03/06/2007

Réseau Zandvoort - Zandvoort Network: The U.N., L'ONU, De U.N.O.

v

Zandvoort - The U.N., L'ONU, De U.N.O.

Zandv.fetch


- The U.N. (point 88) asked the CD-roms 'Zandvoort' to the french government and wanted that Interpol investigate them. Since 9 years, belgian justice has the originals of the CD-roms from the pedocriminal network Zandvoort that were found by the Werkgroep Morkhoven but she didn't start an investigation. At the same time, Morkhoven-investigator Marcel Vervloesem was permanently accused.

- l'ONU demandait (point 88) " que le gouvernement français transmette officiellement les cédéroms Zandvoort à Interpol aux fins d'examen ". Les exemplaires originaux de cédéroms du réseau pédocriminel de 'Zandvoort' sont pendant 9 ans aux mains de la justice belge qui ne les investigeait pas. Marcel Vervloesem du Werkgroep Morkhoven qui trouvait les cédéroms, était continuellement poursuivi par la justice.

- De franse justitie sloot het 'onderzoek' in de kinderpornozaak Zandvoort af omdat de kinderen en de ouders van de kinderen (en baby's) de prostitutie 'zelf zouden gewild hebben' en omdat zij niet geloofde in het bestaan van kinderpornonetwerken.
De U.N.O. (punt 88) vroeg daarom
de CD-roms van het kinderpornonetwerk Zandvoort bij de franse regering op en wou dat Interpol de zaak verder onderzocht. Interpol vond 94.000 slachtoffertjes op de CD-roms.
Het gerecht van Turnhout (België) is sinds negen jaar in het bezit van de originelen van deze cd-roms maar voerde geen enkel onderzoek. De -volgens een rapport van de Belgische federale politie- 88.000 slachtoffertjes werden nooit geidentificeerd terwijl de kindermisbruikers, kinderpornoproducenten en kinderpornohandelaars nooit werden opgespoord.
Marcel Vervloesem van de Werkgroep Morkhoven die, in opdracht van de Werkgroep Morkhoven, de CD-roms aan het gerecht van Turnhout en Procureur Bourlet (zaak Dutroux) overhandigde, wordt al wel negen jaar lang gerechtelijk vervolgd wegens ondermeer het 'bezit van kinderporno'.

Pédocriminalité. La France épinglée par l'ONU

Un rapport sur les droits de l'enfant de l'organisation internationale relève les " carences " de la justice française concernant les violences sexuelles sur mineurs.

Urgence, carences de la justice. En des termes certes diplomatiques mais cinglants, l'ONU invite la France à changer d'attitude vis-à-vis de la pédocriminalité. " Le rapporteur tient à recommander à nouveau qu'un organe indépendant mène de toute urgence une enquête sur les carences de la justice (française - NDLR) à l'égard des enfants victimes de sévices sexuels et des personnes essayant de les protéger.

" Ce point 89 du rapport définitif de l'ONU sur les droits de l'enfant (1) résume parfaitement l'opinion de Juan Miguel Petit, rapporteur spécial sur la vente, la prostitution des enfants et la pédopornographie, après la visite qu'il a effectuée en France en novembre 2002.

Au moment où le procès Dutroux nous rappelle que l'inimaginable n'est pas forcément imaginaire, le rapport stigmatise la négation qui prévaut dans les milieux de la justice dès qu'on parle de réseaux pédocriminels: " De nombreuses personnes ayant une responsabilité dans la protection des droits de l'enfant, en particulier dans le système judiciaire, continuent de nier l'existence et l'ampleur " des sévices sexuels sur des enfants, et notamment ceux commis " aux fins de production de matériel pornographique " (point 81).
En clair, il s'agit de viols d'enfants, photographiés, filmés et diffusés via Internet.

On découvre, au cours de la lecture des 23 pages du rapport, que la brigade des mineurs de Paris " émet des doutes sur l'existence de réseaux pornographiques ", tout en reconnaissant que " nombre d'adultes sur lesquels elle avait enquêté pour possession et distribution d'images pornographiques avaient des relations sociales très influentes ".
Dans ce contexte, la décision du parquet de Paris de classer sans suite l'affaire du cédérom de Zandvoort (2) choque le rapporteur de l'ONU : "Les autorités françaises ont conclu que (les images du cédérom) dataient des années soixante-dix. Toutefois, certains parents contestent cette conclusion, faisant valoir que certaines des photos contiennent des preuves montrant clairement qu'elles ont été prises récemment.

" Le rapporteur spécial demande (point 88) " que le gouvernement français transmette officiellement le cédérom Zandvoort à Interpol aux fins d'examen ".

Dans de nombreux dossiers dans lesquels des enfants sont victimes de violences sexuelles, " la plupart des juges ne sont guère enclins à entendre les enfants " (point 85), et la France se voit rappeler l'article 12 de la convention des droits de l'enfant, qui assure à tout mineur " la possibilité d'être entendu dans toute procédure judiciaire ou administrative l'intéressant ".
Le constat est tel que l'ONU préconise l'affectation " des ressources adéquates à l'appareil judiciaire aux fins de la formation relative aux droits de l'enfant ".
De même, le Conseil de l'ordre des médecins est invité à revoir " de toute urgence ses procédures de façon à soutenir au lieu de condamner les médecins qui font part de leurs soupçons de sévices à enfant " (point 59).

Il n'a pas échappé au rapporteur de l'ONU que ledit Conseil ordinal a poursuivi une centaine de médecins " coupables " d'avoir effectué un signalement assimilé à une " dénonciation calomnieuse ".

La grande discrétion accordée à la publication de ce rapport en France en dit long sur les réticences à remettre en question le dogme qui prévaut dans la majorité des prétoires : l'enfant est, a priori, présumé menteur.

Ce sont les catastrophes judiciaires et humaines qui en découlent qui avait motivé la visite du rapporteur spécial de l'ONU en France, fin 2002.

Serge Garde

(1) Nations unies, Conseil économique et social, commission des Droits de l'homme, soixantième session, rapport E/CN.4/2004/9/Add.1 ; GE.03-16329 (F) 281103 041203.
(2) Le 24 février 2000, l'Humanité avait révélé l'existence d'un cédérom trouvé à Zandvoort (Pays-Bas) contenant 8 000 documents pédocriminels à partir duquel la police hollandaise avait tiré un ichier de 470 portraits d'enfants en danger. Parmi eux, une vingtaine de jeunes Français(es), dont l'identification avait été niée par le parquet de Paris.

08:57 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Trial-Procès-Proces Zandvoort Trial Zandvoort Network: 2008, 6th February - Court of Appeal, Waalse Kaai, Antwerp, Belgium

Verdict Réseau pédocriminel de Zandvoort: 6 Février 2008 - Cour d'Appel, Waalse Kaai, Anvers, Belgique (Le prononçé du 9.1.2008 a été reporté)

Proces Kinderpornozaak Zandvoort - Uitspraak op 6 februari 2008, Hof van Beroep, Waalse Kaai, 2000 Antwerpen (De zitting van 9.1.2008 werd uitgesteld)

-----

Info: werkgroep_morkhoven@hotmail.com
02 537 49 97

Écrit par : James | 04/02/2008

Répondre à ce commentaire

Marcel Vervloesem Marcel Vervloesem
Zoals te verwachten was, werd Marcel Vervloesem van de vzw Werkgroep Morkhoven door het Hof van Beroep te Antwerpen voor de helft vrijgesproken en voor de helft veroordeeld.

Het Hof van Beroep maakte wel een magistrale fout door ondermeer geen rekening te houden met:
- de talrijke overtuigingsstukken die door de advocaten van Marcel Vervloesem ter zitting van 15.12.2007 werden neergelegd.
- de talloze ontbrekende en verdwenen dossierstukken waardoor zij Marcel Vervloesem op basis van een onvolledig dossier veroordeelde.
- de Hoge Raad voor de Justitie die momenteel een onderzoek voert naar de talrijke ontbrekende en verdwenen stukken in het dossier van Marcel Vervloesem.


In bijlage volgt nog een korte reactie van de vzw Werkgroep Morkhoven op een artikel dat vandaag in de Vlaamse krant Het Laatste Nieuws verscheen.

Het berichtje werd echter niet gepubliceerd en werd daarom voor een tweede maal verzonden.

Laat ons hopen dat Het Laatste Nieuws haar slogan 'Jouw mening telt! Deel jouw mening met meer dan 300.000 HLN-bezoekers' vooralsnog kan waarmaken...

----------


Kinderpornojager Vervloesem krijgt zelf vier jaar

Jouw mening telt!
Deel jouw mening met meer dan 300.000 HLN-bezoekers

Het is jammer dat de pers geen woord zegt over de kinderpornozaak Zandvoort die door de vzw Werkgroep Morkhoven werd opgespoord.
Volgens een rapport van de federale politie waren er 88.539 slachtoffertjes in deze zaak. De slachtoffertjes werden echter nooit geidenticeerd. De kinderpornoproducenten, kindermisbruikers en kinderpornoproducenten
werden nooit opgespoord en vervolgd.

http://www.hln.be/hln/nl/957/Belgie/article/detail/161123/2008/02/06/Kinderpornojager-Vervloesem-krijgt-zelf-vier-jaar.dhtml#reageerTag

Écrit par : Leentje | 06/02/2008

Répondre à ce commentaire

Werd Marcel Vervloesem het slachtoffer van een afrekening van bepaalde mensen binnen justitie ? Een 20-tal dagen voor dat het hof van beroep te Antwerpen uitspraak deed in het proces tegen Marcel Vervloesem, werd de vzw Werkgroep Morkhoven op allerlei mogelijke manieren van het Internet geweerd.
Marcel Vervloesem zelf kreeg twee dagen achter elkaar anonieme telefoontjes van verschillende mensen die tot in de kleinste details op de hoogte waren van zijn strafdossier. Zij dreigden hem ermee dat ze hem zouden 'aanpakken als hij niet zou stoppen met klacht neer te leggen omtrent de verdwenen dossiers en dossierstukken in zijn dossier.

Op 5.2.2008 werd Marcel Vervloesem door het hof van beroep te Antwerpen vervolgens tot 4 jaar effectief veroordeeld omdat men de 'verklaringen van de minderjarigen voldoende achtte'...

Op 16.1.2008 publiceerde de vzw Werkgroep Morkhoven nog het volgende bericht op het Internet:


De mensen van de vzw Werkgroep Morkhoven te Brussel, werden gisteren en eergisteren op alle mogelijke manieren verhinderd om nog iets op het Internet te publiceren. Laat ons hopen dat zij niet als 'terroristen' worden beschouwd...

Marcel Vervloesem van de vzw Werkgroep Morkhoven kreeg gisteren ook tot driemaal toe een telefoon van iemand die zich niet wilde bekendmaken.

De man die op een zeer beschaafde toon sprak, was er blijkbaar op uit om Marcel te bedreigen en te intimideren.

De man had het met Marcel ondermeer over zijn proces (dat bedoeld is om de kinderpornozaak Zandvoort in de doofpot te stoppen).
De uitspraak in deze zaak werd op 9.1.2008 door het Hof van Beroep te Antwerpen om een onbekende reden uitgesteld en volgens de man, die perfect van alles op de hoogte bleek te zijn, was dat omdat het arrest 'nog niet klaar was'.
De man had het met Marcel ook over de nog steeds ontbrekende stukken en dossiers in het strafdossier die zelfs na een klacht bij de Hoge Raad voor de Justitie niet bij het dossier werden gevoegd. Bij de stukken bevindt zich ondermeer de verklaring van de genaamde Peter Wouters (mede-aanklager van Marcel Vervloesem) die zei dat men voor de klachten betaald werd. Ook de brief van de genaamde Eric Cuylaerts in verband met aanrandingen ten huize van de genaamde Eddy Bellens gericht aan de Procureur des Konings te Turnhout en Minister Dewael ontbreekt.
Marcel Vervloesem wacht al een jaar lang op een zittingsdatum voor de dagvaarding van Eddy Bellens...

Verder kwam het dossier in verband met de cd-rom met kinderpornomateriaal (kinderpornozaak Zandvoort) die door de vzw Werkgroep Morkhoven destijds aan het Koningshuis werd bezorgd en vandaar uit naar de procureur-generaal te Antwerpen werd verstuurd, ter sprake. De Antwerpse advocaat-generaal Tack moest enkele weken geleden ter zitting toegeven dat het dossier 'verdwenen' was alhoewel hij er een 'reconstructie' van zou maken.

Ook de 30 processen-verbaals inzake zedenfeiten met kinderen en minderjarigen waarin het Herentalse Sp.a-bestuurslid Victor V. (hoofdaanklager van Marcel Vervloesem) wordt genoemd, kwam ter sprake.
Volgens de man was het onderzoek in deze zaak 'lopende'. Toen Marcel Vervloesem hem vroeg waar en wanneer het 'lopende' was en of het dossier misschien van het dak naar de kelder liep, reageerde de man dreigend met de woorden of het soms de bedoeling was van hem te bespotten.
Van een onderzoek in deze zaak is nog altijd niets te merken alhoewel een kopie van de 30 PV's in oktober 2006 aan de Antwerpse procureur-generaal Christine Dekkers werd overgemaakt. Victor V. wordt vanwege zijn Sp.a-partijkaart en het feit dat hij tegen Marcel Vervloesem jarenlang werd gebruikt, blijkbaar door justitie beschermd.

De man vroeg aan Marcel Vervloesem waarom hij zich door het bestuur van de vzw Werkgroep Morkhoven in Brussel liet 'manipuleren' waarop Marcel Vervloesem hem antwoordde dat hij al lang werkzaam was voor dat de zetel van de vzw naar Brussel verhuisde en dat hij niet moest proberen hem iets wijs te maken of hem tegen het Morkhoven-bestuur te Brussel op te zetten.

Volgens de man werden er door het bestuur van de vzw Werkgroep Morkhoven te Brussel alleen maar 'nonsens' op het Internet gezet (vandaar waarschijnlijk dat hij ten allen koste wil vermijden dat deze 'nonsens' op het Internet te lezen zijn).

De man vroeg aan Marcel Vervloesem waarom hij bleef protesteren terwijl hij 'toch niet meer lastig werd gevallen'.

De man waarschuwde Marcel Vervloesem om met zijn aktiviteiten en het opvragen van dossierstukken te stoppen 'zoniet zou men nog een heel stuk verder gaan' waarop Marcel Vervloesem hem antwoordde dat het proces en de verdachtmakingen tegen hem 10 jaar geduurd hadden en dat hij nu wilde dat de zaken op een correcte manier rechtgezet werden.
Marcel liet zich niet intimideren en vroeg de man of hij de Werkgroep Morkhoven misschien wilde provoceren tot een actie voor het Hof van Beroep te Antwerpen.

Volgens de man had Marcel 'meer kopies van zijn dossier dan wie dan ook' en moest er nu maar eens een einde komen aan het opvragen van dossierstukken waarop Marcel Vervloesem antwoordde dat hij het recht had op een kopie van het volledige dossier.

De man had ook kritiek op de Open Brief in verband met de 'supergevangenis voor de allergevaarlijksten' die Marcel Vervloesem vorige week op de blog 'Rechten van gevangenen' liet plaatsen. Volgens de man was Marcel 'onbetamelijk' geweest.

Enkele weken geleden kreeg Marcel ook al een telefoon van een onbekende man die hem vroeg wat de bedoelingen waren met zijn Open Brief over de gevangenissen. Ook deze man vroeg Marcel waarom hij dit deed terwijl hij 'toch niet meer lastig werd gevallen'.

De anonieme telefoons die Marcel Vervloesem krijgt, doen denken aan de talrijke dreigtelefoons die de vermoorde RTBF-medewerkster Gina Bernaer-Pardaens kreeg toen ze rond de zaak van de verdwenen Duitse jongen Manuel Schadwald werkte. Enkele maanden voor haar dood werd Gina Bernaer nog op een -volgens eigen zeggen- 'intimiderende wijze' in opdracht van de procureur-generaal over de zaak Schadwald ondervraagd. De ondervraging duurde drie uur lang. Na de dood van Gina was de interesse van Justitie voor de zaak Schadwald blijkbaar verdwenen.

Het is merkwaardig dat er gisteren en juist op het moment dat al het internetverkeer van de vzw Werkgroep Morkhoven werd geblokkeerd, een artikeltje over de genaamde Pascal Taveirne uit Brugge verscheen waarin beweerd werd dat deze 'niets met een pedofielennetwerk had te maken'.

Enkele weken geleden publiceerde de vzw Werkgroep Morkhoven en een paar buitenlandse kranten een reeks artikels over Pascal Taveirne.
Pascal Taveirne onderhield jarenlang contacten met andere pedofielen waaraan hij zijn videos met de verkrachting van zijn dochtertjes verkocht. Hij werd destijds tijdens de operatie Hamlet aangehouden maar justitie liet hem terug vrij zodat hij zijn praktijken kon verderzetten.

Het is nu afwachten wat de speciale diensten waarvan de mannen die Marcel anoniem belden ongetwijfeld deel uitmaken, de volgende dagen zullen ondernemen om de vzw Werkgroep Morkhoven van het Internet te houden.
Het is ook afwachten hoeveel anonieme dreigtelefoons Marcel Vervloesem nog zal krijgen.

Alhoewel het kabinet van minister Dewael en tal van politici gisteren op de hoogte werden gebracht van de manier waarop de vzw Werkgroep Morkhoven door de speciale diensten wordt aangepakt, blijken de Internetproblemen van de Werkgroep Morkhoven nog altijd niet te zijn opgelost.

Écrit par : Leentje | 09/02/2008

Répondre à ce commentaire

Ambassades
Van: werkgroepmorkhoven
Aan: Blijweertgroup@skynet.be, eri_emba_bru@hotmail.com, ra@rgandersson.com, mdgadc@skynet.be, general@hongkong-eu.org, mission@embacuba.be, info@kenyabrussels.com, angola.embassy.belgium@skynet.be, info.embjapan@skynet.be, secretariat@mae.etat.lu, mwbrusel@euronet.be, brussels.mn.embassy@chello.be, yvan.rombouts@pandora.be, kyrgyz.embassy@skynet.be, ambassade.irak@skynet.be, ant@minbuza.nl, francis.clotuche@skynet.be, secretariat@iranembassy.be, ambalaobx@yucom.be, info@britain.be, grgencon.bru@mfa.gr, info@algerian-embassy.be, eukorea@mofat.go.kr, eg.sec.be@hotmail.com, thaibxl@thaiembassy.be, nonciature.ue.chancellerie@scarlet.be, missa@braseuropa.be, consumabruxe@skynet.be, embassy@cameroon.be, cons-sec@brussels.mfa.gov.il, ambassade@amb-haiti.be, admin@indembassy.be, honcons.jambel@tiscali.be, danconsul.liege@cyclone.be, rjeanmarie@voo.be, ambassade.madagascar@skynet.be, ambamoz@yahoo.fr, vnemb.brussels@skynet.be, ambassade.afghanistan@skynet.be, stefan.vuzdugan@pandora.be, zhou_zhicheng@mfa.gov.cn, Ambassade.Liechtenstein@bbru.llv.li, embassy.kwt@skynet.be, pcs@recor.be, honorarconsul.cajot@skynet.be, primebxl@skynet.be, lesothobruemb@skynet.be, jordan.embassy@skynet.be, Sanomat.NAE@formin.fi, kazakhstan.embassy@swing.be, ambassade.liban@brutele.be, amcambel@skynet.be, itconsleuven@yahoo.com, mission@missionrdcue.be, etebru@brutele.be, ghanaemb@chello.be, saatkond@estemb.be, info@amb-mauritania.be, mk.mission@skynet.be, willy.van.impe1@pandora.be, embajada.bolivia@embolbrus.be, Libyan_bureaubr@yahoo.com, bru@international.gc.ca, jacques.delruelle@gmail.com, bruxelles@mfa.md, verbeke.lawfirm@skynet.be, ambassade.burundi@skynet.be
Datum: 24 sep. 2008
Onderwerp: Le réseau pédocriminel de Zandvoort - Votre intervention d'urgence s.v.p.!

Cher Monsieurs,

Concerce: Le réseau pédocriminel de Zandvoort - votre intervention d'urgence s.v.p. !


Je vous prie d'intervenir d'urgence chez le gouvernement belge conçerne Marcel Vervloesem, l'activist de notre association qui a découvert le réseau du porno d'enfants de Zandvoort en Hollande et qui est lourdement malade (maladie du coeur, diabètique, cancer).

Marcel Vervloesem a commençé aujourd'hui son 20ième jour de grève de la faim et du soif dans un cellule d'isolation au prison de Bruges en Belgique.

Le réseau Zandvoort compte en total (selon le rapport du poliice fédéral belge) 88.539 images d'enfants et des bébé's violés et torturés.

La justice belge n'a jamais fait une enquête à ces enfants parce que elle trouvait les photos 'trop vieux'.
Selon la justice belge 'la plupart des enfants étaient des enfants étrangers'. C'était une autre 'raison' et une bonne excuse de ne pas identifier ces enfants.

Les producents du porno d'enfants et les violeurs et tortionaires ne sont jamais pousuivi.

La justice poursuivait seulement Marcel Vervloesem de notre
association qui avait trouvé le matériel pédocriminel et qui était félicité pour ses investigations par W. Schüssel, président du Commission Européenne, et des authorités portugaises à Madeira.

Marcel Vervloesem était accusé pour des prétendus viols et des tortures qui dateraient il y a 30 ans (beaucoup plus vieux que les milliers de photos quon n'a jamais enquêté).

Si Marcel meurt au prison de Bruges, le dossier Zandvoort sera définitivement fermé !

En l'attente de votre réponse, Jacqueline de Croÿ (Fondation
Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti), se joint à moi pour vous rappeler notre meilleur souvenir,


Jan Boeykens,
Président du Werkgroep Morkhoven

Princesse de Croÿ,
Vice-présidente du Werkgroep Morkhoven
Présidente du Fondation Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles
Belgique
nr. 443.439.55
Tel/Fax 02 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com, issakaba@skynet.be
http://www.droitfondamental.eu/
http://verdwijningen.skynetblogs.be/
http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

-------------------------------------------

Pédocriminalité - Affaire Zandvoort

En refusant de boire et de manger, ainsi que la prise de ses
médicaments, alors qu'il est cardiaque et diabétique, Marcel
Vervloesem, qui s'est présenté de lui-même à la prison de Turnhout, met volontairement sa vie en danger. Une vie consacrée tout entière à la dénonciation des réseaux pédo-criminels. Affaibli et plongé dans une lassitude extrême, ayant été attaqué de toutes parts cet homme a besoin de notre solidarité. Nous ne pouvons rester indifférents.
Quelles que furent les erreurs que l'on a pu reprocher à cet homme, nous n'avons pas le droit de le laisser mourir en prison. Le 5 septembre 2008, à 14h00, Marcel Vervloesem est entré en prison. Depuis ce jour et cette heure, il refuse de boire et de s'alimenter ainsi que de prendre ses médicaments alors qu'il est diabétique et cardiaque.

Marcel peut tombé chaque moment du jour dans un coma diabétique ou avoir un attaque cardiaque !

Il y a aucune raison d'enfermer un homme comme Marcel qui est si gravement malade (coeur, diabétique, cancer) au prison.

C'est un meurtre et le ministre de la justice belge Vandeurzen est très bien au courant de ce meurtre.

Le ministre sait:
- qu'on a volé des documents en décharge du dossier de Marcel et que ce vol est constaté par le Conseil Supérieur de la Justice
- que l'affaire pédocrimelle Zandvoort n'a jamais été inquêté
- que les criminels dans cet affaire sont encore libre
- que les -suivant le rapport du police fédérale- 88.539 enfants dans l'affaire Zandvoort sont jamais identifiés
- que le magistrat pédocriminel dans l'affaire Zandvoort n'est jamais poursuivi
- que les 7 cédéroms de porno d'enfants que le Roi laissait
transmettre au procureur-général d'Anvers, ont été volé et que ce vol est constaté par le Conseil Supérieur de la Justice
- qu'il protège les criminels (violeurs et voleurs) et préfère que Marcel est enfermé au prison
- que la santé de Marcel est abominable (coeur, diabètique, cancer) et que Marcel ne peut pas survivre l'enfermement au prison (même s'il arrête son grève de a faim et du soif et qu'il reprend ses médicaments
- qu'on a décidé de fermer l'enquête et de détruire les cédéroms de Zandvoort après la meurt de Marcel
- qu'il y a 27 procès-verbaux concerne la violation des moeurs sur des enfants et des jeunes autour l'accusateur principal de Marcel qui reste libre et a été nommé comme président du commission de la sécurité en de la police du ville Herentals
- qu'il y a six mois que Marcel a été invité par le Collège de
procureurs-général à de La Haye concerne le réseau de Zandvoort et que
ce Collège prépare un rapport autour les fraudes de la justice belge dans le dossier de Zandvoort
- que Marcel a commencé un procédure d'urgence à la Court European des Droits de l'Homme de Strasbourg et qu'on peut éviter que l'Etat belge est condamné si on peut détruire Marcel

-------

Van: Jan Boeykens
Aan: GENOT Zoe
Datum: 24 sep. 2008 06:01
Onderwerp: Marcel Vervloesem URGENT !

Madame Zoé Genot
Députée fédérale belge

Chère Madame Genot,
Chère Zoé,


Comme vous savez, Marcel Vervloesem commençe aujourd'hui à son 20ième jour de son grève de la faim en du soif (depuis un dizaine de jours, il boît quelques verres d'eau mais vous comprenez que c'est fortement insuffissament chez une grève de la faim).

Sa situation devient alors de plus en plus critique.

Il y a 2 jours, qu'enfin, Princesse de Croÿ (vice-présidente de l'asbl Werkgroep Morkhoven) et moi ont eu la permission de le visiter.
Dr. Gagliardi, un médecin italien, qui écrivait déjà à 26.8.2008 pour une permission de visite et Ingrid et Eric Riksen, les parents hollandais qui ont écrit à Marcel avec une copie de leur carte d'identité, il y a 10 jours, attendent encore pour la permission de visiter Marcel et j'ai l'impression que le courier de Marcel reste bloqué par les authorités judiciares.

C'est un vrai torture pour ces gens qui ont toujours cru en Marcel et lui restent soutenir.

Marcel risque de tomber, chaque moment du jour, dans un coma diabétique d'ont il ne sortira plus et, si il sortira, il risque un endommagement cérébrale.

Comme vous savez, le Conseil Supérieur de la Justice constatait que les documents en décharge de Marcel, ont été volé de son dossier. Le Conseil Supérieur de la Justice constatait aussi que les 7 cd-roms de l'affaire Zandvoort que le Werkgroep Morkhoven a envoyé en 1998 au Roi belge et qui ont été transmis par le Roi au procureur-général
d'Anvers, ont été également volés.

Le ministre de la Justice, Jo Vandeursen, ne veut pas intervenir parce qu'il trouve que les vols font part de la 'procédure juridique' et il ne répondait pas mon lettre recommandé dd. 30 mai 2008 concerne ces vols qui, suivant d'un des membres de son cabinet, 'se trouve encore
chez le chef du cabinet'.

Les vols des documents du dossier de Marcel et les vols des cd-roms au Cour d'appel d'Anvers n'ont rien à faire avec la 'procédure juridique' et tombent sous la responsabilité de ministre Vandeurzen.

Est-ce que vous voulez, comme vous avez promis, intervenir chez le ministre avant que Marcel est tombé en coma ?

Veuillez croire, chère Madame Genot, à l'assurance de toute ma considération.

Jan Boeykens,
Président du Werkgroep Morkhoven

ASBL Werkgroep Morkhoven
10 rue Faider
1060 Bruxelles

PS. Comme vous savez, il y plus que six mois que Marcel Vervloesem a été invité par le Collège des procureurs-général à De La Haye pour un réunion concerne les cédéroms de Zandvoort. Le Collège prépare à ce moment un rapport de cette réunion et j'ai l'impression qu'on veut éliminer Marcel avant que ce rapport sorte.

Je vous envoie ci-joint une copie de ma lettre dd. 7.7.2008

-----

Bruxelles, 7.7.2008

Madame Zoé Genot,
Députée fédérale, siégeant à la Chambre des Représentants
tête de liste ECOLO à la Chambre pour Bruxelles - Hal - Vilvorde

Chère Zoé,

Comme vous savez, Marcel Vervloesem a été condamné sur base d'un
dossier incomplet à 4 ans de prison. C'est clairement une manière d'étouffer l'affaire Zandvoort, dont il est présenté comme le "chef", alors que sans lui, personne ne connaîtrait l'existence du réseau.

Nous avons aussi découvert qu'il n'y a pas de disparus que les
documents et les témoignages du dossier de Marcel mais également 7 cédéroms avec les photos de Zandvoort que le Werkgroep Morkhoven avait transmit au Roi et que le Roi avait transmit via Tony Van Parys, en ce temps ministre de la justice, au procureur-général Christine Dekkers de la court d'appel d'anvers. Le conseil supérieur de la justice nous
a confirmé ces vols.

J'ai alors écrit par lettre recommandé (avec avis de reception) au ministre de la justice Vandeurzen et au Roi lui-même. J'ai aussi écrit au Jacques van Ypersele, Tony Van Parys et les membres de la commission de la justice du sénat.

Ni van Ypersele, ni les membres du sénat ne m'ont répondu. Van Parys m'a répondu qu'il attend les 'résultats de l'enquête'. Je lui ai demandé quelle enquête parce que les enquêtes concernant les cédéroms Zandvoort et Marcel Vervloesem sont fermées. Van Parys ne m'a pas répondu.

L'avocat-général Marc Tack de la 14ième chambre de la court d'appel d'Anvers, lui aussi, a confirmé la disparition des cédéroms et en même temps, qualifiait le dossier Zandvoort avec 88.539 victimes (selon un rapport du police fédéral) de 'bulle crevée'.

Vous avez interpellé ministre Onkelinx sur l'enquête des cédéroms Zandvoort. Elle n'avait pas voulu répondre et qualifiait le dossier de 'dossier individuelle dont elle ne voulait pas donner de détails'.

Est-ce que vous pouvez interpeller Vandeurzen pour qu'il prenne ses responsabilités ?

Marcel, (qui vient de devenir grand-père pour la cinquième fois), a décidé, que s'il était enfermé, qu'il débutera directement une grève de la faim. Il y a peu de chance qu'il y survive. Son état de santé est alarmant. Non seulement cardiaque et lourdement diabètique, on vient de découvrir qu'on lui a caché un premier cancer il y a 3,5 ans à la prison de Turnhout. On lui avait dit qu'il ne pouvait pas faire de chimiothérapie à cause du diabète, mais il parrait que c'est un
mensonge. Il a déjà eu deux métastases.

Nous pensons que les autorités belges ont l'intention, après la mort de Marcel, de fermer définitivement le dossier Zandvoort et de détruire les cédéroms en silence.

En l'attente de votre réponse, Jacqueline de Croÿ (Fondation
Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti), se joint à moi pour vous rappeler notre meilleur souvenir,

Jan

Jan Boeykens
Président du Werkgroep Morkhoven

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles
Belgique
nr. 443.439.55
Tel/Fax 02 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

PS. Si vous êtes interessé: il y a quelques jours que Marcel a été invité par la justice à De Lahaye pour une audition concernant les cédéroms de Zandvoort

-------------------

Zandvoort - L'ONU


l'ONU demandait (point 88) " que le gouvernement français transmette officiellement les cédéroms Zandvoort à Interpol aux fins d'examen ".
Les exemplaires originaux de cédéroms du réseau pédocriminel de 'Zandvoort' sont pendant 9 ans aux mains de la justice belge qui ne les investigeait pas. Marcel Vervloesem du Werkgroep Morkhoven qui trouvait les cédéroms, était continuellement poursuivi par la justice.

Pédocriminalité. La France épinglée par l'ONU

Un rapport sur les droits de l'enfant de l'organisation internationale relève les " carences " de la justice française concernant les violences sexuelles sur mineurs.

Urgence, carences de la justice. En des termes certes diplomatiques mais cinglants, l'ONU invite la France à changer d'attitude vis-à-vis de la pédocriminalité. " Le rapporteur tient à recommander à nouveau qu'un organe indépendant mène de toute urgence une enquête sur les
carences de la justice (française - NDLR) à l'égard des enfants
victimes de sévices sexuels et des personnes essayant de les protéger.

" Ce point 89 du rapport définitif de l'ONU sur les droits de l'enfant (1) résume parfaitement l'opinion de Juan Miguel Petit, rapporteur spécial sur la vente, la prostitution des enfants et la pédopornographie, après la visite qu'il a effectuée en France en novembre 2002.

Au moment où le procès Dutroux nous rappelle que l'inimaginable n'est pas forcément imaginaire, le rapport stigmatise la négation qui prévaut dans les milieux de la justice dès qu'on parle de réseaux pédocriminels: " De nombreuses personnes ayant une responsabilité dans
la protection des droits de l'enfant, en particulier dans le système judiciaire, continuent de nier l'existence et l'ampleur " des sévices sexuels sur des enfants, et notamment ceux commis " aux fins de production de matériel pornographique " (point 81).
En clair, il s'agit de viols d'enfants, photographiés, filmés et
diffusés via Internet.

On découvre, au cours de la lecture des 23 pages du rapport, que la brigade des mineurs de Paris " émet des doutes sur l'existence de réseaux pornographiques ", tout en reconnaissant que " nombre d'adultes sur lesquels elle avait enquêté pour possession et distribution d'images pornographiques avaient des relations sociales très influentes ".
Dans ce contexte, la décision du parquet de Paris de classer sans suite l'affaire du cédérom de Zandvoort (2) choque le rapporteur de l'ONU : "Les autorités françaises ont conclu que (les images du cédérom) dataient des années soixante-dix. Toutefois, certains parents contestent cette conclusion, faisant valoir que certaines des photos contiennent des preuves montrant clairement qu'elles ont été prises
récemment.

" Le rapporteur spécial demande (point 88) " que le gouvernement français transmette officiellement le cédérom Zandvoort à Interpol aux fins d'examen ".

Dans de nombreux dossiers dans lesquels des enfants sont victimes de violences sexuelles, " la plupart des juges ne sont guère enclins à entendre les enfants " (point 85), et la France se voit rappeler l'article 12 de la convention des droits de l'enfant, qui assure à tout mineur " la possibilité d'être entendu dans toute procédure judiciaire ou administrative l'intéressant ".
Le constat est tel que l'ONU préconise l'affectation " des ressources adéquates à l'appareil judiciaire aux fins de la formation relative aux droits de l'enfant ".
De même, le Conseil de l'ordre des médecins est invité à revoir " de toute urgence ses procédures de façon à soutenir au lieu de condamner les médecins qui font part de leurs soupçons de sévices à enfant " (point 59).

Il n'a pas échappé au rapporteur de l'ONU que ledit Conseil ordinal a poursuivi une centaine de médecins " coupables " d'avoir effectué un signalement assimilé à une " dénonciation calomnieuse ".

La grande discrétion accordée à la publication de ce rapport en France en dit long sur les réticences à remettre en question le dogme qui prévaut dans la majorité des prétoires : l'enfant est, a priori, présumé menteur.

Ce sont les catastrophes judiciaires et humaines qui en découlent qui avait motivé la visite du rapporteur spécial de l'ONU en France, fin 2002.

Serge Garde

(1) Nations unies, Conseil économique et social, commission des Droits de l'homme, soixantième session, rapport E/CN.4/2004/9/Add.1 ; GE.03-16329 (F) 281103 041203.
(2) Le 24 février 2000, l'Humanité avait révélé l'existence d'un
cédérom trouvé à Zandvoort (Pays-Bas) contenant 8 000 documents pédocriminels à partir duquel la police hollandaise avait tiré un fichier de 470 portraits d'enfants en danger. Parmi eux, une vingtaine de jeunes Français(es), dont l'identification avait été niée par le parquet de Paris.

Écrit par : Morkhoven | 24/09/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.