'Parce que tout ces personnes sont des agitateurs qui veulent profiter de cette situation pour mettre en question la justice'.

Marcel Vervloesem est interdit de louer un ordinateur ou une machine à écrire car 'ça perturbe l'ordre public et la tranquillité dans le système judiciaire'. Marcel Vervloesem ne peut pas éditer son livre 'parce que c'est une menace pour la sécurité publique et ça viole les conditions de sa liberté provisoire'. 'Si il ose publier son livre, il a le risque d'être détenu pendant 2 ans.' Si il ose contacter certains hommes, ça peut dommager son cas'.

L'activist était invité à confirmer qu'il avait lu la lettre et de signer qu'il allait d'accord avec sa continu, ce qu'il a refusé.

On ne sait pas qui a rédigé la lettre mais on le retrouve sans doute dans le dossier judiciaire et le fait qu'il est presque totalement isolé du monde extérieur, preuve que c'est une affaire d'Etat belge 

La couche fine de la constitution démocratique belge, cache un vrai appareil répressive ce qui permit d'emprisonner des hommes sans procès.

Photos: des victimes dans l'affaire Zandvoort

---

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België)

04/03/2012

Abus des enfants en Belgique: Actions avant le ministère de la justice

dyn009_original_443_600_jpeg_2640303_6e58f0e1022f48513ce6089fae41209a.jpg

Bruxelles, 3.3.2012 - Nous avons tenu aujourd'hui une nouvelle action à Bruxelles. La majorité des hommes comprennent bien que le gouvernement belge protège les personnes impliquées dans le réseau pédocriminel de Zandvoort et ils ne sont pas du tout étonnés quand nous leur racontons qu'il y a quelques jours que nous sommes été volés pendant une action avant le ministère de la justice (où se trouve le cabinet du ministre de la justice Turtelboom). On comprend aussi pourquoi le service de la sécurité de la ministère prétendait 'qu'on n'a enregistré aucune image et que les caméras de surveillance ne fonctionnaient pas.' (Il y a presque 20 caméras à travers le ministère dont 7 ont enregistré la disparition) 

Il y a quelques années, que nous avons organisé une action avant la prison de Bruges où Marcel Vervloesem, l'homme qui a révélé le réseau de Zandvoort, a été enfermé et maltraité pendant 2 ans. Pendant l'action nos pamphlets et notre caméra étaient aussi volées. La prison a d'abord nié d'être responsable pour le vol. Mais un de nos militants avaient enregistré la plaque d'immatriculation d'une voiture qui était passée pout prendre le sac avec les pamphlets et le caméra. Enfin le directeur de la prison a finalement été obligé de redonner les objets volés. 
Le ministre Turtelboom a été contacté dans cette affaire mais n'a pas répondu jusqu'à maintenant.
Les actions seront poursuivies.

Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven
--------

Photo: la recherche à la disparition de Manuel Schadwald. Le journaliste Gina Bernard-Pardaens qui travaillait avac Marcel Vervloesem autour la disparition, a été assassinée. Pendant presque un an, elle a été menacé par des inconnues et quelques semaines avant sa mort, elle était interrogée par les services de la justice d'une manière très intimidante.

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 

Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)  

 

27/02/2012

Réseau Zandvoort: Régina Louf soutient Marcel Vervloesem

Louf.silence.on.tue.gifRégina Louf, un des X-témoins dans l'affaire Dutroux et l'auteur du livre 'SILENCE on tue des enfants!' soutient Marcel Vervloesem avec les mots suivants: 'Je veux le répéter encore une fois. Marcel Vervloesem n'est pas un pédophile! Cet un homme qui a lutté toute sa vie contre les abus et la maltraitance sexuelle des enfants. Il est actuellement pour la énième fois la victime de ceux qui veulent enterrer les dossiers de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort. Soutenez Marcel, s'il vous plaît. Je le demande à tout le monde qui visite mon Facebook: Soutenez Marcel s'il vous plaît, même si vous ne le connaissez pas personnellement ! Je le garantis personnellement'.





 

 

 

 

 

 

Régina Louf: http://www.renovatiotv.com/blog/temoin-x1-silence-on-tue-...

Morkhoven: https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

Sign/Signez/Teken: http://www.causes.com/causes/438481-free-marcel-vervloese...

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 

Ecrivez/Write/ Schrijf: Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België)

21/02/2012

Abus de l'enfant: Palais royale belge

Il y a 2 ans que nous avons écrit le Palais royal de nouveau. Nous demandions où se trouvait le copie du cd-rom(s) du réseau pédocriminel de Zandvoort que le Werkgroep Morkhoven a envoyé en 1998 au Roi. Après 4 mois le Palais royal nous envoyait une réponse ridicule. C'était claire qu'on n'était pas du tout intéressé dans ce sujet.

Il y a quelques années que le Palais royale nous a répondu que le cd-rom était envoyé au ministre de la justice Tony Van Parys (CD&V-DémocratesChrétiensFlamandes) qui prétendait de l'avoir envoyé au Procureur-Général. Mais pourquoi ce cd-rom semble maintenant disparu et pourquoi on lançait une campagne des médias contre Marcel Vervloesem pendant 14 ans sans parler un mot du cd-rom Zandvoort qui était envoyé au Palais royale et qui semble été disparu ?

18/02/2012

Let us fight the childporn industry !

SOS.Marcel.Vervloesem.jpgBattons l'industrie de pornographie des enfants / Let us fight child pornography industry / Laat ons de kinderporno-industrie bestrijden !

Ecrivez/Write/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, België). 

Ecrivez/Write/ Schrijf de Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat n° 10, 1060 Sint Gillis (Belgique, Belgium, België) 

16/02/2012

Zandvoort childporn case - Réseau pédocriminel de Zandvoort

Marcel.Vervloesem.huwelijk.jpgPhoto: Marcel Vervloesem who with his Morkhoven group revealed the childporn case Zandvoort, on the day of his marriage / Le jour de mariage de Marcel Vervloesem qui, avec le Werkgroep Morkhoven, révélait le réseau pédocriminel de Zandvoort / Marcel Vervloesem, die met de Werkgroep Morkhoven de kinderpornozaak Zandvoort onthulde, bij zijn huwelijk. Het ophalen van zijn toekomstig vrouwtje.

Write/Ecrivez/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de/of Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (België, Belgium, België).

Write/Ecrivez/Schrijf de Werkgroep Morkhoven, Rue Faider n° 10, 1060 Saint Gilles (Belgique, Belgium, België)


Protest to the Belgian minister of Justice/Protestez chez le ministre de la justice belge /Protesteer bij de Belgische minister van justitie:

Annemie Turtelboom
Boulevard de Waterloo 115
1000 Bruxelles
Téléphone : 02 542 80 11
Fax : 02 542 80 00 

E-mail annemie.turtelboom@just.fgov.be - http://www.justice.belgium.be/


 

27/01/2012

Abus sexuels: La justice belge, "chasseur de pornographie infantile"

Parmi les CD-Roms du réseau Zandvoort qui sont disparus chez la Justice belge, figure le CD-Rom que le Werkgroep Morkhoven avait à l’époque transmis au Roi belge. La maison royale belge a fait parvenir alors ce CD-Rom au ministre de la Justice d’alors, Tony van Parijs (du parti Chrétien-Démocrate, CD&V), qui aurait normalement dû le mettre entre les mains des procureurs du Roi pour servir à ‘des fins d’enquête’.

Marcel Vervloesem est, après une nouvelle campagne des média qui aident à étouffer l'affaire Zandvoort (90.000 victimes), actuellement incarcéré à nouveau à la prison de Turnhout.  Le script de son livre où il décrit sa vie et ses actions avec le Werkgroep Morkhoven, a été saisi par la Justice.  Pendant 4 ans déjà il a un interdiction de contacter la presse et ses amis du asbl Werkgroep Morkhoven dont il est membre de la direction.  Marcel Vervloesem ne sait pas à contacter sa fille pendant 2 jours. C'est clair qu'on le veut isoler complètement.

Soutenez Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, 2300 Turnhout

Werkgroep Morkhoven sur Facebook:https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

zandvoort_viols_bebe_creche_b.gif

Marcel Vervloesem et Werkgroep Morkhoven: censure totale

La Justice belge est très actif à ce moment.  Le Werkgroep Morkhoven a des problèmes téléphoniques et des problèmes d'Internet (serveur, ordinateurs, entrée d'Internet).  La distribution de la communiqué de presse du Werkgroep Morkhoven était bloquée.  Le siteweb 'Fondation Princesse de Croÿ' qui donne des bonnes informations sur l'affaire Zandvoort, était complètement blocqué sur l'ordinateur de la princesse (elle ne savait plus de publier). A cause des campagnes médiatiques contre Marcel Vervloesem pendant 14 ans, elle reçoit des menaçes de pédophiles qui se posent comme 'anti-pédophile' Le script du livre de Marcel Vervloesem où il décrit sa vie et ses actions avec le Werkgroep Morkhoven, a été saisi par la Justice.  Marcel Vervloesem a pendant 4 ans déjà un interdiction de contacter la presse et le Werkgroep Morkhoven dont il est membre de la direction.  Alors, il se ne sait plus se défendre contre toutes ces phantasmes et accusations dans les média.  Sa fille qui est bien au courant et qui raconte une autre histoire autour les nouvelles phantasmes et accusations dans la presse, est comme habitude, pas été contacté par la presse qui aide à étouffer l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (90.000 victimes).  Comme son père et le Werkgroep Morkhoven, elle est exclut par les médias belges.  Marcel Vervloesem ne sait pas contacter sa fille pendant déjà 2 jours. La ministre de la Justice Annemie Turtelboom est au courant.  Mais le Ministre qui prétend de 'lutter la partialité de la magistrature dans le cadre d'un nouveau déontologie', soutient ce procès de média contre Marcel Vervloesem, sa famille et le Werkgroep Morkhoven. La censure est totale et le ministre de la justice est responsable pour cette nouvelle situation.


Marcel Vervloesem interview de Serge Garde par...

http://www.dailymotion.com/video/x9ogjg_marcel-vervloesem...

Soutenez Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, 2300 Turnhout

Werkgroep Morkhoven sur Facebook:https://www.facebook.com/groups/200250393321072/

C'est possible que la Justice belge qui censure toute l'information de l'affaire Zandvoort (90.000 victimes), bloque le lien à ce vidéo.  (Les liens à Facebook 'Marcel Vervloesem', 'Werkgroep Morkhoven', 'Jan Boeykens', 'Pcesse de Croÿ', sont régulièrement bloqués)

23/12/2010

Abus d'enfants: Le réseau Zandvoort et les crèches d’Amsterdam

EdwinRotgans.jpg64 bébés abusés dans des crèches d’Amsterdam, dont l'une à deux pas d'une unité "Bébé Porno" du réseau pédocriminel Zandvoort, dont Marc Dutroux parlait avant son arrestation. La police hollandaise enquête sur l’association Martijn, exposée en 1998, quand la justice portugaise a démantelé une première branche de ce réseau, sur base d’un carnet d’adresse qui lui a été transmis par Marcel Vervloesem, pour l'ONG Morkhoven.

Le dossier a été ouvert en Belgique en 1988, dans le cadre de recherches d'informations sur les auteurs de l’enlèvement d’un jeune patient d’un hôpital d’Anvers, emmené dans un studio de pédopornographique de Berlin. Le parquet de Termonde a fait saisir un carnet d'adresse ou figurait Martijn, puis classé le dossier sur base d'un rapport de la gendarmerie de Beveren, selon lequel ce carnet d'adresse ne comportait aucun élément intéressant.

Toutefois, les recherches sur les personnes figurants dans ce carnet d’adresse ont mené Marcel Vervloesem à une association de malfaiteurs belges, hollandais, anglais et portugais actif dans l'import/export d'enfants pour la production de ces films. Nous l'avons appelé le réseau Temse/Madeira, d’après le titre d’une cassette vidéo, qui avec le carnet d’adresse, a motivé les mandats internationaux portugais. Les auteurs ont été arrêtés et condamnés, pour rendre justice à 34 enfants.

En juin 1998, l’identification d’un enfant kidnappé à Berlin parmi les victimes de Temse/Madeira, mène Marcel Vervloesem en Hollande. Il découvre le réseau Zandvoort, qui achète et revend ces photos à divers magazines. Le parrain du réseau s’enfuit en abandonnant son fond de commerce, avec 88.539 photos et ses carnets d’adresse, où se trouve Martijn une fois de plus.

Marcel Vervloesem recherche les photos vendues par le réseau Zandvoort publiées dans "OK Magazine", dont Martijn est l'éditeur responsable. Il trouve la production signée Harry Turné des studios "Pojkart", de Lübeck, en Allemagne. Il trouve aussi les photos signées Jean Manuel Vuillaume du réseau Toro Bravo, allié le réseau Coral, qui sévissait dans des institutions d’enfants. Il trouve de surcroît les photos de Palestra, un magazine français appartenant à Vuillaume, mais dont le studio pédopornographique est implanté dans la ville belge de Berlaar.

Le succès de la justice portugaise oblige l’Europe à ouvrir les yeux et considérer une coordination de ses polices, à la mode américaine. Six mois sont nécessaires pour lancer la première sous le nom de "Opération Cathédrale", en septembre 1998. Les photos de Vuillaume, apparaissent alors également mises en vente par le réseau Wonderland.

La Hollande et la Belgique classent le dossier Zandvoort en quelques semaines, mais il rebondit en Allemagne, en Suisse, en France, en Suède, en Pologne et dans quasi tous les réseaux internationaux. Tous les responsables politiques européens s’entendent pour fermer les yeux sur les fautes de procédures volontaires de la justice belge, qui tentent d’assassiner Marcel Vervloesem. Ils peuvent le réduire au silence, mais pas l'ONG Morkhoven.

L'affaire rebondit encore au début de ce mois de novembre 2010 aux USA. Les services américains "Immigration and Customs Enforcement" (ICE) et le "Homeland Security Institute" (HSI), analysent l’ordinateur de Robert Didua, un homme de 46 ans de Milford, dans l'État du Massachusetts. Ils trouvent 10.000 photos et vidéos, dont certaines transmises des Pays Bas, d’un garçon de deux ans, délangé pour exposer ses organes génitaux, puis abusé sexuellement.

La justice néerlandaise sait que circuit de production de photos de viols de bébés recherche des crèches depuis les révélations de Marcel Vervloesem, dans le procès-verbal n° 8257/01, enregistré le 14 mars 2001 au tribunal belge de Neufchâteau. Il rapporte les révélations de Robert Jan Warmerdam, qui a travaillé au studio situé au n°111 Admiraal de Ruyterweg à Amsterdam, pour lequel la deuxième femme du chef du réseau Dutroux a travaillé comme secrétaire. Van Warmerdam avait rencontré Marc Dutroux, qui depuis, attendait son procès pour répondre de l'enlèvement de 6 jeunes filles et du meurtre de 4 d'entre elles. Dutroux a parlé à Van Warmerdam d’une crèche sans caméra de surveillance, où les bébés pouvaient être drogués et "utilisés".

La justice néerlandaise rouvre le dossier de Robert Mikelson : un gamin de 18 ans propulsé par un projet financé par l'Union européenne de sa Lettonie natale en Allemagne, dans une école maternelle de Heidelberg. Le contrat de Mikelson a débuté en septembre en 2002 et pris fin en juin 2003, quand il a été arrêté pour possession et diffusion de pédopornographie. Il est condamné à un an de prison avec sursis et déménage à Amsterdam.

Mikelson vit avec une recrue de l’association Martijn : Richard Van Olffen un chauffeur d’autobus et gérant une trentaine de sites Internet. Il est engagé par la Comunity School de 2004 à 2006, puis par la crèche 'Het Hofnarretje', de février 2007 à juin 2008. Deux mères lui reprochent d’avoir appris à leurs bébés de 2,5 ans de jouer avec leurs organes génitaux. Elles portent plainte à la police en août 2008, suite à la réponse du directeur de la crèche, selon lequel les enfants ont l’imagination fertile.

Un procureur est alors supposé requérir l’application de la loi. Le dossier est limpide. L’employé de la crèche a entre-temps acquis la nationalité néerlandaise en épousant l'affilié de Martijn, un client du réseau Zandvoort, qui vendait des photos de viols de bébés. Le procureur laisse toutefois Mikelson s’échapper au Kenya, où il est employé, dés l’automne 2008, dans un orphelinat de Nairobi, qui accueille 17 pensionnaires et nourri 60 enfants de rue. Van Olffen, légalement marié à Mikelson, gère le site www.africafilms.nl et www.boyhood-magazine.org depuis deux ans.

La Hollande a fermé le dossier sur base de l’avis d’un psychologue selon lequel les propos d’enfants ne sont pas crédibles. Mikelson revient à Amsterdam. Il est engagé d’octobre 2009 à janvier 2010 à la crèche 'Jenno's Knuffelparadijs', qui est située au n° 74 Admiraal de Ruyterweg, à quelques pas d'un des studios de production de pédopornographie de Zandvoort, au n°111 Admiraal de Ruyterweg. Il propose ses services en qualité de baby-sitter, pour des prix imbattables.

La requête américaine a fait plus pour l'Europe en un mois, que l'UE est parvenue à le faire en 22 ans. La Hollande a ordonné l’arrestation de Mikelson le 7 décembre 2010, mais laissé quatre jours à son mari pour vider les ordinateurs. Les médias surnomment Mikelsons "le Monstre de Riga", sans expliquer qu’ils ont mis 12 ans pour s’offusquer des photos de viols de bébés dans le fichier Zandvoort. Les vrais monstres sont ceux qui ont fermé les yeux sur ces viols. La Hollande semble l'avoir compris et a mis 500 policiers sur le dossier.

http://droitfondamental.eu/001-zandvoort_rebomdit_avec_le...

Jacqueline de Croÿ - 21/12/2010 - Fondation Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti 

 

18/12/2010

Le 'monstre de Riga' et le réseau de Zandvoort

pedoHol.jpgSuite à l'affaire de pédophilie d'Amsterdam, des parlementaires néerlandais souhaitent une enquête judiciaire sur les activités de l'association des pédophiles néerlandaise Martijn. 

Les parlementaires reclament une enquête judiciaire sur cette association néerlandaise à cause du fait qu'il existaient des contacts entre elle et le babysitter qui a abusé de dizaines de petits enfants et bébés.

L'association Martijn a un rapport direct avec la fameuse affaire pedopornographique de Zandvoort et aussi avec le dossier Temse-Madeira, ainsi que avec d'autres grandes affaires pédocriminelles, entre autres avec les affaires Coral et Cathédrale en France.

En effet', l'association Martijn figurait parmi les noms qui étaient mentionnés sur une liste contenant de nombreuses personalités et organisations importantes qui avait été saisie lors d'une perquisition au domicile du Belge Norbert de Rijck à Temse. Cette perquisition avait été effectuée par la Gendarmerie de Beveren en Belgique, sur ordre du juge d'instruction de Dendermonde. Dans le proces verbal que les gendarmes ont dressé à l'occasion de cette perquisiton ils rapportaient au juge d'instruction que la liste qu'ils avaient trouvée 'n'etait pas importante'. C'est ainsi qu'une enquête sur cette affaire pédocriminelle fut coupé court.
Mais le Werkgroep Morkhoven a lui ne pas hésité à faire une enquête sur cette liste, et cela lui a permis de mettre au jour l'affaire Temse-Madeira.

Marcel Vervloesem du Wekrgroep Morkhoven a ensuite approfondi encore la piste qu'on avait trouvée, ce qui déboucha finalement sur le démantèlement du réseau Temse-Madeira, qui impliquait des personnes de nationalité belge, hollandaise, protugaise et Anglaise. De nombreuses arrestations s'ensuivirent. Dans les procès qui en découlaient les auteurs des crimes furent condamnés.

C 'est cette enquête-là qui a mené Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven plus tard, en 1998, sur la piste de l'affaire Zandvoort. L'enqueteur et membre du Werkgroep Morkhoven Marcel Vervloesem trouva là encore un lien avec l'association néerlandaise pour pédophiles Martijn. Ainsi, il est par exemple apparu qu'un certain nombre d'images pédopornographiques saisies dans l'affaire Zandvoort, sont identiques à des photos qui avaient paru dans le magazine de cette association. Ensuite, on découvra qu'une partie de ces images pédopornographiques provenait du studio d''un certain J.M. Villaume en France. Cet homme-là était aussi bien lié au scandale pédophile Cathedral qu'avec un grand scandale connexe, connu sous le nom 'Coral'. Les deux affaires ont joué en France. Parmi les clichés photographiques se trouvait ausi la collection de l'Allemand Harry Turné, qui publiait des photos de caractère pedophile sous le nom de 'Pojkart'. Dans les magazines de l'association Martijn étaient aussi publiées des annonces qui avaient un rapport avec une affaire de pédophilie nommé 'Palestra' à Berlaar, en Belgique, où un grand nombres de jeunes avaient été sexuellement abusés. De nombreuses photos provenant de cette affaire avaient aussi été publié dans le magazine de Martijn.

Toutes ces données-là avec les preuves assorties, avaient été à l'époque été mises par Marcel Vervloesem entre les mains de la Brigade Spéciale pour la Recherche de la Gendarmerie de Geel, plus precisemment à l'Adjudant Frans Tops. Mais le Parquet de Turnhout refusait ensuite d'etreprendre quelque action que ce soit par rapport à ce matériel. On utlisa même les photos contre celui qui n'avait fait rien d'autre que les dénicher seulement, c'est à dire en poursuivant Marcel Vervloesem pour 'possession de matériel pedopornographique', afin de pouvoir enterrer l'affaire pédopornographique de Zandvoort.

Le même matériel avait aussi été remis par Vervloesem à la police judiciaire de Paris, qui par la suite envoya sur l'ordre du juge d'instruction Ringot, une commission rogatoire aux Pays-Bas et à la Brigade Speciale de la Gendarmerie de la ville de Geel.

Dans l'affaire Zandvoort il était également question d'images de bébés et de d'enfants en bas age qui étaient violés. Le programme de télévision néerlandais Nova a consacré à l'époque une émission à l'affaire Zandvoort dans laquelle étaient montrées qeulques unes de ces images de petits enfants en train d'être torturés et abusés.

Le matériel avec les preuves sus-mentioné se trouve encore aujourd'hui dans le dossier pénal de Marcel Vervloesem, avec l'excuse qu'il sert à mener une enquête contre Marcel pour 'détention de matériel pédopornographique'.

Après un procès médiatique de 10 ans contre lui, pendant lequel on ne cessait de l'appeler 'un chasseur de'pédophiles auto-déclaré'' et un 'violeur d'enfants', on était allé finalement jusqu'à mettre l'enquêteur de Morkhoven derrière les barreaux. De cette façon on avait réussi à enterrer l'affaire du 'réseau Zandvoort, tandis que les abuseurs d'enfants et les producteurs de pédopornographie pouvaient continuer leur sale besogne en toute tranquilité.

Dès 2006, le Parquet de Turnhout imposa à Marcel Vervloesem l'intrediction de parler avec la presse. Après avoir été torturé pendant deux ans dans les prisons de Turnhout et Bruges, Marcel Vervloesem a été mis en liberté provisoire il y a quelque mois, sous la condition qu'il ne prendrait aucun contact avec la presse ou avec les associations qui enquetent sur et lutte contre les réseaux pedocriminels.
Vervloesem est sous l'interdiction de mener des enquetes désormais, et il n'a pas le droit de quitter le pays pour assister aux congres internationaux et y parler de ces recherches concernant les reseaux internationaux de pedopornographie.
(Il y a quelques années, quelques politiciens avaient déja su empecher que Marcel puisse aller parler de l'affaire Zandvoort au Sénat belge.)

Tout cela est évidemment assez encourageant pour les abuseurs d'enfants qui viennent d'etre arrêtés aux Pays-Bas pour avoir violé des petites enfants et avoir produit et diffusé de la pornographie enfantine.

L'association pour pédophiles Martijn en profitera aussi, puisqu'elle n'a rien à craindre de tout le matériel d'enquête que Marcel avait réuni, comme il a été rangé -avec le consentement tacite du minstre belge de la Justice Stefaan de Clerck- dans les caves des trubunaux belges. Il est même possible que tout ce matériel, comme c'est arrivé avec les CD-ROMS de Zandvoort. ce soit tout simplement volatilisé.