24/12/2006

MSN: 'Problemen met MSN-groepen opgelost'

 

Image Hosted by ImageShack.us


Antwerpen, 24.12.2006


De honderden dossierstukken en foto's die op 8.12.2006 in één slag van de MSN-groep 'FondationPrincessedeCroy' verdwenen, werden op 22.12.2006 grotendeels teruggeplaatst maar de verdwenen berichten met ondermeer de steunbetuigingen aan Morkhoven-activist Marcel Vervloesem zijn nog altijd niet terug te vinden.

Prinses de Croÿ heeft MSN ook nadrukkelijk gevraagd om de tientallen dossierstukken en foto's die zij na de 'grote verdwijntruuk' van 8.12.2006 terug op haar MSN-groep zette maar die nu evenééns verdwenen blijken te zijn, zo spoedig mogelijk terug te plaatsen.


http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

Info MSN-groepen: http://msn-groepen.skynetblogs.be

18:34 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Dien een klacht in bij MSN ! - Portez plainte chez MSN !

 


Antwerpen, 24.12.2006


De problemen met de MSN-groepen lijken nog niet helemaal van de baan waardoor beheerders van MSN-groepen hun groep soms op 'privé' zetten.
MSN Groups Customer Support geeft, in tegenstelling tot vroeger, nu wel de indruk dat zij de problemen ernstig neemt.
Laat ons hopen dat MSN in een effectief beveiligingssysteem voorziet zodat de getroffen MSN-groepen over enkele maanden niet met dezelfde problemen te maken krijgen...


Image Hosted by ImageShack.us
Microsoft 1978


Cher Alain,

Concerne: http://groups.msn.com/fauvagescandals


Je vois que tu as eu des problèmes avec ton groupe MSN et que tu as régulièrement des problèmes avec le compteur de ton groupe. Est-ce que c'est la raison pour laquelle tu as mis ton groupe en privé ?

Comme tu sais, les groupes MSN 'WerkgroepMorkhoven' (70.000 visiteurs), 'Issakaba' (13.000 visiteurs) et 'FondationPrincessedeCroy' (79.000 visiteurs) ont eu beaucoup de problèmes et nos plaintes chez MSN étaient pris au sérieux.

Portez plainte chez "MSN Groups Customer Support" et m'envoyez une copie de ta plainte.
Je la publierai sur http://msn-groepen.skynetblogs.be/


Jan

Jan Boeykens
Werkgroep Morkhoven


PS. Je t'envoie içi la réponse de MSN Groups Customer Support à Princesse de Croÿ.

------------------

----- Original Message -----
From: MSN Groups Customer Support
To: Pcesse de Croÿ
Sent: Saturday, December 23, 2006 10:18 PM
Subject: [Suspected Spam] RE: xxxxxxxxxxxx - Le service ne fonctionne pas


Bonjour,

Merci de contacter à nouveau le service de Support de MSN Groupes. Nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à  nos services.

Nous sommes vraiment désolés pour le délai dans notre réponse et nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour tous les désagréments occasionnés. Nous vous remercions pour votre patience et compréhension.

Vous nous avez contacté afin de savoir comment retrouver l`accès à  vos groupes. Sachez que nous ferons de notre mieux pour vous aider.

Nous avons fait part du problème que vous avez rencontré au personnel d'assistance technique, qui l'étudie actuellement. Nous sommes conscients de la gravité d'un tel incident et nous nous employons à  le résoudre.
Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée et vous remercions de votre compréhension.

Nous vous prions d'accepter nos excuses les plus sincères pour tous les désagréments occasionnés. N'hésitez pas à  nous contacter de nouveau si vous désirez plus d'informations.

N'oubliez pas que MSN Groupes dispose d'une aide en ligne exhaustive. Pour plus d'informations sur les fonctions et l'utilisation du service, et pour trouver des réponses à vos questions, cliquez sur le bouton « Aide » disponible en haut de chaque page MSN Groupes.


Sincères salutations,

xxxxxxxx
Support de MSN Groupes


http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

Info MSN-groepen: http://msn-groepen.skynetblogs.be

15:16 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/12/2006

Princesse de Croÿ - online shopping

 


Image Hosted by ImageShack.us

Faites des doubles heureux en cette fin d’année

Cadeaux pour Papa, Maman, enfants et bébés activistes

Contribuez à un joyeux et heureux combat 2007 pour la protection des enfants.

http://www.cafepress.com/shopfund_croy


http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

Info MSN-groepen: http://msn-groepen.skynetblogs.be

21:05 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/12/2006

Zandvoort network

Image Hosted by ImageShack.us Marcel Vervloesem - Jan Boeykens - Jacqueline de Croÿ

WERKGROEP MORKHOVEN

versus

Zandvoort network

 

Français

English

Italiano

 

Nederland 

De Marcel Vervloesem au Werkgroep Morkhoven From Marcel Vervloesem to the Werkgroep Morkhoven Di Marcel Vervloesem al Werkgroep Morkhoven Van Marcel Vervloesem tot Werkgroep Morkhoven
Temse FR Temse GB Temse IT Temse ND
De l'enfant prostitué aux patrons de bordels en Hollande
  • Van Der Plancken
  • Glandorf
  • Spinks
From child prostitute  to brothel owners in Holland
  • Van Der Plancken
  • Glandorf
  • Spinks
Dal bambino prostituta ai proprietari del bordello in Olanda
  • Van Der Plancken
  • Glandorf
  • Spinks
Kinderprostitutie bij  bordeelbazen in Holland
  • Van Der Plancken
  • Glandorf
  • Spinks
Du patron de bordel à la haute société From the brothel owner to high society Dal proprietari del bordello ai alta società Van de bordeelbazen naar de machthebbers

Le procès

     
Condamnation téméraire et vexatoire Bold and vexatious sentence Condanna temeraria e vessatoriea  
Plainte contre la Belgique pour violation des directives CEE

? ? ? ? ? ?

   

Soutien

Support

   
Journalistes & personalité Journalists & personalities    
Victimes - Témoins Victims - Witnesses    

Marcel Vervloesem & la mère de 2 victimes de Zandvoort

     

Attaques

Attacks

Attacchi   

Réseau local attaque

Local network attacks

Rete locale attacca   
Organisation" "Organization"    
CENSURE ? ? ? ? ? ?

? ? ? ? ? ?

 
   
   

16:48 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/12/2006

Problemen met MSN-groepen opgelost ? - Briefwisseling

 


Betreft: MSN-groep JozefMoortgat


Het was de voorbije dagen onmogelijk om nog een bericht op deze MSN-groep te plaatsen maar het probleem met deze MSN-groep lijkt thans voorlopig van de baan te zijn.

Andere MSN-groepen hadden minder geluk.Op de MSN-groep http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCroy bijvoorbeeld was het niet enkel onmogelijk om nog een bericht te publiceren maar tegelijkertijd verdwenen er zo eventjes 260 dossierstukken.
De verdwijning ervan viel samen met het verdwijnen van een aantal steunreacties aan Morkhoven-activist Marcel Vervloesem die na een 9 jaar durend proces en na te zijn vrijgesproken voor de 9 jaar oude klachten inzake 'folteringen en verkrachtingen', door de correctionele rechtbank van Turnhout ten onrechte werd veroordeeld voor het 'bezit van kinderporno'.
Procureur Bourlet (zaak Dutroux) had Vervloesem immers beloofd dat hij voor het kinderpornomateriaal dat hij via de advocate Patricia Vander Smissen en in opdracht van de Werkgroep Morkhoven voor onderzoek overmaakte, niet zou vervolgd worden.
Het gerecht van Turnhout had Vervloesem na de overdracht van een cd-rom in de door de Werkgroep Morkhoven onderzochte kinderpornozaak Zandvoort immers aangeklaagd voor het 'bezit van kinderporno' terwijl zij geen werk maakte van het onderzoek naar de slachtoffers, daders en kinderpornoproducenten.

Laat ons hopen dat de problemen met de verschillende MSN-groepen nu definitief opgelost zijn en dat de dossierstukken en berichten terug op de voornoemde MSN-groep worden geplaatst.


Van:  Yves Goossen
Verzonden:  maandag 18 december 2006 1:12:46
Aan:  msngroups_nl@css.one.microsoft.com
Onderwerp: Functie werkt niet


Antwerpen, 18.12.2006

MSN Groups Nederland
msngroups_nl@css.one.microsoft.com

Beste xxxxxxxxx,

Betreft: problemen MSN-groepen

Ik heb vandaag een bericht proberen te plaatsen op http://groups.msn.com/JozefMoortgat maar dat is mij niet gelukt.

Ik kreeg steeds 'hmm, die pagina kunnen we niet vinden' op het scherm.

In de hoop dat dit probleem snel is opgelost, teken ik,


met vriendelijke groet,

Yves Goossen

-----------------------------------------------------------------------

Van:  MSN Groups Customer Support
Verzonden:  maandag 18 december 2006 12:39:57
Aan:  "Yves Goossen"
Onderwerp:  RE: Functie werkt niet


Beste Yves,

Bedankt dat je contact opneemt met MSN Groepen.

Mijn naam is xxxxxxxxx en ik begrijp dat je problemen ondervindt met MSN Groepen. Ik begrijp hoe vervelend dit voor je is en ik bied je mijn verontschuldigingen aan voor enige ongemakken.

Momenteel worden alle MSN Groepen overgezet op nieuwe servers. Hierdoor doen de problemen zoals jij die ervaart zich voor. Dit hele proces kan nog enkele weken duren, maar we hopen daarna ook van een aantal al langer lopende problemen af te zijn.

We willen je bedanken voor je geduld gedurende dit proces.

Bedankt dat je MSN Groepen gebruikt. We hopen je met deze informatie van dienst te zijn geweest. Mocht je toch nog vragen hebben aarzel dan niet om nogmaals contact met ons op te nemen.


Met vriendelijke groeten,

xxxxxxxxx
MSN Groepen Support Team


http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

Info MSN-groepen: http://msn-groepen.skynetblogs.be

08:31 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Soutien à Marcel Vervloesem suite à sa condamnation (2)

- 1 - 2 -

Soutien à Marcel Vervloesem suite à sa condamnation:

Témoins - victimes de la justice belge (2)

 

Ruf Nachtergaele est membre de l'équipe de Regina Louf qui a été prostituée durant son enfance et depuis sa plainte, est tout simplement traitée de folle, sans qu'il n'y ait eu enquête de son dossier

La condamnation de Marcel semble être un exemple unique du fourvoiement judiciaire ; qui se trouve tu dans les médias, dans le monde politique, dans le monde de la justice, et par toutes sortes d'organisations se pose des questions et prétend saigner du nez. Tout le monde regarde, mais laisse faire. On a, pour toutes sortes de raisons pour ne pas soutenir Marcel, dont la frayeur. On n'ose même presque pas suggérer que les erreurs pourraient avoir été faites durant le du procès et dans l'argumentation ; et pourtant depuis des semaines tous médias et d'innombrables personnes ont envoyé des informations selon lesquelles toutes sortes d’enquêtes ont été exposée clairement. J'espère que Marcel va aller en appel, car je pense qu'il a les bonnes raisons pour que faire.

 

Remerciements à Ruf Nachtergaele de Jacqueline de Croÿ, vice-présidente du Werkgroep Morkhoven

Merci Ruf pour ton soutien.

Nous avons tous les motifs non seulement d’aller en appel, mais également pour aller en cassation et demander réparation de l’état belge à la Cour des Droits de l’Homme. Nous ne tolérerons pas une erreur d'avocat à ce sujet.

Nous sommes en colère, en colère contre tout le monde, plus particulièrement contre l’hypocrisie monumentale du monde de la prétendue "protection de l’enfance".

On se rappellera de l’annexe au procès-verbal subséquent de Jean-Denis Lejeune qui a été utilisé pour participer à une condamnation globale de 5 ans de prison, pour "diffusion de matériel pornographique", alors qu’il était sollicité pour intervenir et demander une enquête sur le réseau pédophile Zandvoort.

On se rappellera également que si les médias avaient fait leur travail, Jean-Denis Lejeune et Gino Russo auraient entendu Marcel dés 1988, lorsqu’il dénonçait les réseaux de traite d’enfants, ce qui aurait pu sauver les vies de Julie et Melissa. On se demandera où Jean-Denis Lejeune était au moment du procès, de pourquoi il n’est pas venu expliquer son intervention, au moins pour le respect de la mémoire de sa fille.

On songera à Ann Kuiken qui, à l’occasion de la découverte de la fausse identification de Carine Hutsebaut et de ses manœuvres pour monter Bloch contre nous, téléphonait à Marcel pour lui dire que "l’erreur était humaine". On aura constaté que Carine Hutsebaut n’est pas venue au procès pour dire qu’elle était désolée ; que "l’erreur est humaine" et que Marcel n’a jamais escroqué quiconque.

On aura constaté que le Procureur Bourlet n’est pas venu pour répéter qu’il n’avait pas voulu poursuivre le Werkgroep Morkhoven pour détention de matériel pornographique le temps de le remette à la justice, des motivations amplement justifié par les directives européennes. Peut-être, est-ce par défaut de le lui avoir demandé, ce a quoi l'avocat pourra répondre. On verra bien s’il viendra lors de l’appel.

On aura constaté l’absence remarquable de tous ceux qui se sont égosillé sur ces cédéroms, médecins, psychiatres et c°, mais qui n’ont pas bougé le petit doigt pour arrêter cette mascarade.

Le plus incroyable est de constater qu’à présent, ce n’est pas le monde de la protection de l’enfant qui est en guerre civile, mais le petit village de Morkhoven, avec des gens simples, sans glorieux diplômes de médecin, de journaliste ou d’avocat, qui se révoltent. Deux hommes se retrouvaient au marché, ne décolérant pas sur ce Victor, chef de service social accusé de pédophilie et qui a dirigé la cabale pédo, quand le bourgmestre Peeters passait par là.

Il leur demandait du respect pour son "poulain", ce qui déclancha une explosion de l’un d’eux qui lui hurla : "Quoi ? Mon fils est une des victimes de ton Victoreke !" (petit Victor). Mais où sont donc les Comités Blancs pour défendre les victimes du Victoreke ?

Le Victoreke quant à lui, furieux d’avoir été débouté de ses diffamations, a dans sa colère, proféré des menaces contre le Werkgroep Morkhoven, pour laisser apparaître qu’il est illettré… avec une orthographe PHONÉTIQUE. Le bourgmestre Jan Peeters ne lui a donc même pas fait passé une dictée pour voir s’il était apte à un poste de direction de service social et capable d’écrire une phrase en commençant par une majuscule, en y mettant une virgule ou un point final ! Que fait donc ce Victoreke à ce poste, si ce n’est d’exercer les chantages dont il est accusé. Le plus comique est d’apprendre que le Victoreke a demandé l’assistance du Centre d’Égalité des Chances. L'erreur est humaine, n'est pas!

 

Alain Fauvage, témoin et victime du réseau Q8/Nihoul

Bien sûr je suis choqué mais je m'y attendais. Pourquoi la justice traiterait-elle Marcel d'une manière différente que les témoins X et d'autres témoins dont d'ailleurs je fais partie ?

Depuis 1996, nous voyons ces magistrats marcher comme des crabes, zigzaguant entre les pistes criminelles pour mieux les éluder. Saucissonnant les dossiers pour mieux les fermer et ne pas poursuivre les vrais criminels. Fermer les portes avant de les avoir ouverte. Tous çà sous le couvert du secret de l'instruction. Nous savons que les Juges Intègres avait été volés mais apparemment nos juges ont oubliés qu'ils avaient été retrouvés. De çà du moins la presse en a parlé !

Avec un système comme çà où courrons-nous ? Vers un monde où les criminels les plus odieux seront les maîtres. La chair des Enfants se vendra en boucherie. Elle se vend déjà très bien comme cela en pièces détachées !

Les barbares sont-ils aux portes de Rome: Non. Ils ont franchis les portes des Palais de Justice. Ils bénéficient d'appuis et complices au sein même de ce qui devrait être la seule planche de salut d'une humanité dégoûtante !

Cette petite Belgique merdique qui ne représente pas l'opinion du peuple va t-elle continuer à persécuter les justes sans que jamais personne d'institution étrangère ne la remette pas à sa place ! Devrons-nous prendre les armes pour défendre nos droits ?

L'erreur du 20 octobre 1996 n'a t-elle pas été de pendre tous ces salauds ? Et quelle place occupe la monarchie et ses monarques dans ces scandales car ne l'oublions pas Marcel a été condamné par la Justice du Roi, de ce roi qui menti en public en octobre 1996 assurant au bon peuple que "toute la vérité serait faite dans ses moindres ramifications". Après la comédie du jugement d'Arlon, à quoi nous attendons-nous ? A pire, je vous le dis ! Plus personne ne sera en sécurité dans ce pays tant que cette vermine ne sera mise hors d'état de nuire. Ni vous ni moi ni vos enfants.

 

Pierre Goset, SOS Rapts Parentaux 

Je suis de tout coeur avec vous dans cette épreuve.

(...) J'aimerais vous revoir avant mon depart pour l'Afrique début décembre.

Amicalement,

Pierre

- 1 -

02:14 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Soutien à Marcel Vervloesem suite à sa condamnation

- 1 - 2 -

Soutien à Marcel Vervloesem suite à sa condamnation

Personalités - Journalistes (1)

Le Professeur Giorgio Gagliardi

  • Docteur en médecine et Psychothérapeute
  • Directeur de la section de psychophysiologie de "Il Laboratorio" - Bologne
  • Professeur en psychothérapie hypnotique à l’Ecole Européenne de psychothérapie Hypnotique - Bologne

Cher Marcel,

Tous nous savons ce par quoi tu es passé pour défendre les enfants, mais rien ne sera perdu.

Les gens qui t’ont te condamné seront toujours pointé comme étant ceux qui ont poursuivi et condamné  un innocent.

Beaucoup d'augures a tous vous pour la prochaine année.

giorgiogagliardi

 

Giovanni Ristuccia - Président de S.O.S. ANTIPLAGIO, comité italien de volontariat pour la défense des victimes de charlatans et satanistes

Chère Jacqueline de Croÿ et cher Marcel Vervloesem,

Nous tous, à  SOS ANTIPLAGIO, sommes proches dans cet instant de combat aussi grand et intense pour la justice et en défense des petits. Nous tous nourrissons la plus grande estime et respect envers vous et nous vous soutenons dans l’admirable combat que vous menez contre le réseau pedocriminel de Zandvoort.

Chez nous, circulent des voix insistantes qui condamnent la justice belge, en la définissant comme une justice corrompue. J’ignore à quel point c’est vrai, cependant il est certainement déconcertant et scandaleux de voir condamner Marcel qui a démantelé un réseau de pédocriminel, pour le simple fait de s'être approprié des preuves et les avoir mis à disposition de la loi, au lieu de pourvoir à l’arrestation des monstres pédophiles qui apparaissent en ces documents.

Moi-même et toute notre association, vous soutenons et vous incitons à aller de l’avant et à ne pas vous soumettre aux abus de corrompus et corrupteurs, mais de poursuivre la tête haute. Surtout, sachez que vos actes serviront à faire justice à tant d'enfants innocents qui ont été  volés de leur enfance, et de tant d'enfants qui vous remercient de ne pas être victimes rejetées, à cause de ces pedocriminels que ont déjà fait tant de mal et  tenteront d’en faire  encore.

Personnellement, je me sens honoré et fier d'avoir connu des personnes aussi nobles d'esprit et riches d'humanité et remercie Dieu de votre existence.

Giovanni Ristuccia

Président de S.O.S. ANTIPLAGIO

 

José DESSART est journaliste à la RTBF a réalisé deux reportages sur le réseau Zandvoort :  "Filière Pédo-Video" et "Réseaux Pédo-Video",  diffusés 1998, sur les pédocriminels belges et hollandais abusant sexuellement des enfants de l’île de Madère (Portugal) puis, sur l’affaire des CD-ROMS de ZANDVOORT, qui avaient été appuyés des preuves, écrites, enregistrées, filmée et photographiées. 

Au lendemain de la condamnation, il marque sa stupeur, parle à la première personne, disant que ça n’engage que lui ; que c’est là son intime conviction.

Pour résumer, il assure n’avoir jamais cru un instant fondées les accusations de pédophilie qui ont été portées contre Marcel VERVLOESEM en deux fois, l’une au lendemain de la diffusion du premier reportage sur les CD-ROMS de Zandvoort, la deuxième en 2005, faisant état de tortures « à l’encre » qu’il aurait fait subir à des adolescents de sa commune.

Dans cette procédure, dit-il, Marcel VERVLOESEM a passé avec succès (càd sans qu’il ait été pris en défaut de mentir) le test du détecteur, tandis qu’aucun des accusateurs n’a accepté de s’y soumettre. Tandis que des allégations récentes de jeunes gens, dont un s’est rétracté en disant avoir été payé pour porter ces accusations sont prises pour de l’argent comptant avec comme preuves, l’existence, dans l’habitation Marcel VERVLOESEM, de tuteurs en bambous. Qu’il n’a PAS été condamné pour la première vague d’accusation de 1998.

Le plus scandaleux, dit-il,  c’est que  les dizaines de milliers d’enfants abusés sexuellement (dont un grand nombre torturés  dont les fameux 18 CD-ROMS de ZANDVOORT portent les preuves irréfutables puisque on y voit même 14 auteurs de maltraitance sexuelle, n’ont jamais jusqu’à présent fait l’objet d’une répression de la justice. Par contre Marcel VERVLOESEM vient d’être condamné pour avoir eut en sa possession ce matériel, le temps de le remettre à la police.

Il exprime son espoir que Marcel VERVLOESEM ne se sentira pas trop seul dans la durée de cet acharnement judiciaire qui semble ne pas finir, et lui souhaite de tenir bon, malgré tout ces déboires, jusqu’à ce que la vérité soit reconnue.

Il note en post-scriptum les deux chefs d’accusations en provenance des manœuvres de Mme HUTSBAUT et LAVACHERIE et sa bande et pour lesquelles Marcel VERVLOESEM a été également condamné, rajoutant son espoir que tous se rendent compte des dégâts causés par de vrais provocateurs.

Le Werkgroep Morkhoven s’était réjouis de voir enfin un soutien et son président décida de publier ce courrier, avec les noms des personnes à qui le journaliste l’avait transmit, espérant qu’ils manifestent leurs pensées, exception faite pour trois d’entre eux, dont deux alliés à la bande qui nous ont attaqué de front ; et le troisième qui ne prétend pas nous reconnaître quand on le croise dans la rue.

 

Remerciements à Mr Dessart de Jacqueline de Croÿ, vice-présidente du Werkgroep Morkhoven

Tout d’abord, cher Mr Dessart, je vous remercie de votre réaction, car la majorité des gens se contre fichent de ce qui arrive à Marcel Vervloesem depuis qu’il est sur les traces de Zandvoort, plus particulièrement depuis qu’il a apporté les cédéroms à la justice. Sans Jan Boeykens, puis moi-même qui lui avons maintenu la tête en dehors de l’eau, il serait mort depuis longtemps.

Pour toute hésitation sur la question des tuteurs de bambou, je vous invite a regarder l’extrait retenu par la VRT sur la condamnation. Lorsque vous arrivez sur le site de VRTnieuw.net, il faut cliquer sur la phrase : Bamboestokje werd teruggevonden in het huis van Vervloesem, et vous entendrez le juge expliquer que la découverte des « bamboestokje » chez Marcel est la  preuve des abus sexuels.

Je témoigne personnellement que Marcel adore son jardin, qu’il est un excellent jardinier et qu’il utilise les bambous pour le jardinage, non pas pour battre quiconque afin de les obliger à faire des cochonneries. Je témoigne également que depuis les trois ans que je le connais, je ne l’ai jamais entendu ne fut-ce que sortir une blague grivoise. Jan témoigne aussi qu’il le connaît depuis 20 ans et qu’il n’a jamais essayé de le violer, ni vu un geste déplacé de sa part envers un enfant.

Je me dois de rectifier un détail où je me suis mal exprimée : les deux plaintes qui ont contribué à la peine globale de cinq ans de prison à Marcel, dont pour "entrave à la vie privée" et "escroquerie", n’ont pas été déposées par la clique Hutsebaut-Lavachery même, mais initiées par eux en manipulant des victimes.

La première est l’affaire Bloch, où ils ont manœuvré pour faire croire au père Bloch que nous faisions de la rétention d’information sur la mort de sa fille.  Mme Hutsebaut jouant entre le français et le néerlandais, assurait à Mr Bloch qu’il aurait tous les cédéroms, comme s’il fut possible que quiconque donne accès à 90.081 possibilités de chantage à son compagnon, qui est objet de mandat international pour association de malfaiteurs ! Mr Bloch voulait m'imposer de rencontrer ce Lavachery, ce qui n'eut été possible qu'avec comité d'accueil de la police. 

Vous pourrez vérifier sur le site les courriers qu'il nous a envoyé, avec objectif d’obtenir la copie des cédéroms, puis sa plainte au parquet de Turnhout. Celle-ci a donné lieu à une plainte du parquet pour l’entrave à la vie privée sur base de lois internationales, ce qui était très malin, car de cette manière, Mr Bloch n’avait pas accès au dossier, alors que sa fille a été identifiée formellement par notre équipe (via analyse comparative), comme étant une des victimes de Zandvoort.

La deuxième est l’affaire Aggenbach, où Mme Hutsebaut a fait une fausse identification, pour faire croire que le fils de cette dame était sur les cédéroms, alors que la police hollandaise nous avait affirmé le contraire. L'enfant identifié était beaucoup plus âgé, de nationalité américaine et dépassait la taille d'un réfrigérateur américain des années 70. Mme Aggenbach, soutenue par ce policier Hollandais qui s’était présenté chez Marcel sous un faux nom a porté plainte contre Marcel pour escroquerie, croyant qu'il avait également fait de la "rétention d'information". Le parquet ayant lié toutes les affaires, Mme Aggenbach, donc le policier hollandais, Hutsebaut et Lavachery, ont eu  accès au dossier, jusqu’à tous les détails de l’état de santé de Marcel ! C’était raffiné, mais les Cdroms ne figurent pas en pièces.

Vous pourrez voir sur le site de Lavachery, qu’il a réalisé un page "spéciale diffamation" du Werkgroep et de la Fondation, où il relaye les exploits de sa compagne Mme Hutsebaut avec lien directe sur le site Bloch. Il y affirme que Marcel a été condamné dans les années 70 pour viols de mineurs, ce qui est faux. On y retrouve également les diffamations à mon sujet dans l’affaire Warnotte, obtenues avec les mêmes techniques de manipulation des victimes, par une autre branche de leur clique. 

(...) Pas un seul journal n’a dit que les neuf premières plaintes ont été déboutées. Pas un seul journaliste de la presse francophone ne nous a contacté, mais a bien relayé des fausses informations, car abrogées du principal. Depuis quatorze ans que Marcel est diffamé dans la presse, TOUTES les demandes de droit de réponse ont été refusées. Les seuls qui ont été corrects, sont ceux qui avaient relayé les accusations d’escroquerie des Warnotte et ont fait un rectificatif. On se pose la question de pourquoi il n’y a pas un seul bureau d’avocat ni une seule organisation qui accepte de nous aider à porter plainte pour le crime contre l’humanité qui apparaît dans les cédéroms de Zandvoort.

Cette procédure a volontairement dépassé le délai raisonnable, avec unique but de permettre à une presse corrompue et la clique du magistrat français de discréditer le Werkgroep Morkhoven et ses découvertes. J’ai écris un ouvrage sur le réseau, qui nécessite encore des corrections pour être clairs auprès du grand public et j’espère que cela pourra financer la procédure. Nous savons toutefois que sans l’appui du monde de la protection de l’enfance - si celui-ci existe encore - l’affaire ne fera pas un filet dans la presse, ce qui toutefois nous est égal, tant que ce magistrat ne passe pas pour un prédateur isolé, alors qu’il a des liens avec tous le monde politique français et deux magistrats belges, impliqués dans la plus grande série de naufrages judiciaires dans des affaires de pédophilie.

Voilà pourquoi nous, le Werkgroep Morkhoven, sommes particulièrement touché de votre réaction, et vous en remercions très vivement.

Jacqueline de Croÿ

 

Eric Bellaouel, journaliste

Subject: RE : [PEDOCRIMINALITE] Condamnation téméraire et vexatoire (de Marcel Vervlosem)

Bonjour à vous,

Je suis triste d'apprendre cette décision de justice et j'espère que l'appel le fera sortir de là. Je suis toujours solidaire de vous !

Je vous lis souvent et reste au courrant. Désolé de ne pas vous avoir donné beaucoup de nouvelles ma vie à un peu changer en ce sens ou je ne fais plus beaucoup de reportages sur ces horreurs.

Cordialement
Eric Bellahouel

 

Filip Maceron, Fondateur du projet Vallée des Anges, Maison d'Acueil Thérapeuthique pour Enfants Emotionellement  Handicapés

A la longue, l'acharnement de ces magistrats belges sur Mr Vervloesem finit par être suspect : les procès sont truqués, les témoins a charge sont achetés, les pièces prouvant ces corruptions sont manquantes au dossier, etc.

Pour les observateurs extérieurs la justice belge est devenue une parodie, qui serait risible si ce processus négatif ne comportait pas de conséquences aussi tragiques.

Tragédie pour les enfants victimes de violeurs organises en réseaux qui sont peu inquiètes tandis que Mr Vervloesem est le bouc émissaire alors qu'il est évident qu'il est innocent.

Tragédie pour le peuple belge car leurs magistrats semblent dans un état de confusion mentale: pour eux le mal est devenu le bien et le bien est devenu le mal. En conséquence ils veulent protéger les assassins et les violeurs et punir ceux qui dénoncent les réseaux et leurs victimes.

Lorsque des composants aussi essentiels à la santé mentale d'un pays tels que ses magistrats ne savent plus faire la distinction entre le bien et le mal, cette société est en état de décomposition : l'état de droit existe de moins en moins, les procédures judiciaires ne sont plus respectées, les citoyens ont peur car ils réalisent que ceux charges de faire respecter les lois pour le bien public eux-mêmes y dérogent sans problème.

Ces égarements se cumulent avec le temps et on retourne, alors à la situation préhistorique de survie précaire ou chacun n'avait de chances de survivre que s'il était pourvu de la force physique suffisante pour se défendre.

A force de mensonges énoncés publiquement et répétés dans les medias, beaucoup de gens sont désorientés tandis que leurs magistrats se rendent coupables de complicité de crimes contre l'humanité, et les pays impliqués du fait des enlèvements d'enfants voient leurs propres enquêtes entravées par la non coopération de certains magistrats belges.

La société belge est malade car il y a à présent un trop grand nombre de gens y compris dans des fonctions de responsabilité qui n'ont plus de sens moral en eux-mêmes.

Mr Vervloesem aussi aurait pu perdre son sens moral, sa capacité a distinguer entre le bien et le mal, après son enfance passée en institution où il a souffert de multiples sévices aux mains de ceux-là même qui étaient sensés le protéger. Ces souffrances l'ont au contraire renforce dans ses valeurs morales et l'ont conduit aux actions remarquables de dénonciation des réseaux criminels.

Si la Belgique veut retrouver une existence fondée, la paix de l'âme et le respect des autres pays, il n'y a pas d'autre voie que poursuivre les magistrats corrompus pour les empêcher de nuire encore ultérieurement, et nommer Mr Vervloesem a la tête des enquêtes contre les réseaux, son efficacité est bien supérieure à ceux officiellement charges de la tâche.

- 2 -

02:10 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/12/2006

Fondation: site de travail piraté

Piraté ce 8 décembre 2006 pour la quatrième fois en 3 ans, le site de travail de la fondation a vu disparaître 260 dossiers alliés au réseau Zandvoort.

Les dossiers les plus brûlants furent remis en ligne réactualisés, quand ils furent remplacés par les anciennes versions.  

Si nous ne pouvons plus travailler en paix sur MSN, nous devrons à l'évidence trouver un autre système. En attendant, nous vous rappelons que les articles ont été publiés sous forme de message et vous pouvez visiter www.kindergarten.be qui s’il n’est pas à jour, comporte des dossiers très intéressants. Vous pouvez aussi taper le nom d'une personne dont vous chercher les renseignements dans google et voir l'article en mode caché.

Hacked this 8 December 2006 for the fourth time in three years, the work site of the foundation saw 260 files linked to the Zandvoort paedophile network disapear.

The most extreme files were updated and put back on line, when they were replaced by the old versions.

If we cannot work any more in peace on MSN, we will obviously have to find another system. While waiting, we remind you that the articles were published in the form of message and you can always visit www.kindergarten.be , which if it is not up to date, has very interesting files. You can also type the name of a person on who you are seeking the information and get the old article in the hidden mode.

Réseau détruit le 4ième site de la fondation Princesse de Croÿ

 

Rete distrugge il quarto sito della fondazione Principessa de Croÿ.

Ring destroys the 4th site of the Foundation Princess of Croÿ

by Jacqueline de Croÿ -  Decembre 8, 2006

Il faut dire qu'à chaque fois que je songe à la condamnation de Marcel Vervloesem, je songe au magistrat déculotté en train d'abuser de Nordine, et je ne comprends pas pourquoi ces idiots passent leur temps à me provoquer en embêtant mon confrère.

Jean-Claude Krief qui fut le premier à découvrir la photo et pouvoir l’identifier, a vu son frère assassiné. Marcel Vervloesem qui fut le deuxième à l’identifier a vu une de nos consoeurs assassinée. Tous deux ont été imposés un ballet de diffamations avec des justifications insensées et des emprisonnements arbitraires alors qu’ils auraient dû être décorés. Ce n’est pas le genre de chose que je peux accepter.

Comme je devais de tout façon vous offrir un plus beau site, ils m’auront tout simplement obligé à m’activer et ils contribueront à améliorer la présentation du réseau, en rendant plus célèbre encore le magistrat français.

On l’appelle RORO de BOBO (*1) qui un jour fera la une de tous les journaux en se retrouvant derrière des barreaux. Il en remerciera le procureur Vander Flaash, le Bourgmestre Peeters et Victorreke qui auront ainsi contribué à la lutte contre les réseaux.

Merci de votre soutien.

Jacqueline, Princesse de Croÿ

(*1) Ce n’est pas son vrai nom mais je n’ai pas envie de me retrouver en prison avant d’avoir pu contribuer à la chutte définitive de tous ces cochons.

Bisogna dire che qualche volta io penso alla condanna di Marcel Vervloesem>, io penso al magistrato senza mutande mentre violenta Nordine, e io non comprendo perché questi idioti passano il loro tempo a provocarmi facendo imbestialire il mio collega.

Jean-Claude Krief che fu il primo a scoprire la foto e poter identificarla, ha visto suo fratello assassinato. Marcel Vervloesem che fu il secondo a identificarlo, ha visto una delle nostre compagne assassinata. Tutti e due si sono visti investire da un balletto di diffamazioni con giustificazioni balorde e delle carcerazioni arbitrarie mentre avrebbero potuto ricevere delle medaglie. Questo non è il genere di cose che io posso accettare.

Siccome io dovevo in qualche modo offrire un sito accettabile, loro mi hanno molto semplicemente obbligato ad attivarmi e loro contribuiranno a migliorare la presentazione della loro rete, rendendo più celebre ancora il magistrato francese.

Si chiama RORO di BOBO (*1) che un giorno sarà la prima notizia che circolerà su tutti i giornali e lui si ritroverà dietro le sbarre. Lui ne ringrazierà il procuratore Vander Flaash, il Bourgmestre Peeters e Victorreke che avranno così contribuito alla lotta contro le reti pedocriminali.

Grazie del vostro aiuto.

Jacqueline, Principessa de Croÿ

(* 1) Questo non è il suo vero nome ma io non ho voglia di ritrovarmi in prigione,prima di aver contribuito alla rovina definitive di tutti questi maiali.

It should be said that with each time I think of the judgment of Marcel Vervloesem, I think of the magistrate trouser down, as he abuses that autistic child and I do not understand why these idiots spend their time provoking me by bothering my fellow-member.

Jean-Claude Krief who was the first one to discover the photo and was able to identify him, has seen his brother murdered. Marcel Vervloesem was the second one to identify him, has seen one of our fellow members murdered. Both where imposed a ballet of defamations with absurd justifications and arbitrary imprisonments, whereas they ought to have got medals. It is not the kind of thing I can accept.

As I any way wanted to offer a better website, they will have quite simply obliged me to be faster and they will contribute to improve the presentation of the network, while making more famous still the French magistrate.

We call him RORO of BOBO (* 1), who one day will do the headlines of the media by being found behind bars. He will then thank the prosecutor Vander Flaash, the Burgomaster Peeters and Victorreke who will have thus have contributed to the fight against the networks.

Thanks for your support.

Jacqueline, Princess of Croÿ

(* 1) It is not his real name but I do not want to end-up in prison before to have been able to contribute to the proper fall of all these pigs.

http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY

Info MSN-groupes: http://msn-groepen.skynetblogs.be/

De nieuwsgroep van Prinses de Croÿ wordt vernietigd

 

DE RESULTATEN VAN DE WITTE MARS

Image Hosted by ImageShack.us
De Witte Mars: tien jaar geleden


De droom van de Herentalse burgemeester Jan Peeters (Sp.a) die vorig jaar via de lokale radio en televisie opriep om de nieuwsgroep van de Werkgroep Morkhoven 'met wettelijke middelen van het Internet te verwijderen alhoewel dit moeilijk op een wettelijke manier zou gaan', lijkt stilaan verwezenlijkt te worden.

Sinds de oproep van Jan Peeters kregen de nieuwsgroepen van de Werkgroep Morkhoven en van de Stichting Prinses de Croÿ die nauw samenwerken inzake de bestrijding van kinderpornonetwerken en kindermisbruik met talloze problemen af te rekenen.

De Herentalse burgemeester Jan Peeters die tevens kamerlid is en in het Sp.a-bureau zetelt, deed zijn oproep nadat de Werkgroep Morkhoven verslag uitbracht over de vriendjespolitiek van Jan Peeters en het Herentalse Sp.a-bestuur ten opzichte van het Herentalse Sp.a-bestuurslid Victor V. die Marcel Vervloesem destijds van 'verkrachtingen en folteringen' beschuldigde en die de klachten tegen Marcel Vervloesem in 1998 al dan niet tegen betaling organiseerde.
Dezelfde Victor V. werd dank zij het Sp.a-bestuur ook tot bestuurslid van het Openbaar Centrum van Maatschappelijke Werk (OCMW) van de Stad Herentals benoemd nadat een minderjarige klacht wegens zedenfeiten indiende en nadat de Turnhoutse strafrechter opdracht had gegeven om Victor V. voor een leugendetectortest op te roepen aangaande zijn klachten tegen M. Vervloesem.
Victor V. die sinds vorig jaar in het Bijzonder Comité van het OCMW van Herentals zetelt dat ondermeer in jeugdzaken beslist, komt in een 30-tal processen-verbaals over zedenfeiten met minderjarigen voor.
De Werkgroep Morkhoven richtte zich daarover op 21.10.2006 in een Open Brief aan de Antwerpse procureur-generaal Dekkers en vraagt zich af waarom deze zaak stelselmatig wordt doodgezwegen.


Wat de nieuwsgroepen van de Werkgroep Morkhoven en de Stichting Prinses de Croÿ nu verder betreft: Op 8.12.2006 was het weer zover maar in tegenstelling tot de vroegere pesterijen die soms weken of maanden duurden, verdwenen nu alle foto's en de 260 dossierstukken van http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY.Bovendien werden alle linken naar vertalingen van teksten en/of andere sites gedesactiveerd.

Op 9.12.2006 bleek het onmogelijk om ook nog iets op het forum http://groups.msn.com/issakaba te publiceren en alsof dit nog niet genoeg was, vroeg de RTBF-journalist José Dessart om de enige bladzijde van zijn omzendbrief waarin hij protesteerde tegen de veroordeling van Morkhoven-actievoerder Marcel Vervloesem voor het 'bezit van kinderporno', van http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY te verwijderen.

Het leek bijna een gecoördineerde actie te zijn.

Het verzoek van José Dessart wekte verwondering op omdat Dessart juist vindt dat de -volgens een rapport van de federale politie- 88.000 misbruikte kinderen in de kinderpornozaak Zandvoort moeten geidentificeerd en de kindermisbruikers + kinderpornoproducenten moeten opgespoord worden.Dessart weet ook dat Marcel Vervloesem voor het kinderpornomateriaal dat hij via de advocate Patricia Vander Smissen (Witte Comité's) en in opdracht van de Werkgroep Morkhoven voor onderzoek aan Procureur Bourlet (zaak Dutroux) overmaakte, niet gerechtelijk vervolgd kon worden omdat Procureur Bourlet dat schriftelijk beloofde.
Toen Procureur Bourlet zijn onderzoek aan het gerecht van Turnhout moest afgeven, werd Marcel Vervloesem echter onmiddellijk aangeklaagd.


Zowel de Werkgroep Morkhoven als de Stichting Prinses de Croÿ diende opnieuw een klacht in bij MSN dat blijkbaar niet in staat is om de MSN-groepen voldoende te beveiligen. Vandaag bleven de problemen gewoon verder duren.


Het is niet de eerste maal dat de overheid de Werkgroep Morkhoven en de Stichting Prinses de Croÿ op deze manier het zwijgen willen opleggen.
De vroegere website van Prinses J. de Croÿ werd door de Canadese provider Bravenet destijds van het Internet verwijderd met de mededeling dat er een 'anonieme klacht was gekomen van een zekere Charly N. inzake opmerkingen over de Belgische Staatsveiligheid'. Dezelfde Charly N. schreef dat hij 'goede contacten onderhoudt met rijkswachtkolonel Brabant met wie hij in dezelfde straat woont'.

Op 15.11.2006 legde de Turnhoutse rechter François Caers Marcel Vervloesem nog een 'contactverbod met de pers' op.
Veel zal dit niet uitmaken. Het grootste gedeelte van de Vlaamse pers schreef toch al 9 jaar lang dat Marcel Vervloesem een 'kindermisbruiker' was terwijl M. Vervloesem op 15.11.2006 voor de klachten uit 1998 werd vrijgesproken.
De Vlaamse pers nam ook de kinderpornozaken nooit ernstig en blijft -zoals gezegd- zwijgen over de 30 processen-verbaals over zedenfeiten met minderjarigen van het Herentalse Sp.a-bestuurslid Victor V. alhoewel men jarenlang schreeuwde over de zogenaamde weerloze slachtoffers van M. Vervloesem.


Jan Boeykens
Voorzitter Werkgroep Morkhoven


VZW Werkgroep Morkhoven
Faiderstraat 10
1060 Brussel


http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

Info MSN-groepen: http://msn-groepen.skynetblogs.be/

00:53 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/12/2006

Discution du jour - Charly, je t'adore

 

Charly, je t'adore

 
Image Hosted by ImageShack.us
 
 
"Pourquoi ce dédoublement du newsgroup. Qu'est-ce que Natahalie&Eddy en page d'accueil, avec aussi des messages de soutien ? C'est à ne plus rien y comprendre !!!   Pourquoi ne pas multiplier ( comme certains le font pour le pain ) ce newsgroup à l'envi : sous groupes & sous-sous groupes ?   Vite le mode d'emploi !!!  
 
Je n'aimais déjà pas les newsgroup's, là, je crois que j'en suis dégoûté définitivement. Bonne chose certainement, pour moi.   
 
En plus, pas l'ombre de l'ombre d'une info ici !"
 
Charly
 

 
"Mr Nyst a tout à fait raison de poser cette question :   Si la nouvelle adresse http://membres.lycos.fr/tiffanywarnotte/  est à MMe et Mr Warnotte, alors à qui est http://groups.msn.com/tiffany-warnotte/acceuil.msnw ?  
 
De tout coeur avec Tiffany."                                      
 
Martine (Charly)
 

 
"Je suis simplement un peu surprise de la création d'un second site et je ne comprends pas très bien la logique que Mme et Mr Warnotte, et les personnes qui les entourent, suivent en multipliant ainsi les lieux de rendez-vous sur la toile."
 
Martine (Charly)
 

 
"Agir même maladroitement c'est tout même agir, ne cherchons pas a tout expliquer, ce n'est pas la raison qui parle ici mais l'émotion face à cette terrible disparition."
 
Laurenay
 

 
"Les parents de Tiffany et toutes les personnes qui les entourent, notamment Nounours, ont déjà pris certaines décisions afin d'améliorer la sécurité, l'accès et la gestion des adhérents.  
 
Ils ont également oeuvré afin de rendre tout doucement la sérénité dans le groupe et les discussions: je vous propose à tous, en cette fin de journée d'anniversaire de notre chère Tiffany, de recentrer tous notre attention sur le but premier du groupe: le soutien à sa famille.  
 
... Mais toute oeuvre humaine est imparfaite et c'est cela qui la rend belle dans sa diversité.
 
... Accepteriez-vous de me permettre cette petite recommandation: évitons tous, tant faire se peut, de postuler, de juger, d'anticiper, d'évoquer ou d'imaginer les sentiments personnels des parents de Tiffany."
 
Bernard
 
 

 
"Monsieur l'animateur adjoint,  
 
Il ne me semble n'avoir préjugé en rien des sentiments que peuvent éprouver les parents d'un enfant disparu. Mais nous permettez-vous aussi de débattre.  
 
Si l'heure n'est pas aux oppositions systématiques elle ne l'est peut-être pas non plus aux sermons. Ceci dit en respectant la tâche que vous avez accepté de remplir."
 
Charly 
 

 
"Cher Monsieur Charly Nyst, Chers Amis,  
 
Au vu des derniers remous suscités dans le groupe, mes messages se veulent avant tout, non pas un sermon - je ne me sens pas l'âme d'un prédicateur - mais simplement un timide appel à un retour vers une discussion sereine et calme, dans le respect de tous, et dans la perspective où fut fondé ce groupe.  
 
Mon intervention ne met personne en cause et n'empêche pas le débat.  
 
Je respecte profondément l'opinion de toutes et de tous, mais les propos se devraient toujours d'être sereins et sans jugements: ce groupe n'est pas un forum public où se disputeraient des joutes oratoires savoureuses, mais un vrai espace de réflexion où les participants peuvent librement émettre leur soutien sincère et profond aux parents."
 
Bernard
 

 
"Charly, je t'adore et j'aime bien tes idées ... mais ne crois-tu pas que parfois tu es un peu cassant !  
 
S'il est vrai que tu es habitué de mener des actions coriaces dans ton collectif, tu dois accepter ici que la plupart de nos participants soient un peu démunis et se sentent parfois bien impuissants à aider les parents de Tiffany !  
 
" Que puis-je faire ?  Que dois-je faire ? "  
 
Je suis certain que la plupart des membres de ce groupe, sensibilisés aux objectifs de reconfort des victimes, ne demandent pas mieux qu'on les conseille pour enfin savoir comment soutenir au mieux les parents.   Alors, au lieu de tenir le rôle de l'écorché insensible, avec sa petite étincelle dans l'oeil qui tance celui qui a lui ... une petite larme à l'oeil, fais l'effort de les épauler et de les conseiller aimablement.  
 
Dans ce groupe, nous avons besoin d'affection et de tendresse, sans complaisance ni rudesse.  
 
Gros nounours calin, de Ciney."
 
Nounours
 

 
"C'est promis, de temps à autre, j'enverrai une petite carte remplie de jolis petits angelots."
 
Charly
  

19:58 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Procès du Werkgroep Morkhoven

 

Image Hosted by ImageShack.us
Marcel Vervloesem - Jan Boeykens - Jacqueline de Croÿ


Le réseau pédocriminel Zandvoort fut découvert par le Werkgroep Morkhoven à partir de l'institut "Good Engels" à Anvers. Le Dr Cosyns, président de la commission d'enquête, n'y avait vu aucun abus alors que les rapports de police démontraient qu’une petite fille de 5 ans était morte en cellule d’isolation et que d’autres enfants en sortaient avec bras et jambes cassés. Le même Dr Cosyns, qui a d'excellentes raisons de détester Marcel Vervloesem pour avoir involontairement prouvé sa nullité, signe un rapport d'expertise qui doit le condamner en dépit des aveux d'un des délateurs, qui assure que tous ont été payés pour l'accuser de viols. Il préconise une thérapie pour le soigner de sa vocation à faire arrêter les pédocriminels et une interdiction de contacte avec la presse.

Par Jacqueline de Croÿ

Ce 18 octobre 2006, l’association Werkgroep Morkhoven était de retour au palais de Justice de Turnhout, pour la quatorzième année de cabales du réseau de pédophilie Zandvoort.

L'affaire avait commencé en 1989 à l'institut psychiatrique Good Engels. Elle mena au réseau Temse/Madeira avec prostitution d'enfants, dont 340 victimes, puis au réseau Zandvoort dont 90.081 victimes. Dix-huit plaintes contre Marcel Vervloesem donnèrent lieu à deux procès, les affaires séparées ou jointes de manière à prolonger le discrédit sur l'association par la presse locale, éloignant leurs confrères de la presse internationale d'un crime contre l'humanité.

En 1998, le Werkgroep Morkhoven venait de mettre la main sur 21 CD-roms qui comportaient la preuve d'un crime contre l'humanité. Marcel Vervloesem fut alors accusé de douze viols de repris de justice, leurs voisins ou leurs enfants. Parmi eux, son demi-frère objet de vingt-neuf procès-verbaux relatifs a des faits de moeurs sur des mineurs d'âge.

Ignorant ostensiblement toutes les pièces démontrant son innocence, le tribunal de Turnhout imposa à Marcel Vervloesem deux ans de tests psychiatriques. Tous démontrèrent qu'il n’a jamais violé personne. Le tribunal lui imposa alors une deuxième série de tests, ce qui n'avait pas de justificatif. Ils seront commandés au Professeur Cosyns, qui rata magistralement son diagnostique dans l'affaire "Good Engels" et avait d'excellentes raison pour détester l'association qui le prouva. 

Dans son rapport d'expertise, le psychiatre fit une savante mixture pour ne pas être émettre un avis diamétralement opposé à ses confrères, infiltrants des contrevérités subjectives pour conclure que Marcel Vervloesem était coupable. Il confirme que les maltraitances subies dans son enfance avaient défini sa carrière dédiée à la protection de l'enfance et préconise une thérapie pour l'en soigner, avec interdiction de parler avec la presse audio-visuelle et écrite!

 

Image Hosted by ImageShack.us
Le procès

Le tribunal de Turnhout avait additionné des poursuites pour une campagne de sensibilisation, sur la nécessité d’enquête approfondie pour démanteler les réseaux pédo- criminels.

Sur le banc des accusés, Eddy De Cat devait être jugé en même temps que Marcel Vervloesem. Il avait distribué des pamphlets, illustrés de photos du réseau Zandvoort semblables à celles des camps de concentration : une jeune fille égorgée, une autre qui hurle de douleur et des garçons enchaînés à des meubles de tortures.

Pour les magistrats, il s'agissait de diffusion de pornographie d’enfants. Pour le Werkgroep Morkhoven,  il s'agit de demander l'arrestation du meurtrier, des tortionnaires et de rendre justice à ces enfants.

Eddy De Cat avait refusé les examens psychiatriques demandés par le tribunal, ce que l'association considère une exigence téméraire et vexatoire. Il expliqua que les enfants sont dans son cœur, qu’il se sent le devoir d’agir pour les protéger de ces horreurs et que distribuer des pamphlets ne relève pas de psychiatrie.

 

Le Procureur Vander Flaas, accusateur public,  était d’accord pour que Marcel Vervloesem n'ait qu'une condamnation de principe, sous condition de suivi psychiatrique, ce qui devrait signifier l’abandon des poursuites pour viols, mais la condamnation pour entrave à la vie privée des criminels non identifiés. 

C'était un soulagement car trois ans plus tôt, il aboyait des accusations abominables et réclamait 10 ans de prison pour lui.

L'avocat Defrance plaida que son client n’avait pas eut un procès équitable, que le Dr Cosyns avait été trop loin dans ses accusations, seul la justice étant en droit de juger de la culpabilité d'un homme.

Marcel Vervloesem plaida à son tour. Il reprocha à l’instruction de ne se baser que sur la condamnation d’un Cosyns, en faisant abstractions des expertises favorables, des pièces qui  démontrent son innocence. Il énuméra celles qui manquent toujours au dossier, dont tous les témoignages de rémunération des délateurs par son frère Victor.

Le président du tribunal qui normalement semble de cire, parut humain pour la première fois. Il l’écoutait, apparemment surpris, décrire son vécu, courtement, sans verser ni dans le sentimentalisme, ni dans les détails sordides. Il le regardait, comme s’il découvrait cet homme qui avait été tant torturé à l’orphelinat, qu’il passa sa vie à trouver les preuves pour faire incarcérer les abuseurs d'enfants.

En réponse aux poursuites pour avoir pris possession des CDroms de Zandvoort, et avoir entravé à la vie privé de criminels non identifiés, Marcel expliqua son travail:-

"Oui, j'ai suivi  les traces des réseaux depuis dix-sept ans, mais avant l’affaire Dutroux, il n’y avait ni Child Focus, ni services fédéraux chargé de la lutte contre la traite d’enfants en Belgique. Il fallait que quelqu’un démontre ce dont personne n’imaginait l’existence.  Oui, j'ai pris le matériel de Zandvoort, mais je n'avais pas d'autre choix pour démontrer ce que ces gens faisaient aux enfants."

Toutes les parties civiles restèrent muettes et confirmèrent au tribunal qu’elles n’avaient rien à rajouter. Le procès fut  reporté au 15 novembre 2006, pour compléter le dossier.

 

Réactions

Eddy Bellens, prétendu "témoin de viols" était  représenté par Me Machteld Francken. Il n'était pas aux côtés de son avocate, mais d'Erik Cuylaerts, qui a toujours eut la frousse du tribunal. Convaincu du rapport que devrait lui apporter une condamnation, lors de la dernière remise du procès, Cuylaerts s'était écrié en plein palais de justice qu’il enverrait des huissiers à Marcel Vervloesem pour avoir "son argent", comme s'il fut déjà acquis.

Machteld Francken, également avocate du frère indigne et de trois délateurs qui ont maintenu leurs plaintes, entama ce procès en rousse évaporée et le terminera en blonde à lunettes. Elle qui n’avait pu souffler mot devant les juges sans paraître indécente, recouvra la parole pour les journalistes et se rattrapa en se disant ravie du rapport du Dr Cosyns.

Il y a fort à croire que la réhabilitation du Werkgroep Morkhoven sera tenue sous silence. Les journaux ne publiaient pas les photos prises des activistes portant les armes des princes de Croÿ, que leur vice-présidente a offert à  cette  lutte contre la traite d'enfants. Ils  illustrèrent leurs articles des vieilles photos, manifestement  pour éviter de donner de leur donner du crédit.

"Het Nieuwsbald", sous la signature d’Ivo Meulemans, fit ses pires  gros titres et commentaires: "Le chasseur de pédo pornographie montre un intérêt sexuel pour les mineurs. Il est détraqué". Comme pour se faire un dernier plaisir avant le procès qui l'attend pour des années de diffamations,  Meulemans signa un incroyable mensonge, prétendant que le Procureur Vander Flaas réclamait toujours dix ans de prison.

Pas un mot sur le silence des parties civiles. Pas un mot sur le fait qu'une condamnation serait susceptible d'être jugée téméraire et vexatoire.  En effet, le délai raisonnable ayant  été dépassé par un dossier incomplet, déjà déclaré aux tors du tribunal de Turnhout par le Conseil Supérieur de la Justice, la Cour de Cassation n'aurait d'autre choix d'invalider une condamnation.

Meulemans, qui après le procès ne pourra plus sortir d'horreurs pour faire croire que les enfants sont en parfaite sécurité dans la structure toujours existence du réseau Zandvoort, avait posé une dernière question vicieuse:- "Alors Mr Vervloesem, qu’avez-vous à dire sur vos déviations sexuelles?"

Et qu'en est-il des votre Mr Meulemans, que plaidez-vous pour la violation de la présomption d’innocence et le harcèlement des personnes qui luttent contre la traite des enfants ?

A voir:

Temse/Madère 

 

18:43 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'affaire Vervloesem - par Filip Marceron

Version Française

English version

L'affaire Vervloesem, vu par une personnalité  française aux USA...

Par Filip Marceron,

Angels Valley Therapuetic Foster HomeFondateur du projet Vallée des Anges, Maison d'Acueil Thérapeuthique pour Enfants Emotionellement  Handicapés

A la longue, l'acharnement de ces magistrats belges sur Mr Vervloesem finit par être suspect : les procès sont truqués, les témoins a charge sont achetés, les pièces prouvant ces corruptions sont manquantes au dossier, etc.

Pour les observateurs extérieurs la justice belge est devenue une parodie, qui serait risible si ce processus négatif ne comportait pas de conséquences aussi tragiques.

Tragédie pour les enfants victimes de violeurs organises en réseaux qui sont peu inquiètes tandis que Mr Vervloesem est le bouc émissaire alors qu'il est évident qu'il est innocent.

Tragédie pour le peuple belge car leurs magistrats semblent dans un état de confusion mentale: pour eux le mal est devenu le bien et le bien est devenu le mal. En conséquence ils veulent protéger les assassins et les violeurs et punir ceux qui dénoncent les réseaux et leurs victimes.

Lorsque des composants aussi essentiels à la santé mentale d'un pays tels que ses magistrats ne savent plus faire la distinction entre le bien et le mal, cette société est en état de décomposition : l'état de droit existe de moins en moins, les procédures judiciaires ne sont plus respectées, les citoyens ont peur car ils réalisent que ceux charges de faire respecter les lois pour le bien public eux-mêmes y dérogent sans problème.

Ces égarements se cumulent avec le temps et on retourne, alors à la situation préhistorique de survie précaire ou chacun n'avait de chances de survivre que s'il était pourvu de la force physique suffisante pour se défendre.

A force de mensonges énoncés publiquement et répétés dans les medias, beaucoup de gens sont désorientés tandis que leurs magistrats se rendent coupables de complicité de crimes contre l'humanité, et les pays impliqués du fait des enlèvements d'enfants voient leurs propres enquêtes entravées par la non coopération de certains magistrats belges.

La société belge est malade car il y a à présent un trop grand nombre de gens y compris dans des fonctions de responsabilité qui n'ont plus de sens moral en eux-mêmes.

Mr Vervloesem aussi aurait pu perdre son sens moral, sa capacité a distinguer entre le bien et le mal, après son enfance passée en institution où il a souffert de multiples sévices aux mains de ceux-là même qui étaient sensés le protéger. Ces souffrances l'ont au contraire renforce dans ses valeurs morales et l'ont conduit aux actions remarquables de dénonciation des réseaux criminels.

Si la Belgique veut retrouver une existence fondée, la paix de l'âme et le respect des autres pays, il n'y a pas d'autre voie que poursuivre les magistrats corrompus pour les empêcher de nuire encore ultérieurement, et nommer Mr Vervloesem a la tête des enquêtes contre les réseaux, son efficacité est bien supérieure à ceux officiellement charges de la tâche.

The Vervloesem case, seen by a French personality in the USA...

By Filip Marceron,

founder of the project Angels Valley, Therapeutic Foster Home for Severely Emotionally Disturbed Children

Angels Valley - P.O. Box 600 - Harrisville, NY 13648 - USA  www.curedisturbancesinchildren.org

On long term, the eagerness of these Belgian magistrates on Mr. Vervloesem ends up being suspect: the lawsuits are faked, witnesses for the prosecution are bought, the parts proving these corruptions are missing from the file, etc.

For the external observers Belgian justice became a parody, which would be laughable if this negative process did not comprise such tragic consequences.

Tragedy for the children victims of rapists organize in networks which are little worry while Mr. Vervloesem is the scapegoat whereas it is obvious that he is innocent.

Tragedy for the Belgian people because their magistrates seem in a state of mental confusion: for them the evil became the good and the good became the evil. Consequently they want to protect the assassins and the rapists and to punish those which denounce the networks and their victims.

When components so essential to the mental health of a country such as its magistrates cannot make any more the distinction between the good and the evil, this society is in a state of decomposition: the state rights exist less and less, the legal procedures are no more respected, the citizens are afraid because they realize that those responsible of the respect the laws for the public welfare, themselves derogate from it without problem.

These mislayings cumulate with time and one turns over, then to the prehistoric situation of precarious survival or each one was not likely to survive that if it were provided with the sufficient physical force to be defended.

With force of lies stated publicly and repeated in the media, many people are disorientated while their magistrates make themselves guilty of complicity of crimes against humanity, and the countries involved in the fact of the kidnapping of children see their own investigations blocked by the non co-operation of certain Belgian magistrates.

The Belgian society is sick because there is now a too great number of people, including in charge of responsibility, which do not have any more inner moral sense.

Mr. Vervloesem also could have lost his moral sense, his capacity to distinguish between the good and the evil, after his childhood passed in institution where he suffered from multiple maltreatments, in the hands of those who were supposed to protect him. These sufferings have on the contrary reinforces him in his moral values  and led him to the remarkable actions of denunciation of the criminal networks.

If Belgium wants to find a founded existence, the peace of the heart and the respect of the other countries, there is not an other way that to prosecute the corrupted magistrates, to prevent them to harm again later on, and to name Mr. Vervloesem at the head of the investigations against the networks, his effectiveness is quite higher to those officially charge of the task.

by Filip Marceron

14:18 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Support Amnesty !

 

WHO MOST INSPIRED YOU TO STAND UP FOR WHAT YOU BELIEVE IN ?

Image Hosted by ImageShack.us


Dear Supporter,


Who most inspired you to stand up for what you believe in?


For me, it's my mom. During my childhood in Ohio, my single mom worked so hard to take care of me and my two brothers. All of my sense of social justice came from the realization that even though she worked enormously hard, she barely had enough to live on; she was always one step away from disaster. I knew that wasn't right.

Today, I'd like to tell her in a special way how much I appreciate all she did and how she shaped my life pursuit of social justice. So, in her honor, I've made a gift to Amnesty International.

We all have someone in our lives - someone very special like my mom - who helped shape who we are and who we aspire to be. This holiday season, I hope you'll join me and honor a friend or a loved one with a special gift to Amnesty. With your gift, they will receive a card from Amnesty International in your name that will express your respect, appreciation, or love.

Thank you so much for all that you do to support Amnesty - a Nobel Prize-winning organization - in our pursuit to prevent and end grave human rights abuses around the world.

Happy holidays to you and yours,


Sincerely,


Larry Cox
Executive Director
Amnesty International USA

Image Hosted by ImageShack.us


From: Amnesty International USA
Date: 2006, December 7th
To: Jan Boeykens - Werkgroep Morkhoven


http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

10:58 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/12/2006

Réseau Coral

Français  - English - Italiano

Réseau Coral/Zandvoort

Jacqueline de Croÿ - réactualisé le 10 décembre 2006

Image Hosted by ImageShack.us

C’était en 1982, à l’époque où les écrivains publiaient des romans de leurs amours avec "des enfants consentants", dans un langage ampoulé, en rimes, comme si cela pouvait effacer leurs crimes.
Le Coral était part d'un mouvement visant à faire reconnaître "le droit à la différance, à la tendresse et à la caresse" de vieux cochons en érection à des enfants psychotiques et autistes.

Fils de parents malades, Jean-Claude Krief avait été placé en institution, mais il n’avait pas apprécié l'amour visible dont il avait été imposé à consentir. Il avait 21 ans et rencontra Willy Marceau, un jeune écrivain qui lui fera découvrir le Coral, à Aimargues, un ravissant village du Midi de la France. Le mot de passe pour y rentrer  était d’avoir lu "Visiblement, Je Vous Aime" de son fondateur, Claude Sigala, également cinéaste.

Image Hosted by ImageShack.us

Jean-Claude Krief  passa l’épreuve du livre et s’y infiltra, en tant qu’éducateur pour les enfants malades.
Il y découvrait un défilé de l’internationale pédo-socialiste, les jeunes patients "soignés" par des ministres
en place où à devenir, ainsi que par une bande de dandys pervers.  Ils abusaient tranquillement de ces enfants, assurés de leur silence. Jean-Claude Krief découvrait une valise pleine de photos pédopornographiques, dont celle d’un magistrat déculotté en train d’abuser de l'infortuné Nordine, âgé de 11 ans et qui ne parlera jamais, s’il est encore en vie.  

Un total de 343 arrestations de personnes qui se rendaient au Coral pour y assouvir leurs perversités sexuelles était prévu. Des mandats d'arrêts étaient lancés, dont à l'encontre Sigala et Marceau qui furent inculpés, ainsi que les écrivains de Matzneff et Schérer. Trois ans plus tôt, dans la mouvance Tony Duvert, journaliste du magazine pédophile "Gai Pied", ils avaient témoigné que Jacques Dugué n'avait pas abusé d'enfants, mais qu'ils avaient partagé des relations sexuelles consentantes.

Tous clamèrent leur innocence, sauf le magistrat qui resta silencieux, mais fut intouché. Le Capitaine Barril de la gendarmerie avait reçu alors instruction de stopper l’enquête du fait du nombre de personnalités : un ministre, un prix Goncourt, un rédacteur en chef et un chroniqueur du journal Le Monde, etc.

Le dossier termina dans le garage du supérieur hiérarchique de l'enquêteur principal, avec celui de Kripten, un réseau satanique pédocriminel allié à la Belgique. 

Jean-Claude Krief apportera son dossier l’avocat Baduel, qui défendait une victime du réseau Kripten, car Willy Marceau avait prostitué le garçon. Ce réseau était allié par ses membres à celui du CRIES implanté dans les locaux de l’UNICEF à Bruxelles.  Toutefois, Baduel  introduira un dossier pour la défense du maquereau qui se disait victime du réseau, pour avoir dénoncé ses concurrents.

 

Comment le Coral est apparu allié au réseau Zandvoort

Quinze ans plus tard, Marcel Vervloesem, activiste du Werkgroep Morkhoven, avait retracé le Zandvoort et apporté leurs archives à la police. Il  enquêtait sur la photo N°9, qui représente un adulte et un enfant tenant en main le pénis de l'autre. En rendant visite à une association suisse, il découvrait le dossier de Baduel et la photo de celui qui Krief disait être le magistrat. Dans les archives du réseau Zandvoort, des listes qui ont ceci de particulier, qu'elles retracent la plus grande série de criminels alliés au réseau:

  • Claude Sigala: code 'S-24'.  Condamné dans l'affaire Coral
  • Magazine "Gai Pied": code 'ECH*' - de la mouvance Matzneff,
  • Willy Marceau: code '27'. Condamné dans l'affaire Coral.
    Il sera également inculpé dans l'affaire C.R.I.E.S. avec Philippe Carpentier, ex amant du Pasteur Doucé.
  • Jacques Dugué, ami de Matzneff et Scherer, était condamné à 30 ans de prison pour viol d'enfants. Il possédait quarante vidéos pédophiles et en faisait commerce avec Dutroux.
  • Pasteur Doucé: code '*GR'. (Christ Libérateur), en charge des abonnements de "Gaie France magazine", assassiné. Michel Caignet: code 'ECH-5*', directeur de "Gai France", condamné dans le réseau Toro Bravo.
  • Jacques Delbouille: code '32', proche de Weinstein du réseau Dutroux (allié à la secte Kripten/Abrasax) fut arrêté pour 15m3 de matériel pédopornographique chez lui.

Une gloire de la police belge cherche à blanchir la magistrat

Il lui faudra deux ans aux autorités belges pour communiquer que la photo N°9 aux autres services de polices. Mais il ne lui faudra pas 2 heures à l'inspecteur Zicot (dossier Dutroux) pour répondre que l’adulte figurant sur la photo N°9 serait Marcel Danze, un exploitant de vidéo club connu dans le milieu de la prostitution de Charleroi.

Publié par jacqueline le 9/01/2005, 13 KoIci Danze en 1993, juste après s'être fait casser la figure par le portier d'un café de Charleroi

Danze & le magistrat

Scotland Yard est formel: Danze n'est pas l'homme de la photo n°9, ce qui pour d'autres, se voit du premier coup d'oeil. Les calvities des deux hommes ont des naissances différentes. L'un a besoin de lunettes, l'autre pas. L'un ressemble à un magistrat, l'autre à une fripouille.

George Zicot sera innocenté d'accusations de faux, usage de faux et escroquerie dans le cadre du réseau Dutroux.
Spécialiste du vol de voiture, il était intervenu à plusieurs reprises à la faveur de la bande de Marc Dutroux. Il était accusé d'avoir orienté les soupçons de fraude à l'assurance envers des ennemis de service alors qu’il avait reçu des informations mentionnant Dutroux; d'avoir omis d'avertir sa hiérarchie de faits importants dans le cadre d'affaires dans lesquelles Dutroux était soupçonné et d'avoir protégé celui désigné pour avoir "évacué" la voiture dans laquelle ont été enlevées Julie et Melissa.

L'inspecteur Georges ZICOT n'aura jamais à expliquer pourquoi il s'est tant empressé à vouloir blanchir ce magistrat avec une fausse piste aussi magistrale et il a été promu de l’ancienne police judiciaire de Charleroi, en tant que commissaire police fédérale de Bruxelles.

Les fausses pistes se multiplient

L'avocat Baduel dira que Jean-Claude Krief était mort de mort naturelle, emportant avec lui le secret de son dossier et que son frère s’était réfugié dans un kibboutz en Israël. A l’opposé, le comité de soutien du magistrat assure que les frères Krief auraient été des agents spéciaux des services secrets français qui auraient, avec l’aide de la brigade des stupéfiants et du proxénétisme, fait un montage pour embêter un honnête magistrat qui lutte contre la pédophilie.
Pour résumer leur version : Jean-Claude Krief aurait confondu l’institut pour enfants psychotiques et autistes à un quartier général socialiste ; les services secret l’auraient payé pour aller acheter des photos pédo-pornographiques dans des sex shops en Belgique et en Hollande. Son frère et lui se seraient inscrits au parti socialiste et chez les "autonomes", un groupuscule communistes violents, pour espionner l’un et manipuler l’autre, ce qui aurait mené non pas à la mort naturelle de Jean-Claude, mais au suicide de son frère Michel, en plein scandale.  Les services secrets, suspectés d'avoir assassiné Michel, auraient alors payé un billet d’avion à Jean-Claude afin qu’il puisse se réfugier en Israël. Rien de très logique.  

En revanche, la mort tragique de Michel était susceptible de plonger toute la famille Krief dans un suicide collectif, ce qui aura pu inciter Jean-Claude  à rétracter ses accusations. L’étonnant est qu’il se serait volontairement rétracté en prison, dans un langage ampoulé et avec une orthographe qui ne lui appartient pas, ce qui est démontré par des lettres de sa main. On constatera pourtant que ce ne sont pas les officiers des services secret, ni les bouillants jeunes communistes qui se laissaient photographier tout nu en abusant des enfants, mais bien un juge de la jeunesse allié à tout ce qui a de plus pompeux dans le gouvernement et la magistrature française.  

Le comité de soutien du magistrat est scandalisé de la dénonciation de cet homme dont nul n’ose sortir le nom, de peur de voir sa famille suicidée et se retrouver en prison.

20:05 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

L'enfer est à votre porte

Image Hosted by ImageShack.us


Lettany, le manager

 
Revenant d’un W/E chez Louise, je dépassais Liège puis, en arrivant à Waremme, je me rendais tout à coup compte de ce qui clochait avec cet accident de voiture et dés mon retour. Pourquoi faire un aller-retour de Waremme/Liège/Waremme plutôt que de prendre directement le train Waremme à Bruxelles ? En connaissance des heures de départ et de retour, les enfants avaient été séquestrés durant sept heures. Quel était ce Groupe de Prières qui rassemblait une femme qui faisant du trafic d’enfants entre Bruxelles et Londres avec Oni, Mulongo et la gouvernante qui avaient caché aux parents que leurs enfants avaient été filmés battus pieds et poings liés ? J'envoyais un fax au père qui me téléphonait immédiatement.

Le lendemain, il venait me voir avec Mr et Mme Lettany, son manager et l’épouse de ce dernier. Je cru tomber à la renverse : le couple sort tout droit d’un bistrot d’ivrognes de la gare du midi. Lui est métisse et il a le visage abîmé comme ceux qui ont fait un séjour en prison et sa femme est le type de portugaise dont la racine des cheveux est noire et les pointes teintes en blonds qui s’étalent inégalement sur une immense poitrine. Quand je voyais le raffinement du docteur à côté de ces gens, je ne pu m’empêcher de me demander : Mais qu’est-ce qu’il fait avec une pareille racaille ?

- Quand j’ai vu votre fax, commence Mme Lettany, je me suis dites : Mais cette femme est complètement folle.

- Trop aimable. En attendant les faits sont très graves.

- Papa, est-ce que la gouvernante emmenait les enfants à la messe ? demande-t-elle

 - Non.

- Cette gouvernante est veuve d’un médecin, ami de Mulongo et ce dernier ami de Oni, qui sont dans un groupe de prière. C’est elle-même qui m’a dit être liée avec une femme qui faisait du trafic d’enfants.

- Mais je disais au docteur : cette femme est très bien ! reprend Mme Lettany.

- Elle n’est pas bien. Elle ment tout le temps et elle a frappé Richard devant moi. Si je n’ai jamais frappé Richard, il n’y a aucune raison qu’elle le fasse, surtout depuis qu’il est sage.

- Je l’ai renvoyé, dit le docteur. Un matin, elle s’est levée. Je lui ai dit de prendre ses affaires et de partir. Elle m’a demandé pourquoi et je lui ai répondu : parce que vous avez mauvais esprit. Cette femme a mauvais esprit. Avant, les enfants étaient tout le temps malades. Depuis qu’elle est partie ; ils ne sont plus malades. Je crois que ce médecin donnait des médicaments qui rendaient mes enfants malades car depuis que j’ai congédié la gouvernante, je ne le consulte plus et mes enfants ne sont plus jamais malades.

- Mais pourquoi a-t-elle fait ces choses, pourquoi ? demande Mme Lettani

- Pour l’argent.

- Est-ce que vous avez reçu les sept mille cinq cent euro de garantie ? me demande le docteur.

- Quoi, moi ? Jamais. J’ai signé des reçus pour toutes les sommes. Avez-vous demandé des reçus ?

- C’est ça le problème. Je n’ai jamais demandé de reçu.

 

Lettani fit un calcul rapide sur les sommes escroquées par Oni et arrivait à un montant de deux cent cinquante mille euro.

- Vous rendez-vous compte de la gravité de cet accident ? Personne à Waremme n’aura pu leur conseiller d’aller jusqu’à Liège et prendre un train pour Bruxelles puisque la ligne Bruxelles - Liège passe par Waremme.

- Les enfants disent qu'un ami de Oni les a emmené.

- Un ami tombé là, hasard, en plein Waremme sur les lieux de l’accident ?

- Il a pu lui téléphoner.

- Et il aurait pu lui demander de le ramener à Bruxelles plutôt que de passer sept heures sur les routes entre Waremme et Liège. On traverse la Belgique aller-retour en sept heures.

- J’ai cru devenir fou d’inquiétude.

- Vous rendez-vous compte qu’il était venu chercher les petits pour les emmener ?

- Les six enfants dans sa voiture ? Mais ce n’est pas possible !

- Vous voyez ? Et vous connaissez vos enfants : pas moyens de leur faire porter une ceinture de sécurité. Imaginez si les petits avaient été dans l’accident : ils auraient volés à travers les vitres et il y aurait eu des blessés graves. Et pourquoi cette gouvernante allait tous les jours rapporter tout ce qui était relatif aux enfants à Oni ?

- Comment est-ce que vous savez ça ? demande Madame Lettani.

- Parce qu’elle me l’a dit. Oui, Docteur. Elle m’a dit que Oni lui disait de ne pas vous déranger parce que vous étiez trop occupé, et qu’il se chargeait de vous communiquer les choses importantes.

- Comment ? dit l’homme outré. Elle a dit ça ?

- Elle allait jusqu’à venir lui rapporter les détails sur les coliques de vos enfants !

- Comment savez-vous ça ? redemande Madame Lettani interloquée.

- Parce qu’il se pointait une demi-heure après le départ des enfants pour me poser des questions à ce sujet. Et cette histoire de traffic d'enfants

- C’est quoi du trafic d’enfants ? demande le docteur.

- C’est quand on voyage illégalement avec des enfants qui ne sont pas les siens.

- Ce n’est pas bien grave…, dit-il en haussant les épaules.

- Sauf quand les enfants ont été enlevés.

 

Cette question m'étonnait, pourtant c'était ma réponse qui n'était pas assez précise, car pour l'homme, il n'y voyait qu'un ami ou membre de la famille qui voyageait avec des enfants, sans en avoir l'autorisation écrite des parents.

Le Docteur avait rencontré Lettany, lors de son voyage de prospection du commerce à Bruxelles. C’était au marché des abattoirs, le plus grand commerce de voiture de seconde main de la capitale de l’Europe, et là où se liquide la majorité des véhicules volés du pays, même les bicyclettes. Un marché qui a l’avantage de bénéficier de la condescendance de la police qui ferme les yeux sur les larcins de leurs protégés.

Il avait acheté à Lettany un camion de voitures et ignorant le fonctionnement européen, ce dernier  convint de l’aider gratuitement à les exporter au Nigeria. Un accord qui se termina naturellement autour d’un verre de bière chez le cafetier Dupo. Mais le nigérian ignorait aussi le fonctionnement de la TVA. Les taux étant différents dans chaque pays, la douane belge à rembourse la taxe, et l’exportateur de la paye au taux appliqué dans pays d’accueil. Ainsi, Lettany récupérait la TVA et demandait au Docteur de la payer la douane nigériane, se faisant ainsi un plantureux bénéfice.

Approvisionneur du gouvernement nigérian, il avait une clientèle énorme et achetait une vingtaine de voiture par semaine, ce qui dépassait ce que Lettany pouvait lui trouver. Ainsi, il l’aidait gratuitement pour toutes ces exportations, ce qui pour le Docteur était un signe de sainteté, sans imaginer qu’il se trouvait ainsi en mesure d’empocher les 21% de ses achats sur le millier de voitures exportées par an.

Le potentiel d’arnaques fit rapidement le tour de la mafia des abattoirs et le Docteur y rencontra indirectement tous ses avocats et comptables, sans imaginer dans quel milieu il se trouvait. Un an plus tard Dupo, chez qui se terminait chaque transaction, présenta le faux pasteur Oni, au vrai pasteur Adegboyega. Une grande joie pour cet homme qui rencontrait un compatriote dans les mêmes branches que les siennes : Dieu et le commerce.

Entre prières et discussion théologiques, Oni lui fit découvrir le marché immobilier belge, le plus bas de toutes les capitales européennes. La vie était douce dans cette ville magnifique où il fait bon vivre à si bon marché et où les gens étaient si gentils pour lui. La rencontre de ce chrétien qui lui garantissait de lui trouver du personnel chrétien, lui donna envie d’émigrer avec toute sa famille.

Lettany se distancia de suite, prétendant ne pas connaître Oni, qui est un homme dangereux et avec lequel il est préférable de s’accorder que de se battre. Le Docteur ne pouvait pas plus imaginer que dans un village, tel que la marché des abattoirs et un pays aussi minuscule que la Belgique, tous se connaissent, surtout quand ils sont dans la même branche.

Il s’averra que le couple Lettany avait reçu les enfants à leur sortie de l’avion, alors que le Docteur était à l’hôtel en l’attente de leur appartement. Ils les avaient battus, au point où leur fils était intervenu pour qu’ils arrêtent. Ils les avaient empoisonné avec un acide suffisamment puissant pour que leurs bouches soient brûlées. Ils avaient alors fait croire à leur parents que l’eau du robinet leur avait donné la turista, comme il arrive à la majorité des blancs qui ont l’imprudence de boire de l’eau du robinet en Afrique. C’est ainsi que les enfants avaient commencés à devenir fous, à en faire perdre la tête de leurs parents, ce qui avait l’avantage qu’ils ne puissent plus surveiller leurs affaires, d'où un accroissement du potentiel d'arnaques.

Quand à l’accident de voiture, les enfants témoignaient que deux policiers étaient intervenus, qu’Oni leur avait donné de l’argent, et qu’ils avaient payé celui qui avait foncé sur eux. Il avait alors appelé un de ses amis qui était venu et les avait conduit à travers les routes durant sept heures, avant de les déposer à la gare de Liège, arrivant ainsi chez eux tout contusionnés à près de minuit.

15:22 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'enfer est à votre porte

Image Hosted by ImageShack.us


Horreur & stupéfaction

 
La quatrième journée était aussi terrible que les précédentes. Samuel donnait les arguments à Richard pour résister à mes raisonnements qui le calmaient ; Richard cherchait tous les ustensiles coupants ou pointus pour menacer ses frères ; Emmanuel et Junior tous deux, une main sur la hanche, l’autre main s’appuyant contre le mur et la bouche grande ouverte hurlant sans que rien ne les arrête. Richard cognait répétitivement la porte vitrée de l’armoire à jouet, avec une intention manifeste de la briser. Ils se roulaient par terre en se battant, en hurlant je vais te tuer, je vais te battre. Lorsque je les séparais, je devais les maintenir par la force aussi loin possible l’un de l’autre pour les empêcher de s’envoyer de coups de pieds. Lorsqu’on vint me livrer mes courses, Samuel, Richard, Emmanuel et Junior grimpaient sur la table à tour de rôle et s’élançaient dans le vide pour m’atterrir sur le dos. Rien ne les arrêtait et mes pauvres vertèbres se tassaient à chaque fois. Le livreur était épouvanté et il s’est littéralement enfuit de la maison sans dire un mot.

A l’heure de la sieste, je recommençais mon petit système de m’asseoir sur chacun d’eux en leur disant que j’étais trop lourde et plus forte qu’eux et qu’ils n’échapperaient pas à la sieste. Emmanuel et Junior s’endormaient assez rapidement. Richard résistait et j’étais si épuisée que je demandais à Samuel de le faire dormir. Il me répondit d’accord et j’eu la stupéfaction de le voir lui envoyer les coups de pieds phénoménaux dans les côtes. A la place de pleurer comme l’aurait fait n’importe quel enfant, Richard criait "aille… ouille" en se tordant de rire. Clouée par l’épuisement de mes forces, je mettais un moment à réagir et lui dis d’arrêter. Je vins m’étendre à côté de lui, demandais à Samuel de se mettre de l’autre côté et leur dis que nous allions dormir ensemble. Tous deux m’embrassaient, me caressaient les cheveux durant trois quarts d’heure et s’endormaient.

Les trois jours précédents m’avaient appris qu’il me fallait m’y prendre une heure et demi à l’avance, afin que mes journées ne se prolongent pas d’une heure et demi pour les habiller à la fermeture de l’école. J’interrogeais tous les soirs la gouvernante, car c’était la seule manière d’en savoir plus. Elle tenait un langage bourré de contradictions et d’illogismes qui me troublaient.

- On ne peut pas dire qu’ils sont laxistes à la maison. La mère me dit de les battre s’ils n’obéissent pas. Mais je n’ai jamais battu mes propres enfants alors je ne peux même pas imaginer les battre. Ils sont tous incontinents. Le père punit extrêmement sévèrement. Il est si sévère que parfois ça me fait peur. Ils restent des heures au coin. Tous les jours, le père a une autre tête de pipe. Maintenant c’est Richard. Il le bat tellement que je me suis demandée si c’est son fils. Vous savez, en Afrique, c’est normal d’élever un neveu comme si c’était son propre enfant et l’enfant appellera son oncle et sa tante « Papa et Maman » comme si ils étaient ses propres parents, donc ; on ne sait jamais. Richard est plus foncé que les autres. Vous avez remarqué qu’il est plus foncé que les autres ?

- Non. Je ne suis pas très douée dans la nuance des teintes mais tout ce que je peux vous dire c’est qu’il faudrait être fou pour adopter Richard, surtout quand on en a trois autres dans un pareil état. Richard n’est plus un enfant ; c’est un animal sauvage. Quand on a trois enfants cinglés, on n’adopte pas un quatrième enfant dans un état pis que les autres. Richard est le plus traumatisé des quatre. Mais quoiqu’il leur soit arrivé, nous allons le découvrir, soyez en certaine.

Pourquoi cette femme devait venir dire à la directrice de l’école qu’un des enfants n’était probablement pas du père alors que la légalisation de la famille n’était pas effectuée ; pourquoi dire de but en blanc que ces enfants sont battus comme plâtre alors qu’en réalité, ils sont sauvages ; comment blâmer ces parents alors qui ont choisi supporter l’enfer plutôt que de les placer en asile psychiatrique ? La seule réponse qui me venait à l’esprit fut que cette gouvernante était stupide.

 

Le lundi suivant, ma tribu arrivait à onze heures du matin et il me sembla halluciner : mes quatre fauves déboulaient avec une petite sœur, qui comblait la différence d’âge entre Samuel et Richard ; et un magnifique petit géant de neuf ans. La gouvernante s’exclamait avec un air d’andouille à peine feint :

- Voilà, c’est Alice et Michael. Ils sont arrivés hier soir. Vous aller voir comme Alice est douce et Michael est très gentil aussi. Alice est toute mignonne. Elle ri tout le temps parce que je l’appelle « Blondie » avec ses mèches blondes.

- Es-ce que vous avez perdu la tête ? On ne m’a même pas signalé leur existence.

- On ne vous avait pas prévenue ? - Oh… On ne savait pas… On a cru que… Ca doit être Mr Oni. Il aurait dû vous prévenir. Oh je suis désolée. Je le dirai aux parents mais… en attendant… vous ne pouvez vraiment pas les prendre… juste le temps qu’on trouve une école pour eux ?

Je regardais ces deux enfants avec une infinie peine. Alice était donc l’enfant qui manquait entre Richard et Samuel. Michael semblait plus calme. A neuf ans, son langage était forcément plus développé et il était donc le seul à pouvoir m’aider à comprendre ce qui était arrivé à cette famille. J’acceptais donc de les garder. Elle s’en allait et j’entamais ma croisade du jour.

Les petits hurlaient plus que d’habitude pour ne pas rejoindre leur classe. De toute évidence, Michael et Alice leur avaient manqués. Pourtant, Emmanuel montrait à nouveau son côté touchant : dès qu’il vit ses profs, il calmait Junior en disant à Alix : Je vais te suivre.

Je reçu un coup de téléphone de l’Office Régional Bruxellois de l’Emploi, d’une femme qui m’accusait d’engager du personnel non déclaré. Je lui hurlais dessus en lui disant que j’avais un besoin urgent de personnel, qu’il y avait suffisamment de chômeur en Belgique et qu’elle ferait mieux d’en chercher pour moi à la place de lancer ses accusations imbéciles. Je crus démolir mon téléphone en raccrochant tant j’étais en colère.

 

Alice était loin d’être un ange et Michael, même s’il était aussi très difficile ; se montrait accessible au dialogue, contrairement au reste de la famille. Ce matin là, tout était encore plus bouleversé. Les jeux et hurlements semblaient avoir doublés quand une scène me figea : Alice, âgée de six ans, simule une masturbation et les trois autres enfants éclatent de rire, comme si c’était du plus haut comique. Eberluée par tout ce mouvement et je n’arrivais pas à réfléchir assez vite pour suivre tous ces éléments tragiques.

La matinée était particulièrement pénible car Michael, Samuel, Alice et Richard envoyaient en l’air leurs pulls et souliers et s’encouraient dans le jardin, alors qu'il n’est pas indiqué de courir à moitié nu dans le jardin en en plein mois de novembre à Bruxelles. Je les rattrapais, leur expliquais qu’en Belgique, il faisait froid et qu’ils attraperaient très mal dans la gorge. Alice trouvait ça hilarant et riait aux larmes mais les autres ne semblaient même pas m’avoir entendu. Evidement, la petite marcha sur un clou et elle commençait à hurler sans plus s’arrêter. Samuel se mit à hurler parce que Richard était sur mes genoux ; Richard se mit à hurler parce que Samuel l’éjecta de mes genoux pour y grimper. Michael lança un coup de pied qui fit voler la centrale téléphonique en éclats ; tous allumaient et éteignaient mon ordinateur sans cesse et Richard commençait un nouveau jeu qui m’interloquait : il menaçait tout le monde de leur pisser dessus. Jamais je n’avais entendu pareille menace et je me demandais bien où il avait pu chercher une chose pareille.

Puis une accalmie : tous voulurent faire le ménage. Ils connaissaient les gestes et les techniques à la perfection, mais les vaporisateurs de produits nettoyants étaient vidés en un quart d’heure et tous se disputaient pour les employer. Richard passait l’aspirateur et Emmanuel retirait la prise pour le faire enrager, ce qui déclenchait un hurlement de fureur supplémentaire. Peu après, l’aspirateur se retrouvait si entortillé qu’Alice s’exclama toute confuse:- "Ooh...Je vais demandé à mon père de t’offrir un bel aspirateur tout neuf !"

Personne ne se calmait et il me fallait agir d’urgence, à défaut de quoi je ne tiendrais pas le coup. Je pris Richard qui hurlait comme un fou et le bloquais dans mes bras. Une technique qui a un effet radical avec les enfants autistes et les bébés hurleurs et part du principe qu’un enfant qui hurle des heures durant, ne s’arrête pas de pleurer sans avoir reçu le soulagement qu’il espère. Il pleure pour appeler au secours, sans pouvoir dire ce qui ne va pas, sans qu’un signe médical ne puisse être détecté, donc sans qu’il ne soit possible de le soigner. Il est sourd à tout argument et le seul soulagement qui peut lui être apporté, est de percevoir par des gestes physiques, qu’on est proche de lui, que contrairement au reste du monde qui fuit pour ne pas entendre ses hurlements qui rendent fou, on le garde dans ses bras avec amour et patience. Quand il perçoit que son hurlement n’a pas l’effet qu’il recherche, c’est à dire un soulagement, il se met en colère, se révolte et se débat. C’est alors que la patience est de rigueur, car peu après il se calme, rassuré de se savoir aimé par dessus tout. Richard hurla, redoubla ses hurlements et quand il parvint à son moment de colère, il devenait féroce, à essayer de me mordre et de me griffer mais je le tenais de manière à ce qu’il ne puisse pas y parvenir. Il se débattait pour libérer ses petites mains et me pinça en me retournant la chair avec une habilité qu’un enfant de son âge n’invente pas tout seul. Alice vint me demander si gentiment :

- Laisse-le.

- Je ne peux pas ma petite chérie. Richard doit savoir que jamais je ne lui ferais jamais de mal, qu’il est en sécurité et que même si il a peur d’être dans mes bras : il n’a pas mal. Michael ; de quoi Richard a-t-il peur ?

- Il a toujours eut peur de tout.

- Pourquoi a-t-il toujours eu peur de tout ?

- Je ne sais pas. Son professeur le battait très fort.

- Mais ici, il ne sera jamais battu.

- Ah ?

- Non: en Belgique, les professeurs n’ont pas le droit de frapper les enfants.

- Ooooh…. En Belgique ; les professeurs ne battent pas les gens ?

- Non. En Belgique ; les professeurs ne battent pas les gens.

- Et est-ce qu’on enferme les petites filles dans les placards ?

- Non. Nous n’enfermons pas non plus les petites filles dans les placards.

- Mais on nous a dit qu’on allait nous battre !

- C’est une erreur. Ici, nous n’avons pas le droit de battre les enfants. En revanche, quand les enfants font des bêtises, nous le disons aux parents et alors là : vous avez des problèmes avec eux et c’est bien fait pour vous !

- Mais vous avez des placards ?

- Oui on a des placards mais on y met les aspirateurs ou les vêtements. Pas les petites filles. Maintenant, vous allez tous répéter : "En Belgique, les professeurs ne battent pas les enfants ; ils n’enferment pas les petites filles dans les placards. Quand les enfants sont infernaux, les professeurs le disent aux parents et on a des problèmes avec eux, ce qui est bien fait pour nous".et ils répétaient en cœur, comme dans Tintin au Congo.

Je leur faisais répéter vingt fois ces mêmes phrases, ce qu’ils faisaient tous les six, comme si ce fut une bonne vieille habitude de l’école. Même Junior répétait en mangeant la moitié de ses mots, lui qui est si petit, si frêle et si grand que les parents des autres élèves le regardaient comme une brute retardée de quatre ans.

Ce jour là, tous voulurent déjeuner avec les autres. Marty et moi crûmes tomber à la renverse quand nous entendîmes Richard demander : "puis-je avoir de l’eau, s’il vous plait ?" Un "s’il vous plait" nous semblait sorti d’ailleurs car il n’avait d’autre signification que de me remercier de l’avoir garder dans mes bras sans lui faire de mal, sans le frapper ou le gronder pour griffes et les morsures qu’il m’avait infligé de terreur. Un "s’il vous plait" m’alla droit au cœur et ne me quittera jamais.

Une dame vint visiter l’école avec son nouveau-né. La tribu à table était impressionnante, non seulement par son nombre, mais aussi par taille et la stature de ces enfants. Tous me demandaient de juger de leurs biceps et il m’a semblé que je comparais des ballons de rugby et des allumettes. Michael, qui ne pouvait pas comprendre que pour nos standards les membres de sa famille sont tous des géants, était tout troublé me dit : "Oh regarde, un bébé prématuré !" La mère n’a pas trouvé ça drôle et s’en est allé très vexée.

J’espérais pouvoir en apprendre par leur dessin, comme on le montre si bien à la télévision mais ça donnait ceci :

- Maintenant, vous allez dessiner votre famille

- Dessiner les frères qui m’ont battu ? Jamais de la vie ! dit Michael.

- Alors, tu vas dessiner les gens que tu aimes.

- Je m’aime moi, j’aime mon père et j’aime Dieu, dit il en pointant le doigt au ciel

- Belle chronologie. Et bien tu te dessineras toi-même.

- Non. Je n’ai pas envie.

- Et si on faisait une dictée. Je voudrais que vous écriviez : Papa offre des fleurs à Maman.

Michael, Samuel et Alice explosaient de joie, comme si c’était la reconnaissance de l’amour que leurs parents ont l’un pour l’autre. J’en conclu qu’ils s’aimaient de manière peu commune, ce qui me touchaient profondément, du fait que ça me rappelait l’amour que mes parents se portaient et ma fierté de les voir s’adorer. Ils écrivaient fort bien, à l’anglaise, mais à la place d’écrire "Papa offre des fleures à Maman", Alice avait écrit "Mon père offre de fleures à ma mère", traduisant instantanément "papa" par "mon père". Je m’aperçu alors qu’il ne disaient jamais "papa" ou "maman" sauf lorsqu’ils relataient des conversations avec eux. Assez frappant, car la majorité des enfants disent "mon Papa" ou "ma maman" ; sauf dans l’aristocratie où l’on nous apprend dès le plus jeune âge à dire "mon père" et "ma mère" car l’autre version tient d’une faute de langage.

Michael lisait des livres à haute voix pour ses frères et sœurs. Il me demandait tous les jours s’il pouvait m’emprunter des livres pour les lire à la maison et toute ma bibliothèque y passait. Il avait une mémoire fascinante. Il retenait tous les plus petits détails avec une précision inouïe, ce qui apparaissait par exemple, quand Samuel lui montrait un tout petit livre à une distance de sept mètre et il s’exclamait le plus naturellement du monde sans hésiter : C’est Thumbelina !

Lorsque je parvins à les faire peindre, Samuel et Alice mélangeaient des litres de peintures pour en obtenir une couleur brunâtre et ils recouvraient soigneusement des pages et des pages de couchent épaisses. Ils les faisaient sécher et les rangeaient tout aussi soigneusement dans leurs fardes respectives, comme quelque chose de très précieux.

15:17 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'enfer est à votre porte

Image Hosted by ImageShack.us


Les 2 et 3ième jours

 
Mes profs, Alix, Marty, ainsi que moi-même, n’arrivions pas à rassembler les quatre enfants dans une classe. Leur force à quatre dépassait tout et il fallait briser cet incontrôlable courant. Je décidais donc de commencer à m’attaquer aux plus faibles ; Emmanuel et Junior, car ils étaient nettement moins atteints que Richard et Samuel et, par conséquent, domptables pour les enseignantes. Quand bien même elles étaient toutes deux psychologues de formation, elles avaient chacune leur classe de dix élèves, et il leur fallait pouvoir s’occuper de tous.

J’attrapais Junior, le bébé géant de deux ans. Il hurlait à s’en décrocher la mâchoire en appelant Emmanuel à son secours et je le mis dans la classe des cadets. En suite, après une course poursuite, j’attrapais Emmanuel qui se mit aussi à hurler sans relâche, en appelant Richard à son secours et je le mettais avec les aînés. Ainsi, je me libérais pour me concentrer sur Richard et Samuel car ils étaient tellement plus difficiles et franchement impossible à intégrer dans une classe normale.

Mes profs étaient abasourdies, heureusement avec une forte dose d’humour. Leurs idées de solutions variaient entre le Valium et à la matraque mais elles arrivaient assez rapidement à maîtriser Emmanuel et Junior par la douceur et la fermeté, avec ordre de me les emmener s’ils perturbaient la classe, ce qui arrivait particulièrement souvent avec Emmanuel.

La difficulté principale se posait lorsque Richard et Samuel m’échappaient et déboulaient tous les quart d’heures dans leur classe en hurlant comme des paras commando… car ils avaient décidé d’aller à la toilette des bébés. D’abord, je pensais à la nervosité. Ensuite, je soupçonnais qu’ils se fichaient de nous. Je contrôlais donc personnellement s’ils produisaient quelque chose et je vu avec horreur que leur derrière était rouge vif et qu’à chaque foi ils faisaient une crotte. Une chose tout à fait anormal qui démontre un fort désordre digestif, entre l’allergie et l’empoisonnement alimentaire.

- Pourquoi ? me demandaient-ils tous en cœur.

- Parce que si vous buvez le coca-cola, vos cheveux vont se raidir tout droit sur vos têtes et vos parents ne vont pas vous reconnaître, ce qui les fâchera beaucoup. En plus, vous êtes assez nerveux comme ça, alors pas de coca-cola. J’ai dit : un point c’est tout !

-Oooooooh ! dirent-ils tous en cœur très déçus et j’étais assez fière de voir que ma fermeté semblait avoir eut un impacte sur eux.

A l'heure de la sieste, il apparut que le seul moyen de les tenir tranquille, était de m’asseoir sur leur derrière en leur disant que je n’en bougerais pas tant qu’il ne resterait pas tranquille et que vu mon mètre quatre-vingt et mon poids, ils comprendraient très rapidement qui d’entre eu où moi était la plus forte. Junior s’endormait comme un petit ange ; Emmanuel me caressait longuement les cheveux avant de s’assoupir aussi ; Richard semblait me trouver les lèvres trop minces : il me les pinçait de ses doigts pour me les faire épaissir et il me les embrassait vivement puis il fermait les yeux et s’endormait à son tour. Samuel commençait par me répéter avec un mélange d’arrogance et d’humour :

- Je suis plus fort que toi.

- Tu vas te retrouver écrasé sous mon poids. Alors qui est la plus forte ?

- C’est moi.

- Tu sais combien je pèse ?

- Je suis le plus fort.

- Et moi je suis très lourde. Tu crois que tu vas tenir longtemps ?

- Je suis le plus fort. Heu… En fait non : C’est toi la plus forte. Mais vient dormir dans mes bras.

Je m’étendais à côté de lui et il se mit à m’embraser sans cesse et entre chaque baisé ; une déclaration d’amour. Il me dit que mon nez serait plus joli s’il était un peu plus épaté, il me demandait pourquoi mes cheveux était tout doux et il s’endormait en dernier.

Ce soir là, l’école était dans le même état que la veille et la gouvernante arrivait toute souriante comme la veille. Je lui parlais du problème digestif et demandait qu’ils aillent d’urgence voir un médecin. Elle cherchait à dire qu’ils jouaient avec mes pieds, et je lui demandais de ne pas jouer avec mes nerfs : il devaient d’urgence voir un médecin.

A peine trois quarts d’heure après leur départ, Mr Oni débarquait à l’école. Je comprenais immédiatement que la gouvernante avait été lui faire un rapport et je trouvais curieux le rôle de cet homme d’affaire au sein de cette famille ; de cet homme occupé, qui se donne la peine d’inscrire les enfants d’un autre dans une école et se dérange personnellement pour des questions de colique. Comment et pourquoi une gouvernante aurait donc bien pu songer à parler de coliques d’enfants à tout autre personne que leurs parents ? J’étais trop fatiguée pour y réfléchir et lui expliquais à l’influence des hypersensibilité et allergies alimentaires sur la nervosité des enfants et lui demandais de faire effectuer les tests. Il sembal  intéressé et grave et me dit qu’il demanderait au Docteur Mulongo de les faire effectuer. Il me versa cash le montant de la caution et me promettait les frais de scolarité sous peu. Il téléphona au père et me le passa :

- Que Dieu vous bénisse, Princesse. Merci de ce que vous faites pour mes enfants. Que Dieu vous bénisse, merci. Que Dieu vous bénisse. Merci.

Je ne pu pas lui dire grand chose car il me coupait sans cesse en me disant "Que Dieu vous bénisse". Je me sentais tout de même soulagée par toutes ces bénédictions et Oni s’en alla.

Jeudi à onze heures l’enfer vint, à présent fidèle au rendez-vous. Les enfants étaient déchaînés mais plus rien ne m’étonnait. La gouvernante eut le culot de me demander si je leur avais donné à manger. J’étais scandalisée et lui répondais furieusement que nous avions essayé de leur donner à manger mais qu’ils refusaient d’avaler quoique de soit et lui rappelais de manière glaciale que les enfants n’avaient pas suffisamment de goûter dans leurs cartables. Elle bafouillait qu'ils avaient prétendus ne rien avoir reçu à manger et le père s’était énervé car il avait payé les repas, ce que je ne pouvais pas croire.

Ce jour là, j’essayais de les faire peindre mais ils n’arrivaient pas à faire plus que de noircir leur feuille d’une montagne de peinture. Alors qu’ils se battaient une foi de plus, je fus frappée de me rendre compte qu’ils n’avaient jamais touché, où ne fus-ce que bousculé un autre enfant, même par accident ; ce qui devait relever de contrôle très étonnant de leurs dérapages.

Ils avaient fait le tour de tous mes jeux et de toutes mes distractions, ce qui eut pour effet de les voir en inventer. Richard alignait tous les animaux en peluches et les poupées, il prenait une latte en métal et les frappait avec une violence extrême en criant sans cesse : « je vais vous tuer, je vais vous battre, dormez ! Je vais vous tuer, je vais vous tuer…» Il jouait à ce jeu pendant des heures d’affilées, à m’en mettre si mal à l’aise que je lui ôtais la latte des mains et il trouvait aussitôt un autre objet long et mince qui puisse le servir de bâton et il recommençait à battre toute la ménagerie en criant : « Je vais vous tuer, je vais vous battre, dormez, dormez. »

Samuel décida très rapidement qu’il voulait m’épouser et me suivait sans laisser plus de dix centimètre me séparer de lui. Il me suivait pas à pas, sans quitter mes pieds du regard et tournait au moindre de mes mouvements avec une telle rapidité qu’il semblait avoir le don de connaître mes gestes avant que je ne les exécute. Je pouvais me retourner sans crainte qu’il ne tombe car Samuel était mon ombre. A un moment donné, mon ombre me quitte et je crois avoir cinq minutes de répit lorsque je surprend mes quatre diables en train accumuler chaises et tabourets pour atteindre leur coca-cola. Alors que j’intervenais vivement, Richard, Emmanuel et Junior montaient sur une table et s’élançaient dans le vide pour m’atterrir sur le dos l’un après l’autre et Samuel me dit en riant et en secouant la bouteille :

- C’est un mensonge, c’est un mensonge : nos cheveux ne vont pas se dresser sur la tête et nos parents nous reconnaîtrons.

- Vous êtes assez infernaux comme ça ; vous n’aurez pas de coca-cola. Vous aurez de l’eau ou du lait.

Samuel ouvrait la bouteille bien secouée ; ce qui fit une explosion de bulles collantes dans toute la cuisine. Je me débattais pour me libérer d’Emmanuel et de Junior qui étaient accrochés à mon cou, et de Richard qui à ce moment là était allongé au sol, les bras entourant fermement mes jambes de telle manière à ce que je ne puisse bouger. Je luttais, attrapais enfin la bouteille, bien décidée à ce que ce coca-cola fille tout droit dans la toilette.

"Elle va nous voler notre coca-cola", s'écriait  Emmanuel, ce qui fut suivi d’une débandade vers la salle de bain. Lorsque j’atteignais les lieux : il était assis sur la toilette avec Junior alors que Richard et Samuel étaient assis dans le lavabo, tous complètement hilares. Je vidais donc le coca-cola dans la baignoire. Les quatre cherchaient à m’en empêcher puis sautaient dedans pour y lécher les parois. Le spectacle de ces quatre derrières en l’air rendait à l’évidence que "Denis La Malice" et "Les Pieds Nickelés" sont synonymes d’ennui personnifié à côté d’eux.

Je connais le racisme pour l'avoir vu durant mes quinze ans de carrière. Autant ils se seraient sentis flattés de voir leurs enfants avec un Onassis ou un Rockefeller, voire un petit-fils d’un dictateur à la Mobutu, mais ils n’appréciaient ces illustres inconnus. Ca me mettait en rage et quand je suis en rage, je ne sais pas de quoi j’ai l’air, mais tout ce que je sais c’est que ça glace le sang de la personne qui fini par en pincer les lèvres nerveusement en fuyant mon regard.

Emmanuel et Junior s’étaient parfaitement adaptés à leur classe et les grands étaient séparés des autres. Alix et Marty me secondaient admirablement mais elle avaient toutes deux refusé d’effectuer davantage d’heures. J’étais épuisée et donnais une vingtaine de coups de téléphone pour appeler à l’aide et trouver quelqu’un qui pourrait me seconder. La besogne était trop lourde. Ma tête explosait et j’étais incapable d’effectuer la moindre tâche administrative et, bien qu'un rôle de directrice est d’un ennui total, il y avait tout de même un minimum auquel je ne pouvais pas échapper sans m’attirer des ennuis.

Le seul moyen de les voir supportables était de leur mettre à haut niveau une musique rockante et ils dansaient si magnifiquement que s’en était un plaisir. Même Junior, le rythme dans le sang, se mouvait comme un petit dieu. Il faut les voir pour comprendre que les blancs dansent mal. Je leur demandais d’apprendre à leurs amis mais ils préféraient se déchaîner tant et si bien qu’ils eurent vite trop chaud. Tous se déshabillaient alors et il n’y avait pas moyen de les rattraper pour les faire se rhabiller. Je ne pouvais m’empêcher de rire du spectacle de mes quatre petits africains à moitié nus qui dansaient comme des fous en plein mois de novembre dans une école normalement peuplée de bourgeois nantis qui n’y avaient jamais vus qu’une joie de vivre calme et sans histoire.

Le soir, on me demanda de les ramener. J’étais si intriguée de savoir où cette famille habitait que j’acceptais. Les enfants étaient ravis de monter dans ma voiture et je n’avais pas prévu une grève qui paralysait la ville. C’était une chance, d’ailleurs car nous roulions au pas. A peine leurs ceintures de sécurité attachées, ils les détachaient ; sautaient d’un fauteuil à l’autre en se battant ; trouvaient des bâtons et faisaient un match d’escrime ; ils trouvaient une canette d’orangeade qui traînait par malheur et l’ouvraient après l’avoir secouée. Ils jouaient avec les plafonniers et crachaient sur les vitres en y faisant des dessins. Au bout d’une heure, ils s’endormaient comme des anges et nous arrivions chez eux. La gouvernante m’apportait un billet et les repris tout assagis.

Mes réflexions allaient bon train : pourquoi ces gens sont-ils venus vivre à Bruxelles dans un HLM devant le métro alors qu’ils ont les moyens de payer nos frais de scolarité ; pourquoi se trouvent-ils dans un tout petit appartement alors qu’ils ont certainement de gros moyens et qu’ils quittent un luxe important en Afrique ; comment ont-ils la force de survivre à l’enfer de ces quatre enfants fous dans un lieu aussi exigu. Il me sembla qu'un pareil sacrifice ne pouvait s’expliquer que par une volonté surhumaine de sauver les enfants mais il y a quelque chose qui cloche avec Mr Oni. Comment a-t-il pu si mal les conseiller pour le logement, lui qui a une agence immobilière, lui qui de toute évidence, vit en Belgique depuis des années. J’imaginais alors que de plus modeste condition, il était peut-être incapable de se rendre compte de ce dont les gens habitués au luxe ont besoin. Réflexion stupide peut-être, mais à ne pas juger sans savoir ce qu’est d’être passé à la moulinette par ces enfants.

15:10 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'enfer est à votre porte

Image Hosted by ImageShack.us


Le débarquement


Ahmed, qui avait quitté le service de mes parents vingt-cinq ans plus tôt, passait à l’école avec un ami nigérian, un homme posé d’une cinquantaine d’année et de grande stature. Il porte un blouson de cuir noir sans élégance. Il n’est pas soigné comme le sont les gens fortunés mais il est calme et réfléchi. Le manège de notre ancien domestique me surprenait du fait qu’il se tenait en retrait, plus respectueux que d’habitude alors que, depuis plusieurs années, il se plait à jouer un rôle d’ami intime de la famille. Il me présenta à Monsieur Oni. L’homme parlait doucement :

- Je cherche une place pour les trois fils de mon associé. Ils sont âgés de deux, trois et quatre ans. Ils viennent d’arriver à Bruxelles où la famille s'installe. Le père a acheté une immense maison à Saint Gilles, très près d’ici mais pour le moment, ils habitent un flat à place de l’Alma ; le temps que les travaux soient effectués et qu'ils puissent y déménager. C’est très loin mais ils pourront s’installer dans leur maison dans trois mois et la distance ne posera plus de problème. Les enfants débarquent d’Afrique où ils étaient habitués à un immense jardin. Ils explosent dans ce petit flat. Ils ont besoin de bouger, de courrir. Je me charge de les légaliser, mais ce n’est pas facile. Le fait que leur légalisation n’est pas complète représente-t-il un problème pour l’école ?

L’Anglo-French Kindergarten était la première Baby School européenne, une toute petite école privé de deux classes, l’une pour les cadet de dix mois à trois ans, et l’autre pour les seniors de trois à six ans. Toutes les écoles privées acceptent ce genre de situation, du fait que la majorité des parents d’élèves viennent s’installer à Bruxelles et il leur faut le temps de mettre leurs papiers en ordre. Je posais les questions et donnait les conseils d’usages, insistant sur les obligations d'assurance maladie, de médecin traitant. Ils étaient bien en main avec le Docteur Mulongo, professeur à l’UCL et amis de Oni à lui, m'expliquait-il. Je lui remis nos frais de scolarité et offrais une déduction, vu le nombre d’enfants.

Il s’en allait, je croyais pour toujours et ce, en raison de l’importance du budget que représente 3 inscriptions, mais il revint peu après, me demandant pour le père des enfants, si nous pouvions prendre Samuel, âgé de sept ans, le temps de lui trouver une école. Il était convainquant :

- Nous sommes conscients que le changement de continent va affecter leurs études la première année. Ca nous est égal s’il perd une année. Nous voulons une école anglophone… la meilleure. Déjà le changement de continent, de climat, de culture. Nous ne voulons pas changer de langue, ni les mettre n’importe où. Nous souhaitons visiter les différentes écoles, ça prend du temps. S’il ne vient pas chez vous, il restera à la maison. Ce n’est pas bon pour un si jeune enfant. Ne pourriez-vous pas l’accepter juste le temps de faire le choix.

J’acceptais et Mr Oni revint le mardi à deux heures de l’après-midi avec les bulletins d’inscription pour Samuel, Richard, Emmanuel et Junior. Tout était convenu. La gouvernante et le chauffeur les emmèneraient avec leurs repas, reviendraient le rechercher au soir et ils resteraient à temps plein, garderie comprise.

 

Nos quatre nouveaux sont d’immenses bébés, battis comme des athlètes, à l’allure mi-ange mi-homme. Les trois cadets se ruaient sur les jouets. L’aîné était figé, les yeux baissés et je lui demandais : Tu es Samuel ? Il baissait les yeux d’avantage et me répondait par un sourire. Je regardais avec une certaine fascination ces quatre frères et leurs bulletins d’inscription. Vu la différence d’âge entre le premier et les trois derniers ; il sembla que les parents avaient perdu un enfant entre Richard et Samuel, mais quel privilège d’avoir de si beaux fils.

A peine Oni quitta l’école, Samuel se transforma en bombe vivante. En cinq minutes, tout le matériel pédagogique retrouva éparpillés dans la classe ; Richard grimpa sur l’étagère comme si ce fut une échelle, menaçant de tomber ; Samuel pris le plateau des petits chevaux géants entre ses mains. Il l’observa, en cassait l’encadrement, puis essaya de le remettre en place en le cognant répétitivement avec une force si inouïe que l’objet se retrouvait en morceaux. Les jeux semblaient voler à travers de la pièce comme dans un film d’épouvante. Ils n’arrêtaient pas de rire ; ils riaient plus qu’ils ne parlaient, et à chaque objet cassé, à chaque nounours qui tournait en l’air ; leurs rires doublaient d’intensité. Quand ils ne riaient pas, ils hurlaient et les décibels fusèrent dans une cacophonie inimaginable. Des scènes indescriptibles : Emmanuel frôla Junior, qui lui reçoit une voiture sur la tête et tous deux, une main sur la hanche, l’autre s’appuyant contre le mur, se tiennent debout, la bouche grande ouverte, à hurler pendant une éternité. J’étais tellement sidérée du spectacle que je n’en croyais pas mes yeux ; je barricadais la petite famille des autres enfants et décidais de m’en occuper personnellement.

A cinq heures, une mama congolaise sonnait à la porte. Elle était habillée de manière occidentale avec une certaine élégance et s’exprimait en français comme celui des africains qui ont vécus toute leur vie à Bruxelles :

- Coucou, comment ça va ? Je suis la gouvernante de Samuel, Richard, Emmanuel et Junior et je viens les chercher. Ca a été ?

- Vous avez vu l’état de l’école ?

- Oui. Ils sont terribles, ces petits diablotins. Ils arrivent d’Afrique et ils ont l’habitude des grands espaces. Nous sommes pour le moment dans un flat et ils explosent, évidemment. Les parents travaillent sans cesse nuit et jours. Les enfants se battent tout le temps, le téléphone sonne, c’est intenable. En tout cas, vous me sauvez la vie car j’ai cru que je ne pourrais pas continuer. Ils sont increvables !

Elle semblait s’intéresser à eux et vouloir les aider. Je lui dis que nous allions essayer de les sociabiliser et lui demandais d’emmener snacks, desserts et goûters. Nous entamions un chassé-croisé durant trois quart d’heure pour les attraper et les apprêter à quitter l’école. A chaque fois que nous avions réussi à mettre le manteau de l’un, le deuxième avait enlevé ses souliers et les avaient envoyés à travers la pièce. Le troisième se déculottait pour aller à la toilette, pendant que le quatrième qui s’était caché sous un lit de bébé et il fallait l’en sortir de force. A ce moment précis ; le premier avait enlevé son manteau, le deuxième s’était déculotté pour aller à la toilette, le troisième se baladait tout nu et le quatrième hurlait « Au secours » afin de nous interdire de lui mettre son manteau et la ritournelle recommençait.

Ils pleuraient et riaient en me demandant de pouvoir loger à l'école avec moi. Ils m’embrassaient sans cesse, si immenses et massifs que leurs étreintes semblaient avoir brisé mon dos mille fois. Dehors, ils se mirent à danser au milieu de la rue. Les automobilistes s’arrêtaient d’un seul bloc en klaxonnant furieusement et cherchant du regard quel était l’imbécile qui laissait de si jeunes enfants en pareil danger. Lorsqu’ils furent enfin embarqués dans la voiture ; une Space Wagon simple et sans prétention mais suffisamment grande pour y contenir la tribu, le chauffeur blanc démarrait et je montais chez moi.

Je remerciais le ciel d’avoir un appartement juste au dessus de l’école car je n’aurais pas été capable de faire trois pas dans la rue. Je m’effondrais dans mon fauteuil et en mes mains tremblantes, une décoction composée d’une demi-douzaine d’aspirines et d’eau. Deux heures plus tard, je retournais à ma pauvre classe sans dessus dessous et pris un balai pour faire une montagne d’objets cassés et livres déchirés. Je passais la soirée dans un état de choc. Je ne savais pas quoi penser. Ma tête était encore toute de migraine. La seule chose que je savais était qu’il me faudrait sauver à tout prix.

Au petit matin, Habiba ma femme de ménage, arrivait affolée dans ma chambre et me demandait ce qui s’était passé. Je lui en racontais quelques bribes et elle passait le reste de ses deux heures à dire : « oh mon Dieu ! », et parvenait a remettre la classe en état avant l’ouverture de l’école.

A l’accueil, les parents amenaient leurs enfants et ceux qui avaient vu l’invasion de la veille firent des commentaires ironiques, me demandant si j’y arriverais, ce coup-ci ? J’avais en effet la réputation de pouvoir résoudre les situations les plus infernales, mais personne ne pouvait imaginer à ce que je puisse surmonter celle-là.

A onze heures, la sonnette retentit : Allo. L’enfer est à votre porte, me dit la gouvernante, pendant que je lui ouvrais.

Les enfants se ruaient dans l’école sous le regard incrédule de mes profs ; Marty, Alix et de leurs petits élèves. Samuel, Richard, Emmanuel et Junior, tels de véritables petits fauves à visages humains, détallaient dans tous les sens, allant se cacher dans les endroits les plus exigus, comme des petits animaux sauvages. Tshibuabua, la gouvernante m’apportait les snacks et, une bouteille de coca-cola, ce qui me mit en colère.

- Vous ne croyez pas qu’ils sont assez nerveux comme ça . C’est du coca-cola avec caféine. La caféine, c’est la substance dans le café qui vous réveille. Ces enfants ne sont-il pas assez réveillés et nerveux tels qu’ils sont là ?

- Oh excusez-moi. C’est un accident et ça ne se reproduira pas, dit-elle en s’en allant et oubliant de reprendre la bouteille.

14:48 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'enfer est à votre porte

Image Hosted by ImageShack.us


L’enfer est à votre porte

Par Jacqueline de Croÿ

 

Introduction


Ce livre est le témoignage de six petits princes Yoruba, âgés entre deux et neuf ans et qui mena aux entrailles du réseau pédocriminel nigérian de Bruxelles. Un récit à travers leurs mots, leur culture, leurs troubles du comportement et leur humour qui nous laisse entre le rire et les larmes. Il s’y trouve tous les pièges et phénomènes qui empêchent l’enfant abusé de s’exprimer, et l’adulte de le comprendre. Les gestes et paroles qui soignent ; comment faire parler un enfant en détresse ; comment lui apprendre à se défendre.

L'enfer est à votre porte est aussi le récit d’une lutte sans merci contre la mafia nigériane, d’un harcèlement constant épaulé par la corruption de la police et de l’administration. Une histoire qui explique la manière dont s’implante un réseau pédocriminel qui regroupe 18 pays au moins ; comment il se finance ; comment sont recrutés les enfants et pourquoi ; comment ils sont préparés à cet avenir monstrueux et comment ils se retrouvent dans nos bordels.

Enfin, c’est le récit des conséquences criminelles de la désinformation de la presse ; du racisme socialement accepté ; du profit de la détresse humaine ; du système généralisé de « non-assistance à personnes en danger » ; des incompétences des responsables de la justice, l’indifférence des responsables politiques et communaux, qui dans leur ensemble, huilent l’engrenage des réseaux.

L'affaire a été classée sans suite faute d'élément, donc toutes ces personnes sont innocentes.

14:01 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'affaire Gohar

 

Gohar

Entraînée par des parents adoptifs qui la forment en l’abusant, la petite Malorie Lefèvre découvre le cauchemar de la prostitution à l’âge de 11 ans. Tenue par chantage, elle n’a pas pu s’échapper en devenant adulte.

Elle venait d’avoir une petite fille quand elle rencontrait Gohar et ils se mirent en ménage. Lorsqu’elle vu son enfant de neuf ans abusée par ses parents, elle se confiait à son compagnon pour la première foi. Il l’aidait à porter plainte avec preuves à l’appui pour pédophilie, proxénétisme, faux, usages de faux et escroquerie.

Ils ignoraient la procédure habituelle en Belgique pour les personnes qui dénoncent un réseau pédocriminel. En lieu et place de mettre les proxénètes sous les verrous, les services de la justice enlevèrent la petite fille et engageaient une procédure pour faire placer l’enfant qu’elle portait, lui faisant miroiter la fin de ses soucis à la condition qu’elle annule ses plaintes.

Ils furent persécutés, harcelés et menacés durant un an et demi, allant jusqu’à favoriser les contacts entre la petite fille et les grands parents – alors qu’ils étaient accusés d’inceste et de pédophilie.

Le couple décidait de protéger leurs enfants et se réfugier à Alexandrie, la terre natale de Gohar. L’enfant était sous la tutelle de l’état et ils étaient arrêtés à l’aéroport de Zurich, avec le choix de partir en abandonnant leur fille, ce qui était impossible. Mahorie revenait avec sa fille en Belgique, pendant que son compagnon rejoignait sa famille égyptienne pour protéger son fils alors âgé de quatre mois et demi.

De retour à Bruxelles, Mahorie est incarcérée, entre la prison et les hôpitaux psychiatriques durant six mois. La petite fille fut confiée à la garde de ses grands-parents accusés d’abus sexuels et de proxénétisme.

Involved by adoptive parents who trained her as they abused her, little Malorie Lefèvre discovered the nightmare of prostitution at the 11 years age. Severely blackmailed, she was in no situation to escape while becoming adult.

She had just had a little girl, when she met Gohar and they started to live together. When she saw her nine year old child abused by her parents, she entrusted to her companion for the first time. He helped her to carry a formal complaint with evidence for child abuse, procuring, forgery, uses of forgery and swindle.

They were unaware of the usual procedure in Belgium for the people who report a paedophile network. Instead of putting the procurers under the bolts, the services of justice removed the small girl and initiated a procedure to take away the child whom she carried, making her gleam the end of her problems, at the condition she would cancel her complaints.

They were persecuted, badgered and threatened, During a year and half, up to support contacts between the little girl and the grand-parents - whereas they were shown of incest and paedophilia.

The couple decided then to protect their children and to take refuge in Alexandria, the native soil of Gohar. The child was under the custody of the state and they were arrested at the airport of Zurich, offered the choice of leaving and giving up their daughter, which was impossible. Mahorie came back with her daughter in Belgium, while her companion joined his Egyptian family to protect his son then aged four months old and half.

Back in Brussels, Mahorie is locked, between the psychiatric hospital and prison during six months. The little girl was given to the custody of the grand-parents who are accused of child prostitution and sexual abuse.

13:54 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Nieuwsgroep Werkgroep Morkhoven

 

PROCES TEGEN MORKHOVEN-ACTIEVOERDER MARCEL VERVLOESEM DIENT OM KINDERPORNOZAKEN IN DE DOOFPOT TE STEKEN

Image Hosted by ImageShack.us
Turnhout, 18.10.2006


Nederlands Français + English

Het Herentalse Sp.a-bestuurslid Victor V. die Marcel Vervloesem in 1998 van 'verkrachting' en 'foltering' beschuldigde, komt voor in een 30-tal processen-verbaals van zedenfeiten met minderjarigen...

Toen Marcel Vervloesem de cd-roms van het kinderpornonetwerk te Zandvoort in handen kreeg (1998) beweerde het Herentalse Sp.a-bestuurslid Victor V. met een tiental criminelen dat zij tussen de 20 en 30 jaren geleden door M. Vervloesem 'gefolterd' en 'verkracht' werden. VTM, Gazet van Antwerpen, Het Laatste Nieuws, De Standaard, Het Nieuwsblad en Het Volk namen de beweringen serieus en spraken bijna 9 jaar lang over de 'zelfverklaarde pedofielenjager die een kindermisbruiker' was. Op 9.2.2005, na 7 jaar 'onderzoek' dus, vroeg de Turnhoutse strafrechter F. Caers om Victor V. en de criminelen die wegens diefstallen, inbraken en gewapende roofovervallen achter de tralies zaten, voor een leugendetectortest op te roepen. Het Sp.a-bestuur van Herentals benoemde Victor V. die toen juist door een minderjarige voor zedenfeiten werd aangeklaagd, snel tot bestuurslid van het OCMW te Herentals. Onmiddellijk daarop, op 15.4.2005, beweerden drie 13-jarigen die deel uitmaken van de bende rond Victor V. en waarvan er twee wegens een gewapende overval in een gesloten jeugdinstelling zitten, dat Marcel hem 'gefolterd' had en 'allerlei voorwerpen in hun piemel had gestoken'. Marcel werd zonder verweer aangehouden en in de gevangenis opgesloten alwaar hij direct in hongerstaking ging. In de daarop volgende Herentalse gemeenteraadsziting, kwam het 'negatieve imago van Marcel Vervloesem voor Herentals en omstreken' ter sprake. Jan Peeters (burgemeester van Herentals, Sp.a-kamerlid,) die Victor V. actief steunt, riep via de lokale radio en TV zelfs op om Werkgroep Morkhoven van het Internet te halen.

Op 31.5.2005 sprak het Hof van Beroep te Antwerpen Marcel die door zijn hart- en suikerziekte + hongerstaking in coma geraakte, weer vrij.
Victor V. werd nooit voor de leugendetectortest opgeroepen. Op 23.11.2006 nam de Werkgroep Morkhoven in een Open Brief aan de Antwerpse procureur-generaal Dekkers een 30-tal processen-verbaals (die in het gerechtelijk dossier ontbreken) op waarin staat hoe Victor V. zedenfeiten met minderjarigen pleegde. Gerecht, pers en Sp.a die de kinderpornozaak Zandvoort doodzwijgen, bleven muisstil...


http://doofpot-justitie.skynetblogs.be
http://groups.msn.com/ReginaLouf/_whatsnew.msnw
http://fr.groups.yahoo.com/group/PEDOCRIMINALITE
http://www.kindergarten.be
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/abductioninfiuggi
http://groups.msn.com/SOSBAMBINIbelgica
http://groups.msn.com/FauvageScandals
www.zoeklicht.org
http://groups.msn.com/OCMWHerentals

FORUM: http://groups.msn.com/ISSAKABA
CONTACT: VZW Werkgroep Morkhoven, Faiderstraat 10, 1060 Sint-Gillis
werkgroep_morkhoven@hotmail.com - 02 537 49 97
http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba



Image Hosted by ImageShack.us

Victor V. (foto), is het Herentalse Sp.a bestuurslid dat door de Herentalse burgemeester Jan Peeters (Sp.a) wordt gesteund en die dank zij Jan Peeters en het Herentalse Sp.a-bestuur vorig jaar tot bestuurslid van het Herentalse Openbare Centrum voor Maatschappelijk Werk (OCMW) werd benoemd waar hij als lid van het Bijzonder Comité mee in jeugdzaken beslist.

Victor V. werd tot OCMW-raadslid benoemd nadat een minderjarige een klacht wegens zedenfeiten indiende en de Turnhoutse strafrechter François Caers de opdracht gaf om hem mede voor een leugendetector-test in verband met zijn klachten tegen M.V. op te roepen.

In een 30-tal processen-verbaals van de Open Brief die de Werkgroep Morkhoven op 23.10.2006 aan de Antwerpse procureur-generaal Christine Dekkers overmaakte, staat beschreven hoe Victor V. zedenfeiten met minderjarigen pleegde.

De pers die M.V. 9 jaar lang als 'kindermisbruiker' door het slijk haalde, verzwijgt de zaak en de Procureur des Konings weigert commentaar te geven...


Image Hosted by ImageShack.us


1) Prinses Jacqueline de Croÿ betuigt op 9.10.2003 openlijk haar steun aan de Werkgroep Morkhoven. Op 16.10.03 verwijdert de Canadese provider 'Bravenet' na een klacht van een zekere Charly N., haar website met 5.000 bezoekers wegens het zogezegd 'bespotten van de Belgische Staatsveiligheid' van het Internet.

2) De Turnhoutse Procureur des Konings H. Jansens blijft zwijgen over de stand van zaken in het 'onderzoek' naar de kinderpornozaak Zandvoort en laat justitieminister Onkelinx weten dat het een 'individueel dossier betreft'. Onkelinx neemt genoegen met die uitleg. Jansens belooft in een interview van 2.10.2003 met een journalist van Het Laatste Nieuws dat hij een onderzoek zal laten instellen naar de franse magistraat op de cd-roms Zandvoort alhoewel hij eraan toevoegt dat het 'zeker geen magistraat kan zijn'. Georges Zicot, de gerechtelijke inspecteur die in de zaak Dutroux in de beklaagdenbank stond, stuurt een document naar het parket van Turnhout waaruit moet blijken dat de franse magistraat een zekere Marcel Danze uit het misdaadmilieu van Charleroi is. Danze blijkt een oude vijand van Zicot te zijn en de verklaring van Zicot blijkt vals te zijn geweest. Er komt geen onderzoek naar de franse magistraat.

3) April 2005: Morkhoven-actievoerder Marcel Vervloesem (M.V.) wordt, nadat een minderjarige een klacht wegens zedenfeiten tegen Victor V. indiende en nadat de Turnhoutse strafrechter François Caers opdracht gaf om hem en al zijn aanklagers voor een leugendetector-test op te roepen, plotseling opnieuw voor 'folteringen en verkrachtingen' aangeklaagd door enkele minderjarige criminelen waarvan er twee wegens een gewapende roofoverval en drugshandel in een gesloten instelling verblijven. Zoals in 1998 maakt de Vlaamse pers een enorm kabaal rond de zaak. M.V. wordt een onverbeterlijke kindermisbruiker genoemd die gebruik maakt van 'weerloze slachtoffers' en dus zwaar gestraft moet worden. De Procureur des Konings te Turnhout beveelt de onmiddellijke aanhouding van M.V. die door een indrukwekkende politiemacht uit zijn huis wordt gehaald en in de gevangenis van Turnhout wordt opgesloten. Alhoewel M.V. aan een hart- en suikerziekte lijdt, begint hij onmiddellijk met een hongerstaking die een maand lang zal duren. Nadat M.V. noodgedwongen naar de ziekenafdeling van de gevangenis van Brugge is overgebracht en hij daar enkele keren in coma geraakt, geeft Het Hof van Beroep te Antwerpen de opdracht om hem vrij te laten. Het parket van Turnhout roept de uitgeputte M.V. onmiddellijk op voor een leugendetector-test. Die wijst uit dat hij de waarheid sprak. De Turnhoutse openbare aanklager P. Vander Flaas roept, na protest van de Werkgroep Morkhoven, ook één enkele aanklager voor de leugendetector-test op die de test resoluut weigert.

4) Vlak voor de correctionele zitting van 9.2.2005, worden M. V. en 2 Morkhoven-sympathisanten door de Herentalse politie op een intimiderende wijze ondervraagd inzake een affiche- en pamflettenactie. Welgeteld 4 weken voor de zitting van 14.9.05 vernemen zij dat zij voor het 'verspreiden van afbeeldingen met een kinderpornografische aard' voor de strafrechtbank moeten verschijnen.

5) Het parket van Turnhout blijft de computer van de Werkgroep Morkhoven in haar bezit houden terwijl het Hof van Beroep te Antwerpen 1,5 jaar voordien verklaarde dat 'er geen bezwarende elementen op werden gevonden'.

6) Op 15.9.05 krijgt M.V. zijn 3de huiszoeking in bijna evenveel maanden tijd. Die gebeurt weer zonder huiszoekingsbevel en wordt uitgevoerd door een Herentalse politieagent waarrond het Comité P een zogenaamd onderzoek voert.

7) 27.11.05: de Herentalse politie, zogezegd op zoek naar de 14-jarige Ruben die M.V. in april 2005 opnieuw voor 'folteringen en verkrachtingen' aankloeg, doet een nieuwe huiszoeking bij M.V.

8) De Socialistische Mutualiteit wil de invaliditeitsuitkering van M.V. verlagen. De wijkagent had immers 'per vergissing' aangegeven dat M.V. met iemand samenwoonde'.

9) M.V. krijgt, na een anonieme brief, de inspectie van de Geelse Woonmaatschappij op bezoek die wil controleren of hij zijn woning wel netjes houdt.

10) 15.2.2006: het parket van Turnhout besluit om M.V. voor een tweede maal psychiatrisch te laten onderzoeken.

11)Tal van voor M.V. ontlastende documenten blijken niet in het gerechtelijk dossier te zitten.

12) De Sp.a en het parket van Turnhout blijven het onderzoek naar de kinderpornozaak Zandvoort boycotten. De Werkgroep Morkhoven krijgt dagelijks af te rekenen met Internetproblemen, geblokkeerde emails, problemen met publicaties + foto's...

13) Victor V., staat met Sp.a-kamerlid Jan Peeters die hem in 2005 mee tot bestuurslid van het OCMW te Herentals benoemde, op de Sp.a-kieslijst Herentals.

14) Mei 2006: M.V. krijgt 2 x de federale politie aan huis. Die vragen hem om zijn 'visie' inzake de kinderpornozaak Zandvoort en willen hem akkoord doen gaan met een 'principiële straf' alvorens het gerechtelijk 'onderzoek' in zijn zaak is afgesloten. Procureur Vander Flaas vraagt om een psychiatrisch onderzoek van de Morkhoven-sympathisant die mee de affiches en pamfletten verspreidde.

15) 12.10.06: Er is een nieuwe aflevering van het proces tegen M.V. op komst. De E-mails van de Werkgroep Morkhoven en de Stichting Prinses de Croÿ worden dus opnieuw geblokkeerd.

16) 18.10.2006: Het rapport van Dr. Cosyns verklaart M.V. schuldig aan 'kindermisbruik' terwijl in het rapport staat dat het psychiatrisch rapport 'niet bedoeld is om zich over de schuld van M.V. uit te spreken'. Het rapport van psychiater Cosyns wordt misbruikt. Procureur Van der Flaasch haalt één enkel zinnetje uit het rapport dat vol tegenstrijdigheden staat en 38 bladzijden telt. Ivo Meulemans van het Nieuwsblad/Het Volk/De Gentenaar schrijft dat M.V. een 'gestoorde' is.

17) 21.10.2006: De Werkgroep Morkhoven publiceert een Open Brief aan procureur-generaal Dekkers met de 30-tal PV's waarin staat hoe Victor V. zedenfeiten met minderjarigen pleegde. De brief wordt op 23.10.2006 voor ontvangst op het bureau van de procureur-generaal afgestempeld. Gerecht en pers die bij het elk verhaal over M.V. moord en brand schreeuwen, blijven muisstil.

18) 13.11.2006: Er is weer een nieuwe aflevering van het 9 jaren durenden proces tegen M.V. in aantocht. Foto's en berichten verdwijnen, E-mails worden geblokkeerd enz.

19) 15.11.06: Zoals te verwachten was, rekent het gerecht van Turnhout in haar eindvonnis af met M.V. maar zwijgt zij over de kinderpornozaak Zandvoort en de zedenzaak Victor V. De klachten van Victor V. en zijn companen waarvoor M.V. gedurende 9 jaren als 'kindermisbruiker' door het slijk werd gesleurd, worden onbetrouwbaar geacht. M.V. wordt in deze zaken vrijgesproken terwijl Het Nieuwsblad en Het Laatste Nieuws schrijven dat 'kindermisbruiker Marcel Vervloesem 5 jaar cel krijgt'.

20) 17.11.2006: De Gazet van Antwerpen die M.V. een 'laffe kindermisbruiker' noemt, interviewt L. Kiekens als 'slachtoffer van Marcel Vervloesem' en laat hem een oproep doen tot 'andere slachtoffers van Marcel Vervloesem' terwijl M.V. voor de klachten van L. Kiekens op 15.11.2006 werd vrijgesproken.

21) 8.11.2006: Er is nog altijd geen nieuws over de zedenzaak Victor V. maar er worden wél 260 dossierstukken inzake kinderpornonetwerken op de nieuwsgroep van Prinses de Croÿ vernietigd.

22) 9.11.2006: Berichten op Issakaba plaatsen gaat niet meer.

23) RTBF-journalist José Dessart vraagt Prinses de Croÿ om een bladzijde uit zijn omzendbrief waarin hij protesteerde tegen het feit dat M.V. veroordeeld werd voor het 'bezit van kinderporno', van de nieuwsgroep te verwijderen. De cd-roms Zandvoort bevatten -volgens een rapport van de federale politie- immers de foto's van 88.000 misbruikte kinderen en tientallen kindermisbruikers (waarnaar nooit onderzoek werd gevoerd). Dessart vraagt ook om de 'E-mail-adressen' van de mensen aan wie hij zijn brief stuurde, te verwijderen. In de op de nieuwsgroep gepubliceerde brief blijken echter geen adressen maar enkel de volgende namen voor te komen: Jean-Maurice Arnould, Aimé BILLE, Marie Breda, Anemie Bolté, het 'bureau de liaison', Christiane Couty, Vincent Decroly, Freddy Dewille, Aline D'Havre, Yvonne D'Or, Gérard Fortemps, Bernadette Goossens, Jean-Marie Grandjean, Pina Guarnièri, Jean-Yves Hayez, Victor Hissel, Yvan Lenaers, Regina Louf, Maguy Moons, Eric Picard, Marc Reisinger, Anne-Marie Roviello, Erik Rydberg, Claude Semal, Carine t'Kint, Bureau Carine t'Kint, Patricia Vandersmissen, Marie-Jeanne Vanheeswijck, Marie-Louise Verlaine, Douglas De Coninck, stef janssens, Catherine Bonnet en Jacqueline de Croÿ.

Wordt vervolgd...


01:33 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

09/12/2006

Mafia nigériane - résumé d'un enfer

Aidez-nous à sauver ces enfants

Image Hosted by ImageShack.us

 

En 2001-2002, la mafia nigériane essaya d’utiliser l’Anglo French Kindergarten de Bruxelles pour le passage d’enfants d’école à bordel. Michaël, Samuel, Alice, Richard, Emmanuel, Valentin et leur parents mettront à jour un réseau pédocriminel avec 18 pays impliqués.

La police, ainsi que toutes les instances belges étaient alertées. En lieux et place d’offrir de l'aide, un harcelement administratif. En réponse à une tentative d'enlèvement des trois cadets par la mafia, puis à une séquestration des trois aînés, pas la moindre aide. Même le service d'intervention de police en urgence "101" refusait d'intervenir lors de la découverte des corps des enfants couverts de brûlures de cigarettes: des traces de sévices attestées par certificats médicaux. Mais en plus l’administration - en contacte avec le ministère des affaires étrangères - refusait l’inscription de la famille à la commune, malgré la situation de danger.

Image Hosted by ImageShack.us

Un mandat d'arrêt était dressé pour la tête de ce réseau nigérian. Il s'était réfugié avec sa famille dans son ancien bureau, à 100 mètres d'un commissariat, ce dont la police fédérale avait été avertie. Il y avait signé un courrier recommandé, mais trois mois plus tard, il était prétendu introuvable, alors qu'il avait signé un courrier recommandé. En revanche, c'est le père des victimes qui était emprisonné durant deux mois sans autorisation aux visites, sur base d'un montage mafieu connu des policiers et magistrats.

La mère était en Afrique, enceinte de son septième enfants et ne pouvait pas voyager. La directrice de l'école les a pris chez elle, mais 

Pédocriminalité 

Organe de presse

Image Hosted by ImageShack.us  

Francais/English

elle a été laissé sans assistance avec les six enfants gravement perturbés, alors qu'ils étaient menacés de mort, harcelés et victimes de vandalisme. L’assistante sociale du Département de la Justice de la Jeunesse, refusait d’apporter l’aide que le juge avait ordonnée. Les parents des autres élèves prenaient peur et tous partaient, ce qui mena à la fermerure de l'école. C'est alors que les enfants voulurent appeler une milice nigériane: les ISSAKABAS, pour venir les secourir.

Au bout de deux mois, l'avocat mafieu n'avait évidement rien fait pour libérer le père, mais la justice s'inclina officieusement lorsqu'un policier vu un manuscrit de 60 pages qui prouvait son innocence.  Les enfants ont alors été enlevés à leur parents et placés en institution publique avec interdiction de revoir celle qui avait risqué sa vie et s'était ruinée pour les sauver.

L'affaire était classée sans suite faute d’éléments, sans prendre connaissance de l'adresse d'un bordel où les enfants avaient été emmenés.

Contact privé : issakaba@skynet.be 

19:40 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Devenez le cauchemar des bourreaux en portant un t shirt de la Fondation !

 

De prinsen van Croÿ en Solre stellen met fierheid hun wapenschild ten dienste van de strijd tegen kindermisbruik.

The princes of Croÿ and of Solre are proud to offer their coat of arms at the service of the the fight of paedophile networks.

Les princes de Croÿ et de Solre sont très fièrs d'offrir leurs armes au service de la lutte contre les réseaux pédocriminels.

Image Hosted by ImageShack.us


Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us


Ondersteun de Stichting van Prinses de Croÿ in haar oprechte strijd tegen kindermisbruik door als kerstgeschenk een T-shirt te kopen.

You can help the foundation to fight paedophile criminality and please your friends and family for Christmas and birthday presents: T-shirts, mouse pads, mugs, bags, calendars, teddy activist,

Devenez le cauchemar des bourreaux en portant un t shirt de la Fondation ! T-shirts, tapis de souri et autres objets pour soutenir la fondation en faisant vos achats de Noël.

http://www.cafepress.com/shopfund_croy

http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY
http://groups.msn.com/Issakaba

http://msn-groepen.skynetblogs.be

18:59 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Moi aussi, j'ai été violé par Marcel Vervloesem

 

Moi aussi, j'ai été violé par Vervloesem

Image Hosted by ImageShack.us

 

I too was raped by Vervloesem

 

Jacqueline de Croÿ

Photo: Ladislas Kiekens, âgé de 50 ans, le dernier enfant violé par Marcel Vervloesem 

  Un nouvel enfant victime âgé de 50 ans, explique que Marcel Vervloesem, âgé de 54 ans, l’aurait violé jusqu’à trois à quatre fois par semaine durant trois mois dans les toilettes d’un grand magasin, selon la "Gazette Van Antwerpen" du 17 novembre 2006.

Ladislas Kiekens, dit Ladi , est l’aîné de la bande des "enfants violés" dont le parquet de Turnhout vient débouter neuf plaintes, la sienne ayant été discrètement évincée en 2001. Il avait seize ans, il était timide, il avait un père autoritaire, il n’a rien osé dire durant trente ans, ni même à se première femme, parce que le "faux chasseur de pédophile" l’avait menacé de lui faire perdre son emploi.

Il est scandalisé, car le "chevalier blanc autoproclamé" les a traité de menteurs et de marginaux et il espère que la Cour d’Appel va le condamner plus sévèrement pour les 2 viols sur 12 que le tribunal de Turnhout a retenu, sur base de la miraculeuse "disparition" de 37 pièces du dossier !

Pour faire preuve de déontologie journalistique, la Gazette Van Antwerpen donne l’adresse email de cet enfant victime de 50 ans : ladi.kiekens@telenet.be, pour que tous les autres petits garçons violés par le "Faux Chevalier Blanc", qui a une "fausse association anti-pédophile", avec une "fausse princesse", qui diffament un malheureux magistrat français, photographié déculotté en train d’abuser un petit garçon de 11 ans.

Le barème 2005 pour la délation était 500-euro, on ignore s’il y a eut une augmentation 2006. Vous êtes également invité à contacter le journal "Het Nieuwsblad", où Ivo Meulemans (ivo.meulemans@nieuwsblad.be) se fera un plaisir de vous aider à rédiger votre plainte, avec plein de détails dégoûtants, sans trop de cartouches de stylo à bille dans les pénis parce que ça manque de sérieux.

Autre annonce: 

Parquets de Turnhout & Bobigny cherchent journalistes intègres pour assurer qu’Interpol s’est trompé : Le réseau Zandvoort ne compte pas 90.081 victimes, mais seulement quelques centaines de photos de vieux magazines. Le Werkgroep Morkhoven se trompe également: il ne s'y trouve pas de magistrat français.

On ignore si c'est rémunéré par les parquets, mais vous pouvez toujours vous renseigner Tel : ** 32 (0) 14.47.15.11. Pour les diffamations écrites, le fax est le : ** 32 (0) 14.47.18.75

 

 A new child victim, aged 50 years, explains that Marcel Vervloesem, aged 54-years, would have raped him up to three to four times per week during three months in the toilets of a department store, according to the "Gazette Van Antwerpen" of November 17, 2006.

Ladislas Kiekens, known as Ladi is the eldest of the "raped children" band, of which the Law Court of Turnhout has just dismissed nine complaints, his own having been discreetly dismissed in 2001. He  was sixteen years old, he was shy, he had an authoritative father, he  did not dare to say anything for thirty years, not even to his first wife, because the "false paedophile hunter" of had threatened him to make him lose his job.

He is scandalized, because the "self-declared white knight" said they were liars and marginal and he hopes that the Court of Appeal will condemn him more severely for the 2 out of 12 rapes that the court of Turnhout retained, on the basis of the miraculous "disappearance" of 37 parts of the file!

To show its journalistic deontology, the Gazette Van Antwerpen gives the email address  this 50-years-old child victim  ladi.kiekens@telenet.be, so that all other little boys raped by the "False White Knight", who has a "false anti-paedophile association", with a "false princess", which defames an unfortunate French magistrate, photographed trousers down, abusing an 11-years-old little boy.

The 2005 price for the denouncement was 500-euro, and it is unknown of if there a 2006 increase. You also are invited to contact the newspaper "Het Nieuwsblad", where Ivo Meulemans (ivo.meulemans@nieuwsblad.be) will be take a pleasure of helping you to write your complaint, with loads of disgusting details, yet without too many ball point pen cartridges in the penises because that does not sound very serious.

Another add: 

Law Courts of Turnhout & Bobigny seek honest journalists to assure that Interpol was mistaken: the Zandvoort network does not count 90.081 victims, but only a few hundreds of photographs in old magazines. The Werkgroep Morkhoven is also mistaken: there is no French magistrate in it.

It is unknown if this is remunerated by the Law Courts, but you can always ask them: Tel ** 32 (0) 14.47.15.11. For written slandering, the fax is: ** 32 (0) 14.47.18.75

 

18:51 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Introduction http://groups.msn.com/FondationPrincessedeCROY

Police fédérale agacée = Site piraté

260 dossiers sur le réseau pédocriminel Zandvoort ont été détruits le 8 décembre 2006. C'est le quatrième site détruit en trois ans.

Plus d'info:

Federal police annoyed = Site hacked.

260 files on the paedophile network  Zandvoort have been destroyed on Decembre, 8 2006. It is the fourth site  destroyed in three years.

More info:

CENSURE

Image Hosted by ImageShack.us

Marcel Vervloesem, Jan Boeykens et Jacqueline de Croÿ 

   Image Hosted by ImageShack.us

Gina Bernaer du Werkgroep Morkhoven, assassinée en 1998 

Les princes de Croÿ et de Solre sont très fièrs d'offrir leurs armes au service de la lutte contre les réseaux pédocriminels

Werkgroep Morkhoven associé de fait avec la Fondation Princesse de Croÿ

Marcel Vervloesem du Werkgroep Morkhoven est à l'origine dela découverte du réseau pédocriminel Zandvoort: 90.081 victimes dont une centaine a été identifiées et plusieurs criminels incarcérés. Dés qu'il était sur les traces du réseau, il était victime de cabales sur cabales. De 1992 à 2006, 14 plaintes diffamatoires ont été déboutées, dont 9 viols de repris de justice et d'un directeur de service social (CPAS/OCNW Herentals). Le 16 avril 2005, il était incarcéré 46 jours, accusé de 3 viols supplémentaires.  Il faisait une grève de la faim de 31 jours et fut réalimenté de manière sauvage, de manière à ce qu'il tombe dans un coma diabétique. Il en a perdu un rein et deux dents, mais en est sorti vivant et a repris le combat. 

Vous pouvez aider la fondation à lutter contre les réseaux en amusant vos amis et votre famille avec des cadeaux de Noël et d'anniversaire: T-shirts, tapis de souri, mugs, sacs, calendriers, nounours activiste etc.

The princes of Croÿ and of Solre are proud to offer their coat of arms at the service of the the fight of paedophile networks

Werkgroep Morkhoven, partners of the Foundation Princess of Croÿ

Marcel Vervloesem of the Werkgroep Morkhoven is at the basis of the discovery of the Zandvoort paedophile network: 90.081 victims, of which around a hundred was  identified and several criminals arrested. As from he was on the traces of the network, he became victim of one cabal after the other. From 1992 to 2006, 14  defamatory  complaint were rejected, of which 9 rapes of former convicts and a director of social service (CPAS/OCNW Herentals). On 16 April 2005, he was imprisoned 46 days, accused of 3 extra rapes. He did 31 days hunger strike, then was fed back savagely, in a manner he had to fall in a diabetic coma. All together, he has lost a kidney, two teeth, but came out of it alive and took back the fight.

You can help the foundation to fight paedophile networks and amuse your friends and family with  Christmas and birthday presents: T-shirts, mouse pads, mugs, bags, calendars, teddy activist, etc.

 Women's Long Sleeve Dark T-ShirtT-Shirt Philip I of Croy Women's Dark T-Shirt

Nounours activisteImage Hosted by ImageShack.us Bavoir

Journal de notes précieuses Calendar PrintWerkgroep Tote Bag

http://www.cafepress.com/shopfund_croy

 

 

 

 

 

 

17:56 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Plainte contre la Belgique

  Plainte du Werkgroep Morkhoven contre la Belgique pour violation des directives de la CEE

 Complaint of the Werkgroep Morkhoven against Belgium for violation of EEC directives

Le 4 mars 2001, le Werkgroep Morkhoven a porté plainte contre la traite d'enfants  du réseau Zandvoort et apporté parmi les pièces à conviction, 20 cdroms de pornographie et actes de barbarisme sur des enfants.

Le Procureur du Roi Bourlet donna son assurance de ne pas engager de poursuites pour détention de matériel pornographique. Estimant le dossier trop volumineux pour ses services, celui-ci fut renvoyé au parquet de Turnhout, pourtant bien connu pour ses troubles penchants.

Le 15 novembre 2006, Turnhout condamna l'ancien président du Werkgroep Morkhoven,  à une peine globale de 5 ans, sur base de plaintes diffamatoires du réseau, ainsi que pour possession du matériel pornographique d'enfants, le temps qu'il soit  remis à la justice, en toute violation des directives Européennes.

L'avocate Patricia van der Smissen avait ainsi motivé le cadre légal de la plainte initiale du Werkgroep Morkhoven: 

1. La présente s’inscrit dans l’esprit de la décision du Conseil de l’Union Européenne du 29 mai 2000 relative à la lutte contre la pédophilie sur l’Internet ( 2000/375/AI ), dont il ressort notamment que le Conseil : 

"considérant que la traite des êtres humains et l’exploitation sexuelle des enfants constituent une violation grave des droits fondamentaux de la personne humaine et notamment de la dignité humaine, 

conscient de ce que l’exploitation sexuelle des enfants ainsi que la production, le traitement, la détention et la diffusion de matériel pédopornographique peuvent représenter une forme importante de criminalité organisée internationale dont l’ampleur constitue un sujet d’inquiétude de plus en plus grand au sein de l’Union européenne, 

convaincu que le respect de l’intégrité physique et psychique des enfants et la protection des victimes de l’exploitation sexuelle revêtent une importance primordiale et doivent être au cœur des préoccupations de l’Union européenne, ( … )

dans le but d’empêcher et de combattre l’exploitation sexuelle des enfants et, en particulier, la production, le traitement, la diffusion et la détention de matériel pédopornographique sur Internet,

DECIDE :

Article 1er

2.      Dans le cadre de la décision n° 276/1999/CE du Parlement Européen et du Conseil

( … ), les Etats membres prennent les mesures nécessaires pour encourager les utilisateurs de l’Internet à signaler aux autorités répressives, directement ou indirectement, les cas de diffusion présumée de matériel pédopornographique sur l’Internet, s’ils y trouvent ce type de matériel. ( … )

3. Les Etats membres veillent à ce que les autorités répressives réagissent rapidement lorsqu’elles reçoivent des informations sur des cas présumés de production, de traitement, de diffusion et de détention de matériel pornographique. ( …)

Article 6 (4)     Le Conseil évalue dans quelle mesure les Etats membres respectent les obligations qui leur incombent en vertu de l’action commune 97/154/AI, ainsi que l’efficacité des mesures proposées dans la présente action. ( … )

Article 8:   Les mesures prévues par la présente décision sont mises en œuvre par les Etats membres au plus tard le 31 décembre 2000. »  ( annexe III, 1 ).

2. Les infractions visées par la présente sont explicitement prohibées par la Convention relative aux droits de l’enfant, adoptée à New-York le 20 novembre 1989  ( Moniteur Belge du 5 septembre 1991), approuvée par la loi belge du 25 novembre 1991 ( Moniteur Belge du 17 janvier 1992 ) :

Article 34 : Les Etats parties s’engagent à protéger l’enfant contre toutes les formes d’exploitation sexuelles et de violence sexuelle. A cette fin, les Etats prennent en particulier toutes les mesures appropriées sur les plans national, bilatéral et multilatéral pour empêcher :

- que des enfants ne soient contraints à se livrer à une activité sexuelle illégale ;

- que des enfants ne soient exploités à des fins de prostitution ou autres pratiques sexuelles illégales ;

- que des enfants ne soient exploités aux fins de la production de spectacles ou de matériel de caractère pornographique.

Article 35 : Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées sur les plans national, bilatéral et multilatéral pour empêcher l’enlèvement, la vente ou la traite d’enfants à quelque fin que ce soit et sous quelque forme que ce soit.

Article 36 : Les Etats parties protègent l’enfant contre toutes formes d’exploitation préjudiciables à tout aspect de son bien-être.

Article 37 : Les Etats parties veillent à ce que : a) nul enfant ne soit soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. ( … )"

En Belgique, furent votées le 28 novembre 2000 la loi relative à la protection pénale des mineurs et la loi relative à la criminalité informatique ( Moniteur Belge du 03/02/2001 ).

La plainte pour la violation des directives européennes sera remise au Vice Président du parlement Européen, Mr Edward Mc Millan-Scott, bien connu pour son intégrité

March 4, 2001, Werkgroep Morkhoven filed a complaint for the child trade of the Zandvoort network and brought among the exhibits, 20 CDs of child pornography and acts of barbarism on children.

The Prosecutor of King Bourlet gave his insurance not to engage prosecution for detention of child pornography, then he considered the file too bulky for his services, it was removed from him and sent  to the Court of Turnhout, though well known for its awkward inclinations.

November 15, 2006, this court condemned Marcel Vervloesem, former president of Werkgroep Morkhoven, with 5 years a total sorrow, on the basis of defamatory complaint of the network, like for detention of the pornographic material children, time that it is given to justice, in any violation of the European directives.

The lawyer Patricia van der Smissen had justified the legal framework of the initial complaint of Werkgroep Morkhoven as following:

(Free translation)

1. presents It falls under the spirit of the Council Decision of the European Union of May 29, 2000 relating to the fight against the paedophilia on the Internet (2000/375/AI), of which it arises in particular that the Council:

"considering that the human trade and the sexual exploitation of  children constitute a serious violation of the basic rights of the human being and in particular of the human dignity,

conscious that the sexual exploitation of children as well as  production, treatment, detention and diffusion of child pornography material can represent an important form of international organized criminality whose width constitutes an increasingly large subject of concern within the European Union,

convinced that the respect of the physical and psychic integrity of the children and the protection of the victims of the sexual exploitation are of a paramount importance and must be at haert concerns of the EU (...)

in view to prevent and fight the sexual exploitation of the children and, in particular, the production, the treatment, diffusion and  detention child pornography for Internet,

DECIDE:

Article 1

2. Within the framework of the decision n° 276/1999/CE of the European Parliament and the Council

(...), the Member States take measurements necessary to encourage the users of the Internet to announce to the repressive authorities, directly or indirectly, cases of diffusion of alleged material of child  pornography on the Internet, if they find this type of material there (...)

3. The Member States take care that the repressive authorities react quickly when they receive information on alleged cases of production, treatment, diffusion and detention of pornographic material (...)

Article 6 (4)  The Council evaluates the Member States up to what point respect the obligations which fall to them under the terms of action common 97/154/AI, as well as the effectiveness of the measures suggested in the present action (...)

Article 8: The measures envisaged by the present decision are put application by the Member States at the latest on December 31 2000. "(appendix III, 1).

2. The infringements aimed by the present one explicitly are prohibited by the Convention on the rights of the child, adoptive in New York on November 20, 1989 (Belgian Monitor of September 5, 1991), approved by the Belgian law of November 25, 1991 (Belgian Monitor of January 17, 1992):

Article 34: The Member States commits themselves to protect the children against all the sexual forms of exploitation and sexual violence. For this purpose, the States take in particular all suitable measures on the national, bilateral and multilateral plans to prevent:

- that children are constrained to  an illegal sexual activity;

- that children are exploited at ends of prostitution or other illegal sexual practises;

- that children are exploited for purposes of the production of shows or  material of pornographic character

Article 35: The States left take all suitable measures on the national , bilateral and multilateral plans to prevent removal, the sale or trade of children to what ever end and under any form that may be.

Article 36: The Member States  protect the child against all forms of exploitation prejudicial to any aspect from its wellbeing.

Article 37: The States left take care that: a) null child is not subjected to torture nor with sorrows or treatments cruel, inhuman or degrading (...)"

In Belgium, were voted on November 28, 2000 the law relating to the penal protection of the minors and the law relating to data-processing criminality (Belgian Monitor of the 03/02/2001).

The complaint for the violation of the European directives will be forwarded to the Vice President of the European Parliament, Sir Edward Mc Millan-Scott, well known for his integrity.

 

17:27 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Procès/Trial Vervloesem: Tout le monde va en appel/Everybody appeal

Zandvoort/Kempen Netwerk versus Werkgroep Morkhoven

 Tout le monde va en appel

Everybody appeal

C’est, faut-il le dire, le dernier budget de la Gazette van Zandvoort, Het Zandvoortblad et VTZ pour permettre au Procureur Vander Flaes, Victorreke et sa bande, de prolonger le discrédit sur l’association de la lutte des réseaux pédocriminels en inversant les rôles : les violeurs deviennent les violés par celui qui les dénonce.

On admire la témérité du magistrat qui avait déclaré à la presse vouloir porter plainte contre l’homme qu’il a fait condamner, alors que sa fonction l’oblige à l’impartialité. On admire également la témérité de Me Francken qui entreprend un appel impossible à gagner puisque  le délai raisonnable est échu ; mais s’assure de pouvoir dire ses dernières âneries à VTZ.

Etonnement, elle n'a jamais fait de commentaires sur la plainte originale du Werkgroep Morkhoven du 4 mars 2001 pour dénoncer le réseau  Zandvoort, qui mentionne également clients.

Le 21 octobre 1998, alors que Marcel Vervloesem venait de remettre aux autorités les archives du réseau, la presse assurait qu’il aurait violé Victorreke, sans toutefois révéler que la police de Herentals et un médecin étaient intervenu à l’occasion d’une agression sexuelle de Victorreke sur garçon de 12 ans avec menaces au couteau.

Le lendemain, la presse assurait que Marcel Vervloesem avait violé Johan D., l’amant de Victorreke, sans toutefois mentionner qu’il était objet d’une plainte pour le viol avec violence sur une jeune fille de 16 ans qui en était tombée enceinte, puis fut battue dans le but d’entraîner une fausse couche qui s’était finalisée à l’hôpital d’Herentals.

Durant neuf ans, la presse a assuré que les violeurs présumés auraient été violés par le directeur de l’organisation qui aidait leurs victimes à obtenir justice. Non contant de 14 plaintes déboutées en 14 ans, la presse lançait sur Internet son dernier appel à la délation avec adresse email pour toutes les "victimes" de Marcel Vervloesem.

Aux dernières nouvelles, Victorreke est en colère que l’on se pose des questions sur les qualités que lui ont reconnu le Bourgmestre Peters pour justifier que lui soit accordé un poste directeur de service social, alors qu’outre ses exploits sexuels, il a une écriture phonétique et est manifestement incapable d'utiliser les programme de dictée par ordinateur. Il  téléphone furieusement à son frère en inversant les rôle: comme si Marcel venait d'être débouté pour avoir prétendu avoir été violé par lui, alors que c'est Victorreke qui vient d'être débouté pour avoir prétendu que Marcel l'avait violé. 

Si la cabale est mentionnée dans la plainte originale relative au réseau Zandvoort, c'est qu'elle dépasse toute affaire de mœurs. Les diffamations ont longé le chemin qui menait au réseau de traite d’enfants, et servi à nier la découverte de 90.081 victimes, comme la Turquie nie le génocide arménien.

Victorreke, illettré et présumé violeur en série, est membre du comité spécial des services sociaux pour l'octroi de l'aide individuelle, comme pour faire office de pont entre la criminalité organisée et l'état.

Tous vont en appel, excepté une partie de la bande, qui s'est brouillée avec la branche du service social, trop dangereuse car elle menace de faire enfermer leurs enfants en institution. 

Dutroux avait fait fort, mais Viktorreke fait mieux encore.

Needless to state that it is the last budget of the Gazette van Zandvoort, Het Zandvoortblad and VTZ to allow the Prosecutor Vander Flaes, Victorreke and his band, to prolong discredit upon the association of the fight of the paedophile networks by reversing the roles: the rapists pretends to be raped by the one which denounces them.

One admires the temerity of the magistrate who had stated to the press wanting to file a complaint against the man that he had made condemn, whereas his function obliges him to impartiality. One also admires the temerity of Me Francken which undertakes an appeal impossible to gain since the reasonable delay has fallen; but ensures herself of being able to say her last stupidities to VTZ.

Surprisingly enough, she has never made any comment concerning the original complaint of Werkgroep Morkhoven of March 4, 2001 for denounce the Zandvoort network also mentions her client.

October 21, 1998, whereas Marcel Vervloesem had just given to the authorities the files of the network, the press ensured that he would have raped Victorreke, yet without revealing that the police force of Herentals and a doctor had intervened at the time of a sexual aggression of Victorreke on 12 year old boy threatening him with a knife.

The following day, the press ensured that Marcel Vervloesem had raped Johan D., the lover of Victorreke, without however mentioning that he was object of a complaint for the rape with violence of a 16 year old girl which became pregnant, then was beaten with an aim of provoking a miscarriage which had been finalized at the hospital of Herentals.

For nine years, the press assured that the alleged rapists would have been raped by the director of the organization which helped their victims to obtain justice. Not telling of the 14 complaints rejected in 14 years, the press launched on Internet its last call to denounce  Marcel Vervloesem, with an email address for all his "victims".

At the last news, Victorreke is angry that people ask questions about the qualities that Burgomaster Peters recognized in him the to justify granting him a job of director in social service whereas besides to his sexual exploits, he has a no more than phonetic writing, and is obviously unable to use the computerised dictating  programs. He telephones furiously to his brother by reversing the role, as if Marcel's had made a rejected complaint claiming Victorreke had raped him, whereas it is Victorreke which has made a rejected complaint claiming that Marcel had raped him.

If the cabal is mentioned in the original complaint related to the Zandvoort network, it is that it exceeds any sex crime case. Slanderings skirted the path that led to the child trade network, and were used to deny the discovery of 90.081 victims, as Turkey denies the Armenian genocide.

Victorreke, illiterate and alleged serial rapist, is member of the special committee of the social services for the granting of the individual assistance, like acting as bridge between organized criminality and the state.

All appeal the judgment, except a part of the band that has quarreled whith the branch of the social service, too dangerous because it threats to place their children into institutions.

Dutroux did well, but Viktorreke does better still.

17:16 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Jean-Claude Krief

Jean-Claude Krief

Vivant?  Alive!

par Jacqueline de Croÿ

Bruxelles, le 8 décembre 2006

 

 

C’était en 1982, à l’époque où les écrivains publiaient des romans de leurs amours avec "des enfants consentants", dans un langage ampoulé, en rimes, comme si cela pouvait effacer leurs crimes. Le Coral était part d'un mouvement visant à faire reconnaître "le droit à la différance, à la tendresse et à la caresse" de vieux cochons en érection à des enfants psychotiques et autistes. Le mot de passe pour rentrer au Coral était d’avoir lu "Visiblement, Je Vous Aime" de son fondateur, Claude Sigala.

Fils de parents malades, Jean-Claude Krief avait été placé en institution, mais il n’avait pas apprécié l'amour visible dont il avait été imposé à consentir.  Il passa l’épreuve du livre et s’infiltra au Coral, en tant qu’éducateur pour les enfants malades.

Mr le Juge

Il y découvrait un défilé de l’internationale pédo-socialiste, les jeunes patients "soignés" par des ministres en place où à devenir, ainsi que par une bande de dandys pervers.  Ils abusaient tranquillement de ces enfants, assurés de leur silence. Jean-Claude Krief découvrait une valise pleine de photos pédopornographiques, dont celle d’un magistrat déculotté en train d’abuser de l'infortuné Nordine, âgé de 11 ans et qui ne parlera jamais, s’il est encore en vie.  

Il dénoncera l’affaire et apportera son dossier l’avocat Baduel, qui défendait une victime du réseau Kripten, car il avait été prostitué par l’homme qui l'avait mené au Coral. Toutefois, cet avocat introduira un dossier pour la défense du maquereau qui se disait victime du réseau, pour avoir dénoncer ses concurrents. Il dira en suite que Jean-Claude Krief était mort de mort naturelle, emportant avec lui le secret de son dossier et que son frère s’était réfugié dans un kibboutz en Israël.

A l’opposé, le comité de soutien du magistrat assure que les frères Krief auraient été des agents spéciaux des services secrets français qui auraient, avec l’aide de la brigade des stupéfiants et du proxénétisme, fait un montage pour embêter un honnête magistrat qui lutte contre la pédophilie. Les deux jeunes gens se seraient inscrits au parti socialiste et chez les "autonomes", un groupuscule communistes violents, pour espionner l’un et manipuler l’autre, ce qui aurait mené non pas à la mort naturelle de Jean-Claude, mais au suicide de son frère Michel, alors que 343 arrestations étaient ordonnées !

Pour résumer la version de ce comité de soutien : Jean-Claude Krief aurait confondu l’institut pour enfants psychotiques et autistes à un quartier général socialiste ; les services secret l’auraient payé pour aller acheter des photos pédo-pornographiques dans des sex shops en Belgique et en Hollande, assassiné son frère puis payé un billet d’avion afin qu’il puisse se réfugier en Israël. Rien de très logique.  

En revanche, la mort tragique de Michel était susceptible de plonger toute la famille Krief dans un suicide collectif, ce qui aura pu inciter Jean-Claude  à rétracter ses accusations. L’étonnant est qu’il se serait volontairement rétracté de prison, dans un langage ampoulé et avec une orthographe qui ne lui appartient pas, ce qui est démontré par des lettres de sa main.

On constatera que ce ne sont pas les officiers des services secret, ni les bouillant jeunes communistes qui se laissaient photographier tout nu en abusant des enfants, mais bien un juge de la jeunesse allié à tout ce qui a de plus pompeux dans le gouvernement et la magistrature française.  Son comité de soutien est actuellement scandalisé de la dénonciation de cet homme dont nul n’ose sortir le nom, de peur de voir sa famille suicidée et se retrouver en prison.

On s’étonne du nombre de morts et de tentatives de meurtre, mais en même temps de soutien autour d’un vulgaire petit magistrat pédophile, sans que les services les services secrets français et la Brigade des Stupéfiants et du Proxénétisme  ne veuillent se pencher sur le réseau Zandvoort, à qui était allié le Coral.  

Il est plus efficace d’assassiner un proche, plutôt qu’un témoin médiatisé dont le meurtre serait trop suspect, alors que le réseau est en mesure de détruire sa vie. Dans l’affaire Zandvoort, la mort de Michel Krief pesera sur son frère Jean-Claude qui a disparu ; puis le meurtre de Gina Bernaer-Pardaens, pesera sur Werkgroep Morkhoven. La récente condamnation vexatoire et téméraire de notre confrère Marcel Vervloesem est évidemment attribuée à cette suite logique.

Ce matin du 8 décembre 2006, deux cent soixante pages sur le réseau ont été détruites sur le site de la Fondation Princesse de Croÿ, soit son quatrième site détruit illégalement, Internet n’étant pas censurable, tant que le contenu reste légal. Le chiffre 5 vous portera-t-il chance, Monsieur le Juge de la Jeunesse ?  

It was in 1982, when writers made novels about their loves with "agreeing children",  in rhyming bombastic language, as if it could wipe out their crimes. The Coral belonged to a movement aiming at making recognize "the right to the difference, the tenderness and the caresses" from dirty old pigs in erection to psychotic and autistic children. The password to enter the Coral was to have read "Obviously, I love you" from its founder, Claude Sigala.

Son sick parents, Jean-Claude Krief had been placed in an institution, but he had not appreciated the obvious love he had been to impose on agreeing. He passed the test of the book and infiltrated in Coral, as a teacher for the sick children.

He discovered there a procession of the international Pedo-Socialist; the young patients "looked after" by ministers in place or to become, as well as band of perverse dandies. They would abuse these children in peace, assured their silence. Jean-Claude Krief discovered a bag full of child pornography, of which that of a magistrate trouser down, abusing the unfortunate Nordine, aged 11 years old and who will never speak, if he is still alive.

He will denounce the case and bring his file to the lawyer Baduel , who defended a victim of the Kripten network, as he was prostituted by the man who had led him to the Coral. However, this lawyer will introduce a file for the defence of the mackerel which said to be victim of the network, for having denounced his competitors. He will then say that Jean-Claude Krief had died of natural death, carrying with him the secrecy of his file and that his brother had taken refuge in a kibbutz in Israel.

At the opposite, the supporting committee of the magistrate ensures that the Krief brothers would have been special agents of the service of the French secret services who would, with the help of the drugs and procurers brigade, have made a setup to bother an honest magistrate who fights paedophilia. The two young men would have registered with the socialist party and at the "autonomous", a bunch of violent Communists, to spy one and manipulate the other, which would have carried out not to the natural death of Jean-Claude, but to the suicide of Michel, whereas 343 arrests where ordered!

To resume the version of this supporting committee: Jean-Claude Krief would have confused the institute for psychotic and autistic children with the headquarters of the socialist party; the secret services would have paid him to buy child pornography in Belgian and Dutch sex shops, murdered his brother and paid his plane ticket to hide in Israel. Nothing very logical

On another hand, the tragic death of his brother was likely to lead all the Krief family in a collective suicide, what might have incited  Jean-Claude to retract his charges. The surprise is that he would have wilfully retracted in prison, in a bombastic language and with a spelling which does not belong to him, what is proved by letters of his hand.

It will be noted that they are not the officers of the secret services, or the boiling young Communists who had let themselves photograph naked while abusing children, but a judge of youth linked to the most pompous of the French government and the magistrates. His supporting committee  is scandalized by the  denunciation of this man which no one dares to name, in fear of seeing his  family committing suicide and ending in prison.

One is surprised by the number of death, attempts of murder, but at the same time support around vulgar a little paedophile magistrate, without the French secret services or Drug and Procuring squad wanting to investigate the Zandvoort network, to whom the Coral is allied.

Image Hosted by ImageShack.us

Gina Bernaer-Pardaens was murdered











It is more effective to murder someone close, rather than a witness well-known of the Medias, whereas the network is able to destroy his life. In the Zandvoort case, there was Michel Krief whose death weighed on his brother Jean-Claude, who in his turn disappeared. Then Gina Bernaer-Pardaens’ murder weighed on the Werkgroep Morkhoven. The recent vexatious and bold judgment of our fellow-member Marcel Vervloesem is obviously allotted to this logical continuation.

This morning of December 8, 2006, two hundred and sixty pages on the network were destroyed on the site of the Foundation Princess of Croÿ: the fourth site on the network destroyed illegally, Internet not being censurable, as long as the contents remain legal. Will the N° 5 bring you luck, Monsieur le Juge de la Jeunesse?

NB: La destruction du site vaut le coup d'oeil. Voyez ce qui reste des pages sur le Coral. Tout le site a été vidé et en attendant de le revoir en ligne, vous retrouverez les page en mode caché sur Google.   NB: The destruction of the site is worth the look. See what is left of the pages on Coral. All the site has been emptied and while waiting to have them back on line, you will find them on the hidden mode of Google

http://groups.msn.com/fondationprincessedecroy/linspecteu...

http://groups.msn.com/fondationprincessedecroy/lesinnocen...

http://groups.msn.com/fondationprincessedecroy

16:08 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |