29/05/2012

Payer pour tuer: La ministre de la Justice estime que c'est une bonne idée...

Les criminels lourds pourront racheter leur procès

Bruxelles, 26.5.12 - Les procureurs pourront à présent conclure des arrangements avec les criminels présumés pour des délits passibles de maximum 20 ans de prison. C'est ce qu'il ressort d'une circulaire élargissant le principe des règlements à l'amiable dans les affaires pénales, indiquent samedi les journaux L'Echo et De Tijd.

La circulaire contient une liste de délits pour lesquels les criminels peuvent monnayer leur procès. Sur cette liste figurent notamment la corruption, la criminalité informatique, certains cas de coups et blessures, de faits commis en bande et de vols, et toutes les formes de fraude et de tromperie.

Selon les deux journaux, la circulaire pourrait néanmoins susciter la  controverse. Ils soulignent que l'arrangement peut être conclu à n'importe quel moment, durant ou même après le procès, tant que la condamnation n'est pas définitive. Le règlement peut même être inférieur à la peine prononcée et les juges ne pourront estimer s'il est approprié ou proportionnel. Les suspects qui peuvent payer garderont par ailleurs un casier judiciaire vierge, tandis que d'autres suspects, cités dans la même affaire, pourront encore être poursuivis.
    
Pour la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open Vld), c'est une bonne chose que tous les procureurs aient à présent la même ligne directrice. "Maintenant, la loi peut-être pleinement appliquée", déclare-t-elle. La ministre souligne que la circulaire précise aussi que les victimes ont leur mot à dire sur le règlement.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/1...

Photo: Paid to Kill (1954) - Payé pour tuer (1954)

27/05/2012

Le droit de manifester

actie.jpgAmnesty International a dénoncé aujourd'hui la loi spéciale adoptée au Québec, encadrant étroitement le droit de manifester, car elle y voit une violation du droit à la liberté d'expression et de rassemblement. "La loi 78 est un outrage aux libertés fondamentales qui dépasse largement les limites admissibles au regard du droit provincial, national ou international relatif aux droits humains", a affirmé Javier Zúñiga, conseiller spécial pour Amnesty International dans un communiqué mis en ligne sur le site internet de l'ONG.

"Il est déraisonnable et inacceptable de demander aux citoyens de s'adresser à l'avance aux autorités chaque fois qu'ils souhaitent exercer un droit fondamental. L'Assemblée nationale du Québec doit abroger cette loi sans tarder", a-t-il poursuivi. Amnesty International a aussi renouvelé son appel en faveur d'une enquête indépendante sur les agissements des forces de l'ordre ainsi que sur les violences et les actes de vandalisme commis par certaines personnes au cours des récents événements au Québec.

La "Loi permettant aux étudiants de recevoir l'enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu'ils fréquentent" a été adoptée le 18 mai. 
Aux yeux du gouvernement, elle doit assurer aux étudiants non grévistes la possibilité d'accéder librement aux salles de cours, en interdisant de facto les piquets de grève. Mais elle encadre très strictement la liberté de manifester et impose de fortes amendes aux contrevenants.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/05/26/97001-201205...

24/05/2012

Réseau pédocriminel de Zandvoort: Les accusations étaient bien calculées...

cd-roms.jpgLa justice de Turnhout et ses amis de la presse, donnent pendant 14 ans déjà l'impression que les accusations portées contre Marcel Vervloesem étaient une affaire familiale (son demi-frère, le fils de sa soeur,).

Mais leur intention était de criminaliser Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven pour masquer l'affaire pédocriminelle de Zandvoort qui n'a jamais été enquêtée. 

C'est pour ce raison que Marcel Vervloesem a depuis presque 3 ans l'interdiction de contacter le Werkgroep Morkhoven et les associations que luttent la maltraitance des enfants.

Le demi-frère de Marcel Vervloesem et le fils de sa soeur qui l'accusait il y a 5 mois pour des soi-disant infractions sexuelles, ont tous les deux un casier judiciaire chez la Justice ce qui est caché par la presse.  Le Werkgroep pense qu'ils ont été soumis à un chantage pour porter plainte.  

Comme les trois mineurs qui étaient enfermés dans une institution en raison d'une attaque à main armée et qui accusaient Marcel Vervloesem en 2005, ils sont tous les deux allé d'abord avec leur histoire à la presse flamande (Het Nieuwsblad) qui n'a jamais vérifié ses sources, et puis ils ont porté plainte chez la police.  Alors le porte-parole du tribunal de Turnhout a diffusé un message via l'agence de presse Belga et ce message était copié par les groupes de presse.

Dans toutes les accusations on a utilisé le même système.

C'était bien calculé.


Jan Boeykens, président du Werkgroep Morkhoven

http://fondationprincessedecroy.morkhoven.org/

23/05/2012

Hymne de la Résistance: censurée ?

Marcel Vervloesem hymne de la Résistance 

Notre message de 15 févr. 2012:

Marcel Vervloesem (qui, avec le Werkgroep Morkhoven révélait le réseau pédocriminel de Zandvoort) est depuis 3 semaines enfermé à la prison de Turnhout.

Ecrivez Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout (prison de Turnhout), tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique)

Ecrivez Werkgroep Morkhoven, Rue Faider n° 10, 1060 Saint Gilles (Belgique)

Protestez chez le ministre de la justice belge: E-mail annemie.turtelboom@just.fgov.be

http://www.youtube.com/watch?v=6-l7tJOhICI

http://youtu.be/6-l7tJOhICI


Marcel Vervloesem est finalement de nouveau 'libre'

Le 16 mai 1012, Marcel Vervloesem a été remis en liberté. l a été emprisonné pendant 5 mois pour aucune raison dans la prison de Turnhout qui est si surpeuplée que les détenus dorment sur des matelas sur le plancher.

La décision de l'enfermer pendant 5 mois en 'prévention' et de l'enchaîner pendant 5 jours à son lit sur le service d'urgence, était prise par les mêmes juges qui ont étouffé l'affaire Zandvoort et qui ont poursuivi Marcel Vervloesem pendant 11 ans.  Il y a 4 ans que ces juges ont l'imposer un interdiction de parler la presse tandis qie la presse le pouvait à nouveau criminaliser.

Il y a quelques mois, notre association a envoyé des documents importants de l'affaire Zandvoort à Turtelboom. Le contenu de ces documents était directement lié aux abus et viols des enfants dans les crèches d'Amsterdam (connu comme l'affaire Robert M.). Mais Turtelboom ne répondait pas à la demande de notre association d'envoyer ces informations à son collègue hollandais.
Il y a quelques années que Marcel Vervloesem a transmis ces documents au procureur Bourlet de Neufchâteau (l'affaire Dutroux) mais les juges du tribunal de Turnhout utilisaient ces documents pour accuser Vervloesem de la 'possession du pornographie des enfants'.

Le ministre a nommé le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout comme son chef de  cabinet...

Jan Boeykens, président du Werkgroep Morkhoven

 

18/05/2012

Réseau Zandvoort: Marcel Vervloesem a été libéré !

Marcel_nieuwsblad_001.jpg

Bruxelles, 18 mai 2012


Cher(e)s ami(e)s,

Sujet: Marcel est tout à fait libre

Mercredi, le 16 mai 2012, après 5 mois de la détention 'préventive', Marcel a été libéré et il a pû retourner enfin chez lui. On l'a ramené à la maison avec une petite camionette.

Comme d'habitude, la nouvelle était aussi diffusée par l'agence de presse Belga (de l'Etat belge) et elle a été copiée par les journaux, sans le moindre commentaire sous le titre 'Marcel Vervloesem en liberté conditionelle'. Mais ces conditions sont les mêmes conditions qu'il avait avant, avec une seule différence: la police de Turnhout doit contrôler qu'il n'a pas de contact avec notre association, ni avec l'acteur flamand Jo Reymen, ni avec la Fondation des pricesses de Croÿ et Lancelotti, ce qui est complètement ridicule.  
Marcel a aussi l'interdiction d'avoir des contacts avec des associations qui luttent contre l'abus d'enfants.

La décision de libérer Marcel venait après la réunion du tribunal de Turnhout où l'avocat de Marcel a plaidé pendant une demi-heure et où Marcel, pour la première fois depuis son arrestation, a pû parler lui-même.

Les juges prétendaient qu'ils ne savaient rien de l'arrêt de la cour pour l'Application des Peines d'Anvers, en février déjà, déclarant Marcel innocent sur base des résultats de l'enquête judiciaire.

La Ministre de la Justice belge, Anne-Marie Turtelboom (Open VLD, les libéraux flamands) a été pendant 5 mois au courant du dossier de Marcel et de tout ce qui s'est passé dans la prison de Turnhout où il y a tellement de prisonniers (210 au lieu des 120 pour lesquels elle est équipée), qu'une partie des détenus est obligée de dormir sur des matelas à même le sol.
Son ministère n'a répondu qu'une seule fois à nos lettres. C'était après notre plainte concernant le vol de nos brochures et de notre matériel devant le ministère de la Justice à Bruxelles, où se situe son bureau.

Turtelboom ne réagit pas à notre plainte que les lettres de Marcel (même celles de sa fille et de sa petite-fille)  étaient retenues pendant plusieurs  mois  tandis que cela était en violation de la loi et des droits des prisonniersEt comme nous le savons, le ministre et ses services permettaient même que Marcel fût enfermé avec un malade mental dans la même cellule pendant une semaine, ce qui a été la  raison du fait que Marcel a eu des infections et des problèmes cardiaques pour lesquels il a dû partir au service des urgences de l'hôpital St. Elizabeth à Turnhout. Là, pendant 5 jours, Marcel a été enchaîné à son lit d'hôpital. 
Cela prouve encore une fois que Turtelboom voit les gens qui sont enfermés sans la moindre raison justificative en détention préventive comme des criminels.

Et puis il y a eu toute l'histoire au sujet du rapport psychiatrique de V., l'homme qui accusait Marcel, et que les juges de la Chambre du Conseil (chambre correctionelle) de Turnhout ont utilisé comme un prétexte pour garder Marcel pendant 5 mois en prison. Ces juges sont les mêmes qui ont poursuivi Marcel pendant 11 ans dans l'affaire de Zandvoort.  
Le but de ce rapport était aussi de donner à V. le statut de 'victime crédible' et de pouvoir accuser Marcel de nouveau. Le ministre Turtelboom était informée sans cesse pendant des mois dans cette affaire, mais elle ne répondait jamais.

Le ministre a nommé le procureur Jan Poels comme son chef de  cabinet...

Il y a quelques mois,  notre association a envoyé des documents importants de l'affaire Zandvoort à Turtelboom. Le contenu de ces documents était directement lié aux abus et viols des enfants dans les crèches d'Amsterdam.Mais Turtelboom ne répondait pas à la demande de notre association d'envoyer ces informations à son collègue hollandais.

Il y a quelques jours, je me suis plaint auprès du parquet fédéral à Bruxelles au sujet des nombreuses irrégularités dans la poursuite pénale de Marcel à Turnhout.
Le procureur fédéral a répondu d'abord avec la brève déclaration 'qu'il n'y avait aucune indication que l'émail était vraiment envoyé par moi''.
Puis j'ai envoyé au parquet fédéral de plus amples renseignements au sujet de la falsification du rapport psychiatrique dans lequel V. était dépeint comme un «bon garçon» tandis que le psychologue savait que V. a un casier judiciaire au tribunal de la Jeunesse de Turnhout.
Le procureur fédéral me répondit alors que ma lettre avait été transmise au procureur d'Anvers où je pouvais transférer toutes mes informations dans cette affaire.

MERCI À VOUS TOUS POUR VOTRE SOUTIEN !

Jan Boeykens, président de l'association Werkgroep Morkhoven

-----

PS. Vous pouvez publier ma lettre.
Traduction: Eheu

08/05/2012

Fight against the mafia: Giovanni Falcone

Sunday, April 22nd, 2012

Falcone.jpg

Not many people have the courage to stand up for their ideals and fight for the better interests of society, but Giovanni Falcone, along with his friend Paolo Borsellino, is certainly one who has. Born in Palermo in May of 1939, Falcone would go on to graduate with a law degree from the University of Palermo and become an Italian magistrate seen as a hero in the Italian fight against the mafia. Due to his drive and actions, Falcone will always have a place in the political history of the Italian Republic.

Falcone is an excellent example of a man, and a statesman, who was devoted to his country and believed in the institutions set forth by his government. Throughout his career Falcone was seen as unique because few dared to speak out about the mafia in Sicily and there were even fewer who dared fight against it. One of the turning points in Falcone's career was the murder of Judge Cesare Torrenova, after which Falcone asked to work for the Investigative Branch of the Prosecution Office (Ufficio Istruzione) in Palermo.

It must also be noted that Falcone made a huge contribution to developing the methods of investigation that helped to gain an understanding of the mafia and to begin the fight to defeat them. Falcone understood that in order to really get to the bottom of how criminal networks operated investigators and judges had to analyze the patrimonial organisation and banking activities of these criminals. Knowing where the money was going, and getting an overview of the organisation and its structure, came to be seen as very important. Falcone's own investigations uncovered large drug smuggling operations especially to the United States.

These investigations culminated in the so-called Maxi processo di Palermo, the most important trial against the mafia in Italy. During the trial testimony was given by Tommaso Buscetta, a pentito (the literal translation is someone who has repented.) Buscetta was a man who belonged to the mafia and then provided evidence to the state. As stated in the book Cose di Cosa Nostra, the inside knowledge gleaned from Buscetta--including how things worked within the shadowy crime families and how to interpret the actions of the mobsters--was quite valuable.

The Maxi processo is certainly one of the most famous trials in the history of Italy against the mafia. It led to 360 convictions, 2665 years of jail and 11 and a half billion liras of fines.

The success of the trial was largely credited to Falcone, Borsellino and their team. Of course, Falcone had made a lot of waves and the mafia targeted him. The first attempt on Falcone's life, known as an attentato dell'Addura, was unsuccessful. On June 21, 1989, a bomb in a bag was left on the rocks next to the house Falcone had rented for a holiday. It is unclear why the bomb failed.

The second attempt on Falcone's life had a more tragic outcome. Falcone, his wife Francesca Morvillo and their bodyguards were murdered in what is known as the Strage of Capaci (The Capaci Massacre). Under the orders of Salvatore Riina a half-ton bomb was placed under the highway leading from Palermo International Airport to the city of Palermo. Riina's men hid in a building overlooking the road and detonated the device. The explosion was so powerful it registered on local earthquake monitors.

Capaci highway

The Capaci Motorway After the Explosion That Killed Giovanni Falcone

 

Falcone will always be remembered as a man brave enough to stand up for what he believed in and to fight for justice. Tragically this campaign to weaken and eventually defeat the mafia in Sicily, and in Italy as a whole, meant that Falcone was cut down in his prime. Falcone and his partner Borsellino will never be forgotten for their contribution and courage in fighting organized crime.

The bravery of such a stance is evident from statements made by Falcone that predicted his death at the hands of the mafia. "My life is mapped out: it is my destiny to take a bullet by the Mafia some day," Falcone stated. "The only thing I don't know is when."

And while Falcone is now gone and the mafia (including the Sicilian Cosa Nostra, Camorra and the Calabrese 'Ndrangheta) remains, this inspiring man should not be forgotten. As Falcone once said: "The Mafia is a human phenomenon and thus, like all human phenomena, it has had a beginning and an evolution, and will also have an end.”

http://www.lifeinitaly.com/culture/giovanni-falcone

07/05/2012

Affaire Dutroux: cordon sanitaire contre Laurent Louis

Julie en Mélissa.jpg

AFFAIRE DUTROUX: Laurent Louis tient un discours à Meise aujourd'hui (6-5-2012)

Le parlementaire Laurent Louis a organisé une réunion qui a lieu en ce moment même à Meise.

Nous avons eu pas mal de problèmes pour annoncer cet évènement, comme il semble que certaines personnes aient crû devoir nous en empêcher.

L'asbl Werkgroep Morkhoven trouve néanmoins que les questions que Laurent Louis pose, entre autre au sujet du rapport d'autopsie de Julie et Mélissa, doivent trouver une réponse, et que les diverses affaires d'abus d'enfants (Dutroux, Zandvoort) doivent être élucidées.
Cela vaut également pour d'autres dossiers, comme celui autour de l'affaire Fortis au sujet de laquelle règne un silence quasi-total qui est motivé par des raisons politiques.

L'asbl Werkgroep Morkhoven est du reste d'avis qu'une politisation de ce genre d'affaires (du genre : il est de 'l'extreme droite', 'l'extreme gauche', 'un libéral extrémiste', 'un socialiste extremiste', 'un écolo extrémiste', 'chrétien-démocrat extremiste', etc...) s'oppose à toute élucidation de ces affaires et à la possibilité de trouver des réponses aux nombreuses questions liées à ces dossiers.

Tous les parlmentaires ont ainsi par exemple été contactés au sujet de l'affaire Zandvoort. Ils savent donc de quoi il s'agît ici. Ils savent également que l'emprisonnement de Marcel Vervloesem et la manière dont on le laisse en ce moment malheureusement finir ses jours en prison, sont absolument injustes. Et pourtant on continue de se taire.

Il y a eu des parlementaires qui ont posé des questions au sujet de l'affaire Zandvoort, entre autre il y avait le membre du parti Ecolo Zoë Genot qui a posé quelques petites questions. Mais la ministre de la Justice d'alors, Laurette Onkelinx (Parti socialiste), a évité de répondre à ces questions en référant au procès en cour contre Marcel Vervloesem.

Par contre, elle n'a pas souhaité s'exprimer sur ce qui en était de l'enquête dans l'affaire pédocriminelle de Zandvoort. La vérité est qu'en effet il n'y avait rien à dire sur ce sujet, puisque il n'y a simplement jamais eu d'enquête du tout dans cette affaire. De cette facon on n'avance donc pas du tout bien-sûr, d'autant plus qu'il y a de moins en moins de parlementaires qui semblent prêts à critiquer un ministre en posant des questions pertinentes.

Pourtant, imposer le silence aux gens qui eux osent aborder le thême, en les criminalisant ou en les réduisant au silence, cela n'a évidemment également aucun sens et ne mènera absolument à rien.

Si demain un membre du CD&V (Chrétiens-démocrats) décide de poser les questions nécessaires sur l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort ou sur un dossier annexe important de fraude ou autre, l'asbl Werkgroep Morkhoven, comme la plupart des citoyens sans doute, sera prêt à le soutenir.


Jan Boeykens, Président de l'asbl Werkgroep Morkhoven

 

Photo: Julie et Mélissa. Les autorités belges ne veulent pas parler du rapport d'autopsie de ces deux filles qui ont été assassinées dans l'affaire Dutroux... 


18 avril 2012 - Laurent Louis dit que les parents de Julie et Mélissa avaient été "achetés", Jean-Denis Lejeune étant devenu attaché au cdH et Karin Russo a été nommée sénatrice après l'affaire."

C'est insultant, jamais personne ne pourra acheter mon intégrité", réagit Jean-Denis Lejeune, qui reproche aussi au député MLD d'avoir livré sur son blog des détails de l'autopsie des fillettes. "Etre député, c'est être responsable. Si Laurent Louis l'avait été, il aurait été déposer les informations dont il disposait chez un juge d'instruction, au lieu de les répandre sur son site internet", ajoute-t-il.

C'est un peu bizarre que Jean-Denis Lejeune ne se pose pas lui-même des questions autour le rapport de l'autopsie de sa fille Julie.

Les photos de l'autopsie de Julie et Mélissa, ont été découvertes lors des perquisitions menées à l'archevêché à Malines en 2010. Ils ont été envoyées au cardinal Danneels en 2004 par les auteurs du magazine satirique anglais "The Sprout"

Traduction: eheu

06/05/2012

Affaire Dutroux: réunion de Laurent Louis, membre du parlement

Notre message sur la réunion publique du membre de parlement Laurent Louis, a été bloqué à plusieurs reprises.  Nous n'acceptons aucune censure et nous demandons tout te monde d'annoncer ces informations.

Julie en Mélissa.jpg

 

Réunion Publique de Laurent Louis - Dimanche 6 Mai 2012 - 15:00

Kapellelaan 85, 1860 Meise

Message de Laurent Louis sur Facebook - 27 Avril 2012:

"Je sais que vous êtes nombreux à vouloir bouger et mener des actions concrètes pour plus d'éthique et de justice dans notre pays. C'est pour cela que je vous invite à une réunion très importante le dimanche 6 mai 2012 à 15h à 1860 Meise, Kapellelaan, 85. Je prononcerai un discours et ensuite nous pourrons tous faire connaissance et programmer nos actions futures. La Belgique a besoin d'hommes et de femmes courageux, soyez ceux qui libèreront le pays des corrompus et des criminels. Ne l'oubliez pas, ensemble, tout devient possible ! Je compte sur vous pour être présents en nombre ! Faites passer le message. Merci d'avance."

"Chers amis, même si les sites du MLD sont toujours censurés, il vous est toujours possible de rejoindre le Mouvement et de devenir membre. Pour ce faire, rien de plus simple ! Il vous suffit de verser votre cotisation sur le compte BE12 0016 3766 9992 avec la mention "Cotisation membre MLD". Je vous demanderais en plus de m'envoyer un mail sur laurent.louis@live.be avec vos coordonnées complètes. La cotisation est de 20 euros et de 12 euros pour les moins de 35 ans. J'ai besoin de vous afin de changer ce pouvoir corrompu en Belgique. Soyez les élus de demain !"

http://www.facebook.com/pages/Laurent-LOUIS-MLD-Page-officielle/152223684849938

http://www.pedopolis.com/agenda/reunion-publique-de-laure...

Photo: Julie et Mélissa (affaire Dutroux). Le rapport d'autopsie remet en question la version officielle que les filles sont morts de faim et de soif...

----------------------------------------------------------------------------

La Vérité autour l'affaire Zandvoort

Bruxelles, 6.5.2012 - On a  fermé le site Web 'Droit Fondamental' de princesse J. de Croÿ.

Sur Google tous les liens et toute l'information autour de l'affaire Zandvoort, les réseaux pédocriminels, le procès contre Marcel Vervloesem, les tortures dans les prisons (et celle de Marcel Vervloesem) ... ont été bloqués.

La princesse a conmencé à créer un nouveau site Web.

La nouvelle adresse est: http://fondationprincessedecroy.morkhoven.org/ (si elle n'est pas déjà désactivé par les services de la Justice belges qui utilisent tous les moyens pour enlever le Werkgroep Morkhoven et la Fondation de l'internet et qui ont décidé de censurer toutes les informations). C'est pour cette raison que les comptes du Werkgroep Morkhoven et de la Fondation sur Facebook, ont été régulièrement fermé.

Il y a plusieurs années, que les criminels qui ont accusé Marcel Vervloesem de 'viol', ont rédigé une petite pétition dans laquelle ils ont demandé de chasser Marcel Vervloesem de son logement social et même que le Werkgroep Morkhoven serait supprimé de l'Internet.  La pétition qui était signé par eux-mêmes, venait sur  l'ordre du jour politique de la ville d'Herentals où le maire Jan Peeters (Parti social-démocrate, membre du Parlement, ancien ministre) acceptait la proposition.  Il envoyait le demande d'expulser le Werkgroep Morkhoven de l'internet au service juridique de la municipalité. Il y a deux ans que Marcel Vervloesem a eté chassé de sa maison.  Même les gens (et leurs mère de 80 ans, gravement malade) qui avaient soutenu le Werkgroep Morkhoven étaient chassé de leur maison après une nouvelle pétition minable qui était transmit au direction de l'entrepise des maisons sociales 'Geelse Bouwmaatschappij'.

L'homme qui organisait les plaintes contre Marcel Vervloesem en 1998 par des rumeurs dans les médias, habite dans le même quartier de Marcel Vervloesem et la famille.  Il est membre du Parti social-démocrate; il connaît le maire personnellement; il fait partie pendant déjà 20 ans du direction du geelse Bouwmaatschappij; il y a quelques années qu'il était nommé comme membre de direction du Centre sociale d'Herentals; puis il a été 'élu' avec 100 voix comme conseiller municipal d'Herentals; il était élu comme président de la Commission de la Sécurité et de la Police d'Herentals et il représente la commune dans deux intercommunales.

Il est remarquable que cet homme ne sait presque pas écrire. Il écrit phonétiquement sans des virgules et des points. Il est donc clair qu'il y a de la corruption politique dans cette affaire.

Mais il y a aussi une autre chose. L'homme qui est homosexuel (le Werkgroep Morkhoven ne veut pas condamner les homosexuels), a 30 procès-verbaux en raison des délits sexuels avec des jeunes garçons qui n'étaient jamais enquêtés par la Justice tandis qu'il y a 4 années que la Justice belge a interdit Marcel Vervloesem de contacter la presse.  Pendants des années, la presse belge lui a permis d'accuser Marcel Vervloesem de la 'pédophilie'. Et l'homme a organisé ses plaintes au moment que la presse internationale, y compris les trois journaux japonais les plus grands, rapportaient de l'affaire Zandvoort.

Marcel Vervloesem qui est gravement malade et est justement revenu d'un admission d'urgence à l'hôpital, se trouve pendant 4 pois en 'préventive' dans la prison de Turnhout qui est si surpeuplée qu'un part des prisonniers doit dormir sur de matelats au sol.  L'enquête judiciaire prouvait qu'il est innocent et le tribunal d'Exuecution de la Peine d'Anvers plaidait pour sa libération mais les juges du Chambre de la Conseil de Turnhout qui l'ont oursuivi pendant 11 ans pour étouffer l'affaire Zandvoort le gardent en prison.

Le Werkgroep Morkhoven pense que l'enfermement de Marcel Vervloesem dans des conditions inhumains est le résultat de la crainte des autorités belges et hollandaises.  Il y a quelques mois que le procès autour les abus des enfants dans les crèches d'Amsterdam a été commencé.  L'affaire Zandvoort est liée à cette affaire et les abus des enfants à Amsterdam étaient à prévenir si la Justice aurait fait son travail.

Il y a quelques semaines que le Werkgroep demandait au ministre de la justice belge, A. Turtelboom (VLD, Parti Libérale) de transmettre les documents de l'affaire Zandvoort qui parlent de l'affaire à Amsterdam, au ministre de la justice hollandais.  Mais le ministre ne répondait pas.  Robert M., nommé le 'Monstre de Riga, qui (comme arc Dutroux) est présenté comme un 'prédateur isolé' a été rapidement condamné à date de 6 avril 2012. Mais il est condamné sur un dossier incomplet et le réseau des abuseurs des enfants reste exister.

 

03/05/2012

Le Site Web 'Droit Fondamental' de princesse J. de Croÿ a été fermé...

Marcel_nieuwsblad_001.jpg

On a  fermé le site Web 'Droit Fondamental' de princesse J. de Croÿ.

Sur Google tous les liens et toute l'information autour de l'affaire Zandvoort, les réseaux pédocriminels, le procès contre Marcel Vervloesem, les tortures dans les prisons (et celle de Marcel Vervloesem) ... ont été bloqués.

La princesse a conmencé à créer un nouveau site Web.

La nouvelle adresse est: http://fondationprincessedecroy.morkhoven.org/ (si elle n'est pas déjà désactivé par les services de la Justice belges qui utilisent tous les moyens pour enlever le Werkgroep Morkhoven et la Fondation de l'internet et qui ont décidé de censurer toutes les informations). C'est pour cette raison que les comptes du Werkgroep Morkhoven et de la Fondation sur Facebook, ont été régulièrement fermé.

Il y a plusieurs années, que les criminels qui ont accusé Marcel Vervloesem de 'viol', ont rédigé une petite pétition dans laquelle ils ont demandé de chasser Marcel Vervloesem de son logement social et même que le Werkgroep Morkhoven serait supprimé de l'Internet.  La pétition qui était signé par eux-mêmes, venait sur  l'ordre du jour politique de la ville d'Herentals où le maire Jan Peeters (Parti social-démocrate, membre du Parlement, ancien ministre) acceptait la proposition.  Il envoyait le demande d'expulser le Werkgroep Morkhoven de l'internet au service juridique de la municipalité. Il y a deux ans que Marcel Vervloesem a eté chassé de sa maison.  Même les gens (et leurs mère de 80 ans, gravement malade) qui avaient soutenu le Werkgroep Morkhoven étaient chassé de leur maison après une nouvelle pétition minable qui était transmit au direction de l'entrepise des maisons sociales 'Geelse Bouwmaatschappij'.

L'homme qui organisait les plaintes contre Marcel Vervloesem en 1998 par des rumeurs dans les médias, habite dans le même quartier de Marcel Vervloesem et la famille.  Il est membre du Parti social-démocrate; il connaît le maire personnellement; il fait partie pendant déjà 20 ans du direction du geelse Bouwmaatschappij; il y a quelques années qu'il était nommé comme membre de direction du Centre sociale d'Herentals; puis il a été 'élu' avec 100 voix comme conseiller municipal d'Herentals; il était élu comme président de la Commission de la Sécurité et de la Police d'Herentals et il représente la commune dans deux intercommunales.

Il est remarquable que cet homme ne sait presque pas écrire. Il écrit phonétiquement sans des virgules et des points. Il est donc clair qu'il y a de la corruption politique dans cette affaire.

Mais il y a aussi une autre chose. L'homme qui est homosexuel (le Werkgroep Morkhoven ne veut pas condamner les homosexuels), a 30 procès-verbaux en raison des délits sexuels avec des jeunes garçons qui n'étaient jamais enquêtés par la Justice tandis qu'il y a 4 années que la Justice belge a interdit Marcel Vervloesem de contacter la presse.  Pendants des années, la presse belge lui a permis d'accuser Marcel Vervloesem de la 'pédophilie'. Et l'homme a organisé ses plaintes au moment que la presse internationale, y compris les trois journaux japonais les plus grands, rapportaient de l'affaire Zandvoort.

Marcel Vervloesem qui est gravement malade et est justement revenu d'un admission d'urgence à l'hôpital, se trouve pendant 4 pois en 'préventive' dans la prison de Turnhout qui est si surpeuplée qu'un part des prisonniers doit dormir sur de matelats au sol.  L'enquête judiciaire prouvait qu'il est innocent et le tribunal d'Exuecution de la Peine d'Anvers plaidait pour sa libération mais les juges du Chambre de la Conseil de Turnhout qui l'ont oursuivi pendant 11 ans pour étouffer l'affaire Zandvoort le gardent en prison.

Le Werkgroep Morkhoven pense que l'enfermement de Marcel Vervloesem dans des conditions inhumains est le résultat de la crainte des autorités belges et hollandaises.  Il y a quelques mois que le procès autour les abus des enfants dans les crèches d'Amsterdam a été commencé.  L'affaire Zandvoort est liée à cette affaire et les abus des enfants à Amsterdam étaient à prévenir si la Justice aurait fait son travail.

Il y a quelques semaines que le Werkgroep demandait au ministre de la justice belge, A. Turtelboom (VLD, Parti Libérale) de transmettre les documents de l'affaire Zandvoort qui parlent de l'affaire à Amsterdam, au ministre de la justice hollandais.  Mais le ministre ne répondait pas.  Robert M., nommé le 'Monstre de Riga, qui (comme arc Dutroux) est présenté comme un 'prédateur isolé' a été rapidement condamné à date de 6 avril 2012. Mais il est condamné sur un dossier incomplet et le réseau des abuseurs des enfants reste exister.


Photo: Marcel Vervloesem, princesse de Croÿ et Jan Boeykens

Facebook censure

facebook-box.jpgCENSURE

Le compte de Jan Boeykens, président de l'asbl Werkgroep Morkhoven, a été à nouveau désactivité par Facebook. Ces derniers temps il avait beaucoup de problèmes avec Facebook qui utilisait des questions de sécurité en guise de protection du mot de passe pour le prévenir de publier sur Facebook. Toutes ses publications, y compris celles sur ce groupe et sur des autres groupes de Facebook, ont disparues.

Le website de la princesse J. de Croÿ, vice-présidente de l'asbl Werkgroep Morkhoven, a été désactivé par la justice belge (http://droitfondamental.eu/ : 'Internet Explorer ne peut pas afficher cette page Web'). Le but est clair: faire disparaître toutes les publications autour l'affaire Zandvoort et Marcel Vervloesem.

La princesse est en train de créer un nouveau compte 'Droit Fondamental'. La publication des commentaires surhttp://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/ est également bloquée par les autorités belges.

traduction: eheu

02/05/2012

Marcel Vervloesem: pas condamné mais quand-même enchaîné à son lit !

MichaKat.klokkenluider.jpg

Micha Kat, l'activiste néerlandais et rédacteur en chef du site Web Klokkenluideronline qui travaillait aussi autour de l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort, a été arrêté et écroué il y a quelques jours en raison des menaces qu'il aurait proférées.

Il y a quelques semaines, les activistes de Klokkenluideronline ont participé à l'action du Werkgroep Morkhoven devant la prison de Turnhout où Marcel Vervloesem, qui a enquêté lui aussi sur l'affaire Zandvoort, a été enfermé en préventive sans la moindre raison justificative.

Les autorités belges étaient furieuses à cause de ce soutien néerlandais et les autorités néerlandaises étaient inquiètes parce que l'affaire Zandvoort est fort liée au scandal récent des crèches d'Amsterdam.

Depuis 3 jours, Marcel Vervloesem est hospitalisé dans le service des soins intensifs de l'hôpital St. Elisabeth à Turnhout.  L'activiste, qui était déjà gravement malade, avait des problèmes cardiaques.

Les autorités veulent cacher l'hospitalisation de Marcel Vervloesem. C'est pour cette raison que la réception de l'hôpital dit aux nombreux visiteurs et aux journalistes, 'qu'on ne connaît pas de patient nommé Marcel Vervloesem'.

Avant-hier, Marcel Vervloesem a eu une forte fièvre à nouveau.  Il est attaché à son lit d'hôpital avec des chaînes de fer et il y a 2 gardes pour le surveiller. Et cela à un moment où il est n'est qu'enfermé en préventive sans être condamné! Et que l'enquête judiciaire a prouvé qu'il a été accusé à tort et que le jugement du Tribunal pour l'Application des Peines d'Anvers a plaidé en faveur de sa libération! Quelle honte pour le ministre de la justice belge qui est au courant de cette affaire!

Le Werkgroep Morkhoven a porté plainte auprès du Comité européèn contre la torture et les traitements inhumains et dégradants (CPT) qui, il y a quelques jours, a visité la prison de Forest et ira rédiger un rapport adressé officiellement au gouvernement belge. Celui-ci devra s’expliquer sur 'd’éventuels manquements'.

La prison de Turnhout est tellement surpeuplée (elle est destinée à n'accueilir que 120 au lieu des 210  prisonniers qui s'y trouvent actuellement enfermés), qu'une partie des prisonniers doit dormir sur des matelas posés sur le sol.  La prison devrait effectivement être fermée pour raison d'insalubriété, pour viol de la Convention européenne des droits de l’homme, plus spécialement son article 3 qui interdit la torture et les peines et traitements inhumains ou dégradants, et pour viol de la Convention européenne ’pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants’.

En Belgique il y a actuellement plus de 11.000 prisonniers et le gouvernement belge a été même obligé de transférer une partie de ses prisonniers  vers la prison de Tilburg en Hollande.

L'idée du ministre de la justice belge A. Turtelboom (Open VLD, libéraux flamands) qui parle du 'droit au travail', est d'attirer les grandes entreprises vers les prisons. Ces entreprises peuvent bien utiliser des hommes privés de leurs droits et qui ne leur coûteront rien, ni même la côtisation pour leur sécurité sociale.

Ce qui est vraiment choquant aussi, c'est que Turtelboom pose nue pour un calendrier Contre le  Cancer. Au même moment qu'elle est au courant du fait que Marcel Vervloesem a le cancer, est cardiaque, a une maladie rénale et est très gravement diabètique.  Le ministre a reçu par plusieurs reprises la liste des hospitalisations de Marcel Vervloesem.

La voici:

La situation de Marcel Vervloesem depuis son transfert de la prison de Brugge vers la prison de Turnhout (30 juin 2009 au  24 novembre 2009)

Situation médicale:

21 visites chez le médecin:
1 juillet 2009 – 10  juillet  2009 – 24  juillet  2009 – 30  juillet  2009 – 8  juillet 2009 – 18  juillet  2009 – 27  juillet  2009 – 11 août 2009 – 15 août 2009 – 17 août 2009 – 21 août 2009 – 21 août 2009 – 1 septembre 2009 – 5 septembre  2009 – 11 septembre 2009 – 4 octobre 2009 – 6 octobre 2009 – 8 octobre 2009 – 24 octobre 2009 – 11 novembre 2009 – 18 novembre 2009

 

6 examens médicaux:
13 août 2009: Analyses sanguines
13 août 2009: Analyses urinaires
20 août 2009: Consultation oculaire par le Dr.Van O. de Turnhout

26 août 2009: Examen diabétique par le spécialiste Dr. A AZ Sint-Jozef, Turnhout


31 août 2009: Analyses urinaires
24 octobre 2009: Analyses urinaires

2 injections(vaccins):

6 octobre 2009: grippe
11 novembre 2009: grippe Mexicaine

Soins des pieds dûs au diabète:
19 août 2009

Soins à cause du diabète et controle cardiaque:
615 visites

2 requêtes à Brugge pour la restitution des résultats d’examens (cardiaques + …):

11 septembeer 2009
8 octobre 2009

 

3 demandes d’obtention des dossiers médicaux de Marcel par son avocat:

3 septembre 2009 – L’hôpital  AZ Sint-Jan de Brugge a fait parvenir le dossier
9 september 2009 – L’hôpital  Sint-Elisabeth a fait parvenir le dossier
14 octobre 2009 – Dr. F. Van Mol, directeur-general du Service de Santé pénitentiaire du Ministère de la Justice a envoyé le dossier chirurgical de Marcel à son avocat.

---------------

Janvier 2010 - Liste d’hospitalisations

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois

2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals

3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers

4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –

5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers

6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X

7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X

8. Disfonctionnement cardiaque opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X

9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X

10) Reins – Hopital St H. Hart à Lier – 1X

11) Opération au coeur – AZ St Jan Bruges – 1X

12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X

13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X

14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X

15) Placement chirugical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X

16) Soins intensifs cardio – St Elisabeth Turnhout – 1X

17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X

18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X

19) Opération au coeur – AZ St Jan Bruges

20) En date du 14 mai 2009 il devait, dû à des problèmes cardiaque consécutifs entre autre au manque de médication et à un traitement insuffisant, être admis en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges.

 

-----------

Conseil de l'Europe
Comité européèn contre la torture et les traitements inhumains et dégradants (CPT)
F-67075 Strasbourg Cedex France
Tél.: France: 03 88 41 39 39. De l'étranger: +33 3 88 41 39 39
Courriel: cptdoc@coe.int - Site Web: www.cpt.coe.in

Photo: Micha Kat, Klokkenluideronline
Traduction: Eheu


 

01/05/2012

Abus des enfants: Appel aux gouvernements

Children.Réseau.Parentale.jpgAPPEL AUX GOUVERMENTS NÉERLANDAIS ET BELGE

Bruxelles, 25.4.2012 - Marcel Vervloesem, l'homme qui a révélé l'affaire pédopornographique de Zandvoort et qui est gravement malade (souffrant d'un cancer, étant cardiaque, malade des reins et diabétique), se trouve maintenant déjà depuis des mois en détention préventive à la prison de Turnhout qui est tellement surpeuplée que les détenus y doivent dormir sur des matelas posé au ras du sol.

La ministre de la Justice Mme Turtelboom (du parti libéral flamand) a été mise au courant du fait que les juges qui se sont efforcés pendant des années pour étouffer l'affaire pédopornographique de Zandvoort, sont les mêmes qui maintenant dans le procès contre Vervloesem, ont fait disparaître une pièce à décharge du dossier pénal de celui-ci. Il s'agit du téléphone portable de l'accusateur de M. Vervloesem, Dimitri V., dans lequel se trouvaient les preuves que ce dernier avant menti dans ses déclarations vis-à-vis du journal Het Nieuwsblad (qui ne vérifie jamais ses informations) et de la police. Ce télépone portable lui a été tout simplement rendu de sorte qu'il a pu détruire ces preuves.

Après la chasse aux sorciers contre le parlemetaire fédéral Laurent Louis, qui se demande avec raison pourquoi on n'a apparamment pas le droit de poser des questions sur le rapport d'autopsie concernant Julie et Mélisa, assassinées dans l'affaire Dutroux, c'est maintenant la Justice néerlandaise qui entre à son tour en action.

Aujourd'hui c'est le journaliste néerlandais Micha Kat du site Klokkenluideronline.nl, qui proteste contre l'étouffement par la Justice néerlandaise de l'affaire pédocriminelle autour du sécretaire-général de la Justice néerlandaise, qui a été arbitrairement arrêté et écroué. On aurait même l'intention de l'interner en psychiatrie, une mesure qui a été préparée pendant des mois par une campagne médiatique dans laquelle on traitait le journaliste de 'fou'.

Le site néerlandais Klokkenluideronline.nl soutient les actions du Werkgroep Morkhoven pour la mise en liberté de Marcel Vervloesem et pour une enquête sur l'étouffement de l'affaire pédopornographique de Zandvoort.

La Justice belge et la direction de la prison de Turnhout ont soulagé la colère que leur causait ce soutien de la part des Hollandais du site Klokkenluideronline.nl, en enfermant M. Vervloesem dans une cellule qu'il devait partager avec un malade mental, après avoir menacé de l'enfermer dans la cellule d'isolement et de le transférer vers une autre prison. Le courrier de M. Vervloesem est déjà intercepté depuis des semaines, et les plaintes transmises à ce sujet à la ministre de la Justice n'ont eu aucun effet.

Il y a quelque semaines, le Werkgroep Morkhoven a envoyé à la ministre un certain nombre de documents contenant des informations sur l'affaire des abus dans les crèches à Amsterdam, lui demandant expressément de transmettre ces informations à la Justice Hollandaise.

La Werkgroep Morkhoven n'a jamais reçu de réponse à cette demande de la part de la ministre, et a depuis constaté que l'accusé Robert M., qui était désigné comme le seul coupable dans cette affaire de moeurs Hollandaise, a été entre-temps condamné (le 6.4.2012) sur base de ce qui est donc un dossier incomplet.

Nous lancons un appel aux gouvernements belge et néerlandais pour qu'il prennent la lutte contre les abus d'enfants au sérieux, en ne pas limitant les enquêtes judiciaires à des soi-disant 'perverts isolés' comme Marc Dutroux et Robert M. que la presse à sensation se délecte de présenter systématiquement comme des 'monstres'.

Jan Boeykens, président du Werkgroep Morkhoven

--------

Écrivez et protestez:

- Ivo Opstelten, Ministre de la Sûreté et de la Justice, Postbus 20300, 2500 EH Den Haag (Pays-Bas)

- Annemie Turtelboom, Ministre de la Justice, 115 Avenue Waterloo. 1000 Bruxelles (Belgique)
Téléphone *32 2 542 80 11- Fax 02 542 80 00 info@just.fgov.be

- Comité européèn contre la torture el les traitements inhumains et dégradants (CPT) , Conseil de l'Europe
F-67075 Strasbourg Cedex France
Tél.: France: 03 88 41 39 39. De l'étranger: +33 3 88 41 39 39
Courriel: cptdoc@coe.int
Site Web: www.cpt.coe.int

 
Traduction: Eheu