19/12/2006

Soutien à Marcel Vervloesem suite à sa condamnation

- 1 - 2 -

Soutien à Marcel Vervloesem suite à sa condamnation

Personalités - Journalistes (1)

Le Professeur Giorgio Gagliardi

  • Docteur en médecine et Psychothérapeute
  • Directeur de la section de psychophysiologie de "Il Laboratorio" - Bologne
  • Professeur en psychothérapie hypnotique à l’Ecole Européenne de psychothérapie Hypnotique - Bologne

Cher Marcel,

Tous nous savons ce par quoi tu es passé pour défendre les enfants, mais rien ne sera perdu.

Les gens qui t’ont te condamné seront toujours pointé comme étant ceux qui ont poursuivi et condamné  un innocent.

Beaucoup d'augures a tous vous pour la prochaine année.

giorgiogagliardi

 

Giovanni Ristuccia - Président de S.O.S. ANTIPLAGIO, comité italien de volontariat pour la défense des victimes de charlatans et satanistes

Chère Jacqueline de Croÿ et cher Marcel Vervloesem,

Nous tous, à  SOS ANTIPLAGIO, sommes proches dans cet instant de combat aussi grand et intense pour la justice et en défense des petits. Nous tous nourrissons la plus grande estime et respect envers vous et nous vous soutenons dans l’admirable combat que vous menez contre le réseau pedocriminel de Zandvoort.

Chez nous, circulent des voix insistantes qui condamnent la justice belge, en la définissant comme une justice corrompue. J’ignore à quel point c’est vrai, cependant il est certainement déconcertant et scandaleux de voir condamner Marcel qui a démantelé un réseau de pédocriminel, pour le simple fait de s'être approprié des preuves et les avoir mis à disposition de la loi, au lieu de pourvoir à l’arrestation des monstres pédophiles qui apparaissent en ces documents.

Moi-même et toute notre association, vous soutenons et vous incitons à aller de l’avant et à ne pas vous soumettre aux abus de corrompus et corrupteurs, mais de poursuivre la tête haute. Surtout, sachez que vos actes serviront à faire justice à tant d'enfants innocents qui ont été  volés de leur enfance, et de tant d'enfants qui vous remercient de ne pas être victimes rejetées, à cause de ces pedocriminels que ont déjà fait tant de mal et  tenteront d’en faire  encore.

Personnellement, je me sens honoré et fier d'avoir connu des personnes aussi nobles d'esprit et riches d'humanité et remercie Dieu de votre existence.

Giovanni Ristuccia

Président de S.O.S. ANTIPLAGIO

 

José DESSART est journaliste à la RTBF a réalisé deux reportages sur le réseau Zandvoort :  "Filière Pédo-Video" et "Réseaux Pédo-Video",  diffusés 1998, sur les pédocriminels belges et hollandais abusant sexuellement des enfants de l’île de Madère (Portugal) puis, sur l’affaire des CD-ROMS de ZANDVOORT, qui avaient été appuyés des preuves, écrites, enregistrées, filmée et photographiées. 

Au lendemain de la condamnation, il marque sa stupeur, parle à la première personne, disant que ça n’engage que lui ; que c’est là son intime conviction.

Pour résumer, il assure n’avoir jamais cru un instant fondées les accusations de pédophilie qui ont été portées contre Marcel VERVLOESEM en deux fois, l’une au lendemain de la diffusion du premier reportage sur les CD-ROMS de Zandvoort, la deuxième en 2005, faisant état de tortures « à l’encre » qu’il aurait fait subir à des adolescents de sa commune.

Dans cette procédure, dit-il, Marcel VERVLOESEM a passé avec succès (càd sans qu’il ait été pris en défaut de mentir) le test du détecteur, tandis qu’aucun des accusateurs n’a accepté de s’y soumettre. Tandis que des allégations récentes de jeunes gens, dont un s’est rétracté en disant avoir été payé pour porter ces accusations sont prises pour de l’argent comptant avec comme preuves, l’existence, dans l’habitation Marcel VERVLOESEM, de tuteurs en bambous. Qu’il n’a PAS été condamné pour la première vague d’accusation de 1998.

Le plus scandaleux, dit-il,  c’est que  les dizaines de milliers d’enfants abusés sexuellement (dont un grand nombre torturés  dont les fameux 18 CD-ROMS de ZANDVOORT portent les preuves irréfutables puisque on y voit même 14 auteurs de maltraitance sexuelle, n’ont jamais jusqu’à présent fait l’objet d’une répression de la justice. Par contre Marcel VERVLOESEM vient d’être condamné pour avoir eut en sa possession ce matériel, le temps de le remettre à la police.

Il exprime son espoir que Marcel VERVLOESEM ne se sentira pas trop seul dans la durée de cet acharnement judiciaire qui semble ne pas finir, et lui souhaite de tenir bon, malgré tout ces déboires, jusqu’à ce que la vérité soit reconnue.

Il note en post-scriptum les deux chefs d’accusations en provenance des manœuvres de Mme HUTSBAUT et LAVACHERIE et sa bande et pour lesquelles Marcel VERVLOESEM a été également condamné, rajoutant son espoir que tous se rendent compte des dégâts causés par de vrais provocateurs.

Le Werkgroep Morkhoven s’était réjouis de voir enfin un soutien et son président décida de publier ce courrier, avec les noms des personnes à qui le journaliste l’avait transmit, espérant qu’ils manifestent leurs pensées, exception faite pour trois d’entre eux, dont deux alliés à la bande qui nous ont attaqué de front ; et le troisième qui ne prétend pas nous reconnaître quand on le croise dans la rue.

 

Remerciements à Mr Dessart de Jacqueline de Croÿ, vice-présidente du Werkgroep Morkhoven

Tout d’abord, cher Mr Dessart, je vous remercie de votre réaction, car la majorité des gens se contre fichent de ce qui arrive à Marcel Vervloesem depuis qu’il est sur les traces de Zandvoort, plus particulièrement depuis qu’il a apporté les cédéroms à la justice. Sans Jan Boeykens, puis moi-même qui lui avons maintenu la tête en dehors de l’eau, il serait mort depuis longtemps.

Pour toute hésitation sur la question des tuteurs de bambou, je vous invite a regarder l’extrait retenu par la VRT sur la condamnation. Lorsque vous arrivez sur le site de VRTnieuw.net, il faut cliquer sur la phrase : Bamboestokje werd teruggevonden in het huis van Vervloesem, et vous entendrez le juge expliquer que la découverte des « bamboestokje » chez Marcel est la  preuve des abus sexuels.

Je témoigne personnellement que Marcel adore son jardin, qu’il est un excellent jardinier et qu’il utilise les bambous pour le jardinage, non pas pour battre quiconque afin de les obliger à faire des cochonneries. Je témoigne également que depuis les trois ans que je le connais, je ne l’ai jamais entendu ne fut-ce que sortir une blague grivoise. Jan témoigne aussi qu’il le connaît depuis 20 ans et qu’il n’a jamais essayé de le violer, ni vu un geste déplacé de sa part envers un enfant.

Je me dois de rectifier un détail où je me suis mal exprimée : les deux plaintes qui ont contribué à la peine globale de cinq ans de prison à Marcel, dont pour "entrave à la vie privée" et "escroquerie", n’ont pas été déposées par la clique Hutsebaut-Lavachery même, mais initiées par eux en manipulant des victimes.

La première est l’affaire Bloch, où ils ont manœuvré pour faire croire au père Bloch que nous faisions de la rétention d’information sur la mort de sa fille.  Mme Hutsebaut jouant entre le français et le néerlandais, assurait à Mr Bloch qu’il aurait tous les cédéroms, comme s’il fut possible que quiconque donne accès à 90.081 possibilités de chantage à son compagnon, qui est objet de mandat international pour association de malfaiteurs ! Mr Bloch voulait m'imposer de rencontrer ce Lavachery, ce qui n'eut été possible qu'avec comité d'accueil de la police. 

Vous pourrez vérifier sur le site les courriers qu'il nous a envoyé, avec objectif d’obtenir la copie des cédéroms, puis sa plainte au parquet de Turnhout. Celle-ci a donné lieu à une plainte du parquet pour l’entrave à la vie privée sur base de lois internationales, ce qui était très malin, car de cette manière, Mr Bloch n’avait pas accès au dossier, alors que sa fille a été identifiée formellement par notre équipe (via analyse comparative), comme étant une des victimes de Zandvoort.

La deuxième est l’affaire Aggenbach, où Mme Hutsebaut a fait une fausse identification, pour faire croire que le fils de cette dame était sur les cédéroms, alors que la police hollandaise nous avait affirmé le contraire. L'enfant identifié était beaucoup plus âgé, de nationalité américaine et dépassait la taille d'un réfrigérateur américain des années 70. Mme Aggenbach, soutenue par ce policier Hollandais qui s’était présenté chez Marcel sous un faux nom a porté plainte contre Marcel pour escroquerie, croyant qu'il avait également fait de la "rétention d'information". Le parquet ayant lié toutes les affaires, Mme Aggenbach, donc le policier hollandais, Hutsebaut et Lavachery, ont eu  accès au dossier, jusqu’à tous les détails de l’état de santé de Marcel ! C’était raffiné, mais les Cdroms ne figurent pas en pièces.

Vous pourrez voir sur le site de Lavachery, qu’il a réalisé un page "spéciale diffamation" du Werkgroep et de la Fondation, où il relaye les exploits de sa compagne Mme Hutsebaut avec lien directe sur le site Bloch. Il y affirme que Marcel a été condamné dans les années 70 pour viols de mineurs, ce qui est faux. On y retrouve également les diffamations à mon sujet dans l’affaire Warnotte, obtenues avec les mêmes techniques de manipulation des victimes, par une autre branche de leur clique. 

(...) Pas un seul journal n’a dit que les neuf premières plaintes ont été déboutées. Pas un seul journaliste de la presse francophone ne nous a contacté, mais a bien relayé des fausses informations, car abrogées du principal. Depuis quatorze ans que Marcel est diffamé dans la presse, TOUTES les demandes de droit de réponse ont été refusées. Les seuls qui ont été corrects, sont ceux qui avaient relayé les accusations d’escroquerie des Warnotte et ont fait un rectificatif. On se pose la question de pourquoi il n’y a pas un seul bureau d’avocat ni une seule organisation qui accepte de nous aider à porter plainte pour le crime contre l’humanité qui apparaît dans les cédéroms de Zandvoort.

Cette procédure a volontairement dépassé le délai raisonnable, avec unique but de permettre à une presse corrompue et la clique du magistrat français de discréditer le Werkgroep Morkhoven et ses découvertes. J’ai écris un ouvrage sur le réseau, qui nécessite encore des corrections pour être clairs auprès du grand public et j’espère que cela pourra financer la procédure. Nous savons toutefois que sans l’appui du monde de la protection de l’enfance - si celui-ci existe encore - l’affaire ne fera pas un filet dans la presse, ce qui toutefois nous est égal, tant que ce magistrat ne passe pas pour un prédateur isolé, alors qu’il a des liens avec tous le monde politique français et deux magistrats belges, impliqués dans la plus grande série de naufrages judiciaires dans des affaires de pédophilie.

Voilà pourquoi nous, le Werkgroep Morkhoven, sommes particulièrement touché de votre réaction, et vous en remercions très vivement.

Jacqueline de Croÿ

 

Eric Bellaouel, journaliste

Subject: RE : [PEDOCRIMINALITE] Condamnation téméraire et vexatoire (de Marcel Vervlosem)

Bonjour à vous,

Je suis triste d'apprendre cette décision de justice et j'espère que l'appel le fera sortir de là. Je suis toujours solidaire de vous !

Je vous lis souvent et reste au courrant. Désolé de ne pas vous avoir donné beaucoup de nouvelles ma vie à un peu changer en ce sens ou je ne fais plus beaucoup de reportages sur ces horreurs.

Cordialement
Eric Bellahouel

 

Filip Maceron, Fondateur du projet Vallée des Anges, Maison d'Acueil Thérapeuthique pour Enfants Emotionellement  Handicapés

A la longue, l'acharnement de ces magistrats belges sur Mr Vervloesem finit par être suspect : les procès sont truqués, les témoins a charge sont achetés, les pièces prouvant ces corruptions sont manquantes au dossier, etc.

Pour les observateurs extérieurs la justice belge est devenue une parodie, qui serait risible si ce processus négatif ne comportait pas de conséquences aussi tragiques.

Tragédie pour les enfants victimes de violeurs organises en réseaux qui sont peu inquiètes tandis que Mr Vervloesem est le bouc émissaire alors qu'il est évident qu'il est innocent.

Tragédie pour le peuple belge car leurs magistrats semblent dans un état de confusion mentale: pour eux le mal est devenu le bien et le bien est devenu le mal. En conséquence ils veulent protéger les assassins et les violeurs et punir ceux qui dénoncent les réseaux et leurs victimes.

Lorsque des composants aussi essentiels à la santé mentale d'un pays tels que ses magistrats ne savent plus faire la distinction entre le bien et le mal, cette société est en état de décomposition : l'état de droit existe de moins en moins, les procédures judiciaires ne sont plus respectées, les citoyens ont peur car ils réalisent que ceux charges de faire respecter les lois pour le bien public eux-mêmes y dérogent sans problème.

Ces égarements se cumulent avec le temps et on retourne, alors à la situation préhistorique de survie précaire ou chacun n'avait de chances de survivre que s'il était pourvu de la force physique suffisante pour se défendre.

A force de mensonges énoncés publiquement et répétés dans les medias, beaucoup de gens sont désorientés tandis que leurs magistrats se rendent coupables de complicité de crimes contre l'humanité, et les pays impliqués du fait des enlèvements d'enfants voient leurs propres enquêtes entravées par la non coopération de certains magistrats belges.

La société belge est malade car il y a à présent un trop grand nombre de gens y compris dans des fonctions de responsabilité qui n'ont plus de sens moral en eux-mêmes.

Mr Vervloesem aussi aurait pu perdre son sens moral, sa capacité a distinguer entre le bien et le mal, après son enfance passée en institution où il a souffert de multiples sévices aux mains de ceux-là même qui étaient sensés le protéger. Ces souffrances l'ont au contraire renforce dans ses valeurs morales et l'ont conduit aux actions remarquables de dénonciation des réseaux criminels.

Si la Belgique veut retrouver une existence fondée, la paix de l'âme et le respect des autres pays, il n'y a pas d'autre voie que poursuivre les magistrats corrompus pour les empêcher de nuire encore ultérieurement, et nommer Mr Vervloesem a la tête des enquêtes contre les réseaux, son efficacité est bien supérieure à ceux officiellement charges de la tâche.

- 2 -

02:10 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.