10/02/2007

 Faiderstraat 10, 1060 Sint-Gillis: kamers met zwembad

 

Kamers met zwembad

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

http://groups.msn.com/Woonbeleid-PolitiqueDuLogement

- Nationaal Informatie Centrum voor Mede-eigenaars vzw: http://www.nicm.be/start.asp
- Centre National d'Information pour Copropriétaires asbl: http://www.cnic.be/start.asp

Dag van de Mede-eigenaar - Symposium vrijdag 30 maart 2007
Journée du Copropriétaire - Colloque vendredi 30 mars 2007
Salle "Eugène Dupréel", l'ULB à Bruxelles
Université Libre de Bruxelles, Institut de Sociologie, 44, avenue Jeanne à 1050 Bruxelles

Info: http://www.dagvandemede-eigenaar.be/

11:12 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Vrederechter wil slaapkamers met zwembad


Image Hosted by ImageShack.us

Brussel, 10.2.2007 - Ben nog altijd ziek van in een kamer te moeten slapen waarin soms 50 liters water drupten omdat de door de vrederechter van Sint-Gillis aangestelde syndicus naliet om iets tegen de waterinfiltratie te doen.
Eigenlijk is het onbegrijpelijk dat de vrederechter van Sint-Gillis die syndicus nog eens voor 5 jaar aanstelde terwijl het dak naast de slaapkamer op instorten staat en er daar nu regelmatig zelfs 200 liters water binnendruppen. Dat kan men toch niet direct als het resultaat van een 'goed beheer' zien, zou ik zeggen ! Maar ja, misschien regent het bij die vrederechter en die syndicus ook regelmatig binnen.

Dat de vrederechter van Sint-Gillis met de door hem aangestelde syndicus voor het dakterras kozen dat de advocaat van hierboven wou aanleggen terwijl de toelating voor de aanleg ervan volgens de Dienst Urbanisme van Sint-Gillis, reeds vijf jaar geleden verstreken blijkt te zijn, is natuurlijk een andere zaak. Dat bewijst dat zij hun dossier niet kennen.

Vandaag werd ik om 4 uur 's nachts op de kamer waar ik thans logeer (de slaapkamer diende ontruimd te worden) wakker doordat de bovenbuur met veel lawaai meubels aan het verplaatsen was. Het plafond en alles wat er in de kamer staat, begon daarvan te rinkelen en te daveren.
Aan het gelach van een vrouw te horen, was hij niet de enige die zich amuseerde.

Enkele dagen geleden werd ik ook al op die manier gewekt.
De eerste keer dacht ik dat onze bovenbuur was opgestaan om naar zijn werk te gaan maar de meeste advocaten hebben nu niet direct de gewoonte om reeds om 4 uur 's nachts naar het gerechtshof te gaan.

Terwijl er aan het dak gedurende twee jaar niets werd gedaan en het blijkbaar rustig mocht instorten op voorwaarde dat de advocaat van hierboven zijn dakterras op de kosten van de mede-eigenaars mocht laten aanleggen, is men nu al een week lang de trapzaal aan het schilderen want de advocaat van hierboven wilde voor zijn 'loft' niet alleen een luxueus dakterras maar ook een piekfijn en wit geschilderde trapzaal met trappen die zodanig vernist zijn dat men er bijna van kan eten.
De kosten ervan (10.324 Euro) worden dank zij de syndicus die aan dit soort werken een absolute prioriteit verleent, grotendeels door de mede-eigenaars betaald.

De syndicus heeft intussen een kwade brief naar de burgemeester van Sint-Gillis geschreven waarin hij de Diensten Urbanisme en Hygiëne van Sint-Gillis verwijt dat zij zich 'partijdig' opstellen. De man heeft zelfs het lef gehad om in zijn brief te stellen dat Mme de Croÿ die hij een 'criminele' noemt, 'geen bescherming van haar dak wilde'.
Volgens mij gelooft die syndicus nog altijd dat er van waterinfiltratie geen sprake is en dat Mme de Croÿ gewoon een paar openlucht-zwembaden in haar kamers wilde hebben.
Op die manier kan men natuurlijk alles uitleggen. Waarom zou men nog een dak boven zijn hoofd willen terwijl het veel gezonder is om in de buitenlucht te slapen ? Wakker worden tengevolge van een flinke regenbui en dan een frisse duik nemen in het openluchtzwembad naast zijn bed, is een luxe die niet iederéén die in een historisch huis in Brussel woont, zich kan veroorloven...

Heb zopas gemerkt dat men de foto's van het half ingestorte dak van deze nieuwsgroep heeft gehaald. Daar lig ik nu niet bepaald wakker van. Zolang de vrederechter van Sint-Gillis en de door hem aangestelde syndicus 's nachts niet bij mij in bed kruipen zodat ik verplicht wordt om terug naar die ziekmakende slaapkamer te verhuizen, is het voor mij allemaal dik in orde.

Jan Boeykens
Moderator
http://groups.msn.com/Woonbeleid-PolitiqueDuLogement

Image Hosted by ImageShack.us


- Nationaal Informatie Centrum voor Mede-eigenaars vzw: http://www.nicm.be/start.asp
- Centre National d'Information pour Copropriétaires asbl: http://www.cnic.be/start.asp

Dag van de Mede-eigenaar - Symposium vrijdag 30 maart 2007
Journée du Copropriétaire - Colloque vendredi 30 mars 2007
Salle "Eugène Dupréel", l'ULB à Bruxelles
Université Libre de Bruxelles, Institut de Sociologie, 44, avenue Jeanne à 1050 Bruxelles

Info: http://www.dagvandemede-eigenaar.be/

10:02 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07/02/2007

Kinderpornonetwerk opgerold

 

Belgische Justitie en politici beschermen kindermisbruikers - FBI en Oostenrijkse politie spoort ze op

Image Hosted by ImageShack.us
ULB, 18.10.2006 - Marcel Vervloesem en Tiny Mast

Terwijl het gerecht van Turnhout en het Sp.a-bestuur van Herentals doelbewust een bende criminelen gebruikten om kinderpornojager Marcel Vervloesem van de Werkgroep Morkhoven als 'kindermisbruiker' aan te klagen zodat de kindermisbruikers en kinderpornoproducenten in de kinderpornozaak Zandvoort niet hoefden vervolgd te worden, zetten de FBI en de Oostenrijkse politie hun strijd tegen kindermisbruikers en kinderpornoproducenten op een onvermoeide wijze verder...

-------------------

Oostenrijkse politie rolt wereldwijd netwerk kinderporno op

WENEN - De Oostenrijkse politie heeft een wereldwijd opererend kinderpornonetwerk opgerold, waarbij meer dan 2.360 verdachten in 77 landen betrokken waren.

De Amerikaanse federale recherche FBI doet onderzoek naar rond de zeshonderd verdachten, terwijl de Duitse politie zo’n vierhonderd verdachten onderzoekt. Onder de verdachten zijn minstens 23 Oostenrijkers, aldus Platter. Er zitten ook Nederlanders tussen.

De verdachten betaalden zo’n 70 euro om videobeelden te zien die waren geplaatst op een Russische website, aldus de leider van het onderzoek, Harald Gremel. Het gaat volgens de politie om de ernstigste soort van kindermisbruik, waaronder verkrachting. De kinderen die op de beelden te zien zijn, zijn allemaal jonger dan 14 jaar.

De beelden zijn waarschijnlijk ergens in Oost-Europa opgenomen en op de website gezet in Groot-Brittannië, aldus Gremel. De politie kwam het netwerk op het spoor na een tip van een medewerker van een bureau voor domeinregistratie in Wenen, die het pornografische materiaal aantrof bij een routinecontrole. De politie heeft computers, dvd’s en cd’s, diskettes en videobanden in beslag genomen.

De Standaard, woensdag 7 februari 2007 | Bron: ap

21:29 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2007

Monumentenzorg-Woonbeleid-Justitie


Image Hosted by ImageShack.us

Brussel,1.2.2007 - Ik ben gedurende de laatste 20 jaar nog nooit zo ziek geweest.

Toen Jacqueline (Prinses Jacqueline de Croÿ, voor 60% eigenaar van het historische 'Hotel Goblet') 7 dagen geleden doodziek werd en begon te hoesten tot zij er bijna bij neerviel, dacht ik bij mezelf 'Och een simpel griepje. Het komt door de astma dat haar hoestbuien zo hevig zijn'.

Nu dat ik echter zelf gedurende twee dagen lang de longen uit mijn lijf heb moeten hoesten en thans met voortdurende hoestbuien en hooikoortsachtige aanvallen kamp, begin ik mij vragen te stellen.

Van de 3.000 liters water die gedurende de twee voorbije jaren door het dak drupten en die ik met emmers heb moeten wegdragen, ben ik zeker niet ziek geworden. Werken is gezond en een beetje fysieke inspanning kan nooit geen kwaad.

Ik herinner mij nog wel dat ik tien dagen geleden enkele koortsachtige dromen heb gehad alhoewel daar geen specifieke droombeelden bij te pas kwamen. Enkele dagen later werd Jacqueline doodziek.Gezien er in haar slaapkamer gedurende het voorbije jaar ook al enkele honderden liters water binnendrupten en de lakens in haar kasten van de vochtigheid beschimmelen terwijl er toch een verwarming opstaat, zorgde ik ervoor dat zij op de zetel van ons secretariaat kon overnachten terwijl ikzelf in de slaapkamer sliep. 'Ik had daar met mijn ijzersterk gestel geen last van', dacht ik.
Enkele dagen later werd ik dan zelf zwaar ziek en begreep ik dat we de slaapkamer moesten ontruimen.
Als door het vocht in een kamer de lakens en leren schoenen beschimmelen, de verf van het plafond en de muren bladdert, de kalkbezetting van de muren op een kankerachtige manier opzwellen, de houten meubels en de vloer met paddestoelachtige fenomenen overwoekerd worden enz., dan is het immers duidelijk dat het overnachten in dergelijke kamer niet gezond kan zijn.

Waarom de door de vrederechter aangestelde beheerder die als een 'goede vader des huizes' over de gezondheid van het huis en haar bewoners moet waken, nooit op het simpele idee gekomen is om het dak tegen waterinfiltratie te beschermen om aldus de complete vernietiging van de twee kamers onder het dak tegen te gaan, begrijp ik niet.
Ik begrijp ook niet waarom de vrederechter op de zitting van 16.1.07 geen oog wilde hebben voor de foto's waaruit blijkt in welke erbarmelijke staat een gedeelte van het gebouw zich thans bevindt.
Dat de vrederechter in zijn vonnis van 25.1.07 tenslotte zei dat men de beheerder 'niets kon verwijten' en dat hij daarom beslist had om de beheerder voor een periode van 5 jaar te herbenoemen, bewijst dat er iets grondig fout loopt in deze zaak.

Het verhaal dreigt trouwens nog ingewikkelder te worden.

Op 29.1 jl. werd ik wakker door allerlei geklop en geboor.
Ik keek met een suffe, koortsige kop en vergezeld van een flinke hoestbui door het raam en zag dat er een aantal gemeentearbeiders de overkant van de straat aan het opbreken waren.
Toen ik naar beneden ging om de post op te halen, zag ik dat de inkomhal in een kleine bouwwerf veranderd was. Twee mannen die op een stelling stonden, vertelden mij dat zij 'in opdracht van hun onderneming werkten'.

Drie dagen nadat hij door de vrederechter herbenoemd werd (of misschien voordien al), had de beheerder blijkbaar de opdracht gegeven om de inkomhal en de trapzaal van wat verse pleister en een nieuwe laag verf te komen voorzien. Hij was blijkbaar vergeten om Jacqueline die, zoals reeds gezegd voor 60% mededeigenaar is van het gebouw, hiervan te verwittigen.

Dat de beheerder de inkomhal en trapzaal nu laat herpleisteren en schilderen terwijl een gedeelte van het huis al twee jaar lang staat te verkommeren en te vergaan, is weer zoiets wat totaal onbegrijpelijk is.
Wil men de bezoekers van het huis misschien laten geloven dat al die verhalen en foto's over lekkende daken slechts verzinsels zijn en dat de beheerder goed werk levert ?

Zo, dat was het voor vandaag.
Ik zag zopas dat het kinderzwembadje en de grote plastieken vuilnisemmer op de kamers onder het dak, opnieuw met water zijn volgelopen.
Dat wordt dus 120 liter hoestend en puffend waterdragen geblazen.

Jan Boeykens
Moderator http://groups.msn.com/Woonbeleid-PolitiqueDuLogement

Image Hosted by ImageShack.us


- Nationaal Informatie Centrum voor Mede-eigenaars vzw: http://www.nicm.be/start.asp
- Centre National d'Information pour Copropriétaires asbl: http://www.cnic.be/start.asp

Dag van de Mede-eigenaar - Symposium vrijdag 30 maart 2007
Journée du Copropriétaire - Colloque vendredi 30 mars 2007
Salle "Eugène Dupréel", l'ULB à Bruxelles
Université Libre de Bruxelles, Institut de Sociologie, 44, avenue Jeanne à 1050 Bruxelles

Info: http://www.dagvandemede-eigenaar.be/

17:18 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/01/2007

Leven in een democratische rechtsstaat


Image Hosted by ImageShack.us

Antwerpen,31.1.2007

t.a.v. http://luc-vme.skynetblogs.be/category/972422/1/Syndicus

Geachte Heer,

Betreft: een door de vrederechter benoemde syndicus

Prinses Jacqueline de Croÿ is voor 60% mede-eigenares (gelijkvloers en 1° verdiep) van het prachtige gebouw (met de door Monumentenzorg geklasseerde gevel) in de Faiderstraat nr. 10 te Sint-Gillis.

Met de twee andere eigenaars F.D en A.D. (2° en 3° verdiep) was zij aangesloten bij een bureau dat huizen die in handen zijn van verschillende eigenaars, normaal gezien moet beheren.

In 2000 werd er met algemene unamiteit van de 3 eigenaars besloten dat het dak van Mme de Croÿ (1° verdiep) en het dak van Deheer F.D. (3° verdiep) opnieuw zouden geasfalteerd worden.

Het dak van F.D. (3° verdiep) werd op 4.9.2000 tegen de schappelijke prijs van ongeveer 3.000 Euro herlegd.

Het asfalteren van het kleinere dak van Mme de Croÿ (1° verdiep), bleek niettegenstaande het schriftelijk ondertekend akkoord, echter plotseling niet meer door te gaan.

A.D., eigenares van het 2° verdiep, had haar appartement aan een zekere M.L. verkocht en M.L. die advocaat is, had zonder rekening te houden met het bestaande contract tussen de eigenaars en zonder de eigenaars hiervan in te lichten, in januari 2001 bij de Dienst 'Urbanisme' van Sint-Gillis, een toelating voor het bouwen van dakterras op het dakgedeelte van Mme de Croÿ aangevraagd.

Het openbaar onderzoek dat de Dienst 'Urbanisme' te Sint-Gillis voor de bouw van dit terras liet uitvoeren, had plaats tijdens de Paasvacantie van 2001.

Buurvrouw Mme Verhaegen van het pand gelegen op de Faiderstraat n° 8 merkte in haar schrijven van 2.11.2005 terzake treffend op:

'Concerne au permis d'urbanisme - Référence Région Bruxelles-Capitale 2001-015 - Référence du dossier: 13/afd/13644

Bruxelles, le 2.11.2005

J'apprends que la commune de Saint-Gillis a octroyé un permis d'urbanisme le 23 juillet 2001 pour réaliser une terrasse sur une plate-forme de la maison rue Faider n°10 et qu'il n'y a eu que 15 jours de publicité, du 17.4.2001 au 2.4.2001 -en pleine vacances de Pâques, lorsque la majorité des familles partent en vacances !

Je m'oppose formellement à la construction de cette terrasse, du fait que cela octroierait la seule vue droite chez moi de tout l'îlot.'

Uit deze brief zou wel eens kunnen blijken dat de bouw van het terras met de Dienst Urbanisme van Sint-Gillis werd geregeld.

Mme Verhaegen was op de moment dat deze dienst haar onderzoek instelde, zoals de meeste mensen, met haar kinderen op vacantie gegaan en kon zelfs geen tijdig verzet aantekenen tegen het rondschrijven van schepen Willy Ysabeau (PS) in verband met dit project dat in het éénzame brein van de nieuwe eigenaar al voor de aankoop van zijn appartement was ontstaan.

Het dak van het appartement van Mme de Croÿ werd dus niet geasfalteerd en het schriftelijk contract dat zij met haar mede-eigenaren F.D en A.D. terzake had afgesloten, werd blijkbaar als zijnde onbestaande beschouwd alhoewel dit een wettelijke overtreding is.

In 2002 liet M.L. die zijn plannen voor een dakterras ten allen koste wilde uitvoeren, dank zij de steun van de Dienst Urbanisme van Sint-Gillis een venstergat uitkappen in de muur die uitgeeft op het dak van Prinses de Croÿ. Het is van die periode dat het het dak van Mme de Croÿ is beginnen te lekken.

M.L. zag de zaken heel rooskleurig.
Vanuit zijn nieuwe venster, gesitueerd op ongeveer 1,60 meter boven het dak van Mme de Croÿ, wilde hij een trap plaatsen die toegang zou geven tot 'zijn' terras.
Het dak van Mme de Croÿ en ook de schouw die erop staat, zouden daarvoor volledig afgebroken moeten worden. Het terras zou met een 60 centimeter hoge muur worden omsloten en klaar was kees.

Het bureau voor Gemeenschappelijke Eigenaars 'Pithagores Properties' was het met deze gang van zaken volledig eens.
Het bureau deed in 2003, dus 2 jaar na de aanvraag van M.L. voor de bouw van zijn terras, nog wel een prijsofferte van 10.000 Euro (7.000 Euro meer dan voor het dak van F.D. dat groter is) aan Mme de Croÿ maar alhoewel Mme de Croÿ daarmee instemde kwam er van de dakwerken niets in huis. In 2004 deed het bureau vervolgens een prijsofferte van 11.000 Euro maar daar bleef het bij.

Mme de Croÿ hield de zaak tegen het eind van 2004 dan ook voor bekeken bij 'Pithagores Properties'.
M.L. en F.D (3° verdiep) vonden er toen echter niets beter op dan een klacht in te dienen bij de vrederechter van Sint-Gillis omdat Mme de Croÿ 'de werken blokkeerde'.

De vrederechter stelde daarop een beheerder van rechtswege aan.

De door de rechter aangestelde advocaat-Immobiliënspecialist Erik R. gaf in het begin de indruk dat hij op een onpartijdige manier het huis als 'een goede vader des huizes' zou beheren maar dat veranderde toen bleek dat hij deed niets deed om het dak en van Mme de Croÿ dat intussen in een erbarmelijke staat verkeerde, te redden.
Er werd zelfs niet voorzien in een beschermzeil voor het dak terwijl er soms meer dan 200 liters waters doorheen het dak drupte zodat het achtergedeelte van het gebouw dat de architect Van Rysselberghe in 1882 voor Graaf Goblet d'Alviella construeerde, voor een gedeelte onbewoonbaar was geworden.

In Maart 2005 betaalde Mme de Croÿ 3000 Euro aan Eric R., een bedrag dat gebaseerd was op een prijsofferte die zij zelf had moeten zoeken om het dak te laten herstellen.
Eric R. besliste in november 2005 echter dat de herstellingswerken aan het dak en de prijsofferte van 2500 Euro voor deze werken, niet konden weerhouden worden en dat er voor een dakterras van rond de 20.000 Euro moest worden gekozen (waarvan Mme de Croÿ het grootste gedeelte zou moeten betalen).

In mei 2006 besliste de vrederechter van Sint-Gillis dat Eric R. gelijk had en Mme de Croÿ was verplicht om een bijkomend bedrag van 12.000 Euro te betalen.

In oktober 2006 zou de missie van Eric R. afgelopen zijn maar M.L. (2° verdiep) en F.D (3° verdiep) vroegen tijdens de zitting van 16.1.2007 van het vredegerecht te Sint-Gillis dat de missie van Eric R. zou 'hernieuwd' worden.
Zij gaven de vrederechter tijdens de zitting een uitgeprinte copietje van een schrijven dat Mme de Croÿ op de Internetsite publiceerde die de Werkgroep Morkhoven naar aanleiding van deze zaak is gestart.

In zijn vonnis van 25.1.2007 haalde de vrederechter vervolgens scherp uit naar Mme de Croÿ die het had aangedurfd om de uitoefening van het mandaat van Eric R. in het openbaar en via het Internet in vraag te stellen.

Volgens de vrederechter van Sint-Gillis dient een burgerlijk proces voor het gerecht behandeld te worden en niet in het publiek te worden gevoerd. Volgens de vrederechter is dit immers 'onaanvaardbaar in een rechtsstaat'.

Het blijft echter onbegrijpelijk dat de vrederechter van Sint-Gillis op de zitting van 16.1.2007 nauwelijks aandacht besteedde aan de talrijke foto's van Mme de Croÿ waarop men kan zien in welke erbarmelijke staat de achterbouw van het huis zich inmiddels bevindt en waarom hij zich enkel druk maakte om een Internetgroepje waarop men deze foto's publiekelijk kan zien.

We zijn volledig akkoord met het standpunt van de vrederechter dat een beheer van een gemeenschappelijk eigendom volgens de regels van de democratie en met rationele argumenten moet gebeuren. Het heeft echter geen zin om de missie van Eric R. nog eens met 5 jaar te verlengen terwijl uit de hier besproken gegevens toch duidelijk blijkt dat M.L. bij de aankoop van zijn appartement alleen maar aandacht had voor zijn terras en het contract dat Mme de Croÿ met haar medeeigenaars voor de herstellingswerken aan haar dak ondertekende, als een zelfverklaarde rechter die geen respect heeft voor ons democratisch rechtssysteem, naar de prullenmand verwees. Als advocaat zou M.L. toch beter moeten weten dan wie ook dat een schriftelijk contract moet gerespecteerd worden, ook al droomt men van een prachtig terras met zicht op de achtertuin.

Tot zover mijn verslag over deze zaak waarin ik gepoogd heb om de feiten weer te geven zoals ze zijn.

In de hoop dat dergelijke zaken bespreekbaar zullen zijn op het symposium van 30.3.2007, teken ik,

Met vriendelijke groet,

Jan Boeykens
Moderator http://groups.msn.com/Woonbeleid-PolitiqueDuLogement


- Nationaal Informatie Centrum voor Mede-eigenaars vzw: http://www.nicm.be/start.asp
- Centre National d'Information pour Copropriétaires asbl: http://www.cnic.be/start.asp

Dag van de Mede-eigenaar - Symposium vrijdag 30 maart 2007
Journée du Copropriétaire - Colloque vendredi 30 mars 2007
Salle "Eugène Dupréel", l'ULB à Bruxelles
Université Libre de Bruxelles, Institut de Sociologie, 44, avenue Jeanne à 1050 Bruxelles

Info: http://www.dagvandemede-eigenaar.be/

02:24 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/01/2007

Spartacus


Stamford
& Spartacus

par Jacqueline de Croÿ

Le réseau pédocriminel du Pasteur et celui de Zandvoort

Le réseau porte le nom d'un guide de voyage pour homosexuels, édité en cinq langues et vendu à 60.000 exemplaires dans 150 pays par l'ancien pasteur britanniques John Stamford.

Le Pasteur Stamford était un criminel récidiviste qui organisait des voyages à caractère pédophile de Belgique en Grèce, coordonnant 264 maisons de prostitution enfantine à Athènes et dans les îles grecques. L'enquête débouchait sur 700 arrestations et la découverte d'enfants enchaînés pour faciliter leur viol.

John Stamford est mort d'une crise cardiaque en 1995, dans la prison de Turnhout, en Belgique au bout de quatre mois de prison préventive, ce qui clôtura l'enquête.

Pourtant, dans les archives informatiques du réseau Zandvoort, se trouve les listes de clients du pasteur, avec leurs adresses, leurs destinations et orientations de prédilection, dont des noms connus de la presse et d'ailleurs.

Image Hosted by ImageShack.us

  The paedophile network of the pastor & that of Zandvoort

The network bears the name of an international gay guide, published in five languages and sold with 60.000 specimens in 150 countries by former British Pastor John Stamford.

Pastor Stamford was criminal recidivist who had organized holidays of paedophile character from Belgium to Greece, coordinating 264 houses of child prostitution in Athens and in the Greek islands. The investigation led to 700 arrests and the discovery of children chained in view to facilitate their rape.

John Stamford died of a heart attack in 1995, in the prison of Turnhout, in Belgium after four months of preventive inprisonment, which enclosed the investigation.

Yet, the data-processing files of the Zandvoort network contains a list of customers of Pastor, with their addresses, their destinations and orientations of predilection, of which famous of the press and else where.

   Source: http://groups.msn.com/fondationprincessedecroy/rseauspartakus.msnw


15:06 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

En construction

En construction

13:53 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/01/2007

April 2005: 'Save Marcel Vervloesem - Sauvez Marcel Vervloesem'

 

Sauvez Marcel Vervloesem

Image Hosted by ImageShack.us

"Sign the Petition - To:  Famille Vervloesem & Justice belge

POURQUOI LA GRÈVE DE LA FAIM SUICIDAIRE DE MARCEL VERVLOESEM ?
WHY THE SUICIDAL HUNGER STRIKE OF MARCEL VERVLOESEM?

Marcel Vervloesem est détenteur de tous les secrets du réseau pédocriminel de Zandvoort, dont il a saisit les archives pour les transmettre à la justice en 1998. Il est le leader du Werkgroep Morkhoven et travaille sur des enquêtes qui ont déjà engendré le meurtre d'une de ses activistes, Gina Bernaer-Pardeans.

Les motifs de cette grève de la faim remonte en 1992, alors que sous sa direction, ses activistes démantelaient le réseau Tamise-Madère. Il était accusé de chantage et d’escroquerie par un criminel du réseau. Il fallut 7 ans à la justice pour l’innocenter, mais néanmoins le condamner à 7 mois de prison avec sursis, pour "imprudence dans le traitement de ses dossiers". Il sera aussi incarcéré pour des faits commis par un homonyme.

En 1998, au moment où il devenait un héro national pour avoir apporté les archives du réseau à la justice, le tribunal de Turnhout retenait une deuxième cabale et l’entretenait à nouveau durant 7 ans.

Son demi-frère Victor, son opposé, et non seulement jaloux, mais impliqué dans une affaire de moeurs avec un garçon de 12 ans, dont des menaces au couteau, l'accusa de l’avoir violé pendant 4 ans, alors que Marcel avait été abandonné à la naissance, élevé dans un orphelinat et il ne rencontra sa famille qu’au moment de son mariage. L'amant de Victor, poursuivit pour le viol d’une jeune fille qui en tombait enceinte et avorta suite à ses coups, accusa aussi Marcel de viol. Des voisins de Victor accusèrent Marcel d'avoir abusé de leur fils dix ans plus tôt. L'enfant qui visionnait des vidéos pornographiques avec ses parents finit par violer une fillette de 11 ans.

Un villageois témoigna que plusieurs d’entre eux avaient été payés 15.000 francs belges pour accuser Marcel de viol et un autre avait laissé traîné un reçu de 50.000 francs belges pour déposer une plainte semblable.

La justice de Turnhout poursuivra Marcel Vervloesem pour possession des archives du réseau Zandvoort, le temps qu'il leur remette, et pour entrave à la vie privé de criminels de Zandvoort qui n'auraient pas été identifiés. Il sera aussi accusé d’une escroquerie, en réalité un montage agencé par un policier hollandais, à nouveau autour de ses enquêtes sur le réseau.

Alors que Marcel est sur le point d’être innocenté et que le groupe d’action demande à la justice de répondre de ses enquêtes relatives aux criminels de Zandvoort, il apparaît que les 7 années prochaines seront pires que les 14 précédentes, avec la poursuite de la cabale.

Au village, Stéphane âgé de 13 ans, croyait en une aubaine quand Luc V., le père de son ami Ruben lui demanda de les approvisionner en stupéfiants. Il leur demanda de s’infiltrer chez Marcel avec l'aide de Nick et l’inscrire sur des sites illégaux à partir de son ordinateur, pour se protéger de dénonciation pour le trafic de stupéfiants. En cas de problème, leur disait-il, ils devraient à l’image de Victor, dire que Marcel les avait violé, raconte l'enfant.

Marcel protégeait Nick comme son propre fils, car il s’était mal remis d’une agression sexuelle de Victor et la justice n’avait pas retenu la plainte, du fait que son père était un activiste du Werkgroep Morkhoven, pensaient-ils. Il venait souvent là avec ses amis, jouer avec son ordinateur, alors que Marcel regardait la télévision. Mais Nick était secrètement devenu toxicomane. A-t-il accepté de fermer les yeux pour quelques joints ? Nul ne le sait, mais Marcel fut inscrit sur des sites illégaux à son insu.

Voilà comment le système mis en place permettait de faire incarcérer un homme par simple coup de téléphone à la police sur le trafic de stupéfiants chez les jeunes. Tous convaincus d’échapper à la maison de correction et à la désintoxication forcée s’ils l’accusaient de viol, ils devaient forcément faire ce qui leur avait été conseillé.

Les magistrats ont jugés ces accusations crédibles, saisissant l’ordinateur qui prouve que Marcel Vervloesem est inscrit sur des sites illégaux, et le faisait directement incarcérer, le 16 avril 2005.

La partialité du tribunal, manifeste dans son refus de juger les crimes dont sont accusés ses détracteurs et les criminels de Zandvoort, Marcel Vervloesem a choisi de débuter une grève de la faim lundi, en parfaite conscience qu’à défaut de nourriture, son diabète le tuera très vite.

Il préfère mourir rapidement pour exposer la corruption, plutôt que lentement en prison.

Nous demandons que Marcel Vervloesem soit admis à l’hôpital le 25 avril 2005, et qu'il soit maintenu en vie à tout prix.

Les mots de soutien sont les bienvenus


WHY THE SUICIDAL HUNGER STRIKE OF MARCEL VERVLOESEM?

Marcel Vervloesem is holder of all the secrecies of the paedophile network of Zandvoort, of which he has seized the archives to forward them to justice in 1998. He is the leader of the Werkgroep Morkhoven and working on investigations, which already generated the murder of one of his activists, Gina Bernaer-Pardeans.

The motives of this present hunger strike go back to in 1992, whereas under his direction, his activists had dismantled the network Thames-Madeira. He was accused of blackmail and swindle by a criminal of the network. It took 7 years for justice to clear him, but nevertheless to condemn him to 7 months of prison with deferment, for "carelessness in the processing of his files". He will also be imprisoned for an offence made by a homonym.

In 1998, when he became a national hero for bringing to justice the archives of the network Zandvoort, the court of Turnhout retained a second cabal and maintained it again for 7 years.

His halfbrother Victor, his opposite not only jealous but implied in a sex case with a 12 year old boy, of which threats with a knife, accused him of having raped him during 4 years, whereas Marcel was abandoned at birth, brought up in an orphanage and he met his family, only at the time of his wedding.
The lover of Victor, sued for the rape of a young girl who became pregnant and aborted consequently to his beating, also accused Marcel of rape.
Neighbours of Victor accused Marcel of having abused their son ten years earlier. The child, who was viewing pornographic video with his parents and ended-up raping an 11-year-old girl.

A villager testified that several of them had been paid 15.000 Belgian francs to accuse Marcel of rape. Another had even signed a receipt of 50.000 Belgian francs to draw a similar complaint.

The justice of Turnhout will sue Marcel Vervloesem for having possessed the archives of Zandvoort the time he forwarded them, and for intruding in the private lives of criminals that would not have been identified. He will also be accused of a swindle, actually assembled by a Dutch police officer, again around his investigations on the network.

As Marcel is on the verge to be cleared of all charges and that the action group is asking justice to answer of it inquiries on the criminal of Zandvoort, it appears that the 7 nest years will be worst than the 14 previous ones, with the continuation of the cabal.

In the village, Stephan, aged 13, believed to be lucky when Luc V., the father of his friend Ruben asked him to supply them in narcotics. He asked them to infiltrate Marcel home with the help of Nick and register him on illegal sites from his computer, to protect themselves from being reported to the police for drug dealing. In case of trouble, he told them, they would have to say that Marcel had raped them, in the same terms as Victor in the press, says the child.

Marcel protected Nick, as he had not recovered from a sexual abuse of Victor, and justice had not retained his complaint, because his father Eric was an activist of the Werkgroep Morkhoven, they thought. He often came with his friends and played on his computer, as Marcel was watching television. Nick had secretly become a drug addict. Did he agree to close his eyes for some joints? No one knows, but Marcel was registered on illegal sites without knowing.

This is how the set system enabled to have a man arrested on a sole telephone call to the police about the drug trafficking among the teenagers. All convinced to avoid to be placed in a remand home and obliged to follow a treatment of their addiction, they would obviously do as they had been advised.

The magistrates considered these charges credible, seizing the computer that proves Marcel Vervloesem was inscribed on illegal sites, and they ordered he’d be directly imprisoned, on April 16, 2005.

The partiality of the court, obvious by its refusal to judge the crimes for which his detractors and the criminals of Zandvoort are marked, Marcel Vervloesem chose to begin a hunger strike on Monday, knowing full well that in absence of food, his diabetes will kill him very fast.

He prefers to die quickly and expose corruption, rather than slowly in prison.

We want that he is admitted in hospital on Monday 25 April 2005, and that his life is maintained at all costs.

Words of support are welcome

Sincerely,
The Undersigned

------------------------------------------------------------------------

The Sauvez Marcel Vervloesem Petition to Famille Vervloesem & Justice belge was created by Fondation Princesse de Croÿ & Werkgroep Morkhoven and written by Jacqueline de Croÿ (sos@kindergarten.be).

http://www.PetitionOnline.com/Marcel/petition.html

18:32 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/01/2007

Histoire de l'Hôtel d'Alcantara

 

Image Hosted by ImageShack.us

La maison du Comte Eugène Goblet d'Alviella (1846-1929)

 

Les mystères de l'Hôtel d'Alcantara se lèvent

Suite à neuf ans de lutte pour sauver l'hôtel d'Alcantara, sa véritable histoire semble faire apparaître une justice divine ou intrinsèque, avec les esprits des anarchistes du 19ieme siècle qui volent au secours de Théo Van Rysselberghe, pour s’opposer aux esprits des chevaliers de l'ordre de l'Alcantara qui eux, se retournent dans leurs tombes depuis soixante ans.

Le Comte Eugène Goblet d’Alviella (1846-1925) était un ministre d’avant-garde en tous points, voilant ses "originalités" de lustre et faux-semblants pour se faire paraître humaniste.

Il décida de construire un temple franc-maçon néoclassique pour y faire revivre le sinistre ordre d’Alcantara fondé en 1156 par des moines portugais dans le but d’exterminer les Maures (les arabes) et dissolu en 1835, ce qui est significatif de sa réputation. Le Comte souhaitait y intégrer tous les symboles franc-maçon et faire usage d’une technique très utilisée durant la renaissance : les sgraffites qui inspireront la période art nouveau.

Octave Van Rysselberghe (1855-1929) était tout jeune architecte. Il revenait d’un voyage en Italie qui l’avait fort inspiré et dessina les plans de l’hôtel d’Alcantara dans un pur style néo-classique: un médaillon de Minerve, dessiné par Julien Dillens, surmonté d'une allégorie de Zeus et sa Cour, dont l'eau figure en tant qu'élément. Entre des colonnes, une jeune femme assise dans la position de la justice tient un fil de plomb à la main, pour représenter la rectitude de l'architecture.

Image Hosted by ImageShack.us

Minerve, Sgraffites

La porte intrigue par sa petite taille, proportions inhabituelles pour un monument de cette dimension. L’entrée simple et très ravissante menait à deux bureaux pour séparer vie publique et vie privée publique du Comte, à une petite salle à manger, à une cuisine et une buanderie d’apparences de la belle bourgeoisie. Il aimait l'art, voyageait dans des pays exotiques. Deux boudas, dont un qui tirait la langue, menaient à une cage d’escalier monumentale en pierre de France, avec deux nivaux de promenades entourées de colonnes et d’une alcôve en forme d’autel.

Au premier étage, le pied à terre du Comte, pour lui éviter la trentaine de kilomètres qui séparait la capitale de son agréable château de Court-Saint-Etienne. Une salle à manger disproportionnée, manifestement pour y recevoir les chevaliers de l’Alcantara, menait d’une part à un salon et un boudoir, d’autre part à une anti-chambre, puis une chambre à coucher et à un escalier dérobé, qui menait à un mystérieux deuxième étage de cinq pièces, qui ne figure pas dans les émoluments. La configuration des fenêtres et les moulures font apparaître qu’il n’y avait qu’une seule chambre de domestique, les quatre autres à destination inconnue.

Le temple fut érigé en 1882 et Octave s’y installa durant deux ans. Il était alors âgé de 27 ans, et avait un frère cadet âgé de 18 ans, Théo (1862-1926), qui deviendra le symbole du néo-impressionnisme et de l’anarchisme en Belgique. Ils étaient très proches et le resteront toutes leur vie, ce qui explique que deux ans plus tôt, alors que Théo avait fait  une année à l’académie de Gand, il vint terminer ses étude à l’Académie de Bruxelles, où il reçut l’enseignement du directeur, Jean-François Portaels. Il avait un immense talant et toutes les qualités pour plaire au Comte, qui n’aura trouvé que des avantages à lui confier les fresques et sgraffites de son temple. Tout présume donc que l’anarchiste en herbe ait été tenté par ces immenses espaces, pour jouer du pinceau et du burin dans le style académique qui lui était enseigné, et se faire de l'argent de poche.

Image Hosted by ImageShack.us

La rectitude de l'architecture

En 1884, Octave quitta la maison et Théo partait en voyage, suivant les traces de son maître de l'académie, pour découvrir la lumière de l’Espagne et du Maroc, ce qui illumina son art. Il rencontra les plus grands peintres de son époque, et les plus célèbres anarchistes aussi. Parmi eux, Ravachol, un compagnon dynamiteur emprisonné, suite à quoi, Théo accueillera de nombreux anarchistes qui fuyaient la répression française, "victimes de lois scélérates", disaient-ils et aidera financièrement ses enfants.

Quelques années plus tard, le temple était devenu trop petit, ce qui fait apparaître que la chevalerie de l’Alcantara avait eut un succès inattendu. Le Comte fit construire une aile à la maison et transformait sa chambre à coucher en une grande salle de réception, qui donnait sur l’escalier intérieure, menant au mystérieux deuxième étage. Il fit également construire une tourelle qui reliait la buanderie et la cuisine jusque là haut, comme s’il souhaitait éviter que ses invités ne doivent croiser les domestiques dans l’escalier dérobé.

Le Comte mourut à l’âge de 79 ans, en 1925 et fut enterré dans un des plus célèbre mausolée funéraire d’Europe, avec tous les signes franc-maçon qu’il chérissait, dont des croix gammées d’or.

On ignore ce qu’est devenu l’hôtel d’Alcantara durant les vingt année suivantes, mais il était mauvais état quand les héritiers décidèrent de le vendre. Les chevaliers de l’Alcantara durent se retourner dans leurs tombes, quand le temple fut acquit par la Comtesse d’Aspremont-Lynden, épouse en seconde noce de André de Hévézy, véritable humaniste, juif, historien d’art, qui se passionnait pour la reliure.

Les vitraux, vieux d'un soixantaine d'années, étaient pour la plus part brisés. Les sgraffites intérieurs étaient alors considérés comme du stuque de mauvais goût, surtout pour ses symboles franc-maçon qui en Belgique, contrairement à d’autres pays, symbolisaient l’anti-catholicisme par excellence, ce qui agaçait la Comtesse. Ils choisirent d’habiter le bel étage, et voulaient un grand appartement à la parisienne avec plusieurs chambres à coucher au même niveau.

L’étrange attribution de l’espace intérieure ne faisait que surprendre, posant des questions intrigantes, mais apparemment sans grande importance et pourtant, qui cachaient habilement les troubles penchants du comte : il n’y avait pas de salle de bain, mais une buanderie... étrange, si ce n’était que pour y laver quelques nappes par an.

La Comtesse et l'humaniste firent réaliser de gigantesques travaux, prolongeant l’aile afin de scinder la maison en quatre appartements distincts, dont un dans le grenier, pour y rajouter une colonne de salles de bains et une colonne de cuisines, un atelier de reliure et deux chambres à coucher supplémentaires. Comme ils prévoyaient de mettre en location trois des appartements, il fallut changer l’escalier, afin que les locataires puissent atteindre les étages supérieurs, sans passer par chez eux. 

L'hôtel d'Alcantara fut légué à la nièce de la Comtesse, la Princesse Monique de Croÿ-Solre, qui n’y vécu que neuf ans et y mourut à l'âge de 54 ans, en 1979. Le monument entrait dans le patrimoine de son mari et de ses quatre enfants, dont deux filles mineures.  La façade fut classée le 19 janvier 1995, le reste de la maison ne bénéficiant pas des mêmes privilèges, n’étant plus à son état original, sa véritable histoire enterrée avec les chevaliers de l'Alcantara.

Les jeunes princes choisirent d’autres biens pour laisser à chacune de leur sœurs une assurance vie : deux appartements, l'un pour vivre, l'autre dont la location leur permettait de manger. L'une choisit le rez-de-chaussée pour y fonder la première Baby School en Europe, l'autre choisit le mystérieux deuxième étage et le grenier, toutes deux avec l'idée d'un jour retrouver les sgraffites. Des travaux avaient fait apparaître un début de fresque, donc de peinture teintes dans le plâtre, un projet manifestement abandonné et la location ne pouvant permettre un changement de projet, elle fut recouverte pour respetcer le contrat de location, mais de manière à pouvoir la traiter ultérieurement.

La Princesse Eléonore décida de vendre son lot pour aller vivre à la campagne, un choix de vie pour ses enfants, et elle crut trouver des acheteurs qui aimaient la maison. C’est à croire que les chevaliers de l’Alcantara se vengeaient des princes, qui en plus d'amis juifs, ont des amis maures.

Un journaliste acquit l’ancien grenier devenu un loft. Le mystérieux deuxième étage fut acquit et revendu à l'avocat, ce qui devait annoncer l'aire spéculative. Ils décidèrent en un premier temps de construire une immense terrasse à l'américaine, donnant au toit de ce monument historique néo-classique, des allures de salles de bain en tek. Puis, plutôt que de retrouver les sgraffites grâce aux techniques modernes, ils voulaient les recouvrir de fibres de verre "contre les fissures", ce qui ruinerait à tout jamais l’espoir de les récupérer.

C’est au bout de neuf ans de lutte que fut découvert le passage du maître dans la maison, ce qui éveilla le souvenir de la fresque qui rappelle son coup de pinceau. Un trésor innestimable, qui fait apparaître que ceux dans les communs sont bien plus précieux, et que l'adminstrateur, l'avocat et le journaliste pensaient couvrir  de fibres de verre "contre les fissures".

A suivre:

Enquête sur la salle de bain des chevaliers de l'Alcantara


21:10 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/01/2007

MSN Groups Customer Support: efficace et professionnel

 

----- Original Message -----
From: MSN Groups Customer Support
To: Pcesse de Croÿ
Sent: Monday, January 15, 2007 4:35 PM
Subject: RE: xxxxxxxxx - Le service ne fonctionne pas

Mme/Mlle de Croÿ,

Merci d'utiliser à  nouveau notre service de Support de MSN Groupes.

Tout d'abord, veuillez nous excuser pour le message en blanc que vous avez reçu.

Vous nous avez contacté au sujet de réactiver deux albums de photos de votre groupe « fondationprincessedecroy ».

Veuillez s'il vous plait nous dire si vous avez des difficultés avec ces albums pour ajouter des photos?

Ensuite, pour protéger le matériel de votre groupe, nous vous suggérons de changer les paramètres d'accès à  celui-ci. Pour cela vous pouvez faire ceci:

- Assignez des privilèges d'accès, y compris l'acceptation et le rejet de participants.
-  Déterminez l'emplacement et l'accessibilité du groupe dans MSN Groupes.

En plus, veuillez:

- Réglez les paramètres Modération du groupe pour permettre l'acceptation ou le rejet de nouvelles publications sur le panneau de messages.
- Utilisez la fonction Autorisations d'accès aux images pour indiquer qui peut ajouter, modifier ou supprimer des images dans le groupe.
- Annulez la participation au groupe des personnes qui ont intentionnellement perturber son fonctionnement ou interdisez-leur l'accès au groupe. Les personnes dont la participation au groupe a été annulée peuvent demander à  se réinscrire au groupe. Dans les deux cas, tous les messages, fichiers, photos et pièces jointes (Fichier, photo ou document lié à  un message. La personne qui reçoit le message reçoit la pièce jointe.) que ces participants ont ajoutés dans le groupe peuvent être supprimés définitivement et automatiquement.

Une fois que nous aurons reçu ces informations, ce sera un plaisir pour notre équipe d'étudier votre dossier.

N'oubliez pas que ce sera un plaisir pour nous de vous donner! plus d'information si nécessaire.

Cordialement,
xxxxxxxxx

L'équipe de Support de MSN Groupes

------------------------------------------------------------------------

----- Original Message -----
From: MSN Groups Customer Support
To: Pcesse de Croÿ
Sent: dimanchee 14 janvier 2007 07:15:39 UTC
Subject: Subject : Re: xxxxxxxxxxxx - Le service ne fonctionne pas

Mme/Mlle de Croÿ,

Merci de contacter à nouveau notre service de Support de MSN Groupes.

Vous nous avez contacté au sujet d'un pirate qui accède à votre groupe et qui détruit des documents et des photos.

Nous vous suggérons de changer les paramètres d'accès à votre groupe. Pour cela vous pouvez faire ceci:

-  Assignez des privilèges d'accès, y compris l'acceptation et le rejet de participants.
-  Déterminez l'emplacement et l'accessibilité du groupe dans MSN Groupes.

En plus, veuillez :

- Réglez les paramètres Modération du groupe pour permettre l'acceptation ou le rejet de nouvelles publications sur le panneau de messages.
- Utilisez la fonction Autorisations d'accès aux images pour indiquer qui peut ajouter, modifier ou supprimer des images dans le groupe.
- Annulez la participation au groupe des personnes qui ont intentionnellement perturber son fonctionnement ou interdisez-leur l'accès au groupe. Les personnes dont la participation au groupe a été annulée peuvent demander à  se réinscrire au groupe. Dans les deux cas, tous les messages, fichiers, photos et pièces jointes (Fichier, photo ou document lié à  un message. La personne qui reçoit le message reçoit la pièce jointe.) que ces participants ont ajoutés dans le groupe peuvent être supprimés définitivement et automatiquement.

Veuillez s'il vous plait nous envoyer le message avec les en-têtes complets que vous a envoyé le pirate.

Nous espérons vivement que cette réponse permettra de régler votre problème. N'oubliez pas que ce sera un plaisir pour nous de vous donner plus d'information si nécessaire.

Cordialement,
xxxxxxxxxx

L'équipe de Support de MSN Groupes

18:11 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/01/2007

Lutte & Piratage

 

Quand la violation du droit de l’enfant rime avec la violation du droit à l’information.

Neuf sites détruits par piratage en trois ans et la même bande qui reparaît à chaque fois. Au départ, la publication d'un dossier sensible sur un réseau pédophile ou une nouvelle dangereuse pour le réseau, systématiquement  suivie de ce qu'ils appellent la technique de "l'arroseur arrosé" qui se termine par la destruction du site qui en témoigne.

Cela commence par une attaque sur base d'un point d'interrogation et continue par des accusations de diffamation. Une prétendue victime du faiseur de trouble où d'un membre de la bande demande ou offre de l'aide, puis contacte les vrais victimes pour les persuader que leurs histoires seront exploitées pour de l'argent ou leur voler leur célébrité. Quand il n'y a pas de victime exploitable, moins embêtant pour nous, plus agaçant pour eux, viennent les menaces, les coups de téléphones anonymes et la destruction des sites.

Ceci n'est qu'un résumé du piratage. L'histoire complète est en construction au départ de BANDIT.ORG

 

 

Destruction n°1.  En 2003, la Fondation démarrait une banque de données en français, anglais et italien sur le réseau Zandvoort. Suite aux deux premiers articles relatifs à deux petits garçons de 11 ans, l’un Manuel Schadwald retrouvé sur des affiches de films pédopornographiques, l’autre Nordine, abusé par un homme identifié comme étant un magistrat français, un certain Charly, dit bakounyst, prétendument au nom de la protection de l’enfance, démarrait un conflit pour un point d’interrogation accolé à son nom.

Le 10 octobre 2003, le site de la fondation qui avait drainé 5.000 lecteurs en quelques semaines était détruit. L’hébergeur Bravenet justifia son éradication complète au motif de moqueries sur les services secrets. En même temps, le bakounyst se vantait sur Indymedia Belgique d'avoir obtenu la destruction du site suite par une plainte en diffamation. 

Destruction n° 2, 3 et 4. En 2004, nous travaillions alors sur un réseau à Rouen, avec un couple qui vivait à Vitrolles. Parmi leurs voisins, un belge surnommé Mika, qui avait fait de la prison pour pédophilie en même temps qu'un autre belge qui habitait à cinq kilomètres de là et  fut arrêté pour avoir transformé sa caravane en studio de photos pornographiques d'enfants. C'était peu avant le procès Dutroux. Mika devenait rouge et se mettait à transpirer quand il voyait les reportages. Il parlait d'un homme qui manquait parmi les inculpés. La petite Marie assurait qu'il avait confié avoir éjaculé sur Julie et Melissa, mortes de faim dans la cellule.

Mika avait violement tabassé le couple, sans que la justice française ne veuille l'arrêter. Les photos des visages boursouflés du couple, les bandages et l'oeil au beurre noir de la jeune femme n'avaient ému personne. Ils commençaient à avoir peur, se demandant s'ils ne devaient pas céder aux pressions et disparaître. Marie B. arriva sur le forum. Nous apprendrons avec stupéfaction qu'elle avait travaillé pour Child Focus et qu'elle était membre du Comité Blanc de Malmédy, mais elle n'en avait alors rien dit, ce qui pourtant aurait pu remonter le moral des victimes. Au contraire, elle contacta en privé la majorité des participants, pour les embarquer sur un autre forum qu'elle avait créé pour parler de l'affaire Dutroux. Furieuse, la petite Marie l'expulsa. 

C'est alors qu'un couple se présenta à la Fondation au motif d’un  conflit avec le bakounyst. Deux jours plus tard, le mari prenait un train pour Vitrolles et s'incrusta chez la petite Marie. Il tentait d’obtenir un faux contrat de travail de la fondation, condition pour louer un chalet avec piscine et ping-pong, puis prétexta le refus pour engager un conflit. Il se rasait de la tête aux pieds et prenait des bains de soleil en string, demandant au paysan breton de l’enduire de crème solaire, ce à qui lui fut répondu par un coup de béquille dans la figure. La femme hilare, avait pris des photos discrètement. Elle retrouva sur son ordinateur une conversation électronique, dans laquelle le couple se plaignait de n’avoir pu obtenir la destruction de dites "diffamations" par un policier de leurs amis, en raison d’un article intitulé "La police fédérale lance ses troupes à l'assaut de la Fondation". Ils parvinrent toutefois à faire croire à la petite Marie qu'on lui volerait sa célébrité, et la petite Marie est restée dans le monde des crapules, moins connue que jamais.

"Nounoursaris" de SOS-Enfants, se présentait en se plaignant d'avoir été victime de menaces de mort par cette bande. Les sites furent rapidement objet d’une forme de piratage nommée "spoofing".  Le couple fut alors surnommé Spoofinette et Pataspoof, ce qui résulta à la menace de destruction de sites, puis à la destruction effective de "Issakaba International" et "Affaire Cohen". Un nouveau site de travail fut créé : "Fondation Princesse de Croÿ". La totalité du dossier nigérian en fut détruit peu après sa mise en ligne.  

Destruction n°5 & 6.   Marie B. nous appela à l’aide de la famille Warnotte, dont la fille avait disparue. Nous déclanchions un scandale car ils n'avaient pas d'avocat. Leurs connaissances en droit et capacité à se défendre étaient limitées.  Nous avions proposé au père Warnotte de l'aider à créer une association sans but lucratif pour retrouver sa fille, mais il croyait que cela lui permettrait de déménager des affaires dans le nord de la France où ils avaient une cabane. Nous lui avions préparé un projet visant à obtenir le financement d'avis de recherche. Nous faisions une pétition pour obtenir la contribution de la presse à la recherche des enfants disparus et, avec son accord écrit, fait un site en quatre langues nommé "Zoek Tiffany" (Recherche Tiffany).

Nous rencontrions alias "Nounours" à la commémoration de la disparition de Kim et Ken, en janvier 1995. Il disait vouloir faire des avis de recherche des 90.081 victimes de Zandvoort, comme pour obtenir copie des archives du réseau, ce qui pour un homme normalement constitué, devrait représenter environ 20 ans de travail et des cauchemars à vie.

Nounours et le Gendarme Holvoet débarquèrent sur le forum des Warnotte avec le bakounyst, qui débuta une attaque par ce qu’il appelle "questionnements", ce qui en réalité est destiné à émettre des doutes sur l’honorabilité des gens. Très vite, il renchérissait les doutes sur le père Warnotte du fait qu’il n’y répondait pas. Nounours le défendait, acquit sa confiance pour devenir manager.

Dans le même temps, Nounoursaris engageait un conflit avec Alain Fauvage sans rapport avec notre mission et, se croyant supérieur à lui, nous demandait de "choisir notre camps". Il était hors de question de nous de départager d'un collaborateur sincère pour une faiseuse de trouble. Une courte enquête nous mena a découvrir, avec photos pour le prouver, que sous divers pseudonymes, elle avait pris l’identité d’une voyante et répandait la rumeur que le père Warnotte avait assassiné sa fille. Nous la dénoncions en public et elle dut répondre de sa conduite à la police.

Nounours envoya sur le site Issakaba une photo nommée "mettez un turbo à votre site", de son derrière nu avec un signal routier coincé entre les fesses et fut exclu. Il décréta alors que j'avais détruit le forum du Gendarme, infiltré le Werkgroep Morkhoven et séduit les activistes pour le détruire, puis usurpé l’identité de Laurette Onkelinx, ministre de la justice.

Le bakounyst gonflait le spectacle, jouant les victimes et assurait avoir porté plainte avec constitution de partie civile contre moi pour diffamation et proposait à qui le voulait de se joindre à sa plainte en indiquant un numéro de procès-verbal.

Marie B. se ligua avec la bande, assurant que le site Zoek Tiffany nuisait au forum des Warnotte. Nous le cachions du public et l'utilisions comme site de travail, car il contenait beaucoup de preuve de harcèlement. Le père de l’enfant disparue appelait alors la presse pour dire que ce site avait été fait sans sa permission avec objectif d’escroquer des gens par des récoltes de fond pour leur fille. L'histoire fut publié sans vérification, en assurant que les dires étaient confirmé par un avocat membre des Comité Blancs, qui défendait les Warnotte depuis notre scandale. 

Nous portions plainte, retenue par la police en calomnie et demandions s'il était possible que le bakounsyt ait porté une partie civile sans suite aucune. L'officier répondait que c'était impossible et que le numéro de procès-verbal était faux, ne comportant aucun des codes nécessaires.

Nounours détruisait le forum des Warnotte d'une manière très simple: il insultait tout le monde et éjectait ceux qui aidaient la famille jusqu'à ce qu'il n'en reste rien. Zoek Tiffany, site privé et invisible du public, qui n'avait de danger que par les preuves de harcélement,  fut détruit par piratage, sans songer qu'il y avait une copie papier et une copie CD.

La jeune Tiffany fut retrouvée treize mois après sa disparition. Elle avait fugué à 80 kilomètres de chez elle, où ses parents avaient leur cabane.  Clairement, si ces gens nous avaient laissé travailler plutôt que de nous harceler, nous l'aurions retrouvé bien avant.

Destructions 7, 8 & 9.  En novembre 2006, le journaliste Dessart lui apportait tout son soutien à Marcel Vervloesem dans une lettre à trente-cinq personnes. Parmi eux, l'avocat des Warnotte qui avait nié toute participation mais refusé d'empêcher la diffusion de l'article, comme s'il n'y était pas nommé; Marie B. qui est dite avoir envoyé l'article dans le but de nous discréditer auprès de personnes que nous avions rencontré et un psychiatre qui ne prétend pas nous reconnaître quand on le croise dans la rue.

Dessart démontrait la réalité choquante des condamnations et des neufs plaintes déboutées, qui avaient été utilisées pour ruiner la réputation d’un homme pendant plus de huit ans. Il notait également les deux condamnations obtenues par deux des membres de la bande du bakounyst. C'était le premier soutien en trois ans, ce qui avait soulagé Marcel, qui était furieux du manque de soutien des Comités Blancs. Fin novembre, il demanda au président de l'association de la publier, quand le 1 décembre 2006, le bakounyst  envoyait un de ses célèbres "questionnements", annonciateurs de piratage. Il y assurait que le soutien de Dessart avait été enlevé des sites, ce qui était faux.

Le 8 décembre, 260 dossiers étaient piratés. Le 9 décembre, Dessart demandait d’enlever sa lettre et les noms des personnes à qui il l’avait adressée. Quelques jours plus tard, la publication de toutes les marques de soutien à Marcel Vervloesem fut piratée. Un nouveau dossier fut ouvert : bandit.org, relatant les manœuvres de la "protection de l’enfance" depuis que j'ai rejoins le combat.

Le 22 décembre, bandit.org et tous les articles relatifs aux dernières cabales assistées de la presse étaient  détruits.

Le 5 janvier, le bakounyst portait plainte à BelgacomSkynet au motif d'entrave à sa vie privé, du fait qu'il s'était reconnu dans "Doofpot Justitie" (Justice Pot de Sourds) et "Slachtoffers Justitie" (Victimes de la Justice), sous le nom de Charly N.

Le 6 janvier, il envoyait un mail, menaçant de "révéler" un montage débile pour nuire à la fondation.

Le 7 janvier, il téléphonait à la fondation qui lui raccroche au nez, faute d'intention de le laisser émettre ses menaces sans laisser de trace. Une minute plus tard, un nouveau coup de téléphone annonçait d’une voix synthétique une visite domiciliaire.

Les 8 et 9 janvier, il téléphonait à Marcel Vervloesem, prétendant avoir "de bonnes informations sur les cédéroms de Zandvoort".

Le 10 janvier 2007, suite à cinq jours consécutifs de harcèlement et de menaces de cet homme qui se pose en journaliste amateur pour un site d’informations sur les dysfonctionnements : l’hébergeur BelgacomSkynet éradiqua "Doofpot Justitie" et "Slachtoffers Justitie", au motif qu'il s'y trouve un Charly N., comme il y en a 1.970.000 sur Google, sans qu'il n'en ait donné la permission. 

BelgacomSkynet dit avoir envoyé un avertissement à deux adresses électroniques. A moins que la compagnie mente, la première adresse avait été piratée, puisque cet avertissement ne lui est jamais parvenu. La deuxième s’avéra être une ancienne adresse de la vice-présidente du groupe, désactivée depuis six mois.

La loi permet de nommer les personnes publiques, soit ceux qui se positionnent en public, ce qui comprend les journalistes amateurs, comme le bakounyst et notre unique motif à ne pas nommer certain est le non sens de leur faire de la publicité. Si cette loi devait être  modifiée, l’information serait très originale, nous contraignant par exemple à expliquer les dysfonctionnements des ministres L.O. de la justice et P.D. de l’intérieur, qui  jouent avec les mots pour justifier le classement systématique des enquêtes sur 90.081 victimes de meurtres, viols, tortures et pornographie d’enfants du réseau Zandvoort.

Le Werkgroep Morkhoven étudie une plainte contre X pour association de malfaiteurs, piratage informatique, menaces, déclarations mensongères dans le but de nuire, diffamation, appel à la délation,  atteintes à l'honneur, abus de la loi sur la protection de la vie privée avec pour effet de porter atteinte aux lois relatives au droit à l’information et à la liberté de la presse d'un organe traitant du respect des traités internationaux et qui dans son ensemble aura drainé près de 300.000 lecteurs en trois ans.

Ce sera donc à la justice de définir qui sont ceux de ces gens qui devront répondre de leur comportement, de l'hébergeur BelgacomSkynet, des journalistes qui ont violé les traités internationaux, de la bande flamande, de la bande Wallonne et vraisemblablement de nouvelles bandes qui se constitueront, le temps que la procédure n’aboutisse. Nous n'irons pas baîller d'ennui à ce procès mais y laisserons les avocats faire leur travail. Il y aura foule sur le banc des accusés, les journalistes ne s'intéresseront tout au plus qu'à leurs collègues indignes, mais pas aux petits crétins qui se cherchent de la publicité. Justice sera alors faite.

Allez à BANDIT.ORG

Free Hit Counter

 

23:10 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/01/2007

Proces Vervloesem: inééngestoken werk

 

De repressieve rechtsstaat

Image Hosted by ImageShack.us
Erik Cuylaerts en Eddy Bellens

Op 23 februari 2004 schreef Peter Wouters, één van de zogenaamde slachtoffers van de Morkhoven-activist Marcel Vervloesem (Marcel Vervloesem werd op 15.11.2006 voor diens klachten vrijgesproken), in een aangetekende brief aan de Procureur des Konings te Turnhout en aan de advocaat van Marcel Vervloesem dat hij 'nooit het slachtoffer was geweest van aanranding door Marcel Vervloesem maar dat hij wel het slachtoffer was geweest van Johan Danneels (een ander zogenaamd slachtoffer) en een zekere Eddy Bellens.

Wat meer is, in zijn brief deelde Wouters ook mede dat 'de klachten op vraag van het Herentalse Sp.a-bestuurslid Victor V. (vernoemd in een 30-tal PV's van zedenfeiten met minderjarigen) tot stand kwamen' en hijzelf en Johan Danneels voor die klachtneerleggingen en getuigenissen 'elks 10.000 BF. (250 Euro) van Victor V. kregen aangeboden'.
Verder schreef Wouters dat Victor V. nog eens 5.000 BF extra aanbood 'als men Marcel Vervloesem voor de televisie van aanranding wilde betichten'.

Wouters die beweerde zijn klacht te willen intrekken, besloot zijn brief tenslotte met de volgende woorden: 'Ik heb eerder mijn klacht al ingetrokken maar werd toen bedreigd door Victor V. dat, indien ik bij die klachtintrekking zou blijven, men mijn kinderen zou afpakken. Daarom heb ik toen gedeeltelijk de feiten bevestigd en ontkend'.

De Werkgroep Morkhoven vraagt zich af waarom noch de Procureur des Konings van Turnhout, noch de advocaat van Marcel Vervloesem, met deze brief rekening heeft gehouden en waarom de in de brief opgesomde feiten nooit onderzocht werden.
Het feit dat ook de Vlaamse pers een afschrift kreeg van de brief van Wauters maar daarover met geen woord repte, bewijst nog dat de pers geen onpartijdige rol heeft gespeeld in deze zaak en het publiek verkeerd heeft voorgelicht om de kinderpornozaak Zandvoort in de doofpot te kunnen steken.


Aangetekend - Westerlo, 24 februari 2004

Aan Advokaat Defrance Dominique, Scheldeweg 50, 9090 Gontrode

Aan Procureur des Konings, Kasteelplein 1, 2300 Turnhout

Uw dossier TU37.10.102448-98 inzake Vervloesem Marcel

Als betrokken persoon in dit dossier laat ik uitdrukkelijk weten dat ik mijn klacht wegens aanranding der eerbaarheid die ingediend was tegen Marcel Vervloesem volledig terug intrek. Ik wens tevens niet dat Meester Machteld Francken nog uit mijn naam op het proces zou pleiten.

Ik ben nooit slachtoffer geweest van aanranding door Marcel Vervloesem op mijn persoon. Wel ben ik het slachtoffer geweest van aanranding op mijn persoon door Johan Danneels in de woning van Eddy Bellens. Eddy Bellens had van die feiten foto's genomen.

De klachten van Johan Danneels en mijzelf tegen Marcel Vervloesem zijn tot stand gekomen op vraag van Victor Vervloesem. Ikzelf en Johan Danneels kregen voor die klachtneerleggingen en onze getuigenissen elk 10.000 bfr. van Victor Vervloesem.
Johan Danneels nam dat geld van Victor Vervloesem aan. Ikzelf heb dat geweigerd. Victor Vervloesem wilde toen de 10.000 bfr. nog verhogen met een extra som van 5.000 fr., als ik voor de televisie Marcel Vervloesem wilde betichten van aanranding. De feiten deden zich voor in het huis van Eddy Bellens.

Ik heb eerder mijn klacht ingetrokken maar werd toen bedreigd door Victor Vervloesem dat indien ik bij die klachtintrekking zou blijven men mijn kinderen zou afpakken. Daarom heb ik toen gedeeltelijk de feiten bevestigd en ontkend.

Peter Wouters, Gerststraat 8, 2260 Westerlo

Gezien voor wettiging van de handtekening Wouters Peter, Westerlo, 23.2.2004, De Burgemeester ( + stempel van de gemeente )

Zie ook:

http://slachtoffers-justitie.skynetblogs.be
http://DoofpotJustitie.skynetblogs.be
http://persvrijheid.skynetblogs.be
http://msn-groepen.skynetblogs.be
(De blogs rond Justitie waarin deze gegevens staan opgenomen, werden wegens de vermelding "Charly N." en de zogenaamde 'schending van de privacy' door Belgacom Skynet van het Internet gehaald)

Foto: Erik Cuylaerts (links), vader van een minderjarige die in februari 2006 een klacht wegens zedenfeiten tegen de in de brief genoemde Victor V. indiende. Van deze klacht werd door de politie van Herentals een proces-verbaal opgemaakt dat echter spoorloos schijnt te zijn verdwenen. In april 2006 kwamen de politieagenten terug en wisten, na een 8 uren durend kruisverhoor van de minderjarige jongen, te bekomen dat de vader van de jongen klacht indiende tegen de Morkhoven-activist MARCEL Vervloesem die toen toevallig ook door twee andere minderjarigen van 'folteringen' beschuldigd werd en die wegens enkele bamboostokjes in zijn garage, gedurende 30 dagen lang werd opgesloten.
Rechts op de foto: 'adviseur' Eddy Bellens die in de voorstaande brief herhaaldelijk wordt genoemd en nauwe contacten onderhoudt met het Herentalse Sp.a-bestuurslid Victor V. wat nog eens bewijst dat al de aanklagers van Marcel Vervloesem elkaar goed kennen.

01:21 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/01/2007

Internet-politie haalt Skynetblogs Justitie van het Internet (2)

 

De repressieve rechtsstaat (2)

Image Hosted by ImageShack.us
Giotto


Er kwam inmiddels een schrijven van Belgacom Skynet met de mededeling dat de klacht van een zekere Charly N. de reden was om de skynetblogs 'Doofpot Justitie' en 'Slachtoffers Justitie' offline te halen. Belgacom vindt namelijk dat de vermelding "Charly N." in de inleiding van beide blogs een 'vermelding is van een naam zonder expliciete toestemming van de persoon in kwestie' en vraagt om 'privacyredenen die naam (als men van een naam mag spreken) uit al de posts te verwijderen'.
Als men bij Google onder Charly N. zoekt, ziet men 1.970.000 berichten staan. Er zijn dus 1.970.000 mensen die klacht hadden kunnen indienen bij Belgacom.
Straks gaat men ons nog komen vertellen dat er geen namen en zelfs geen afkortingen meer van namen (wat de privacy toch enigszins waarborgt) in kranten of boeken mogen staan !

17:39 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/01/2007

Internet-politie haalt skynetblogs rond Justitie van het Internet

 

De repressieve rechtsstaat

Image Hosted by ImageShack.us
Giotto


De skynetblog 'Doofpot Justitie' waaraan de Werkgroep Morkhoven meewerkte en die op een jaar tijd meer dan 10.000 bezoekers telde, werd gisteren van het Internet gehaald. Ook de skynetblog 'Slachtoffers Justitie' is niet meer weer te vinden.
Beiden staan nog wel op Google vermeld maar zijn niet meer te bezoeken.

Op 8 december 2006 verdwenen er ook reeds honderden foto's en documenten van http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCroy. Het grootste gedeelte ervan werd, na een schrijven naar het MSN Groups Support Team, op 23.12 jl. teruggeplaatst.

Nadat de Herentalse burgemeester Jan Peeters (Sp.a-kamerlid) in mei 2006 via de radio en televisie opriep om de 'website van de Werkgroep Morkhoven van het Internet te halen', namen de problemen met de MSN-groepen WerkgroepMorkhoven en FondationPrincessedeCroy toe en werd het werken zo goed als onmogelijk gemaakt.

Volgens Peeters waren het 'vooral de wijkbewoners van het Morkhovense 'Koninkrijk' die de website van de Werkgroep Morkhoven van het Internet wilden en die vroegen om de Morkhoven-woordvoerder Marcel Vervloesem uit de wijk te zetten'. Het Herentalse CD&V-raadslid An Dielens en Peeters beweerden ook dat het imago van Herentals door Marcel Vervloesem die in april 2006 via de bende rond het Herentalse Sp.a-bestuurslid Victor V. opnieuw van 'pedofilie' was beschuldigd en daarvoor zonder meer in de gevangenis van Turnhout was opgesloten, werd aangetast.

De argumenten van Peeters en coalitiepartner Dielens waren echter vals en puur op leugens gebaseerd want met 'de wijkbewoners' werd gedoeld op een petitieactie van Victor V. die Marcel Vervloesem 9 jaar geleden van 'folteringen en verkrachtingen' beschuldigde en de klachten tegen M. Vervloesem organiseerde. Volgens de schriftelijke verklaring van één van de zogenaamde slachtoffers werd men voor de klachten tegen Marcel Vervloesem, door Victor V. en bepaalde kranten betaald.

De petitieactie van Victor V. bracht amper een 13-tal handtekeningen uit Morkhoven en omstreken op en die kwamen dus vermoedelijk van de criminelen waarmee Victor V. de klachten destijds organiseerde. Daar komt nog bij dat M. Vervloesem op 15.11.2006 werd vrijgesproken voor de klachten van Victor V. en zijn companen waarvan het merendeel wegens diefstallen, inbraken en gewapende roofovervallen in de gevangenis zat.

De Werkgroep Morkhoven overhandigde op 23.10.2006 ook een Open Brief aan de Antwerpse procureur-generaal Christine Dekkers waarin een 30-tal processen-verbaals waren opgenomen waarin de zedenfeiten van Victor V. met kinderen en minderjarigen worden beschreven. Die klachten werden door het parket van Turnhout dat ook geen onderzoek voerde naar de kindermisbruikers en kinderpornoproducenten in de kinderpornozaak Zandvoort, immers nooit onderzocht.

Victor V. werd integendeel dank zij het Herentalse Sp.a-partijbestuur en Sp.a-burgemeester Jan Peeters in februari 2006 tot bestuurslid van het OCMW van de Stad Herentals benoemd en mag daar mede in jeugdzaken beslissen.

Hij stond vorig jaar zelfs mee op de kieslijst van de Sp.a en zou met zijn 109 stemmen in de Herentalse gemeenteraad mogen gaan zetelen.

Zowel de Herentalse Sp.a en CD&V-politici als het parket van Turnhout zouden deze zaak graag in de doofpot willen steken en doen alsof er niets is gebeurd. Zelfs de 30 processen-verbaals met de zedenfeiten van Victor V. willen ze erbij nemen op voorwaarde dat Victor V. in het OCMW-bestuur mag blijven of tot gemeenteraadslid wordt benoemd. Zij gaan er klaarblijkelijk van uit dat de Herentalse burger behoefte heeft aan dergelijke dubieuze figuren.

De skynetgroepen Justitie werden van het Internet gehaald vlak nadat de Werkgroep Morkhoven op http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven had medegedeeld dat het werken met de MSN-groepen zodanig onmogelijk werd gemaakt dat men er een speciale skynetblog had bijgenomen waarop uitsluitend de artikels van de Werkgroep Morkhoven zouden worden gepubliceerd. De Werkgroep ging er van uit dat de skynetblogs 'veiliger' waren...

Marcel Vervloesem kreeg op 15.11.2006, nadat hij was vrijgesproken voor de klachten van Victor V. en zijn bende, een spreekverbod met de pers opgelegd. Maar zoveel verschil zal dat echter niet uitmaken want de Vlaamse pers heeft de voorbije jaren toch alles gedaan om de kinderpornozaak Zandvoort met haar -volgens een rapport van de federale politie- 88.000 slachtoffers, stil te zwijgen. Vandaar dat de Vlaamse pers met dit spreekverbod dat tevens een aantasting van de persvrijheid is, stilzwijgend akkoord gaat.

De Vlaamse pers verzweeg niet alleen het feit dat de slachtoffers in de Zandvoort-zaak nooit geidentificeerd werden en dat de kindermisbruikers en kinderpornoproducenten in deze zaak nooit werden opgespoord. Zij zweeg ook over de Franse jeugdmagistraat die op het kinderpornomateriaal voorkomt maar die volgens een schriftelijke verklaring van inspecteur Georges Zicot (zaak Dutroux) een baruitbater uit het criminele milieu van Charleroi was (terwijl de Werkgroep Morkhoven wist te achterhalen dat het hier een valselijke verklaring van Zicot betrof).

De Vlaamse pers stelde zich gedurende de voorbije 9 jaren zelfs niet eens de vraag hoe het eigenlijk stond met het 'onderzoek' in de kinderpornozaak Zandvoort. Zij stelde zich tevreden met het antwoord van Justitieminister Onkelinx aan Ecolo-parlementslid Zoë Genot waarin de minister het over een 'individueel dossier had waarin zij niet kon tussenkomen'. De gerechtsjournalisten (als men ze zo mag noemen) van de Gazet van Antwerpen, Het Laatste Nieuws en Het Nieuwsblad die mede aan de grondslag lagen van de klachten tegen Morkhoven-activist Vervloesem en er zelfs voor zouden betaald hebben, bleven Marcel Vervloesem wel 9 jaar lang als een 'kindermisbruiker' afschilderen en hadden het over de 'weerloze slachtoffertjes van Vervloesem'.
Zoals gezegd, bedoelde men daarmee een tiental 40-tigers waarvan het grootste gedeelte wegens diefstallen, inbraken en gewapende roofovervallen achter de tralies zat.
De Vlaamse pers en het parket van Turnhout hebben immers meer sympathie voor de geörganiseerde criminaliteit dan voor een actievoerder die kindermisbruiken bestrijdt.

Het is dan ook niet verwonderlijk dat zowel de Vlaamse pers als het parket van Turnhout de Open Brief van de Werkgroep Morkhoven aan procureur-generaal Christine Dekkers met daarin het 30-tal processen-verbaals met de zedenfeiten van Victor V. met kinderen en minderjarigen, angstvallig voor het publiek verborgen houdt alhoewel men er een afschrift van ontving.

Vandaag hoeven actievoerders gelukkig geen rekening meer te houden met de gecensureerde en zichzelf kortwiekende pers en kunnen zij hun informatie over bepaalde zaken op het Internet publiceren. Justitie heeft dat maar al te goed begrepen terwijl de pers de kat uit de boom kijkt en zich afvraagt hoe zij op deze nieuwe ontwikkelingen moet reageren.

Het is dus logisch dat men, nadat men Marcel Vervloesem via een gerechtelijk vonnis het zwijgen heeft proberen op te leggen, thans ook probeert om de Werkgroep Morkhoven en de Stichting van Prinses de Croÿ tot zwijgen te brengen door al hun publicaties systematisch van het Internet te halen.
Met de grondwettelijke scheiding der machten in België hoeft het parket van Turnhout geen rekening te houden zolang de pers en politici ermee akkoord gaan dat die in bepaalde gevallen niet bestaat.

De Werkgroep vraagt zich langzaam af waarom het parket van Turnhout haar ware gezicht niet laat zien. Men kan de leden van de Werkgroep Morkhoven immers ook gewoonweg in pure maffiastijl uit de weg laat ruimen. Of kan dat soms niet in een zogenaamde democratische rechtsstaat ?
Die methode is immers heel efficiënt zoals men uit de moorden in de zaak Dutroux en uit de moord op Morkhoven-medewerkster Gina Bernaer die maandenlang via haar nauwelijks functionerende Belgacom-telefoonlijn gepest en bedreigd werd, ongetwijfeld heeft geleerd.
Dergelijke gangsterpraktijken zijn trouwens minder kostelijk en werken veel sneller en doeltreffender dan de manipulatietechnieken die men gebruikt om gevoelige gerechtelijke dossiers in de doofpot te kunnen steken.

Vermoedelijk heeft ook heel de recente heisa rond Prins Laurent en de zware kritiek op justitie er mede toe geleid dat de skynetgroepen 'Doofpot Justitie' en 'Slachtoffers Justitie' van het Internet werden gehaald.
De Belgische regering is bang van corruptieschandalen en verdraagt geen kritiek van de gewone burger die zich maar al te goed herinnert dat de regering na de Witte Mars van 10 jaar geleden, allerlei gerechtelijke en politionele hervormingen beloofde.
Uit de zaak rond Prins Laurent blijkt nog eens op welke manier de Belgische Justitie klungelt om allerlei zaken in de doofpot te steken en het is de Werkgroep opgevallen dat Justitieminister Onkelinx, in tegenstelling tot de zaak Zandvoort, nu wél contact kon opnemen met de betrokken procureur-generaal. Maar tja, dat gebeurde dan ook voor het oog van de vele camera's en de pers waaraan Onkelinx steeds haar allerliefste snoetje laat zien.

Hierbij publiceren we een eerste uittreksel van de skynetblog 'Doofpot Justitie' die verdwenen is.
De rest volgt natuurlijk alhoewel de bedreigingen die Prinses de Croÿ een drietal dagen geleden van een zekere Charly N. ontving, er op wijst dat bepaalde figuren die goede contacten hebben binnen de federale politie en Justitie, klaar staan om desnoods geweld te gebruiken tegen de leden van de Werkgroep Morkhoven.


Doofpot Justitie, Laatste commentaren: AGA op  Dag voor een Andere Politiek..., Geen titel op  Dag voor een ..., Groen! op  Witte Mars: 1..., Tinny Mast op  Witte Mars: 1..., Tinny Mast op  Witte Mars: 1..., Een andere politiek ...op  Dag voor een ..., Sp.a-partijkaart op  Dag voor een ..., Herentalse OCMW en g... op  Witte Mars: 1..., Mededader moord op J... op  De moord op J..., Groen ! op  Witte Mars: 1..., Geen titel op  Witte Mars: 1..., Kamerleden op  Witte Mars: 1..., Politici-bordeelschu... op  Witte Mars: 1..., Senatoren ontvangen ... op  Witte Mars: 1..., Geen titet op  Witte Mars: 1..., Procureur Generaal op  Witte Mars: 1.., Slachtoffers pers op  Witte Mars: 1..., Procureur-Generaal: ...op  Witte Mars: 1.., Vuile rol van SP.A op  Verkiezingen ..., Reconstructie op  De moord op J..., Centraal Station her... op  De moord op J.. , Mes voor moord op  De moord op J..., België ontzet over u...op  De moord op J.., Uitstap moordenaar J... op  De moord op J.., Dewael en Onkelinx w... op  De moord op J.., Moeder Joe geschokt ... op  De moord op J.., Olmert's popularitei... op  En wat met on.., Foto's vredesmanifes... op  En wat met on.., Londen: 100.000 beto... op  En wat met on.., 8.000 betogers op  En wat met on.., 2.000-tal betogers o... op  En wat met on.., Abdallah Ait Oud bli... op  Stacy Lemmens.., nazi s op  Israël wil Lib.. , Bilaterale contacten... op  Karel De Guch..., Geen vrede in het Mi...op  Karel De Guch.., Hoop op vrede weggeb... op  Israël blokke.., Politie beëindigt si... op  Libanon wordt.., Vermoedelijke moorde...op  Nog geen spoo.., MTI op  Nederland ric.., Midden-Oosten: Prote..  op  Libanon wordt.., Israël valt Libanon ...op  Libanon wordt.., Nederlandse regering op  Libanon wordt.., European protest op  En wat met on.., Israël: chemische wa.. op  Libanon wordt..., Amerikaanse marinier... op  Israël wil Li.., Uitlevering moordena... op  Tweede dader .., Forum Israël op  Libanon wordt.., op  Libanon wordt.., Palestijnse vluchtel.. op  En wat met on.., Actie Palestina op  En wat met on.., Ethisch verantwoord ... op  Sp.a: Sociaal.., Stop Geweld ! op  En wat met on.., De Batselier haalt u... op  Sp.a: Sociaal.., Vader Nathalie stelt..  op  Vermoorde mei.., 'Liberalisering Ener... op  Preventel voo.., Minderjarige vrij op  Busmoord Antw.., Internetpolitie op  Vermoorde mei.., Wet Lejeune op  Vermoorde mei.., Onkelinx schuldig op  Vermoorde mei.., Knuffelberen op  Vermoorde mei.., Opbrengst verkoop kn... op  Vermoorde mei.., Onderzoek Politieopt.. op  Busmoord Antw.., DNA-resultaten op  Stacy Lemmens.., Verdachten vrij op  Busmoord Antw.., Stacy begraven op  Stacy Lemmens.., Vraag en antwoord op  Tweede dader ..., Nathalie begraven op  Stacy Lemmens.., Uitvaart Guido Demoo.. op  Busmoord Antw.., De Telegraaf op  Stacy Lemmens.., DNA-spoor op  Stacy Lemmens.., Demoor overleden aan... op  Busmoord Antw.., Onjuiste informatie op  Vermoorde mei.., Marcel Vervloesem: '...op  Stacy Lemmens..., Vindplaats anoniem g... op  Stacy Lemmens.., Na Stacy ook lichaam...op  Stacy Lemmens.., Vlaams Blok gooit no...op  Busmoord Antw..., Woensdag 15 uur: blo...op  Busmoord Antw.., De Lijn zet vanaf wo...op  Busmoord Antw.., Busincident niet lan...op  Busmoord Antw.., Drie op vier herkent.. op  Luikse meisje.., Parket vraagt verlen...op  Luikse meisje.., Radio Centraal inter... op  Busmoord Antw.., Marokkaanse en Turks... op  Busmoord Antw.., Alain Courtois: biog...op  Luikse meisje.., Moeder Stacy: voetba...op  Luikse meisje.., Moeder Nathalie wil ...op  Luikse meisje.., De Standaard maant a...op  Luikse meisje.., Nieuw zoekwerk naar ...op  Luikse meisje.., Kinderporno: Konings...op  Luikse meisje.., Moeder Nathalie ontm...op  Luikse meisje.., Beslissing uitgestel...op  Tweede dader .., Victor Vervloesem: o...op  Cd-roms kinde.., Ait-Oud vrij door 'g...op  Nog geen spoo.., ,,Geef ze terug, doe.. op  Nog geen spoo.., Toch geen alibi voor... op  Nog geen spoo...

Archief per maand:

10/2006, 9/2006, 8/2006, 7/2006, 6/2006, 5/2006, 4/2006, 3/2006, 12/2005, 11/2005, 10/2005, 09/2005, 08/2005, 07/2005, 06/2005, 05/2005, 04/2005

12:03 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2007

Skynetblogs Justitie van het Internet gehaald - 'Freedom of speech' à Internet ?

 

La princesse Jacqueline de Croÿ chez les activistes du Werkgroep Morkhoven

Image Hosted by ImageShack.us
Jacqueline de Croÿ et Marcel Vervloesem à Morkhoven


mardi 14 octobre 2003


'Freedom of speech' à Internet ?
Internet ne garantie pas le 'freedom of speech'.

Bruxelles, 9 octobre 2003 - La princesse Jacqueline de Croÿ, de la fondation qui porte son nom, a rendu visite au Werkgroep Morkhoven et a longuement parlé avec Marcel Vervloesem. La Fondation Princesse J. de Croÿ qui a pour objectif de lutte contre la cruauté envers les enfants, est vivement intéressée par les enquêtes des activistes sur les réseaux pédocriminels internationaux. Les associations ont récemment créé conjointement un organe de presse Internet : PEDOCRIMINALITE - http://fr.groups.yahoo.com/group/PEDOCRIMINALITE/

19:40 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/01/2007

Nieuw veiligheidslek ontdekt in Microsoft Word

Image Hosted by ImageShack.us


BONN - Experts hebben een nieuw veiligheidslek ontdekt in Microsoft Word. Het lek is mogelijk erg gevaarlijk. Dat meldt de Duitse Federale I.T.-veiligheidsdienst BSI.

Hackers kunnen de bug gebruiken om eender welk commando uit te voeren op externe computers. Het veiligheidslek wordt vooral gevaarlijk bij het openen van Worddocumenten die als attachment bij e-mails dienen.

Zolang er nog geen nieuwe veiligheidsupdate bestaat, raadt BSI aan om enkel Worddocumenten te openen van vertrouwbare bronnen. Het lek zit in Word 2000, Word 2002, Word 2003, Word Viewer 2003. Microsoft Word 2007 blijft ervan gespaard.

De Standaard, zondag 7 januari 2007 | Bron: BELGA

04:09 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

MSN-groepen: eindeloze problemen

Image Hosted by ImageShack.us

Sinds 6.1.2007 is het onmogelijk om nog berichten op de MSN-groep van de Werkgroep Morkhoven te plaatsen.

Zoals gewoonlijk wordt er contact opgenomen met het MSN Groups Support Team.

Ook tal van andere MSN-groepen ondervinden aan de lopende band problemen.

Nadat de Herentalse burgemeester Jan Peeters (Sp.a-kamerlid) via de lokale radio en televisie een oproep liet doen om de 'website van de Werkgroep Morkhoven van het Internet te halen', namen de problemen met de MSN-groepen WerkgroepMorkhoven en FondationPrincessedeCroy op een onrustbarende wijze toe.
Volgens Peeters wilden een aantal mensen uit de wijk 'Koninkrijk' te Morkhoven dat de nieuwsgroep van de Werkgroep Morkhoven van het Internet verdween.
Het betrof hier echter een petitieactie met 13 handtekeningen van het Herentalse Sp.a-bestuurslid Victor V. die 9 jaar geleden de Morkhoven-woordvoerder Marcel Vervloesem van 'folteringen' en 'verkrachtingen' beschuldigde.
Victor V. wordt door Jan Peeters en het Herentalse Sp.a-bestuur ten volle ondersteund terwijl Marcel Vervloesem op 15.11.2006 voor de klachten van Victor V. werd vrijgesproken en Victor V. in een 30-tal processen-verbaals van zedenfeiten met minderjarigen voorkomt. Victor V. werd vorig jaar tot bestuurslid van het OCMW van de stad Herentals benoemd en mag daar mee in jeugdzaken beslissen.

03:48 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Taupe N° 2

La pétition, le bakouniste et le colonel Brabant

Le monde associatif comptait un certain Charly N., qui s'était choisi le pseudonyme "bakounyst" pour justifier d'incessantes attaques gratuites par un pseudo anarchisme.  Il se disait "membre d'un Comité Blanc", ce qui ne signifie pas grand chose, vu le nombre de Comité Blanc à membre unique, mais ce qui est significatif d'un but qu'il prétendait avoir: celui d'aider les victimes et lutter contre la pédocriminalité.

Ses attaques étaient pisse-vinaigre et il se concentrait sur G., sans trop oser s'attaquer à Marcel Vervloesem (Werkgroep Morkhoven) que tous espéraient séduire, pour bénéficier de son savoir unique sur les réseaux. Nous avions trouvé une moyen intéressant de lui demander s'il signerait la pétition pour le gendarme en rajoutant son nom avec un gigantesque point d'interrogation rouge, et il s'enflamma sur le forum du gendarme:-

From: "bakou10"

To: <dignite@yahoogroupes.fr>

Sent: Thursday, August 14, 2003 6:45 PM

Subject: [dignite] dépassement des bornes

Je passe par ce newsgroup "dignité" parce qu'on ne s'y retrouve plus dans les communiqués morkhoven, Issakaba, Holvoet & consorts. Je tiens à prévenir que si on me cherche des poux, on va me trouver !! Sur ces newsgroup et pseudo sites web imbriqués:

1.- Une pétition en soutien à Holvoet : y est mentionné mon nom en rouge avec points d'interrogation. je n'ai jamais rien demandé de tel !!!! Ce procédé ( appel du pied) est indigne de gens qui disent se battre pour... la dignité !!!!  Pour ceux qui me lisent, ils savent que je ne crois pas au pétitionnement.

2. - Dans les" linken " du fourre-tout-msn- morkhoven" : une citation prétendument mienne :-

"Citation de Charly N., Libertzone -  'Ceux qui croyaient que les jeux étaient faits ou, plus grave, que la justice s'était organisée pour "étouffer" l'affaire (Dutroux), comme cela a été dit d'abondance au fil des ans, ont eu tort.' "

Je ne sais d'où sort cette phrase qui de toute évidence, sortie de son contexte,  ne veut pas dire grand chose.

Si dans les quarante-huit heures ces deux mentions ne sont pas ôtées de là où elles se trouvent,  je dépose plainte. Le chef de zone, par chez moi, est un certain ex-colonel Jean-Marie Brabant, très efficace à ce qu'on dit.

Charly N.  - libertzone.org

La menace était celle d’une plainte diffamation, ce qui nous avait beaucoup amusé, car Charly N. allait avoir à expliquer à un tribunal ce qu'il y avait de diffamatoire à noter qu'il faisait l'éloge de la justice belge, et comment il justifiait des menaces publiques des représailles d’un colonel.

C’était destiné à faire peur, ce qui est interdit  par la loin et fonctionna très bien avec G.: 'Brabant faisait trembler toute la Belgique', disait-elle, en demandant  d'enlever  le point d'interrogation rouge.

C'était le colonel qui avait piégé les policiers Bill et De Baets dans un montage sur deux ministres homosexuels, de manière à faire croire qu'ils avaient falsifié ce dossier pour faire de faux scandales sur des personnes importantes. Ils furent par extension, accusé d'avoir falsifié un dossier réellement dangereux: celui de Regina Louf, prostituée durant l'enfance, de manière à fermer virtuellement le dossier. 

Je rappelais alors que les généraux de l'Otan me faisaient des baisemains et je je n'étais pas susceptible de me laisser impressionner par un colonel de gendarmerie. La partie amusante de cette tempête dans une tasse de thé pour un point d'interrogation rouge, était qu'elle confortait des rumeurs assurant que Charly N. travaillait pour les services secrets belges. Le pas suivant était de lui faire expliquer pourquoi il renonçait au soutient qu'il avait apporté au gendarme Holvoet l'année précédente.  G. dit alors en public: 'Bof, il voulait sûrement parler de la rue du Brabant à moins qu'il ait pété un plomb. Bien sûr qu'il soutient Willy H.'

Charly N. doublait ses menaces, comme pour faire oublier le  point d'interrogation, dont une à G. en rajoutant copie de son carnet d'adresses, avec une série de fonctionnaires à la réputation douteuse: 'Soyez attentive à vos propres plombs, Chère Madame Arens'.

Puis, comme s'il découvrait avoir été trop loin pour jamais parvenir à berner Marcel Vervloesem, il menaça directement le Werkgroep Morkhoven auquel il écrivait: 'En espérant ne pas devoir nous retrouver devant les tribunaux à cause de Madame de Croÿ. Ce serait dommage.'

Nous avions choisi de nous conformer au droit international en constituant un organe de presse, protégé par le droit à l'information et la liberté d'expression, dans le respect de la déontologie européenne. Les traités internationaux reconnaissent le journalisme amateur, seule possibilité d'éviter le cartel de l'information, soit une entente illicite qui empêche, restreint ou fausse l'information. Nous n'avions pas accès une concurrence loyale, car nous ne pouvions nous permettre qu'Internet. Le succès vint avec nos réponses aux attaques dans notre rubrique "rigolothérapie", basée sur l'article V du code Européen relatif à la liberté d'expression et d'information par les médias, qui accorde la liberté de satyre, dont un degré plus large d'exagération et même de provocation, pour autant que le public ne soit pas trompé au sujet des faits. Cela nous permettait des points d'interrogation de toutes les couleurs sur tout ceux dont la notion de la protection de l'enfance épate par son originalité. L'histoire du Colonel N. en chef de régiment de toute la racaille était irrésistible. C'était léger, amusant, avec des caricatures et des petites bombes qui explosaient de ci delà, permettant à qui le voulait de décider de la part d'exagération, de provocation et de vérité. La Rigolothérapie faisait tant rire que certains demandaient d’annuler l'inscription à leur adresse professionnelle, de peur que leurs employeurs ne les accusent de s'amuser sur Internet à la place de travailler.

Il n'y a rien de plus limité que les corrompus. Nous étions piratés de manière à ce que chaque fois que nous enregistrions une nouvelle page ou une nouvelle photo dans nos sites, nos ordinateurs se bloquaient, nous devions les redémarrer pour continuer à travailler. Chaque publication nous prenaient dix fois le temps normal. Ces attaques étaient une source sans fin d'amusement, tant elles étaient absurdes et sans fondement. Pourtant, elle nous éloignaient de notre objectif, qui était de publier les dossiers clôturés faute d’élément. Ces dossiers étaient officiellement considérés vides. Il n'y avait donc aucune raison de les maintenir secrets.

Je commençais par l'affaire Schadwald, ce garçon de 11 ans, disparu à Berlin en 1993. Marcel Vervloesem l'avait retrouvé dans les archives de Zandvoort, sur deux affiches de films pédo- pornographique. Il avait  retrouvé l'appartement où le petit garçon avait été séquestré, l'hôtel où avaient été tourné les films, le témoignage d’un homme qui affirmait avoir assisté à son meurtre dans un film smuff, après qu’il ait tenté d'appeler sa mère sur un téléphone défaillant. Le principal défaut d’éléments dans cette affaire, était corps de Manuel qui n’a jamais été retrouvé, raison qui semble avoir justifié le refus d'enquête. Nous lancions donc un appel à témoins, avec les portraits sans noms de personnes à  lourds casiers judiciaires, de patrons ou employés de bordels et proches de la bande qui l’avait exploité, afin de trouver les éléments susceptibles d'ouvrir les yeux de la justice.

La publication donna lieu à une attaque d'une violence sans précédent. Les pages sur Manuel furent automatiquement redirigées sur la page d'accueil de manière à être inaccessibles. Curieusement, les articles sur le Colonel N., ses commentaires révolutionnaires sur de la justice belge et le point d'interrogation rouge furent éradiqués en même temps.

Toute tentation de me priver de ma liberté d'expression engendre en moi une poussée d’adrénaline qui me pousse à travailler dix-huit heures consécutives sans ressentir de fatigue. La journée étant longue devant moi, je décidais de publier un autre dossier sensible dont la justice n’a pas trouvé d’élément: celui d’un juge de la jeunesse français, identifié à l'époque du scandale Coral, alors qu'il s'est laissé photographié déculotté en train d'abuser Nordine, un garçon de 11 ans. Cette même photo avait été retrouvée dans les archives de Zandvoort sur la couverture d'un magazine pédopornographique brésilien, avec une liste qui répertoriait plusieurs autres personnes impliquées dans le scandale du Coral.

Comme les innocents n’ont rien à craindre, la tâche élémentaire eut été de retrouver Nordine et questionner ce juge, qui aurait pu apprécier la magie du détecteur de mensonge, mais il préférait manifestement laisser planer un doute. Comme la photo et les listes manquaient d’éléments, selon la justice de Turnhout, il n’y avait à nouveau aucune raison priver le public d’un dossier vide. Je le publiais, titré inspiré du procureur Janssens (Turnhout): "Ce Pédophile n’est pas un Magistrat".

Nous recevions une cinquantaine "d'erreurs téléphoniques" en quelques jours, puis mon site disparaissait. Je croyais a un accident technique, mais l’hébergeur Bravenet répondait que cela avait été fait suite à des plaintes de services secrets belges, soit illégalement faute de jugement sur s'il respectait les traités internationaux. L'email fut traduit en neuf langue, même l'arabe.

Charly N. était très offensé, niant férocement les raisons de Bravenet pour avoir détruit mon site, assurant qu'il l'avait été au motif de diffamation à son sujet, ce qui fut sujet d'un petit dessin animé pour "Rigolothérapie":

 

? Le 14 août 2003, un dit "bakounyste", collaborateur d'un collectif pour la protection de l'enfance, nous menace des représailles de l'ex-colonel de gendarmerie J.M Brabant, pour avoir accolé son nom d'un point d'interrogation rouge, et publié une de ses citations qui vante la droiture des autorités belges. Le Werkgroep Morkhoven est menacé de poursuites judiciaires pour les pages satyriques de la princesse de Croÿ.  Les deux associations  attendent le peloton d'exécution pour point d'interrogation déplacé, mais en vain.  

Le 17 septembre 2003, plainte est déposée pour diffamation auprès de MSN. Sans la moindre forme de procès, l'hébergeur éradique la rubrique satyrique des sites de travaille de la Fondations et du Werkgroep Morkhoven. Ainsi disparaissent toutes les pages  de l'organe de presse "Rigolothérapie", relatives au joint venture des extrêmes droites et gauches, du piratages des sites: retraits des photos de nos reportages, menaces et appels téléphoniques anonymes quotidien, droit de réponse humoristique au collectif qui, en lieu et place de poursuivre leur but de la protection de l'enfance, cherche sans relâche à ridiculiser nos associations. L'hébergeur MSN n'a toujours pas statué.
Le 14 octobre 2003, Eradication du site de la fondation par "Bravenet", du fait que son hébergeur canadien a reçu des plaintes au sujet des commentaires sur les services secrets belges.

Le collectif bakounyste s'en amuse publiquement: Je serais vous, je constituerais un nouveau collectif de "lutte contre la fermeture intempestive de sites Web"... ou encore "La princesse chez Bill Gates & activistes de Microsoft",

L'organe de presse Indymedia.be éradique notre droit de réponse et le bakouniste démissionne, se disant écoeuré de nos organisations décrites en tant que "aristocratico-catho-trotsko"

Bien que plusieurs mois seront nécessaires pour remettre la totalité du site en ligne, les reportages majeures en version française sont de retour et le site est largement amélioré.

Nous profitons de cette occasion pour rappeler que nous avons besoin de traducteurs pour rendre cette lutte internationale, et d'informaticiens pour nous aider à lutter contre les piratages, et de personnes capables de copier le site chez divers hébergeurs, afin que de simples plaintes anonymes ne puissent plus le toucher.

La Fondation Princesse de Croÿ et le Werkgroep Morkhoven remercie tous ceux qui ont manifestés leur soutien, particulièrement à l'occasion de ces histoires significatives du monde de la lutte contre la pédocriminalité.

Bravenet Web Services Support [Tim - Support Manager] - October 14, 2003 10:14:35

Chère Jacqueline,

Ainsi que spécifié dans notre règlement général que vous avez approuvé lors de votre inscription pour un compte Bravenet, nous nous réservons le droit d'éliminer un compte sans avis préalable si nous trouvons que le contenu ne convient pas au public.
Du fait que nous avons reçu des plaintes au sujet des commentaires sur les services secrets belges, nous avons dû éliminer le compte associé.

Nous comprenons l'importance du site, alors nous vous permettrons d'ouvrir un nouveau compte si ce genre de moquerie en est enlevé
. Merci.

02:45 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Taupe n° 1

Taupes, association de malfaiteurs, pirates, faiseurs de troubles et corbeaux de la... "protection de l'enfance"

 

Du monde associatif à celui des criminels

  • Prélude (passez si vous connaissez l'affaire nigériane)
  • Découverte du monde associatif
  • Association de malfaiteurs, bakounisme et aide à l'enfance
  • Le régime du gendarme
  • Suite...

Prélude

Six enfants étaient arrivés dans mon école, inscrits par un homme qui n’était pas leur père, emmenés tous les matins par une gouvernante et un chauffeur. Ils étaient à l’état d’animaux sauvages, ce qui s’avéra en raison de tortures, d’empoisonnements et d’agressions sexuelles. 

J’avais passé par un an d’enfer, constamment menacée de mort ou de diffamation pour faire fermer mon école, à moins que je ne les en chasse. Ma voiture avait été sabotée, mes pneus crevés et je n’étais pas parvenue à obtenir d’aide, ni de la police,  ni des organisations privées ou publiques.  

Les magistrats avaient refusé de me recevoir et classé le dossier sans suite, "faute d’élément", sans me demander l’adresse d’un bordel où les enfants avaient été emmenés, et alors que celui qui dirigeait la bande était un contacte d'Annie Bouty, compagne de Nihoul impliquée dans le réseau Dutroux. Ils avaient, sur base d’erreurs judiciaires,  enfermé le père en prison, puis les enfants dans une institution publique, avec interdiction de me revoir.

Ma maison avait été détruite, comme passée par une tornade. J’avais tout perdu : mon école, mon travail, mes moyens de survie. J'étais à ramasser à la petite cuillère et m'étais rendu au service social de la commune, leur demandant de l'aide pour me remettre sur pied. Une très gentille assistante sociale fut suivie par des gens qui affichaient des sourires de circonstances mais, plutôt que de me mettre aux mains de mon assurance médicale, m'ont laissé végéter jusqu'à ce que je perde tous mes droits, même aux allocations de chômage. Je n'avais pas imaginé que la chef de service était celle qui m'avait refusé de l'aide avec mes petits princes, en violation de l'ordonnance de justice. Elle m'accusa alors de tricher sans moindre fondement, puis m'enleva mes droits. Le service d'assistance aux victimes m'assura que je n'avais aucun droit à des compensation, ce qui était faux. Le système consiste en une succession de fautes graves,  obligeant les victimes à entreprendre un recours judiciaire après l'autre, alors qu'elles sont à peine en état de se maintenir en vie. 

 

Découverte du monde associatif

Je m’en allais surfant sur Internet, pour trouver de l’aide. J'envoyais un résumé de ce qui nous était arrivé sur le site "Julie & Melissa", mais n'obtenais aucune réponse, si ce n'est que quelques jours plus tard, du gendarme Holvoet. Il me demandait comment était-il possible que je n'obtenais pas d'aide, avec un nom tel que le mien. Je ne comprenais pas non plus. J'avais pourtant employé la belle-fille de Daniel Cardon, président de Child Focus, qui m'avait promis une aide qui ne nous est arrivé.  

Le gendarme avait un forum à succès. Il s’y trouvait un monde nouveau, auquel je n’aurais jamais pu croire autrefois, si je n’avais pas combattu le réseau nigérian.

Mon résumé fut attaqué par FREDI, alors Fédération pour la Recherche d'Enfants Disparus via l'Internet, une organisation Suisse, avec une virulence qui eût brisé n’importe quelle victime. Chacun de mes mots était tournés, de manière à faire croire que c'était un roman. Un travail minutieux que l'auteur avait envoyé à deux heures du matin, comme dans une insomnie de rage à faire disparaître les traces du réseau et de la corruption des services en place. La cruauté des assistants sociaux avec ces enfants m'avait apprise que la colère est mauvaise conseillère et je répondais, froidement, remettant chaque mots dans leur contexte.

La même personne attaquait alors Marc Cohen, également de manière vicieuse alors qu'il recherchait de l'aide, sa fille ayant été enlevée par une mère déséquilibrée, qui avait des amis puissants. Personne n'intervenait pour lui porter assistance. Je comprenais dés lors que les victimes n'avaient aucune chance d'obtenir de l'aide.

Sur le site de SOS-Enfants, les attaques se répétaient, cette fois-ci  en me refusant tout droit de réponse. J'envoyais alors à des centaines de personnes, des parents de mes anciens  élèves employés à la CEE, organisations internationales, ministres et parlementaires, un résumé des attaques de SOS-Enfants... envers des victimes que cette organisation parastatale était supposé secourir, avec copie conforme sur ce site, jusqu'à ce que mon droit de réponse soit publié.

Une amie journaliste me prévenait que des collègues, qu'elle avait appelé pour diffuser mon histoires, lui avait répondu qu'il s'agissait d'un canular, que Claude Lelièvre, délégué aux Droits de l'enfants, leur avait assuré tout ignorer des six petits princes nigérians emmenés dans des bordels et enfermés en institution publique.

J'avertissais donc Claude Lelièvre et pour tout aide, il me conseilla de poursuivre l'état belge, ce qui était peu susceptible de pouvoir être entrepris par une personne qui avait perdu santé et fortune. Quinze jours plus tard, il écrivait à une de mes anciennes correspondantes scolaires qui lui demandait de libérer ces enfants, qu'il ignorait de qui il s'agissait. Les Comités Blancs m'assuraient alors qu'ils suivraient l'affaire, mais ce fut suivi de rien du tout. 

Ce monde associatif était incompréhensible, si loin de ce à quoi on s'attend et je finissais par croire que ces gens ne s'occupaient des victimes de prédateurs isolés, non pas de réseaux.  Autant dire que rares sont les victimes qui y survivent.

 

Association de malfaiteurs, bakounisme et aide aux victimes

Sur le forum du Gendarme, un certain L. se vantait de son mandat international pour association de malfaiteurs et diffamations. Il s'était rendu célèbre pour avoir écrit un livre avec un journaliste, qui prétendaient posséder une photo du  roi de dos, alors qu'il serait en train d'abuser d'une jeune fille, ce qui faisait rire tous le monde, car si les analyses comparatives de visages sont fiables, il n'en est pas le cas des analyses comparatives de derrières.

L. serait le "fils non reconnu d’Haroun Tazief", devenu  logisticien du groupe terroriste "Cellule Communiste Combattantes", duquel il se serait régulièrement rendu en prison pour y revoir le chef, selon lui. Il  avait été surpris à communiquer avec les services secrets.  Il avait infiltré la quasi-totalité des Comités Blancs desquels il avaient été chassé pour avoir semé la zizanie, selon d'autres.

Fou, manipulateur? Nul ne sait à qui il a à affaire dans ce milieu. L. alimentait un site, "Dignaction" et se posait en expert en matière de pédocriminalité. Il développait des intrigues les unes après les autres avec un pseudo "Bakounyst", lançant des petites phrase anodines qui invitaient à des réponses anodines qu'ils transformaient pour en faire des attaques féroces. Ils s'acharnaient systématiquement sur G., qui répondait pas des colères épouvantables.

Le plus étonnant était de constater que le gendarme se laissait insulter sans rien dire, sous prétexte de "liberté d'expression". Il m’avait conseillé une maison d’édition, à laquelle j’envoyais un mot, leur demandant si un ouvrage comme le mien pouvait les intéresser.  En réponse, je reçus un mail de Lavachery qui me proposait un rendez-vous sur les marches du Palais de Justice pour étudier mon dossier. Je sortais de ma guerre nigériane, sans aucune envie de me retrouver avec la Cellule Communiste Combattante, à demander l’aide à un terroriste, susceptible de se faire arrêter lors d’un  rendez-vous… avec  moi!

Le gendarme m’avait envoyé P., une femme traumatisée d’apprendre que ses enfants avaient été victimes d’un père pervers. Nous découvrions avec stupéfaction, que son ex mari avait utilisé toutes les mêmes méthodes que la maffia nigériane pour l’embrouiller, dont le poison et le harcèlement, mais également sa foi chrétienne des victimes. Les  criminels belges, à l’instar des africains, séparés de tout lien géographique, culturel et social, avaient convaincu les enfants qu’autrefois, les serpents avaient des bras et que les voyant mauvais, Dieu les en avait privé. Ils les avaient également convaincu que les vers de terre étaient des serpents. Nous en avions conclu à une secte pédo-satanique, parvenant à réunir des personnes de tous bords et de tous milieux.

L. et Charly N. ("Bakounyst") étaient accouru chez P., d’abord très gentils, lui téléphonant, la déposant chez moi en voiture. En suite, ils la persuadaient que tout ébruitement des similitudes entre l’affaire nigériane et celle de ses enfants, la mettrait en danger : comme si il fallait à tout prix cacher l’existence d’une secte de cette espèce, et permettre à d’autres enfants de tomber dedans.

Elle se laissait flatter, les trouvait amusants, puis se laissait persuader que le gendarme piratait nos ordinateurs et qu'elle devait le dénoncer. L'anarchisme ne consistait non plus à envoyer des bombes, mais à manipuler des imbéciles pour leur faire balancer l'ennemi du moment à la police !  Je ne m'attendais pas à un monde très élégant, mais pas non plus à un monde si laid. J'en avertissais le gendarme et ce fut la fin d'un beau projet d'aide aux victimes en collaboration avec P., manipulable à se laisser utiliser dans un but manifeste de nuire.

 

Le régime du gendarme H.,

Lorsque Julie et Melissa avaient été retrouvées mortes de faim, après avoir passé un an dans la cave de Marc Dutroux, la gendarmerie allait avoir à expliquer pourquoi elle avait surveiller la maison de ce pédophile récidiviste, prétendument  pour attraper les clients d’un plus vaste réseau, plutôt que de libérer les enfants. Le gendarme avait alors témoigné avoir vu ses collègues faire disparaître des dossiers de leurs ordinateurs à la veille de la commission sur d’enquête et que depuis, il était toujours objet de la vengeance de ses collègues, relégué à des tâches ingrates et insulté constamment.  Son fils aurait été violé par le chauffeur du bus scolaire, affaire classée sans suite, toujours par vengeance selon lui.

Il n'était pas défendu par les parents des victimes. Quand bien même auraient-ils eut une raison, rien ne justifiait leur refus de soutien à  mes petits princes nigérians, ce qui les rendait inexcusables.  C'est le virus de la célébrité, disent les victimes de l'ombre, une sale maladie.

Sur son site, deux photos qui semblaient présenter des jumeaux : un gros et un maigre. C'était le gendarme, avant et après quarante-deux jours d’une grève de la faim dont la presse n’avait jamais parlé. Il s'était pour se faire, installé au Werkgroep Morkhoven, faisant un parallèle entre les problèmes avec sa hiérarchie et les harcèlements qu'enduraient Marcel Vervloesem (Werkgroep Morkhoven) depuis qu'il avait apporté à la justice les premières preuves d'un gigantesque réseau  de traite d'enfants en Europe: Zandvoort.

De vilains ragots assuraient que sa grève de la faim n'avait été qu'un sérieux régime, nécessaire pour soulager son coeur d'une importante surcharge pondérale et utile pour se rapprocher du dossier Zandvoort. Il racontait avoir été spécialiste pour infiltrer divers mouvements, même en se déguisant en clochard et dormant sous les ponts pour les interroger discrètement sur ce qu'ils avaient pu voir. Il racontait des choses étranges, telles qu'il étaient nouvellement congédié, alors qu'il était en congé de convalescence, ce qui est légalement interdit. Il assurait que le ministre de l'intérieur, son patron et Child Focus étaient intervenus auprès de la CEE pour s'opposer par écrit à un emploi pour lequel il postulait, ce qui semblait un non-sens, car aucun d'entre eux n'avaient capacité pour ce faire.

Nous avions, pour lui venir en aide, fait une pétition nommée : "Lutte contre la Pédocriminalité; pas l'imbécillité." Curieusement, plutôt que de nous en remercier, il refusa de la signer et dit en public n'avoir jamais demandé rien de tel, comme s'il avait besoin d'une excuse ou de rester discret.

Cette pétition fut suivie d'une brouille que le Gendarme n'expliqua jamais, si ce n'est qu'il soutenait Marcel, maintenant que Jan et moi, qui construisions une banque de données phénoménale sur le réseau Zandvoort, "nuisions à sa réputation".  Le régime du Gendarme apparaîtra dans toute sa splendeur, quand il refusa de publier le nombre des victimes de Zandvoort:  80.839, selon la police fédérale ; 90.081,  selon Interpol. Un véritable crime contre l'humanité maintenu caché par les autorités et la presse belges. Il intriguera dans toutes sortes de différentes affaires, principalement pour nous dénigrer, mais sans jamais contribuer à nos enquêtes... alors qu'un policier eut été bien utile.

Suite du plus beau profile de l'aide aux victimes de réseaux pédocriminels...

02:32 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/01/2007

Problemen MSN-groepen: eindeloos

 

DE RESULTATEN VAN DE WITTE MARS

Image Hosted by ImageShack.us
De Witte Mars: tien jaar geleden


Antwerpen, 5.1.2007 - De problemen met de MSN-groepen in verband met de bestrijding van kindermisbruik lijken wel eindeloos te zijn.

Gisteren kregen we een schrijven van de MSN-groep JozefMoortgat waarin men ons medeelde dat er geen berichten meer gepubliceerd konden worden. Dat probleem blijkt inmiddels te zijn opgelost.

Vandaag waren de MSN-groepen ReginaLouf, FauvageScandals en FondationPrincessedeCroy aan de beurt.

Op de drie MSN-groepen zijn er weer foto's verdwenen. Op de MSN-groep FondationPrincessedeCroy zijn er zelfs hele reeksen foto's onvindbaar en zijn de dossierstukken die zich links van de Wat-is-Nieuw-pagina bevinden, niet meer te zien.

----------------

Van:  Pcesse de Croÿ
Verzonden: vrijdag 5 januari 2007 10:34:55
Aan: "Jan Boeykens"
Onderwerp: Le service ne fonctionne pas


----- Original Message -----
From: Pcesse de Croÿ
To: MSN Groups Customer Support
Sent: Friday, January 05, 2007 9:08 AM
Subject: Le service ne fonctionne pas

Bonjour,

Mon site est à nouveau piraté, de manière à ce que mes lecteurs ne puissent pas consulter les pages, qui reviennent automatiquement sur la page "nouveautés". Pourriez-vous débloquer la situation ?

http://groups.msn.com/fondationprincessedecroy


Fondation Princesse de Croÿ - Werkgroep Morkhoven VZW-ASBL
10 rue Faider - 1060 Bruxelles - Tel ** 32 (0) 2 537 49 97
http://groups.msn.com/fondationprincessedecroy
http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
Magasin de cadeau en ligne au bénéfice de la lutte contre les réseaux pédocriminels: http://www.cafepress.com/shopfund_croy
Mail: xxx

This message is confidential and may well be privileged. If you have received it in error, you are on notice of its status. Please notify us immediately and then delete this message from your system. Please do not copy it or use it for any purposes, or disclose its contents to any other persons. To do so could be a breach of confidence.


----- Original Message -----
From: MSN Groups Customer Support
To: Pcesse de Croÿ
Sent: Friday, December 29, 2006 2:40 PM
Subject: RE: Le service ne fonctionne pas

Mme/Mlle  de Croÿ,

Merci d'utiliser à nouveau le service de Support de MSN Groupes. Nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à nos services.

Nous avons reçu votre demande d'aide car quelqu'un  a fait des modifications dans votre groupe fondationprincessedecroy  à  votre insu. Nous ferons tout notre possible pour vous aider.

Nous vous informons que le seul moyen de prendre contrôle sur un groupe MSN c'est en utilisant le compte Windows Live ID de l'animateur. La personne se sert de votre compte pour avoir accès à  votre groupe.

Veuillez adresser le compte que vous utilisez en tant qu'animateur au département d'abus à  l'adresse abuse@hotmail.com pour faire des recherches.

Une fois que vous aurez repris contrôle sur votre compte Windows Live ID, veuillez nous écrire à  nouveau depuis le compte avec lequel vous avez créé le groupe fondationprincessedecroy.  En plus, envoyez-nous les informations suivantes:

- L'adresse de messagerie qui a créé le groupe
- La date de création du groupe
- Votre surnom dans le groupe
- L'URL du groupe
- Date de votre dernière connexion.
- Le surnom de la personne que vous suspectez s'est introduit dans le groupe.
- L'adresse de messagerie de cette personne

Nous avons besoin de ces informations pour donner suite aux recherches sur votre cas.

Si vous n'avez pas créer ce groupe, nous vous conseillons de contacter l'animateur original pour nous fournir des informations demandées.

Pour éviter ces incidents dans le futur, nous vous conseillons de sécuriser votre question et réponse secrètes pour qu'elle soit plus complexe, et ne révélez votre mot de passe à personne.

Soyez assuré que nous travaillons pour contrôler tout comportement illégal dans MSN Groupes.

N'hésitez pas à  nous contacter de nouveau si vous désirez plus d'information. Sachez que nous sommes toujours à  votre entière disposition.

N'oubliez pas que MSN Groupes dispose d'une aide en ligne exhaustive. Pour plus d'informations sur les fonctions et l'utilisation du service, et pour trouver des réponses à vos questions, cliquez sur le bouton « Aide » disponible en haut de chaque page MSN Groupes.

Cordialement,

xxxxxxx

Support de MSN Groupes


--- Original Message ---
From : "Pcesse de Croÿ"
Sent : Friday, December 22, 2006 5:55:50 PM UTC
To : "MSN Groups Customer Support"
Cc : "Jan Boeykens"
Subject : Re: Le service ne fonctionne pas

Bonjour,


Je vous remercie de votre réponse. Je suis administrateur de ces groupes qui sont  essentiellement visité pour y recueillir de l'information. Les messages sont modérés et j'exclus automatiquement toutes les personnes qui font mine d'avoir pour seul but de nous nuire. Ces gens m'ont déjà détruit 3 sites, dont deux MSN. Ils n'ont donc plus eut l'occasion de s'inscrire sous leur pseudos habituels.

Ici quelques uns des noms sous lesquels je travaille: xxxxx

Chose bizarre : je ne parviens plus à  recevoir le  courrier de mon propre groupe !

Autrefois, ils me détruisaient tout bonnement le site. Maintenant, ils le sabotent, et je vois mal comment travailler si je dois passer mon temps à remettre les pages.

Mes anciennes pages, éradiquées depuis le 8 décembre, semblent être revenues depuis cette nuit. Les nouvelles pages faites depuis ont été éradiquées, certaines remplacées par d'anciens articles. Les anciennes boîtes à  images qui avaient été sabotées (on y voyait que des croix) semblent redevenues normales.

Les nouvelles boites à  image ont été sabotée, dans la mesure où les images ne peuvent être intégrées dans un dossier sans ne laisser paraître qu'une croix.   Quand on va sur les liens, elles apparaissent normales, mais quand on clique sur l'image, il ne reste plus qu'une croix:


1. http://groups.msn.com/fondationprincessedecroy/vlaanderenzandvoortnetwerk.msnw
2. http://groups.msn.com/fondationprincessedecroy/activiste1.msnw


Vous constaterez que tous les sous dossiers de « BANDIT.org » ont été enlevés. La page de garde avait aussi été éliminée, mais je l'ai remise en ligne.


BANDIT.org

Taupes 1
Taupes 2
Moles 1
Moles 2
Local network
Rete locale
Réseau local


Ici le nom de la personne qui nous avait envoyé la photo de son derrière nu avec un signal routier coincé entre les fesses ainsi que la boite à image qu'il avait créé, dans laquelle il était parvenu à rentrer alors qu'il avait été exclu du groupe.  Comme vous le constaterez, c'est ancien piratage et le bonhomme est toujours dans la boîte des exclus, mais s'il est sur mon site avec un autre pseudonyme, il est susceptible d'être mêlé à ce qui est arrivé, et ce qui arrive encore.  Il s'agit du site : http://groups.msn.com/ISSAKABA


Mettez un turbo à votre groupe

9/04/2005
2 photos
NounoursCiney


J'espère que vous pourrez trouver une solution.Fondation Princesse de Croÿ - Werkgroep Morkhoven VZW-ASBL
10 rue Faider - 1060 Bruxelles - Tel ** 32 (0) 537 49 97
http://groups.msn.com/fondationprincessedecroy
http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
Magasin de cadeau en ligne au bénéfice de la lutte contre les réseaux pédocriminels: http://www.cafepress.com/shopfund_croy
Mail: xxxxx

This message is confidential and may well be privileged. If you have received it in error, you are on notice of its status. Please notify us immediately and then delete this message from your system. Please do not copy it or use it for any purposes, or disclose its contents to any other persons. To do so could be a breach of confidence.


----- Original Message -----
From: MSN Groups Customer Support
To: xxxxx
Sent: Friday, December 22, 2006 3:11 PM
Subject: RE: Le service ne fonctionne pas

Mme/Mlle de Croÿ,


Merci d'utiliser le service de Support de MSN Groupes. Nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à nos services.

Nous avons reçu votre demande d'aide car vous indiquez qu'une personne non autorisée s'est introduite dans votre groupe et en a fait des modifications.
Nous ferons tout notre possible pour vous aider.

Nous vous remercions de nous avoir signalé un comportement inacceptable sur notre service.

Nous vous conseillons de contacter en premier lieu l'animateur du groupe. Etant donné qu'il est responsable du bon fonctionnement de celui-ci, il doit être en mesure d'imposer des règles de comportement aux participants et d'exclure éventuellement ceux qui ne s'y soumettraient pas.

Si la situation échappe au contrôle de l'animateur, ou si vous n'avez pas obtenu de réponse satisfaisante, veuillez répondre à ce message en fournissant le plus de détails possibles pour nous permettre d'effectuer une enquête. Veuillez inclure les informations suivantes dans votre réponse:


- Une brève description de la situation
- La réponse de l'animateur du groupe
- L'URL du groupe et votre surnom dans celui-ci
- Le surnom du contrevenant
- La date de l'infraction ou dans quelle période elle s'est produite
- L'URL liée à  l'infraction, comme le lien vers une discussion ou une photo
- Le contenu d'une conversation ou le texte d'un message révélateur de l'infraction
- Des copies des messages appropriés avec leur en-tête

Nous ferons tout notre possible pour que MSN Groupes réponde le mieux à vos attentes.

N'hésitez pas à  nous contacter de nouveau si vous désirez plus d'information. Sachez que nous sommes toujours à  votre entière disposition.

N'oubliez pas que MSN Groupes dispose d'une aide en ligne exhaustive. Pour plus d'informations sur les fonctions et l'utilisation du service, et pour trouver des réponses à  vos questions, cliquez sur le bouton « Aide » disponible en haut de chaque page MSN Groupes.

Cordialement,

xxxxxxxx
Support de MSN Groupes


--- Original Message ---
From : issakaba
Sent : Friday, December 22, 2006 9:::09:14 AM UTC
To : msngroups_be_fr
Subject : Le service ne fonctionne pas
First Name: JacquelineLast Name: de Croÿ
E-mail address: xxxxx
Web Page Cited: http://groups.msn.com/fondationprincessedecroy/

Remarks:

Mon site est piraté de manière répétitive depuis le 8 décembre 2006 et vous ai écris sans recevoir de réponse. Au départ, 260 pages ont été éliminées purement et simplement, ne laissant que la couleur de fond. Maintenant le dernier dada est de détruire certaines nouvelles pages ou de remplacer les versions réactualisées par des versions dépassées. Il ne s'agit manifestement pas d'accidents, car les pages éliminées sont ciblées sur des reportages bien précis.

Ce n'est pas la première foi que l'un de nos sites est piraté, au contraire. La seule trace certaine que nous avons est celle du  9/04/2005 sur le site http://groups.msn.com/ISSAKABA.

Le pseudo -  NounoursCiney, alias Christian Naniot, y avait  ouvert une boite à  image nommée "Mettez un turbo à votre groupe" pour y mettre une photo de lui sur sa moto, le derrière nu avec un signal routier coincé entre les fesses. Nous l'avions de suite éjecté du site, mis plusieurs photos pour qu'elle ne paraisse pas et conservé copié cette photo sur un autre site privé, http://groups.msn.com/zoektiffany.

Le dénommé Naniot était alors manifestement parvenu a rentrer dans les sites dont il avait été interdit, il a réussi à  enlever la photos des deux site. Le site Zoek Tiffany a en suite été détruit.

Ceci fait apparaître que ces gens rentrent et sortent de nos sites comme ils le veulent.

Il est membre de la même bande d'un dénommé Nyst, qui s'est vanté antérieurement d'avoir détruit mon premier site sur Internet (www.kindergarten.be ) et d'avoir éliminé certaines de nos page de nos sites MSN, en rajoutant : « Je serais vous, je constituerais un nouveau collectif de "lutte contre la fermeture intempestive de sites Web"... ou encore "La princesse chez Bill Gates & activistes de Microsoft". »

Peut-on compter sur MSN pour sécuriser son serveur ?
Merci d'avance.


http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

Info MSN-groepen: http://msn-groepen.skynetblogs.be

17:19 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/01/2007

La condamnation de Marcel Vervloesem

 

Belgique: La condamnation de Marcel Vervloesem

Image Hosted by ImageShack.us


Je suis évidemment abasourdi par la condamnation largement relayée par les médias de Marcel Vervloesem.

Connaissant bien l’ASBL Morkhoven et en particulier Marcel Vervloesem depuis 1997 et ayant eu l’honneur de suivre et de vérifier ses activités lors de deux reportages diffusés en 1998 (« Filière PEDO-VIDEO », sur les pédocriminels belges et hollandais abusant sexuellement des enfants de l’ile de Madère ( Portugal)  puis, sur l’affaire des CD-ROMS de ZANDVOORT, « Réseaux Pédo-Video ») je ne peux croire un seul instant fondées les accusations qui ont été portées contre lui en deux fois, l’une après l’émission sur les CD-roms de Zandvoort, l’autre, plus récemment faisant état de tortures « à l’encre » que Marcel Vervloesem aurait fait subir à des adolescents de sa commune. C’est là mon intime conviction.

Alors que dans toutes ses enquêtes sur les réseaux pédophile Marcel Vervloesem a pu obtenir des preuves, écrites, enregistrées, filmée et photographiées, la justice n’en a eu cure.

Le plus scandaleux c’est que  les dizaines de milliers d’enfants abusés sexuellement ( dont un grand nombre torturés)  dont les fameux 18 CD-roms de Zandvoort portent les preuves irréfutables puisque on y voit même 14 auteurs de maltraitance sexuelle, n’ont jamais jusqu’à présent fait l’objet d’une répression de la justice. Par contre Marcel Vervloesem vient d’être condamné pour avoir eut en sa possession ce matériel, le temps de le remettre à la police.

Tandis que des allégations récentes de jeunes gens, dont un s’est rétracté en disant avoir été payé pour accuser Marcel Vervloesem  sont prises pour de l’argent comptant avec comme preuves, si l’on en croit le rapport de madame de Croÿ, reçu ce jour, l’existence, dans l’habitation de Marcel Vervloesem, de tuteurs en bambous !

Il faut constater aussi que dans cette procédure Marcel Vervloesem a passé avec succès (càd sans qu’il ait été pris en défaut de mentir) le test du détecteur , tandis qu’aucun de des accusateurs n’a accepté de s’y soumettre !

Alors, comme je l’avais déjà fait à propos de la première série de plaintes contre Marcel qui avaient suivi directement l’émission de 1998 (voir le texte que j’avais écrit en 2005 lors de la détention préventive de Marcel, en annexe à ce présent courrier)  je ne crois pas plus dans la seconde vague d’accusations (2005).

Or pour cette première vague d’accusation de 1998, Marcel n’a PAS été condamné.

Plus que dans d’autres messages je parle à la première personne car cela n’engage que moi.

Mais je veux exprimer mon espoir que Marcel Vervloesem ne se sentira pas trop seul dans la durée de cet acharnement judiciaire qui semble ne pas finir, et lui souhaite de tenir bon, malgré tout ces déboires, jusqu’à ce que la vérité soit reconnue.


José DESSART


Le 17 mai dernier, la Chambre du conseil de Turnhout a prolongé la détention préventive de Marcel Vervloesem. Celui-ci restait donc en prison pendant l’enquête sur des plaintes déposées en 1998 et en 2003 l’accusant des faits de moeurs avec mineurs, faits qu’il conteste formellement. A la date de cette comparution en Chambre du conseil, Marcel Vervloesem était en grève de la faim depuis 19 jours. Nous avons également appris tout récemment que Marcel Vervloesem avait accepté de se soumettre au détecteur de mensonges et que les résultats lui étaient favorables. Nous apprenons à présent que le tribunal correctionnel de Turnhout a une nouvelle fois reporté l’examen du dossier de Marcel Vervloesem. La prochaine audience a été fixée au 18 janvier prochain.


La loi, arme de l’intimidation et du harcèlement ? On peut se poser la question lorsqu’on examine les faits de plus près.


Marcel Vervloesem préside l’asbl "Werkgroep Morkhoven", connue pour ses démarches actives depuis une quinzaine d’années à l’encontre de prédateurs sexuels s’attaquant aux enfants de manière organisée. Le Werkgroep et Marcel Vervloesem ont déjà été les cibles de plusieurs campagnes médiatiques visant à les discréditer.[1]

Pour les autorités judicaires de Turnhout, les plaintes contre Marcel Vervloesem justifient la détention préventive.
Ce n’est évidemment pas sur ce terrain-là que l’Observatoire citoyen prendra position. Nous sommes cependant étonnés de voir que la détention préventive présentée comme tellement impérative par les autorités judiciaires vient deux ans après le dépôt de la dernière plainte par un jeune homme voisin de Marcel Vervloesem.Nous n’en savons actuellement pas plus.
Néanmoins, nous devons constater que ces dernières années, des plaintes similaires se sont avérées déposées - des décisions de justice l’attestent - dans un esprit de règlement de compte et/ou par des personnes soumises à des pressions en vue de les faire attaquer Marcel Vervloesem. Derrière ces plaintes, on retrouve des individus auxquels l’association s’intéressait du fait de leurs activités illicites contre des mineurs d’âge.

L’ambiance dans laquelle naissent les plaintes demande un commentaire. Ainsi, en 1992 déjà, plainte est déposée contre Marcel Vervloesem, du chef d’escroquerie et abus de confiance. La procédure en appel permit de révéler de fausses déclarations des plaignants et Marcel Vervloesem fut acquitté par la cour d’appel d’Anvers le 30 janvier 1997. En 1992 toujours, alors que Le Werkgroep Morkhoven suit les traces d’une filière de voyages organisés pour pédophiles belges et hollandais entre Temse (Tamise, en Belgique) et Madère (Portugal), des membres de l’association, dont Marcel Vervloesem, sont accusés de chantage par des personnes impliquées dans ce réseau.
Un arrêt, peu commun, fut rendu le 1er juillet 1999 par la cour d’appel de Gand : elle reconnut qu’il n’y avait plus de chef d’inculpation contre Marcel Vervloesem, mais le condamna à 7 mois de prison avec sursis, non pour chantage et escroquerie, mais pour "imprudence dans le traitement de ses dossiers ", précisant dans sa motivation que « l’asbl Morkhoven travaillait bien  » et espérant « qu’elle continuerait »...
Juillet 1998 : au cours de plusieurs conférences de presse et d’émissions de télévision, Marcel Vervloesem révèle l’existence de réseaux de violeurs, de cinéastes, de prédateurs et de diffuseurs de photos sur le net.
Le 10 septembre 1998, dans le cadre de son émission "Faits Divers", la RTBF diffuse un document intitulé " Réseaux pédo-vidéo ". L’action de l’association y est illustrée à travers une enquête sur le réseau de Madère, dont des ramifications allaient de Temse à Berlin, en passant par Rotterdam. Dans ce contexte, l’action de l’association Morkhoven et Marcel Vervloesem est à l’origine de l’arrestation des pédocriminels De Rijck (de Temse) par la Justice belge et Van der Naaten par la Justice hollandaise. Marcel Vervloesem avait retrouvé la trace de ce dernier sur des cassettes pédopornographiques tournées à Funchal (Madère). Sans doute, le parquet de Turnhout n’avait-il pas apprécié qu’on lui rappelle qu’il aurait pu intervenir 6 ans plus tôt, car il détenait une copie de ses cassettes depuis 1992.


Les preuves de l’existence des crimes sur enfants.

Le reportage de la RTBF s’ouvrait sur le commentaire du professeur Jean-Yves Hayez, pédo-psychiatre et professeur d’université, à propos des photos de bébés violés dans le matériel informatique du site hollandais « Apollo » : la preuve de ces atrocités sur enfants était faite, grâce à l’action du Werkgroep Morkhoven et de Marcel Vervloesem.
Il avait reçu plusieurs CD-Roms contenant plus de 80.000 photos pédo-criminelles, des mains du pédophile allemand, vivant à Zandvoort (Pays-Bas).
Ce pédophile malade et repenti fut assassiné quinze jours plus tard par son jeune compagnon, Robbie van Der Plancken, un Belge actuellement emprisonné en Italie.
Ces preuves furent remises aux autorités judiciaires en juillet 1998.
Fin juillet 1998, Marcel Vervloesem remettait ce matériel à des officiers de police hollandais, devant des caméras de télévisions hollandaises et belges. Les autorités néerlandaises ont mis « en signalement », dans un album destiné à toutes les polices des Pays-Bas, plus de 600 photos de visages d’enfants et 14 photos de visages de prédateurs extraites de ces CD-Roms. Elles ont également transmis une copie de ces CD-Roms pédopornographiques au parquet de Turnhout.Qu’en a fait le parquet de Turnhout ?

Au lendemain de l’émission « Réseaux Pédo Vidéo » de la RTBF, silence total de la presse.
Mais à Morkhoven, les plaintes contre Marcel Vervloesem naissent de partout.
Le lendemain même du passage de ce reportage sur les antennes de la RTBF (soit le 11 septembre 1998), les parents d’un jeune garçon habitant le même quartier que Marcel Vervloesem déposent plainte contre lui pour des abus sexuels que celui-ci aurait commis dix ans plus tôt sur leur fils. Marcel Vervloesem était également accusé d’avoir attiré ce jeune garçon chez lui pour lui faire visionner des cassettes vidéos pornographiques.
Or, des cassettes vidéos ont bien été saisies, mais elles provenaient de la maison où ce garçon vivait avec ses parents. D’autres plaintes proviennent de personnes dont il s’est avéré qu’elles avaient été elles-mêmes l’objet de plaintes en matière de mœurs. Parmi ces personnes, le demi-frère de Marcel Vervloesem.
Est-il normal que la justice d’un Etat de droit emprisonne une personne sur la seule base de plaintes venant précisément de ceux qui sont dénoncés par cette personne comme des criminels ? Alors même que des plaintes similaires se sont déjà révélées calomnieuses précédemment ?
Il suffirait alors à de véritables criminels de brandir cette menace pour faire taire tout témoin moins courageux qu’un Vervloesem.


La réaction du parquet de Turnhout : Marcel Vervloesem est inculpé de détention de matériel illégal !

En octobre 2000, à la demande du parquet de Turnhout, Marcel Vervloesem est renvoyé devant le tribunal correctionnel pour "détention de matériel pédophile". Cette affaire n’a pas encore été jugée non plus, elle est relative à la remise des CD-Roms aux autorités judiciaires et couvre la quinzaine de jours qui précédait cette remise.
Le matériel pédophile en question concerne précisément les nombreux documents récoltés par Morkhoven dans le cadre de l’affaire de Zandvoort. Il s’agit de dizaines de milliers de photos et de nombreux films révélant des attentats à la pudeur, des viols et des tortures d’enfants, parfois très jeunes. Dans plusieurs pays, dont la Suisse, des familles affirment avoir reconnu leur enfant sur l’un de ces CD-ROMs, dont l’existence fut notamment fort médiatisée en France durant l’année 2000 (L’Humanité, Le Figaro, France 3, Canal +, etc.).
L’asbl Morkhoven affirme détenir la preuve qu’elle a adressé, notamment fin 1998 et début 1999, le matériel en sa possession à de nombreuses autorités judiciaires et policières, ainsi qu’à des chefs d’Etat européens, dont elle a reçu des félicitations.
Inculpé de détention de matériel illicite pour la période qui suit la date de la remise de ce matériel aux autorités !!
Le 6 mars 2001, Marcel Vervloesem faisait remettre au parquet de Neufchâteau, par l’intermédiaire de son avocate de l’époque, Me Patricia Van Der Smissen, 18 autres CD-ROMS contenant des dizaines de milliers de photos pédo-pornographiques. Les photos n’étant de prime abord pas situables géographiquement, c’était la loi sur la compétence universelle qui était invoquée. Le parquet de Neufchâteau reçut l’ordre du Procureur Général de Liège (Mme Thily, à l’époque) de transférer ce matériel...au parquet de Turnhout.
On ne sait toujours pas quelles actions de recherche le Parquet de Turnhout aurait entreprises sur ce matériel. Une question orale, à ce propos, avait été posée en 2003 à Mme Onkelinckx.[2]

Par contre Marcel Vervloesem est inculpé une seconde fois, par le Parquet de Turnhout, de détention de matériel illicite et cette fois-ci pour la période (du 6 au 21 mars 2001) qui est postérieure à la remise des 18 CD-ROMS au parquet de Neufchâteau. Ce qui voudrait dire, si on lit bien le libellé de l’inculpation, et si on poursuit jusqu’au bout de ses conséquences cette manière absurde, et pour tout dire, perverse, d’interpréter la loi, que ce n’est pas Marcel Vervloesem qui devrait être inculpé de détention de matériel illicite, mais bien... le Procureur Bourlet !

Repérer des consommateurs de pédo-pornogaphie, c’est facile.
Arrêter les producteurs de ces images, ce serait bien. Condamner les violeurs qui font filmer leurs tortures en direct, ce serait mieux.
N’ayant pas accès au nouveau dossier, l’Observatoire citoyen ne se prononce pas sur les nouvelles plaintes dont Marcel Vervloesem est aujourd’hui l’objet. Il ne suggère à personne de le faire.
Par contre, comme la Coordination des Comités blancs dans une pétition ( http://www.wittecomitesblancs.be/article.php3?id_article=... ) et l’association "La Voix du Silence", qui fait campagne depuis plusieurs années pour la création d’une banque d’images pédopornographiques (voir documents joints), l’Observatoire citoyen s’interroge sur la volonté des autorités politiques et judiciaires de notre pays en matière de lutte contre les réseaux de pédocriminels qui filment ces viols et autres tortures d’enfants.

Les "CD-roms de Zandvoort" ont été constitués à partir d’un site d’échanges de photos pédopornographiques diffusant sur le Net à partir de Zandvoort (Pays-Bas), sous le nom d’Apollo. Marcel Vervloesem les a officiellement remis ces CD-roms aux enquêteurs du Parquet de Turnhout en 1998, après en avoir envoyé copie aux ministres de la Justice des pays d’Europe. Quelles initiatives d’enquêtes et de poursuites les autorités judiciaires ont-elles prises sur la base de ces CD-roms, qui contiennent 80 000 photos et où l’on voit notamment une vingtaine de photos d’enfants torturés et le visage de quatorze de leurs bourreaux adultes ?

Plus généralement, que font les parquets belges de toutes les photos récoltées dans les perquisitions et prélevées sur les ordinateurs de pédophiles condamnés en Belgique ? Le Monde du 6 mai dernier nous apprend que la France a mis au point un centre national d’analyse d’images pédo-pornographiques. Installé à l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), il comprend une base de données de quelque 500 000 photos qu’il traite, grâce à des technologies du type "moteur de recherche électronique", en comparant des victimes, des lieux, des décors, des fonds d’image... Ce travail de décryptage aide à déterminer si des affaires apparemment différentes peuvent être liées, ce qui permet le repérage et le démantèlement de réseaux d’échanges de photos, voire d’importants coups de filets transnationaux dans les milieux pédocriminels où ces images et vidéos sont fabriqués.


P.S Sources :

Coordination des Comités blancs, article et pétition de 2002.

Réseaux pédo-vidéo ", reportage diffusé le 10 septembre 1998 par la RTBF, dans le cadre de son émission "Faits Divers" (http://www.wittecomitesblancs.be/article.php3?id_article=...).

Communiqué de presse diffusé le 17 février 2001 par Me Patricia van der Smissen.

---------------

Notes :


1] L’action militante du Werkgroep Morkhoven a suscité certaines réactions même parmi ceux qui partagent la même obstination de donner la priorité à la protection des enfants. Ainsi, L’Observatoire citoyen n’adhère pas nécessairement à certaines propositions ou méthodes d’action comme l’idée de publier sur Internet des photos de personnes condamnées pour faits de pédophilie. Nous déplorons également à l’Observatoire citoyen la présence, dans l’entourage de M.Vervloesem, de personnes au comportement parfois irresponsable, voire anti-éthique. Cependant l’Observatoire citoyen estime que les autorités belges chargées de combattre cette criminalité ne montrent pas suffisamment de détermination dans la stratégie de lutte et le choix des moyens. Nous pensons la même chose de la presse, prompte à consacrer ses premières pages à la violence faite à des animaux, mais tellement discrète à propos de violences et même de tortures sur enfants (en dépit des preuves disponibles sur Internet notamment) !

2] Une question orale, à ce propos, avait été posée en 2003 à Mme Onkelinckx, ministre de la Justice par la députée Genot : la réponse fut que la justice belge comptait sur les bureaux spécialisés d’Interpol à Lyon, mais sans donner aucune autre explication et sans répondre véritablement à la question posée. Notons en passant que l’existence des bureaux d’Interpol à Lyon, n’a pas empêché la justice française d’installer une immense banque de données photographiques (500 000 photos) à Bordeaux, dans laquelle la police française enquête sans discontinuer au moyens de moteurs de recherches puissants, capables de rassembler les photos d’un même photographe, ou montrant les mêmes décors ou les mêmes visages d’enfants ou de prédateurs. Le fait que les prédateurs sont souvent photographiés ne doit pas nous étonner car, d’une part, dans les échanges ils sont obligés d’envoyer des photos où ils sont reconnaissables afin d’entrer dans ces circuits fermés - c’est une garantie pour les autres !- et d’autre part, vu l’impunité dont ils jouissent jusqu’à présent, pourquoi se gêneraient-ils ?

http://www.observatoirecitoyen.be


Info:

http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

02:46 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/01/2007

Verdwijning Kim en Ken herdacht

VERDWIJNING KIM EN KEN

Image Hosted by ImageShack.us

Verdwijning Kim en Ken donderdag herdacht in Antwerpen


Aan het Asiadok in Antwerpen worden donderdagavond de Antwerpse kinderen Kim en Ken Heyrman herdacht. Broer en zus verdwenen op 4 januari 1994 op 8- en 12-jarige leeftijd in de omgeving van het Antwerpse Schijnpoort.

Donderdagavond verlieten ze exact dertien jaar geleden het ouderlijke huis in de Kerkstraat om te gaan logeren bij een vriendje in Merksem, maar daar kwamen ze nooit aan.

Donderdag verzamelen familie en vrienden om 18.30 uur aan het gedenkteken voor de twee aan het Asiadok, de plaats waar Kim ruim een maand na haar verdwijning in het water, misbruikt en met messteken vermoord, werd terug gevonden. Van haar broertje Ken ontbreekt tot op de dag van vandaag nog elk spoor, net als van de ontvoerder en moordenaar van Kim.

De moeder van de kinderen, Tinny Mast, wil de herdenking aan de droevige verjaardag jaarlijks levendig houden. Ze vreest dat Ken anders nooit teruggevonden zal worden en het verdwijningsdossier onopgelost zal blijven. (belga)


De Morgen, 3.1.2007 16u34


http://www.kindergarten.be
http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

21:29 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/12/2006

MSN: 'Problemen met MSN-groepen opgelost'

 

Image Hosted by ImageShack.us


Antwerpen, 24.12.2006


De honderden dossierstukken en foto's die op 8.12.2006 in één slag van de MSN-groep 'FondationPrincessedeCroy' verdwenen, werden op 22.12.2006 grotendeels teruggeplaatst maar de verdwenen berichten met ondermeer de steunbetuigingen aan Morkhoven-activist Marcel Vervloesem zijn nog altijd niet terug te vinden.

Prinses de Croÿ heeft MSN ook nadrukkelijk gevraagd om de tientallen dossierstukken en foto's die zij na de 'grote verdwijntruuk' van 8.12.2006 terug op haar MSN-groep zette maar die nu evenééns verdwenen blijken te zijn, zo spoedig mogelijk terug te plaatsen.


http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

Info MSN-groepen: http://msn-groepen.skynetblogs.be

18:34 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Dien een klacht in bij MSN ! - Portez plainte chez MSN !

 


Antwerpen, 24.12.2006


De problemen met de MSN-groepen lijken nog niet helemaal van de baan waardoor beheerders van MSN-groepen hun groep soms op 'privé' zetten.
MSN Groups Customer Support geeft, in tegenstelling tot vroeger, nu wel de indruk dat zij de problemen ernstig neemt.
Laat ons hopen dat MSN in een effectief beveiligingssysteem voorziet zodat de getroffen MSN-groepen over enkele maanden niet met dezelfde problemen te maken krijgen...


Image Hosted by ImageShack.us
Microsoft 1978


Cher Alain,

Concerne: http://groups.msn.com/fauvagescandals


Je vois que tu as eu des problèmes avec ton groupe MSN et que tu as régulièrement des problèmes avec le compteur de ton groupe. Est-ce que c'est la raison pour laquelle tu as mis ton groupe en privé ?

Comme tu sais, les groupes MSN 'WerkgroepMorkhoven' (70.000 visiteurs), 'Issakaba' (13.000 visiteurs) et 'FondationPrincessedeCroy' (79.000 visiteurs) ont eu beaucoup de problèmes et nos plaintes chez MSN étaient pris au sérieux.

Portez plainte chez "MSN Groups Customer Support" et m'envoyez une copie de ta plainte.
Je la publierai sur http://msn-groepen.skynetblogs.be/


Jan

Jan Boeykens
Werkgroep Morkhoven


PS. Je t'envoie içi la réponse de MSN Groups Customer Support à Princesse de Croÿ.

------------------

----- Original Message -----
From: MSN Groups Customer Support
To: Pcesse de Croÿ
Sent: Saturday, December 23, 2006 10:18 PM
Subject: [Suspected Spam] RE: xxxxxxxxxxxx - Le service ne fonctionne pas


Bonjour,

Merci de contacter à nouveau le service de Support de MSN Groupes. Nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à  nos services.

Nous sommes vraiment désolés pour le délai dans notre réponse et nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour tous les désagréments occasionnés. Nous vous remercions pour votre patience et compréhension.

Vous nous avez contacté afin de savoir comment retrouver l`accès à  vos groupes. Sachez que nous ferons de notre mieux pour vous aider.

Nous avons fait part du problème que vous avez rencontré au personnel d'assistance technique, qui l'étudie actuellement. Nous sommes conscients de la gravité d'un tel incident et nous nous employons à  le résoudre.
Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée et vous remercions de votre compréhension.

Nous vous prions d'accepter nos excuses les plus sincères pour tous les désagréments occasionnés. N'hésitez pas à  nous contacter de nouveau si vous désirez plus d'informations.

N'oubliez pas que MSN Groupes dispose d'une aide en ligne exhaustive. Pour plus d'informations sur les fonctions et l'utilisation du service, et pour trouver des réponses à vos questions, cliquez sur le bouton « Aide » disponible en haut de chaque page MSN Groupes.


Sincères salutations,

xxxxxxxx
Support de MSN Groupes


http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

Info MSN-groepen: http://msn-groepen.skynetblogs.be

15:16 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/12/2006

Princesse de Croÿ - online shopping

 


Image Hosted by ImageShack.us

Faites des doubles heureux en cette fin d’année

Cadeaux pour Papa, Maman, enfants et bébés activistes

Contribuez à un joyeux et heureux combat 2007 pour la protection des enfants.

http://www.cafepress.com/shopfund_croy


http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

Info MSN-groepen: http://msn-groepen.skynetblogs.be

21:05 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/12/2006

Zandvoort network

Image Hosted by ImageShack.us Marcel Vervloesem - Jan Boeykens - Jacqueline de Croÿ

WERKGROEP MORKHOVEN

versus

Zandvoort network

 

Français

English

Italiano

 

Nederland 

De Marcel Vervloesem au Werkgroep Morkhoven From Marcel Vervloesem to the Werkgroep Morkhoven Di Marcel Vervloesem al Werkgroep Morkhoven Van Marcel Vervloesem tot Werkgroep Morkhoven
Temse FR Temse GB Temse IT Temse ND
De l'enfant prostitué aux patrons de bordels en Hollande
  • Van Der Plancken
  • Glandorf
  • Spinks
From child prostitute  to brothel owners in Holland
  • Van Der Plancken
  • Glandorf
  • Spinks
Dal bambino prostituta ai proprietari del bordello in Olanda
  • Van Der Plancken
  • Glandorf
  • Spinks
Kinderprostitutie bij  bordeelbazen in Holland
  • Van Der Plancken
  • Glandorf
  • Spinks
Du patron de bordel à la haute société From the brothel owner to high society Dal proprietari del bordello ai alta società Van de bordeelbazen naar de machthebbers

Le procès

     
Condamnation téméraire et vexatoire Bold and vexatious sentence Condanna temeraria e vessatoriea  
Plainte contre la Belgique pour violation des directives CEE

? ? ? ? ? ?

   

Soutien

Support

   
Journalistes & personalité Journalists & personalities    
Victimes - Témoins Victims - Witnesses    

Marcel Vervloesem & la mère de 2 victimes de Zandvoort

     

Attaques

Attacks

Attacchi   

Réseau local attaque

Local network attacks

Rete locale attacca   
Organisation" "Organization"    
CENSURE ? ? ? ? ? ?

? ? ? ? ? ?

 
   
   

16:48 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/12/2006

Problemen met MSN-groepen opgelost ? - Briefwisseling

 


Betreft: MSN-groep JozefMoortgat


Het was de voorbije dagen onmogelijk om nog een bericht op deze MSN-groep te plaatsen maar het probleem met deze MSN-groep lijkt thans voorlopig van de baan te zijn.

Andere MSN-groepen hadden minder geluk.Op de MSN-groep http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCroy bijvoorbeeld was het niet enkel onmogelijk om nog een bericht te publiceren maar tegelijkertijd verdwenen er zo eventjes 260 dossierstukken.
De verdwijning ervan viel samen met het verdwijnen van een aantal steunreacties aan Morkhoven-activist Marcel Vervloesem die na een 9 jaar durend proces en na te zijn vrijgesproken voor de 9 jaar oude klachten inzake 'folteringen en verkrachtingen', door de correctionele rechtbank van Turnhout ten onrechte werd veroordeeld voor het 'bezit van kinderporno'.
Procureur Bourlet (zaak Dutroux) had Vervloesem immers beloofd dat hij voor het kinderpornomateriaal dat hij via de advocate Patricia Vander Smissen en in opdracht van de Werkgroep Morkhoven voor onderzoek overmaakte, niet zou vervolgd worden.
Het gerecht van Turnhout had Vervloesem na de overdracht van een cd-rom in de door de Werkgroep Morkhoven onderzochte kinderpornozaak Zandvoort immers aangeklaagd voor het 'bezit van kinderporno' terwijl zij geen werk maakte van het onderzoek naar de slachtoffers, daders en kinderpornoproducenten.

Laat ons hopen dat de problemen met de verschillende MSN-groepen nu definitief opgelost zijn en dat de dossierstukken en berichten terug op de voornoemde MSN-groep worden geplaatst.


Van:  Yves Goossen
Verzonden:  maandag 18 december 2006 1:12:46
Aan:  msngroups_nl@css.one.microsoft.com
Onderwerp: Functie werkt niet


Antwerpen, 18.12.2006

MSN Groups Nederland
msngroups_nl@css.one.microsoft.com

Beste xxxxxxxxx,

Betreft: problemen MSN-groepen

Ik heb vandaag een bericht proberen te plaatsen op http://groups.msn.com/JozefMoortgat maar dat is mij niet gelukt.

Ik kreeg steeds 'hmm, die pagina kunnen we niet vinden' op het scherm.

In de hoop dat dit probleem snel is opgelost, teken ik,


met vriendelijke groet,

Yves Goossen

-----------------------------------------------------------------------

Van:  MSN Groups Customer Support
Verzonden:  maandag 18 december 2006 12:39:57
Aan:  "Yves Goossen"
Onderwerp:  RE: Functie werkt niet


Beste Yves,

Bedankt dat je contact opneemt met MSN Groepen.

Mijn naam is xxxxxxxxx en ik begrijp dat je problemen ondervindt met MSN Groepen. Ik begrijp hoe vervelend dit voor je is en ik bied je mijn verontschuldigingen aan voor enige ongemakken.

Momenteel worden alle MSN Groepen overgezet op nieuwe servers. Hierdoor doen de problemen zoals jij die ervaart zich voor. Dit hele proces kan nog enkele weken duren, maar we hopen daarna ook van een aantal al langer lopende problemen af te zijn.

We willen je bedanken voor je geduld gedurende dit proces.

Bedankt dat je MSN Groepen gebruikt. We hopen je met deze informatie van dienst te zijn geweest. Mocht je toch nog vragen hebben aarzel dan niet om nogmaals contact met ons op te nemen.


Met vriendelijke groeten,

xxxxxxxxx
MSN Groepen Support Team


http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

Info MSN-groepen: http://msn-groepen.skynetblogs.be

08:31 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Soutien à Marcel Vervloesem suite à sa condamnation (2)

- 1 - 2 -

Soutien à Marcel Vervloesem suite à sa condamnation:

Témoins - victimes de la justice belge (2)

 

Ruf Nachtergaele est membre de l'équipe de Regina Louf qui a été prostituée durant son enfance et depuis sa plainte, est tout simplement traitée de folle, sans qu'il n'y ait eu enquête de son dossier

La condamnation de Marcel semble être un exemple unique du fourvoiement judiciaire ; qui se trouve tu dans les médias, dans le monde politique, dans le monde de la justice, et par toutes sortes d'organisations se pose des questions et prétend saigner du nez. Tout le monde regarde, mais laisse faire. On a, pour toutes sortes de raisons pour ne pas soutenir Marcel, dont la frayeur. On n'ose même presque pas suggérer que les erreurs pourraient avoir été faites durant le du procès et dans l'argumentation ; et pourtant depuis des semaines tous médias et d'innombrables personnes ont envoyé des informations selon lesquelles toutes sortes d’enquêtes ont été exposée clairement. J'espère que Marcel va aller en appel, car je pense qu'il a les bonnes raisons pour que faire.

 

Remerciements à Ruf Nachtergaele de Jacqueline de Croÿ, vice-présidente du Werkgroep Morkhoven

Merci Ruf pour ton soutien.

Nous avons tous les motifs non seulement d’aller en appel, mais également pour aller en cassation et demander réparation de l’état belge à la Cour des Droits de l’Homme. Nous ne tolérerons pas une erreur d'avocat à ce sujet.

Nous sommes en colère, en colère contre tout le monde, plus particulièrement contre l’hypocrisie monumentale du monde de la prétendue "protection de l’enfance".

On se rappellera de l’annexe au procès-verbal subséquent de Jean-Denis Lejeune qui a été utilisé pour participer à une condamnation globale de 5 ans de prison, pour "diffusion de matériel pornographique", alors qu’il était sollicité pour intervenir et demander une enquête sur le réseau pédophile Zandvoort.

On se rappellera également que si les médias avaient fait leur travail, Jean-Denis Lejeune et Gino Russo auraient entendu Marcel dés 1988, lorsqu’il dénonçait les réseaux de traite d’enfants, ce qui aurait pu sauver les vies de Julie et Melissa. On se demandera où Jean-Denis Lejeune était au moment du procès, de pourquoi il n’est pas venu expliquer son intervention, au moins pour le respect de la mémoire de sa fille.

On songera à Ann Kuiken qui, à l’occasion de la découverte de la fausse identification de Carine Hutsebaut et de ses manœuvres pour monter Bloch contre nous, téléphonait à Marcel pour lui dire que "l’erreur était humaine". On aura constaté que Carine Hutsebaut n’est pas venue au procès pour dire qu’elle était désolée ; que "l’erreur est humaine" et que Marcel n’a jamais escroqué quiconque.

On aura constaté que le Procureur Bourlet n’est pas venu pour répéter qu’il n’avait pas voulu poursuivre le Werkgroep Morkhoven pour détention de matériel pornographique le temps de le remette à la justice, des motivations amplement justifié par les directives européennes. Peut-être, est-ce par défaut de le lui avoir demandé, ce a quoi l'avocat pourra répondre. On verra bien s’il viendra lors de l’appel.

On aura constaté l’absence remarquable de tous ceux qui se sont égosillé sur ces cédéroms, médecins, psychiatres et c°, mais qui n’ont pas bougé le petit doigt pour arrêter cette mascarade.

Le plus incroyable est de constater qu’à présent, ce n’est pas le monde de la protection de l’enfant qui est en guerre civile, mais le petit village de Morkhoven, avec des gens simples, sans glorieux diplômes de médecin, de journaliste ou d’avocat, qui se révoltent. Deux hommes se retrouvaient au marché, ne décolérant pas sur ce Victor, chef de service social accusé de pédophilie et qui a dirigé la cabale pédo, quand le bourgmestre Peeters passait par là.

Il leur demandait du respect pour son "poulain", ce qui déclancha une explosion de l’un d’eux qui lui hurla : "Quoi ? Mon fils est une des victimes de ton Victoreke !" (petit Victor). Mais où sont donc les Comités Blancs pour défendre les victimes du Victoreke ?

Le Victoreke quant à lui, furieux d’avoir été débouté de ses diffamations, a dans sa colère, proféré des menaces contre le Werkgroep Morkhoven, pour laisser apparaître qu’il est illettré… avec une orthographe PHONÉTIQUE. Le bourgmestre Jan Peeters ne lui a donc même pas fait passé une dictée pour voir s’il était apte à un poste de direction de service social et capable d’écrire une phrase en commençant par une majuscule, en y mettant une virgule ou un point final ! Que fait donc ce Victoreke à ce poste, si ce n’est d’exercer les chantages dont il est accusé. Le plus comique est d’apprendre que le Victoreke a demandé l’assistance du Centre d’Égalité des Chances. L'erreur est humaine, n'est pas!

 

Alain Fauvage, témoin et victime du réseau Q8/Nihoul

Bien sûr je suis choqué mais je m'y attendais. Pourquoi la justice traiterait-elle Marcel d'une manière différente que les témoins X et d'autres témoins dont d'ailleurs je fais partie ?

Depuis 1996, nous voyons ces magistrats marcher comme des crabes, zigzaguant entre les pistes criminelles pour mieux les éluder. Saucissonnant les dossiers pour mieux les fermer et ne pas poursuivre les vrais criminels. Fermer les portes avant de les avoir ouverte. Tous çà sous le couvert du secret de l'instruction. Nous savons que les Juges Intègres avait été volés mais apparemment nos juges ont oubliés qu'ils avaient été retrouvés. De çà du moins la presse en a parlé !

Avec un système comme çà où courrons-nous ? Vers un monde où les criminels les plus odieux seront les maîtres. La chair des Enfants se vendra en boucherie. Elle se vend déjà très bien comme cela en pièces détachées !

Les barbares sont-ils aux portes de Rome: Non. Ils ont franchis les portes des Palais de Justice. Ils bénéficient d'appuis et complices au sein même de ce qui devrait être la seule planche de salut d'une humanité dégoûtante !

Cette petite Belgique merdique qui ne représente pas l'opinion du peuple va t-elle continuer à persécuter les justes sans que jamais personne d'institution étrangère ne la remette pas à sa place ! Devrons-nous prendre les armes pour défendre nos droits ?

L'erreur du 20 octobre 1996 n'a t-elle pas été de pendre tous ces salauds ? Et quelle place occupe la monarchie et ses monarques dans ces scandales car ne l'oublions pas Marcel a été condamné par la Justice du Roi, de ce roi qui menti en public en octobre 1996 assurant au bon peuple que "toute la vérité serait faite dans ses moindres ramifications". Après la comédie du jugement d'Arlon, à quoi nous attendons-nous ? A pire, je vous le dis ! Plus personne ne sera en sécurité dans ce pays tant que cette vermine ne sera mise hors d'état de nuire. Ni vous ni moi ni vos enfants.

 

Pierre Goset, SOS Rapts Parentaux 

Je suis de tout coeur avec vous dans cette épreuve.

(...) J'aimerais vous revoir avant mon depart pour l'Afrique début décembre.

Amicalement,

Pierre

- 1 -

02:14 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Soutien à Marcel Vervloesem suite à sa condamnation

- 1 - 2 -

Soutien à Marcel Vervloesem suite à sa condamnation

Personalités - Journalistes (1)

Le Professeur Giorgio Gagliardi

  • Docteur en médecine et Psychothérapeute
  • Directeur de la section de psychophysiologie de "Il Laboratorio" - Bologne
  • Professeur en psychothérapie hypnotique à l’Ecole Européenne de psychothérapie Hypnotique - Bologne

Cher Marcel,

Tous nous savons ce par quoi tu es passé pour défendre les enfants, mais rien ne sera perdu.

Les gens qui t’ont te condamné seront toujours pointé comme étant ceux qui ont poursuivi et condamné  un innocent.

Beaucoup d'augures a tous vous pour la prochaine année.

giorgiogagliardi

 

Giovanni Ristuccia - Président de S.O.S. ANTIPLAGIO, comité italien de volontariat pour la défense des victimes de charlatans et satanistes

Chère Jacqueline de Croÿ et cher Marcel Vervloesem,

Nous tous, à  SOS ANTIPLAGIO, sommes proches dans cet instant de combat aussi grand et intense pour la justice et en défense des petits. Nous tous nourrissons la plus grande estime et respect envers vous et nous vous soutenons dans l’admirable combat que vous menez contre le réseau pedocriminel de Zandvoort.

Chez nous, circulent des voix insistantes qui condamnent la justice belge, en la définissant comme une justice corrompue. J’ignore à quel point c’est vrai, cependant il est certainement déconcertant et scandaleux de voir condamner Marcel qui a démantelé un réseau de pédocriminel, pour le simple fait de s'être approprié des preuves et les avoir mis à disposition de la loi, au lieu de pourvoir à l’arrestation des monstres pédophiles qui apparaissent en ces documents.

Moi-même et toute notre association, vous soutenons et vous incitons à aller de l’avant et à ne pas vous soumettre aux abus de corrompus et corrupteurs, mais de poursuivre la tête haute. Surtout, sachez que vos actes serviront à faire justice à tant d'enfants innocents qui ont été  volés de leur enfance, et de tant d'enfants qui vous remercient de ne pas être victimes rejetées, à cause de ces pedocriminels que ont déjà fait tant de mal et  tenteront d’en faire  encore.

Personnellement, je me sens honoré et fier d'avoir connu des personnes aussi nobles d'esprit et riches d'humanité et remercie Dieu de votre existence.

Giovanni Ristuccia

Président de S.O.S. ANTIPLAGIO

 

José DESSART est journaliste à la RTBF a réalisé deux reportages sur le réseau Zandvoort :  "Filière Pédo-Video" et "Réseaux Pédo-Video",  diffusés 1998, sur les pédocriminels belges et hollandais abusant sexuellement des enfants de l’île de Madère (Portugal) puis, sur l’affaire des CD-ROMS de ZANDVOORT, qui avaient été appuyés des preuves, écrites, enregistrées, filmée et photographiées. 

Au lendemain de la condamnation, il marque sa stupeur, parle à la première personne, disant que ça n’engage que lui ; que c’est là son intime conviction.

Pour résumer, il assure n’avoir jamais cru un instant fondées les accusations de pédophilie qui ont été portées contre Marcel VERVLOESEM en deux fois, l’une au lendemain de la diffusion du premier reportage sur les CD-ROMS de Zandvoort, la deuxième en 2005, faisant état de tortures « à l’encre » qu’il aurait fait subir à des adolescents de sa commune.

Dans cette procédure, dit-il, Marcel VERVLOESEM a passé avec succès (càd sans qu’il ait été pris en défaut de mentir) le test du détecteur, tandis qu’aucun des accusateurs n’a accepté de s’y soumettre. Tandis que des allégations récentes de jeunes gens, dont un s’est rétracté en disant avoir été payé pour porter ces accusations sont prises pour de l’argent comptant avec comme preuves, l’existence, dans l’habitation Marcel VERVLOESEM, de tuteurs en bambous. Qu’il n’a PAS été condamné pour la première vague d’accusation de 1998.

Le plus scandaleux, dit-il,  c’est que  les dizaines de milliers d’enfants abusés sexuellement (dont un grand nombre torturés  dont les fameux 18 CD-ROMS de ZANDVOORT portent les preuves irréfutables puisque on y voit même 14 auteurs de maltraitance sexuelle, n’ont jamais jusqu’à présent fait l’objet d’une répression de la justice. Par contre Marcel VERVLOESEM vient d’être condamné pour avoir eut en sa possession ce matériel, le temps de le remettre à la police.

Il exprime son espoir que Marcel VERVLOESEM ne se sentira pas trop seul dans la durée de cet acharnement judiciaire qui semble ne pas finir, et lui souhaite de tenir bon, malgré tout ces déboires, jusqu’à ce que la vérité soit reconnue.

Il note en post-scriptum les deux chefs d’accusations en provenance des manœuvres de Mme HUTSBAUT et LAVACHERIE et sa bande et pour lesquelles Marcel VERVLOESEM a été également condamné, rajoutant son espoir que tous se rendent compte des dégâts causés par de vrais provocateurs.

Le Werkgroep Morkhoven s’était réjouis de voir enfin un soutien et son président décida de publier ce courrier, avec les noms des personnes à qui le journaliste l’avait transmit, espérant qu’ils manifestent leurs pensées, exception faite pour trois d’entre eux, dont deux alliés à la bande qui nous ont attaqué de front ; et le troisième qui ne prétend pas nous reconnaître quand on le croise dans la rue.

 

Remerciements à Mr Dessart de Jacqueline de Croÿ, vice-présidente du Werkgroep Morkhoven

Tout d’abord, cher Mr Dessart, je vous remercie de votre réaction, car la majorité des gens se contre fichent de ce qui arrive à Marcel Vervloesem depuis qu’il est sur les traces de Zandvoort, plus particulièrement depuis qu’il a apporté les cédéroms à la justice. Sans Jan Boeykens, puis moi-même qui lui avons maintenu la tête en dehors de l’eau, il serait mort depuis longtemps.

Pour toute hésitation sur la question des tuteurs de bambou, je vous invite a regarder l’extrait retenu par la VRT sur la condamnation. Lorsque vous arrivez sur le site de VRTnieuw.net, il faut cliquer sur la phrase : Bamboestokje werd teruggevonden in het huis van Vervloesem, et vous entendrez le juge expliquer que la découverte des « bamboestokje » chez Marcel est la  preuve des abus sexuels.

Je témoigne personnellement que Marcel adore son jardin, qu’il est un excellent jardinier et qu’il utilise les bambous pour le jardinage, non pas pour battre quiconque afin de les obliger à faire des cochonneries. Je témoigne également que depuis les trois ans que je le connais, je ne l’ai jamais entendu ne fut-ce que sortir une blague grivoise. Jan témoigne aussi qu’il le connaît depuis 20 ans et qu’il n’a jamais essayé de le violer, ni vu un geste déplacé de sa part envers un enfant.

Je me dois de rectifier un détail où je me suis mal exprimée : les deux plaintes qui ont contribué à la peine globale de cinq ans de prison à Marcel, dont pour "entrave à la vie privée" et "escroquerie", n’ont pas été déposées par la clique Hutsebaut-Lavachery même, mais initiées par eux en manipulant des victimes.

La première est l’affaire Bloch, où ils ont manœuvré pour faire croire au père Bloch que nous faisions de la rétention d’information sur la mort de sa fille.  Mme Hutsebaut jouant entre le français et le néerlandais, assurait à Mr Bloch qu’il aurait tous les cédéroms, comme s’il fut possible que quiconque donne accès à 90.081 possibilités de chantage à son compagnon, qui est objet de mandat international pour association de malfaiteurs ! Mr Bloch voulait m'imposer de rencontrer ce Lavachery, ce qui n'eut été possible qu'avec comité d'accueil de la police. 

Vous pourrez vérifier sur le site les courriers qu'il nous a envoyé, avec objectif d’obtenir la copie des cédéroms, puis sa plainte au parquet de Turnhout. Celle-ci a donné lieu à une plainte du parquet pour l’entrave à la vie privée sur base de lois internationales, ce qui était très malin, car de cette manière, Mr Bloch n’avait pas accès au dossier, alors que sa fille a été identifiée formellement par notre équipe (via analyse comparative), comme étant une des victimes de Zandvoort.

La deuxième est l’affaire Aggenbach, où Mme Hutsebaut a fait une fausse identification, pour faire croire que le fils de cette dame était sur les cédéroms, alors que la police hollandaise nous avait affirmé le contraire. L'enfant identifié était beaucoup plus âgé, de nationalité américaine et dépassait la taille d'un réfrigérateur américain des années 70. Mme Aggenbach, soutenue par ce policier Hollandais qui s’était présenté chez Marcel sous un faux nom a porté plainte contre Marcel pour escroquerie, croyant qu'il avait également fait de la "rétention d'information". Le parquet ayant lié toutes les affaires, Mme Aggenbach, donc le policier hollandais, Hutsebaut et Lavachery, ont eu  accès au dossier, jusqu’à tous les détails de l’état de santé de Marcel ! C’était raffiné, mais les Cdroms ne figurent pas en pièces.

Vous pourrez voir sur le site de Lavachery, qu’il a réalisé un page "spéciale diffamation" du Werkgroep et de la Fondation, où il relaye les exploits de sa compagne Mme Hutsebaut avec lien directe sur le site Bloch. Il y affirme que Marcel a été condamné dans les années 70 pour viols de mineurs, ce qui est faux. On y retrouve également les diffamations à mon sujet dans l’affaire Warnotte, obtenues avec les mêmes techniques de manipulation des victimes, par une autre branche de leur clique. 

(...) Pas un seul journal n’a dit que les neuf premières plaintes ont été déboutées. Pas un seul journaliste de la presse francophone ne nous a contacté, mais a bien relayé des fausses informations, car abrogées du principal. Depuis quatorze ans que Marcel est diffamé dans la presse, TOUTES les demandes de droit de réponse ont été refusées. Les seuls qui ont été corrects, sont ceux qui avaient relayé les accusations d’escroquerie des Warnotte et ont fait un rectificatif. On se pose la question de pourquoi il n’y a pas un seul bureau d’avocat ni une seule organisation qui accepte de nous aider à porter plainte pour le crime contre l’humanité qui apparaît dans les cédéroms de Zandvoort.

Cette procédure a volontairement dépassé le délai raisonnable, avec unique but de permettre à une presse corrompue et la clique du magistrat français de discréditer le Werkgroep Morkhoven et ses découvertes. J’ai écris un ouvrage sur le réseau, qui nécessite encore des corrections pour être clairs auprès du grand public et j’espère que cela pourra financer la procédure. Nous savons toutefois que sans l’appui du monde de la protection de l’enfance - si celui-ci existe encore - l’affaire ne fera pas un filet dans la presse, ce qui toutefois nous est égal, tant que ce magistrat ne passe pas pour un prédateur isolé, alors qu’il a des liens avec tous le monde politique français et deux magistrats belges, impliqués dans la plus grande série de naufrages judiciaires dans des affaires de pédophilie.

Voilà pourquoi nous, le Werkgroep Morkhoven, sommes particulièrement touché de votre réaction, et vous en remercions très vivement.

Jacqueline de Croÿ

 

Eric Bellaouel, journaliste

Subject: RE : [PEDOCRIMINALITE] Condamnation téméraire et vexatoire (de Marcel Vervlosem)

Bonjour à vous,

Je suis triste d'apprendre cette décision de justice et j'espère que l'appel le fera sortir de là. Je suis toujours solidaire de vous !

Je vous lis souvent et reste au courrant. Désolé de ne pas vous avoir donné beaucoup de nouvelles ma vie à un peu changer en ce sens ou je ne fais plus beaucoup de reportages sur ces horreurs.

Cordialement
Eric Bellahouel

 

Filip Maceron, Fondateur du projet Vallée des Anges, Maison d'Acueil Thérapeuthique pour Enfants Emotionellement  Handicapés

A la longue, l'acharnement de ces magistrats belges sur Mr Vervloesem finit par être suspect : les procès sont truqués, les témoins a charge sont achetés, les pièces prouvant ces corruptions sont manquantes au dossier, etc.

Pour les observateurs extérieurs la justice belge est devenue une parodie, qui serait risible si ce processus négatif ne comportait pas de conséquences aussi tragiques.

Tragédie pour les enfants victimes de violeurs organises en réseaux qui sont peu inquiètes tandis que Mr Vervloesem est le bouc émissaire alors qu'il est évident qu'il est innocent.

Tragédie pour le peuple belge car leurs magistrats semblent dans un état de confusion mentale: pour eux le mal est devenu le bien et le bien est devenu le mal. En conséquence ils veulent protéger les assassins et les violeurs et punir ceux qui dénoncent les réseaux et leurs victimes.

Lorsque des composants aussi essentiels à la santé mentale d'un pays tels que ses magistrats ne savent plus faire la distinction entre le bien et le mal, cette société est en état de décomposition : l'état de droit existe de moins en moins, les procédures judiciaires ne sont plus respectées, les citoyens ont peur car ils réalisent que ceux charges de faire respecter les lois pour le bien public eux-mêmes y dérogent sans problème.

Ces égarements se cumulent avec le temps et on retourne, alors à la situation préhistorique de survie précaire ou chacun n'avait de chances de survivre que s'il était pourvu de la force physique suffisante pour se défendre.

A force de mensonges énoncés publiquement et répétés dans les medias, beaucoup de gens sont désorientés tandis que leurs magistrats se rendent coupables de complicité de crimes contre l'humanité, et les pays impliqués du fait des enlèvements d'enfants voient leurs propres enquêtes entravées par la non coopération de certains magistrats belges.

La société belge est malade car il y a à présent un trop grand nombre de gens y compris dans des fonctions de responsabilité qui n'ont plus de sens moral en eux-mêmes.

Mr Vervloesem aussi aurait pu perdre son sens moral, sa capacité a distinguer entre le bien et le mal, après son enfance passée en institution où il a souffert de multiples sévices aux mains de ceux-là même qui étaient sensés le protéger. Ces souffrances l'ont au contraire renforce dans ses valeurs morales et l'ont conduit aux actions remarquables de dénonciation des réseaux criminels.

Si la Belgique veut retrouver une existence fondée, la paix de l'âme et le respect des autres pays, il n'y a pas d'autre voie que poursuivre les magistrats corrompus pour les empêcher de nuire encore ultérieurement, et nommer Mr Vervloesem a la tête des enquêtes contre les réseaux, son efficacité est bien supérieure à ceux officiellement charges de la tâche.

- 2 -

02:10 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/12/2006

Fondation: site de travail piraté

Piraté ce 8 décembre 2006 pour la quatrième fois en 3 ans, le site de travail de la fondation a vu disparaître 260 dossiers alliés au réseau Zandvoort.

Les dossiers les plus brûlants furent remis en ligne réactualisés, quand ils furent remplacés par les anciennes versions.  

Si nous ne pouvons plus travailler en paix sur MSN, nous devrons à l'évidence trouver un autre système. En attendant, nous vous rappelons que les articles ont été publiés sous forme de message et vous pouvez visiter www.kindergarten.be qui s’il n’est pas à jour, comporte des dossiers très intéressants. Vous pouvez aussi taper le nom d'une personne dont vous chercher les renseignements dans google et voir l'article en mode caché.

Hacked this 8 December 2006 for the fourth time in three years, the work site of the foundation saw 260 files linked to the Zandvoort paedophile network disapear.

The most extreme files were updated and put back on line, when they were replaced by the old versions.

If we cannot work any more in peace on MSN, we will obviously have to find another system. While waiting, we remind you that the articles were published in the form of message and you can always visit www.kindergarten.be , which if it is not up to date, has very interesting files. You can also type the name of a person on who you are seeking the information and get the old article in the hidden mode.

Réseau détruit le 4ième site de la fondation Princesse de Croÿ

 

Rete distrugge il quarto sito della fondazione Principessa de Croÿ.

Ring destroys the 4th site of the Foundation Princess of Croÿ

by Jacqueline de Croÿ -  Decembre 8, 2006

Il faut dire qu'à chaque fois que je songe à la condamnation de Marcel Vervloesem, je songe au magistrat déculotté en train d'abuser de Nordine, et je ne comprends pas pourquoi ces idiots passent leur temps à me provoquer en embêtant mon confrère.

Jean-Claude Krief qui fut le premier à découvrir la photo et pouvoir l’identifier, a vu son frère assassiné. Marcel Vervloesem qui fut le deuxième à l’identifier a vu une de nos consoeurs assassinée. Tous deux ont été imposés un ballet de diffamations avec des justifications insensées et des emprisonnements arbitraires alors qu’ils auraient dû être décorés. Ce n’est pas le genre de chose que je peux accepter.

Comme je devais de tout façon vous offrir un plus beau site, ils m’auront tout simplement obligé à m’activer et ils contribueront à améliorer la présentation du réseau, en rendant plus célèbre encore le magistrat français.

On l’appelle RORO de BOBO (*1) qui un jour fera la une de tous les journaux en se retrouvant derrière des barreaux. Il en remerciera le procureur Vander Flaash, le Bourgmestre Peeters et Victorreke qui auront ainsi contribué à la lutte contre les réseaux.

Merci de votre soutien.

Jacqueline, Princesse de Croÿ

(*1) Ce n’est pas son vrai nom mais je n’ai pas envie de me retrouver en prison avant d’avoir pu contribuer à la chutte définitive de tous ces cochons.

Bisogna dire che qualche volta io penso alla condanna di Marcel Vervloesem>, io penso al magistrato senza mutande mentre violenta Nordine, e io non comprendo perché questi idioti passano il loro tempo a provocarmi facendo imbestialire il mio collega.

Jean-Claude Krief che fu il primo a scoprire la foto e poter identificarla, ha visto suo fratello assassinato. Marcel Vervloesem che fu il secondo a identificarlo, ha visto una delle nostre compagne assassinata. Tutti e due si sono visti investire da un balletto di diffamazioni con giustificazioni balorde e delle carcerazioni arbitrarie mentre avrebbero potuto ricevere delle medaglie. Questo non è il genere di cose che io posso accettare.

Siccome io dovevo in qualche modo offrire un sito accettabile, loro mi hanno molto semplicemente obbligato ad attivarmi e loro contribuiranno a migliorare la presentazione della loro rete, rendendo più celebre ancora il magistrato francese.

Si chiama RORO di BOBO (*1) che un giorno sarà la prima notizia che circolerà su tutti i giornali e lui si ritroverà dietro le sbarre. Lui ne ringrazierà il procuratore Vander Flaash, il Bourgmestre Peeters e Victorreke che avranno così contribuito alla lotta contro le reti pedocriminali.

Grazie del vostro aiuto.

Jacqueline, Principessa de Croÿ

(* 1) Questo non è il suo vero nome ma io non ho voglia di ritrovarmi in prigione,prima di aver contribuito alla rovina definitive di tutti questi maiali.

It should be said that with each time I think of the judgment of Marcel Vervloesem, I think of the magistrate trouser down, as he abuses that autistic child and I do not understand why these idiots spend their time provoking me by bothering my fellow-member.

Jean-Claude Krief who was the first one to discover the photo and was able to identify him, has seen his brother murdered. Marcel Vervloesem was the second one to identify him, has seen one of our fellow members murdered. Both where imposed a ballet of defamations with absurd justifications and arbitrary imprisonments, whereas they ought to have got medals. It is not the kind of thing I can accept.

As I any way wanted to offer a better website, they will have quite simply obliged me to be faster and they will contribute to improve the presentation of the network, while making more famous still the French magistrate.

We call him RORO of BOBO (* 1), who one day will do the headlines of the media by being found behind bars. He will then thank the prosecutor Vander Flaash, the Burgomaster Peeters and Victorreke who will have thus have contributed to the fight against the networks.

Thanks for your support.

Jacqueline, Princess of Croÿ

(* 1) It is not his real name but I do not want to end-up in prison before to have been able to contribute to the proper fall of all these pigs.

http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY

Info MSN-groupes: http://msn-groepen.skynetblogs.be/