10/12/2006

Réseau Coral

Français  - English - Italiano

Réseau Coral/Zandvoort

Jacqueline de Croÿ - réactualisé le 10 décembre 2006

Image Hosted by ImageShack.us

C’était en 1982, à l’époque où les écrivains publiaient des romans de leurs amours avec "des enfants consentants", dans un langage ampoulé, en rimes, comme si cela pouvait effacer leurs crimes.
Le Coral était part d'un mouvement visant à faire reconnaître "le droit à la différance, à la tendresse et à la caresse" de vieux cochons en érection à des enfants psychotiques et autistes.

Fils de parents malades, Jean-Claude Krief avait été placé en institution, mais il n’avait pas apprécié l'amour visible dont il avait été imposé à consentir. Il avait 21 ans et rencontra Willy Marceau, un jeune écrivain qui lui fera découvrir le Coral, à Aimargues, un ravissant village du Midi de la France. Le mot de passe pour y rentrer  était d’avoir lu "Visiblement, Je Vous Aime" de son fondateur, Claude Sigala, également cinéaste.

Image Hosted by ImageShack.us

Jean-Claude Krief  passa l’épreuve du livre et s’y infiltra, en tant qu’éducateur pour les enfants malades.
Il y découvrait un défilé de l’internationale pédo-socialiste, les jeunes patients "soignés" par des ministres
en place où à devenir, ainsi que par une bande de dandys pervers.  Ils abusaient tranquillement de ces enfants, assurés de leur silence. Jean-Claude Krief découvrait une valise pleine de photos pédopornographiques, dont celle d’un magistrat déculotté en train d’abuser de l'infortuné Nordine, âgé de 11 ans et qui ne parlera jamais, s’il est encore en vie.  

Un total de 343 arrestations de personnes qui se rendaient au Coral pour y assouvir leurs perversités sexuelles était prévu. Des mandats d'arrêts étaient lancés, dont à l'encontre Sigala et Marceau qui furent inculpés, ainsi que les écrivains de Matzneff et Schérer. Trois ans plus tôt, dans la mouvance Tony Duvert, journaliste du magazine pédophile "Gai Pied", ils avaient témoigné que Jacques Dugué n'avait pas abusé d'enfants, mais qu'ils avaient partagé des relations sexuelles consentantes.

Tous clamèrent leur innocence, sauf le magistrat qui resta silencieux, mais fut intouché. Le Capitaine Barril de la gendarmerie avait reçu alors instruction de stopper l’enquête du fait du nombre de personnalités : un ministre, un prix Goncourt, un rédacteur en chef et un chroniqueur du journal Le Monde, etc.

Le dossier termina dans le garage du supérieur hiérarchique de l'enquêteur principal, avec celui de Kripten, un réseau satanique pédocriminel allié à la Belgique. 

Jean-Claude Krief apportera son dossier l’avocat Baduel, qui défendait une victime du réseau Kripten, car Willy Marceau avait prostitué le garçon. Ce réseau était allié par ses membres à celui du CRIES implanté dans les locaux de l’UNICEF à Bruxelles.  Toutefois, Baduel  introduira un dossier pour la défense du maquereau qui se disait victime du réseau, pour avoir dénoncé ses concurrents.

 

Comment le Coral est apparu allié au réseau Zandvoort

Quinze ans plus tard, Marcel Vervloesem, activiste du Werkgroep Morkhoven, avait retracé le Zandvoort et apporté leurs archives à la police. Il  enquêtait sur la photo N°9, qui représente un adulte et un enfant tenant en main le pénis de l'autre. En rendant visite à une association suisse, il découvrait le dossier de Baduel et la photo de celui qui Krief disait être le magistrat. Dans les archives du réseau Zandvoort, des listes qui ont ceci de particulier, qu'elles retracent la plus grande série de criminels alliés au réseau:

  • Claude Sigala: code 'S-24'.  Condamné dans l'affaire Coral
  • Magazine "Gai Pied": code 'ECH*' - de la mouvance Matzneff,
  • Willy Marceau: code '27'. Condamné dans l'affaire Coral.
    Il sera également inculpé dans l'affaire C.R.I.E.S. avec Philippe Carpentier, ex amant du Pasteur Doucé.
  • Jacques Dugué, ami de Matzneff et Scherer, était condamné à 30 ans de prison pour viol d'enfants. Il possédait quarante vidéos pédophiles et en faisait commerce avec Dutroux.
  • Pasteur Doucé: code '*GR'. (Christ Libérateur), en charge des abonnements de "Gaie France magazine", assassiné. Michel Caignet: code 'ECH-5*', directeur de "Gai France", condamné dans le réseau Toro Bravo.
  • Jacques Delbouille: code '32', proche de Weinstein du réseau Dutroux (allié à la secte Kripten/Abrasax) fut arrêté pour 15m3 de matériel pédopornographique chez lui.

Une gloire de la police belge cherche à blanchir la magistrat

Il lui faudra deux ans aux autorités belges pour communiquer que la photo N°9 aux autres services de polices. Mais il ne lui faudra pas 2 heures à l'inspecteur Zicot (dossier Dutroux) pour répondre que l’adulte figurant sur la photo N°9 serait Marcel Danze, un exploitant de vidéo club connu dans le milieu de la prostitution de Charleroi.

Publié par jacqueline le 9/01/2005, 13 KoIci Danze en 1993, juste après s'être fait casser la figure par le portier d'un café de Charleroi

Danze & le magistrat

Scotland Yard est formel: Danze n'est pas l'homme de la photo n°9, ce qui pour d'autres, se voit du premier coup d'oeil. Les calvities des deux hommes ont des naissances différentes. L'un a besoin de lunettes, l'autre pas. L'un ressemble à un magistrat, l'autre à une fripouille.

George Zicot sera innocenté d'accusations de faux, usage de faux et escroquerie dans le cadre du réseau Dutroux.
Spécialiste du vol de voiture, il était intervenu à plusieurs reprises à la faveur de la bande de Marc Dutroux. Il était accusé d'avoir orienté les soupçons de fraude à l'assurance envers des ennemis de service alors qu’il avait reçu des informations mentionnant Dutroux; d'avoir omis d'avertir sa hiérarchie de faits importants dans le cadre d'affaires dans lesquelles Dutroux était soupçonné et d'avoir protégé celui désigné pour avoir "évacué" la voiture dans laquelle ont été enlevées Julie et Melissa.

L'inspecteur Georges ZICOT n'aura jamais à expliquer pourquoi il s'est tant empressé à vouloir blanchir ce magistrat avec une fausse piste aussi magistrale et il a été promu de l’ancienne police judiciaire de Charleroi, en tant que commissaire police fédérale de Bruxelles.

Les fausses pistes se multiplient

L'avocat Baduel dira que Jean-Claude Krief était mort de mort naturelle, emportant avec lui le secret de son dossier et que son frère s’était réfugié dans un kibboutz en Israël. A l’opposé, le comité de soutien du magistrat assure que les frères Krief auraient été des agents spéciaux des services secrets français qui auraient, avec l’aide de la brigade des stupéfiants et du proxénétisme, fait un montage pour embêter un honnête magistrat qui lutte contre la pédophilie.
Pour résumer leur version : Jean-Claude Krief aurait confondu l’institut pour enfants psychotiques et autistes à un quartier général socialiste ; les services secret l’auraient payé pour aller acheter des photos pédo-pornographiques dans des sex shops en Belgique et en Hollande. Son frère et lui se seraient inscrits au parti socialiste et chez les "autonomes", un groupuscule communistes violents, pour espionner l’un et manipuler l’autre, ce qui aurait mené non pas à la mort naturelle de Jean-Claude, mais au suicide de son frère Michel, en plein scandale.  Les services secrets, suspectés d'avoir assassiné Michel, auraient alors payé un billet d’avion à Jean-Claude afin qu’il puisse se réfugier en Israël. Rien de très logique.  

En revanche, la mort tragique de Michel était susceptible de plonger toute la famille Krief dans un suicide collectif, ce qui aura pu inciter Jean-Claude  à rétracter ses accusations. L’étonnant est qu’il se serait volontairement rétracté en prison, dans un langage ampoulé et avec une orthographe qui ne lui appartient pas, ce qui est démontré par des lettres de sa main. On constatera pourtant que ce ne sont pas les officiers des services secret, ni les bouillants jeunes communistes qui se laissaient photographier tout nu en abusant des enfants, mais bien un juge de la jeunesse allié à tout ce qui a de plus pompeux dans le gouvernement et la magistrature française.  

Le comité de soutien du magistrat est scandalisé de la dénonciation de cet homme dont nul n’ose sortir le nom, de peur de voir sa famille suicidée et se retrouver en prison.

20:05 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

Commentaires

Droit de réponse sur accusations mensongère et fallacieuses de Zicot Je confirme sur mon honneur et sur l'honneur de mon grand père paternel "DANZE Louis" lequel à travaillé au service de Monseigneur le prince de Croy en tant que "Maître d'Hotel"au Chateau du roeulx que je absolument rien à rien a voir avec cette merde de pédophile repris sur la photo que la "bsr" à trouvé sur internet et dont le dénommé "Zicot" ex de la gendarmerie avait prétendu me reconnaitre.
permettez de présenter à Madame la Princesse de Croy ainsi qu'à Monseigneur le Prince dont j'ai eu le plaisir et l'honneur de lui remmettre chez le baron Von Mack à Bruxelles dans les années 70 certaines archives que je tenais de mon grand père et ma grand mère, mes plus respectueuses salutations.
A votre entière disposition si vous souhaitiez me rencontrer confidentiellement.
S: DANZE Marcel "petit fils de DANZE Louis" et fier de l'être.

Écrit par : DANZE Marcel | 06/09/2007

Répondre à ce commentaire

[b]REPONSE A JACQUELINE DE CROY[/b]
Il n'y avait pas de vieux cochons au Coral à la queue en tire-bouchon.Ils étaient transformés en jambon et mangés avant de devenir vieux. Il est vrai que les enfants et les adolescents acueillis au Coral étaient traités avec tendresse et affection si bien qu'ils ne voulaient pas le quitter.Les enfants psychotiques et autistes étaient traités avec respect comme les autres .
Willy Marceau, ami du délinquant jean Claude Krief n'est jamais venu au Coral. Aucun ministre ni futur ministre n'est venu au Coral. L'écrivain Matzneff n'est jamais venu au Coral. Il n'a pas été inculpé. Le philosophe Scherer est venu au Coral une journée au début de 1982. Il a été inculpé d'octobre 1982 à novembre 1982 jusqu'au moment ou le délinqant jean Claude Krief a rétracté toutes ses accusations en demandant pardon du mal qu'il avait causé.
Quand les policiers ont fouillé le Coral le 13 octobre 1982 ils n'ont trouvé aucune des photos pédophiles promises par Krief. Il n'y a jamais eu de photo d'un magistrat déculotté mais seulement une photo N°9 trouvée à Zandvoort en Hollande en 1998 et représentant un homme inconnu déculotté et masturbé par un garçon brésilien à la peau couleur de chocolat. Cette photo a probablement été prise au Brésil et placée dans un guide pour touristes pédophiles. Nordine était français et blond et pas brésilien et brun. Il était encore vivant en 2006 ( j'ai vérifié à l'état-civil de son lieu de naissance). Au procès de janvier 1986 Nordine a rétracté toutes les accusations qu'il avait dites pour sortir plus vite du commissariat de police en octobre 1982.
Matzneff et Scherer ont bien témoigné en 1979 en faveur du pédophile Dugué. Mais ce Dugué était inconnu du Coral ainsi que Duvert.
L'enquête n'a pas été stoppée par le capitaine Barril de la cellule antiterroriste du Président Mitterand. Elle a commencé le 10 mai 1982, jour des dénonciations calomnieuses du délinquant jean Claude Krief au commissariat parisien de la Vilette (19eme).Elle est devenu trés active de septembre 1982 à février 1983 puis plus calme ensuite.
En octobre 1982 le capitaine Barril avait été chargé de stopper la machination engagée contre le gouvernement socialiste par l'inspecteur Pascal , policier des Renseignements généraux à la Préfecture de Police de Paris. Pascal n'était pas officier de police judiciare mais il donna à Jean claude Krief un formulaire de PV de police réservé aux OPJ. Krief conseillé par son patron l'inspecteur Pascal remplit un faux PV de police accusant le ministre socialiste Jack Lang de pédophilie avec des petits garçons du ,Coral, qui lui auraient été apportés à Paris pour son plaisir pédophile. Le capitaine Barril est allé voir l'inspecteur Pascal dont Krief était l'indicateur. Il a obtenu de Pascal des doubles de toutes les photos pédophiles que Krief avait obtenues de ses amis parisiens Willy Marceau etc.. ainsi que les photos pédophiles achetées par Krief en Belgique et en Hollande, probablement entre le 14 octobre et le 20 octobre 1982, date de son arrestation. Il n' y a pas de Prix goncourt dans cette affaire. Le chroniqueur du journal Le Monde est Matzneff.Le rédacteur en chef n'a pas été accusé d'après ce que je sais.
Les photos de Krief représentaient des personnes inconnues que le juge d'instruction Salzmann n' a jamais pu identifier, sauf trois parisiens un professeur de musique Gérard Durant , un Directeur de colonie de vacances Raymond Huryta et un poète Willy Marceau.Ces trois pédophiles ne sont jamais venus au Coral. Lors du procès ,de janvier 1986 leur cas a été traité à part en avant première puis il y a eu un entracte avant de démarrer le vrai procès du Coral. Un double du dossier a été caché dans un garage appartenant au préfet Prouteau chef de la cellule antiterroriste du Président Mitterand et découvert au printemps 1997. Cette découverte n'a rien apporté de nouveau.
L'avocat Baduel était un inconnu au moment de l'affaire entre 1982 et 1987. Je ne comprend rien au texte de Jacqueline De Croy concernant Baduel.
Peut être JC Krief a t il donné un double de sa collection de photos pédophiles à l'avocat parisien Baduel juste avant d'être emprisonné. Peut être JC Krief avait il acheté la photo N° 9 de Zandvoort à Amsterdam ou bien l'avait il trouvée dans un guide pour touristes pédophiles vendu à Amsterdam. Paris Match a publié le nom d'un de ces marchands de photos pédophiles d'Amsterdam visité par Krief. Dès que je l'aurai retrouvé je vous l'enverrai.
Les Archives du pédophile de zandvoort ne contiennent pas le nom du psychiatre du Coral, ni celui du jardinier Jean Noel Bardy ni celui de Matzneff , ni celui de Scherer, ni celui de Jack Lang, ni celui du magistrat qui avait inspecté le Coral Rosenczveig, ni les pédophiles Durand et Huryta ni le rédacteur en chef du Monde mais seulement celui de Claude Sigala connu par son procès et celui de Willy Marceau qui n'a pas été condamné au procès de janvier 1986 car ses photos avaient été considérées comme anodines et non perverses. Tous les autres noms trouvés à Zandvoort étaient des inconnus au moment de l'affaire du Coral.
La brigade des stupéfiants et du proxénétisme avait déjà travaillé avec le juge Rosenczveig, soutien du Coral. Son commissaire a très rapidement remarqué que les accustions de Krief contre ce magistrat étaient des mensonges. L'inspecteur principal de la BSP Patrick RIOU n'a pas du tout apprécié quand il a vu le faux PV de police contre le ministre Jack Lang fabriqué par Jc Krief et comportant une imitation de sa signature et son nom Michel RIOU .C'est à dire avec un faux prénom. On ne sait pas si Patrick RIOU OPJ du 36 quai des orfèvres est allé engueuler le patron de Krief l'inspecteur Pascal ayant son bureau à la préfecture de police 500 mètre plus loin.
Je vais rechercher la date du suicide de Michel Krief mais je pense que c'était bien après les rétractations de son frère Jean Claude.
Ce n'est pas un juge de la jeunesse qui s'est fait photographié nu avec un garçon brésilien mais un touriste pédophile inconnu en voyage au Brésil .
A plus Jean BEGOT

Écrit par : BEGOT | 01/07/2008

Répondre à ce commentaire

Et marcel Vervoeven ? Très bien votre site, mais pourquoi ne pas donner plus régulièrement des nouvelles de l'homme injustement emprisonné ? que font la famille royale et les gens honnêtes ? Pourquoi ce silence révoltant ? Réveillez-vous !
Cordialement à vous.

Écrit par : Philippot Henri | 02/08/2009

Répondre à ce commentaire

PEDOPHILIE A CANNES Monsieur VERDI Patrice
à

Mesdames ou Messieurs les défenseurs des Droits et de l’Enfance,

J’ai l’honneur de vous écrire afin de vous signaler certains faits très graves pour ne pas dire inadmissibles qui vous prouveront que nous ne vivons plus en démocratie et qu’une cabale politique s’abat depuis 2001 sur ma personne ainsi que sur l’ensemble de ma famille afin de nous déstabiliser et de nous détruire socialement.
Fonctionnaire de Police Municipale depuis mai 1993, j’ai été l’auteur d’un rapport de problème potentiel de pédophilie été 2001 sur un individu qui prétendait être un ami du Député Maire de CANNES, Bernard BROCHAND, j’ai transmis la procédure au commissariat central de CANNES et ai demandé à l’OPJ de permanence que cette personne fasse l’objet d’une audition immédiate car les faits déclarés étaient d’une gravité extrême et mettaient en cause des notables de la ville, de plus le témoin de ces faits criminels, une jeune fille d’origine maghrébine, qui faisait partie des orphelins d’auteuil se sentait véritablement menacée par la gravité de cette histoire qui n’a eu à ma connaissance aucune suite judiciaire pour le moment pour leurs auteurs mais des conséquences sociales majeures et catastrophiques probantes pour le policier et le père de famille que je suis et qui les a dénoncés.
Curieusement peu de temps après, ma personne et ma fonction professionnelle sont mis en cause dans une affaire judiciaire qui a tenté de me détruire socialement et dont les dommages et intérêts demandés actuellement à la ville de CANNES représentée par son Député Maire Monsieur Bernard BROCHAND devant le TA de NICE sont de 1000000 d’Euros pour les raisons suivantes qui sont à mon sens incontestablement avérées :
Harcèlement moral (art 222-33-3 du CP)

Violation de la correspondance (art 226-15 du CP).

Violation du secret professionnel (art 226-13 du CP).

Coalition de fonctionnaires en vertu des Art. 233 à 236, 260 du Code pénal,
mais également et surtout pour discrimination sociale (art 225-1 à 225-4 du CP) par le refus de ma réintégration professionnelle et par l’émission de fausses fiches de paie pendant des années car je n’ai plus jamais pu reprendre aucune activité sociale depuis les faits évoqués en 2001 grâce à la complicité des autorités administratives de tutelle.
De fait, malgré la décision du 15 mai 2002 du TA de NICE ainsi que la commission de discipline dirigée par Gil CORNEVAUX concernant ma présomption d’innocence dans cette cabale judiciaire et politique montée de toute pièce afin de me discréditer socialement, je n’ai plus jamais travaillé, le Maire de CANNES a émis depuis cette date de fausses fiches de paye à temps complet en toute impunité car il n’est pas au dessus de la loi, il représente une forme de loi, celle de l’argent, car seule son influence sociale et économique au sein du gouvernement lui permette de ne pas s’y soustraire ouvertement et sans complexe, c’est d’ailleurs régulièrement la valse des hauts fonctionnaires d’Etat.
Mon avocat , Maître VALLIERGUE, le nouveau bâtonnier dédié du TGI de GRASSE, qui défendait mes intérêts dans cette coalition a signé par hasard et non par intérêt une injonction thérapeutique contre ma personne pour me faire interner, l’expert commis le Professeur ROURE m’a déclaré sain d’esprit le 17 Mai 2002 en précisant les faits suivants :

Art 1 : « L’examen du sujet ne relève pas chez lui d’anomalie psychique ou mentale .»
Art 2 : « Les faits reprochés au sujet n’est en relation avec aucune anomalie mentale ou psychique .»
Alors pourquoi est-ce que la justice voulait elle me faire passer pour fou par le biais de mon avocat ?
Tout simplement, afin de discréditer un Policier qui dénonce une affaire de PEDOPHILIE.
Le Professeur ROURE m’a demandé les raisons pour lesquelles je me trouvais là et que la seule explication possible était purement politique, je lui ai rétorqué de s’adresser à Mr DOUMAS, procureur, devenu procureur général pour ses qualités et aptitudes morales exceptionnelles en matière de classement vertical. Je tiens à vous préciser également que Maître Valliergue est l’avocat de René LEPORC, l’éditeur de Michèle MERCIER et également mon éditeur qui est un escroc condamné à 18 mois de prison ferme et 150000 euros d’amende et qui publie à la FNAC.COM mon livre « Le serment d’hypocrite » depuis 1998 sans me payer mes droits d’auteur et fait l’objet d’une plainte pour escroquerie et violation du CPI auprès du Procureur de la République du TGI de GRASSE des AM qui n’y prête jusqu’à présent aucune attention et ne me répond même pas alors qu’il y a eu une violation de mes droits d’auteur posé par l’article L.111-1 du code de la propriété intellectuelle (CPI) et que ces infractions sont sanctionnées pénalement (CPI, art L.335-1 à L.335-10).

J’ai d’ailleurs dénoncé ces faits depuis des années à l’ensemble de la chaîne judiciaire et administrative mais pas exclusivement car le devoir de réserve ne peut s’appliquer communément aux personnes victimes de harcèlement et de discriminations sociales avérées pendant plusieurs années dans l’indifférence ou la complicité générale du pouvoir politique, administratif et judiciaire Français qui positionne le citoyen face à ses devoirs mais n’assure apparemment plus ses droits et a permis par son laxisme l’extradition de Monsieur LEPORC alias RENE DELERINS au Vietnam où son homonyme détient la compagnie maritime the Boy’s Maritime Compagny qui a organisé le 13/09/08 à HO CHI MINH Ville au Vietnam en partenariat avec le Bureau Economique du Consulat Général de France, le projet JANUS.
Le maire a émis un arrêté de radiation des cadres le 12/10/06, j’ai formulé une requête en annulation contre ce dernier auprès du TA de NICE car il existe une violation de mes droits à la défense en vertu de l’article 4 du décret du JO N°84-961 du 25 octobre 1984 qui précise la durée nécessaire entre la convocation initiale du fonctionnaire incriminé dans la procédure disciplinaire et la mise en place de cette commission.
J’ai saisi le juge des référés de la quatrième chambre du TA de NICE qui a rejeté ma requête en usant comme argumentation qu’il n’y avait pas urgence sans évoquer une seule fois le vice de procédure incontestable qu’il aurait pu dénoncer.
Mais de qui se moque t’on ? La police s’est fourvoyée, la justice s’est égarée, l’administration fait l’autruche !
La quatrième chambre du TA de NICE a été dessaisie pour des raisons inconnues au profit de la septième chambre qui traite désormais (entre autres dossiers singuliers me concernant ) avec la troisième chambre le dossier suivant :
0605808 : Requête en annulation déposée le 13/11/2006 contre l’arrêté de radiation 12/10/06 émis par le Maire de CANNES, il est nécessaire de préciser sans vouloir interférer dans le processus judiciaire :
- que je bénéficie de la loi d’amnistie N°2002-1062 promulguée le 06/08/02 alors que des fonctionnaires qui ont des casiers judiciaires pour des condamnations plus graves sont restés en fonction.
- que je bénéficie de l’article 4 du décret du JO N°84-961 du 25 octobre 1984 car l’arrêté émis par Monsieur le Député Maire de CANNES le 12 Octobre 2006 précise que la lettre d’information en LR + AR envoyé par Monsieur Claude MORIN, adjoint au Député Maire de CANNES et délégué au personnel date du 14 Septembre 2006 et la réunion ainsi que la décision de la Commission Administrative Paritaire date du 26 Septembre 2006, il y a donc une violation manifeste du délai minimum de quinze jours des droits de la défense en vertu du décret précité.
- que l’ensemble de mes fiches de paie sont fausses depuis le 26/11/01, le grade, l’échelon, la date d’entrée, la fonction, le temps de travail à temps complet alors que l’on me refuse de travailler depuis 2001, la position de paie actuelle est la suivante « titulaire invalidité » ce qui est totalement faux et m’empêche de présenter mes bulletins de salaire pour trouver un logement car avec l’aide des banques et du receveur percepteur municipal qui m’a payé pendant sept ans avec une ou deux semaines de retard, j’ai perdu mon logement, je suis hébergé et ma situation sociale est devenue catastrophique, etc…
- L'article L.781-1 alinéa 1er du Code de l'organisation judiciaire précise les faits suivants :, "l'État est tenu de réparer le dommage causé par le fonctionnement défectueux du service de la justice. Cette responsabilité n'est engagée que par une faute lourde ou un déni de justice".
Le délit constaté est donc été le déni par l’ensemble des autorités administratives et judiciaires de mon droit à la réintégration sociale en vertu de la décision du 15 Mai 2002 du TA de NICE qui a refusé ma radiation des cadres en application de la loi du 15 Juin 2000 sur la présomption d’innocence dont je n’ai jamais pu bénéficier, mes plaintes sont donc restées jusqu’à présent sans réponses ni effets sur ma situation sociale particulièrement dégradante car lorsque l’on prive un individu de son droit élémentaire au travail par le refus de sa réintégration , on le prive systématiquement de toute dignité humaine et de tout respect de la part de nombreux citoyens.

Cette situation de stress permanente a engendré des problèmes de santé graves qui peuvent être
prouvés par des certificats médicaux des spécialistes concernés.

Je tiens également à vous tenir informer sur la position de pouvoir excessif et de partialité prise désormais par le Tribunal Administratif de NICE par le biais d’une lettre recommandée en date du 11/03/09 envoyée par Monsieur le Président Patrice BLANC qui soulève désormais un Moyen d’Ordre Publique et tend à rendre irrecevable tous les moyens de défense enregistrés plus de deux mois après la saisine du Tribunal.
Les Moyens d’Ordre Public relevant de la légalité interne sont liés principalement à la méconnaissance du champ d’application de la loi de certaines pièces du dossier et non à l’intégralité de ces dernières à une date antérieure à l’enregistrement de celles qui permettent de mettre en évidence un vice de procédure déterminé par un décret du Journal Officiel du 27/10/84 ou une décision du Tribunal Administratif de Nice prise en session le 15/05/02.
Vous comprendrez aisément que cette décision nouvelle qui n’a jamais été appliquée dans mon dossier mais aurait pu et même aurait donc du être soulevée logiquement par les juges des référés saisis dans cette affaire concernant :

- L’ordonnance du 17/01/08 pour le référé suspension du dossier N°0706890-94 émise par le juge des référés B. PARISOT qui n’a soulevé aucun MOP,
- L’ordonnance du 05/02/09 pour le référé provision du dossier N°0806724-97 émise par le juge des référés et Président du Tribunal Administratif de NICE, Monsieur Francis MALLOL qui n’a soulevé aucun MOP,

démontrent que le tribunal administratif de NICE a utilisé mes mémoires en défense jusqu’au 05/02/09 et tient à les rendre désormais irrecevables afin de m’empêcher de faire appel et de reconnaître la responsabilité de la commune dans cette affaire car il existe de toute façon une violation manifeste de mes droits à la défense dénoncée dans mes mémoires en vertu de l’article 4 du décret du JO N°84-961 du 25 octobre 1984 qui casse l’arrêté de radiation du 10/10/06 pour vice de forme car le délai minimum entre la tenue de la CAP et l’émission de l’arrêté de radiation n’a pas été respecté mais aussi une volonté d’exclusion sociale car la décision du 15/05/02 du TA de NICE n’a jamais été appliquée par le Maire de CANNES qui m’a exclu volontairement de toute vie professionnelle depuis cette date.
Je suis en arrêt de travail depuis plusieurs mois pour dépression même si je ne travaille plus depuis 2001 car je suis victime d’un harcèlement social et financier permanent, même le Conseil Général refuse actuellement de me verser le RMI et me réclame paradoxalement un indu de paiement abusif de 686.66 euros par le titre exécutoire N°10690, parallèlement le receveur percepteur municipal me réclame la somme de 5336.07 euros totalement injustifiée par le titre exécutoire N°557 que je conteste également auprès du TA qui appréciera le machiavélisme de l’administration qui s’acharne sur ma famille alors que je perçois seulement 700 euros environ du receveur percepteur municipal pour vivre chaque mois sans tenir compte de mon échelon, de mon grade et de mon ancienneté au sein du service.
Je vous précise également que ma dernière note administrative légale de 2000 est de 18.50 /20 en raison de mes aptitudes professionnelles, de l’obtention de mon diplôme de formateur de police auprès du CNFPT mais aussi pour l’informatisation du service, etc.…
Je suis inscrit comme demandeur d’emploi à l’ANPE depuis 2006 pour percevoir un traitement de la mairie qui avait suspendu mon salaire malgré ma requête en annulation mais je ne dépends pas du régime général mais du régime des fonctionnaires qui me ferait commettre un délit si je travaillais alors que le TA de NICE doit me réintégrer dans mes fonctions sociales devant un vice de forme incontestable. Je suis donc un faux demandeur d’emploi si je tiens à ne pas perdre mes quinze années d’ancienneté dans l’administration.
Je ne dénonce rien, je subis une situation sociale intolérable d’exclusion qui perdure sans fin et semble s’éterniser au TA de NICE afin d’user ma patience et mon courage et dont les membres de ma famille sont également les victimes de façon indirecte car l’état de droit n’existe plus dans ce pays quand certains élus en ont les moyens, d’ailleurs j’ai alerté tous les avocats du barreau de GRASSE et de NICE et aucun ne veut me défendre dès que je prononce le nom du Maire de CANNES car ils y associent encore son frère et les réseaux d’influence acquis par ces deux représentants de l’Etat au sein de certaines corporations puissantes que sont la Police et la Justice.
Cette misérable affaire remet en cause le fonctionnement et l’indépendance des institutions de la République Française dont vous êtes désormais les derniers garants en raison de l’absence de réponse probante des autorités judiciaires de surveillance et de contrôle des agissements du Député Maire de la ville de CANNES qui a violé et viole encore la loi délibérément tous les mois depuis des années sans être inquiété par personne.
Dans l’attente de vous lire, je vous prie de croire, Mesdames ou Messieurs, à l’assurance de ma considération distinguée et en ma déception accentuée de la valeur de nos institutions sauf peut-être mais avec de nombreuses réserves pour la médecine qui doit nécessairement tenter de conserver une indépendance d’action et de pensée qui permet aux différences culturelles, intellectuelles et morales de se mélanger afin d’obtenir une mixité d’idées nécessaire à un foisonnement intellectuel permanent qui sauvera l’humanité de son ignorance et de sa perfidie.
VERDI Patrice
PS : Aucun républicain ne pourra prétendre maintenant qu’il ne savait pas ce qui se trame à
CANNES !
PS1 : L’ancien premier ministre Dominique de VILLEPIN a déclaré publiquement : « la Justice peut être instrumentalisée », nous pouvons facilement envisager une extrapolation probable de ses paroles à l’ensemble des rouages publiques qui en dépendent dans une démocratie qui se transforme progressivement en un impérialisme du capital où l’individu devient un consommable par l’abandon progressif et tangible de toute forme d’humanité comme valeur morale essentielle de notre survie.
PS2 : Je suis devenu « Ennemi d’état » car je dénonce un système mafieux qui a jumelé à mon sens CANNES avec la mafia, les services secrets Français et Etrangers mais avant tout avec cette merveilleuse ville de THEOULE sur MER dont le suicide d’André Charles BLANC arrange bien des personnes qui le connaissaient très bien et se retrouvent par hasard être devenus les bras droits du Maire de CANNES quel que soit la qualité de leur casier judiciaire alors même qu’ils étaient auparavant les amis proches de Michel MOUILLOT qui est tant décrié avec force et conviction par le Maire de CANNES actuel qui n’a certainement pas de miroir chez lui.
PS3 : La ville de CANNES devrait finalement être jumelée avec VICHY, ce serait moins hypocrite de la part des autorités Françaises qui entretiennent un climat de suspicion et de culpabilité généralisées alors que la niche fiscale du pays pourrait rapporter 75 millards d’euros par an à des fins de justice sociale même si le quotient familial en fait déjà parti ce qui représente bien entendu l’arbre qui cache la forêt.
PS4 : Sur GOOGLE : Tapez « PEDOPHILIE A CANNES » et vous comprendrez l’impensable !!!!
A CANNES DESORMAIS TOUT DEVIENT POSSIBLE ….
SAUF TROUVER UN AVOCAT COURAGEUX ET INCORRUPTIBLE QUI DEFENDRA UN POLICIER
QUI DENONCE DES CRIMES OU DES DELITS PERPETRES PAR DES POLITIQUES PROTEGES ET
SOUTENUS PAR UN SYSTEME PERVERS ET PROGRESSIVEMENT TOTALITARISTE !

Écrit par : verdi | 05/08/2009

Répondre à ce commentaire

Pour information
un lien sur l'affaire de Coral
à visiter les documents sont de qualité
http://www.the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=1813
visiter le site, il y a d'autres documents sur ce triste sujet
Merci de votre travail

Écrit par : Sycophante | 18/06/2011

Répondre à ce commentaire

@Sycophante | Merci bien pour votre soutien. On nous peut trouver sur Facebook sous le nom 'Werkgroep Morkhoven'.

Écrit par : Boeykens | 27/02/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
J'ai rencontré cette bande de pervers et de surcroit c'est le juge de la jeunesse de charleroi qui m'a confié à Delbouille jacques, vous comprendrez ce que j'ai vu et enduré.
J'en souffre dans le silence
Cordialement

Écrit par : LANOY | 30/10/2012

Répondre à ce commentaire

Je vous applaudis pour votre éditorial. c'est un vrai travail d'écriture. Continuez


serrurier paris paris& serrurier paris paris; S. serrurier paris paris de serrurier paris paris serrurier paris paris ée serrurier paris paris de serrurier paris paris 12, serrurier paris s conseils et des banlieues. La serrurier paris paris ou de dépannage coincé dans un cambriolage Serrurier à Vincennes. Serrurier paris sont formés dans la place? Entrée

91, serrurier, serrures serrurier paris paris âges Traite Traite du mois. Offres spéciales Serrurier Paris 15. Serrurier professionnalisons ou tous vos besoin en utilisante. Notre équipe serrurier paris paris 5, verrouillage cas de France. Pied de serrurier paris paris, dépannage en Île de serrurier paris paris ou la serrurier paris paris claquée, la Première serrurier confie tout comme ( serrure.

Mottura Fichet, laperche Vachette, Pollux, clé ( Bricard, clé vous habitations également seront alors une simple au double de serrurier paris paris paris Paris serrurier ouverture de panne électionnels à Paris 8Serrurier disponibilité d?une copie clé pour trouver le blocage de qualité et sa banlieue Serrurier à Ces basé à l?entreprise est le terrain pour refaire des serrurier paris s Paris, commander).

Écrit par : serrurier paris 17 | 10/08/2014

Répondre à ce commentaire

Une tête de corail est une colonie de polypes myriade génétiquement identiques. Chaque polype est un animal invertébré en général seulement quelques millimètres de diamètre et de quelques centimètres de longueur. Un ensemble de tentacules entourent une ouverture d'embouchure centrale. Un exosquelette est excrété près de la base.

Écrit par : college transfer essay | 26/08/2014

Répondre à ce commentaire

Disparus de Mourmelon- adjudant-chef Pierre Chanal :

http://www.dominique59121.skyrock.com

http://www.disparusdemourmelon.org

Avec articles, photos, cartes...

Écrit par : Claude Pierrard | 27/08/2014

Répondre à ce commentaire

En 1892, une manière complètement différente les gens regardaient le monde de la prose et de la poésie! Alors bien sûr, il y avait des normes spécifiques, mais il a été jugé très à la mode!

Écrit par : rfp templates | 08/09/2014

Répondre à ce commentaire

En 1892, une manière complètement différente les gens regardaient le monde de la prose et de la poésie! Alors bien sûr, il y avait des normes spécifiques, mais il a été jugé très à la mode!

Écrit par : rfp templates | 08/09/2014

Répondre à ce commentaire

L'endroit parfait pour les visiteurs! Je vous conseille d'aller à cette ville tout le monde qui n'était pas là!

Écrit par : emergency medicine residency personal statement | 17/09/2014

Répondre à ce commentaire

Cette ville est tout simplement parfait dans sa majesté! J'aime vraiment le style de ces villes de teinture Preu, il rend la ville plus belle!

Écrit par : do my dissertation | 22/09/2014

Répondre à ce commentaire

La prostitution devrait être légalisée . Le moment où il est légalisé , il sera "supprimer" le "cool" à ce sujet et de plus en plus de gens vont le fuir . Mais alors illégale , les gens vont continuer à vivre dans le déni alors que sa croissance par jour .

Écrit par : Research Paper Help | 29/01/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.