10/12/2006

L'affaire Gohar

 

Gohar

Entraînée par des parents adoptifs qui la forment en l’abusant, la petite Malorie Lefèvre découvre le cauchemar de la prostitution à l’âge de 11 ans. Tenue par chantage, elle n’a pas pu s’échapper en devenant adulte.

Elle venait d’avoir une petite fille quand elle rencontrait Gohar et ils se mirent en ménage. Lorsqu’elle vu son enfant de neuf ans abusée par ses parents, elle se confiait à son compagnon pour la première foi. Il l’aidait à porter plainte avec preuves à l’appui pour pédophilie, proxénétisme, faux, usages de faux et escroquerie.

Ils ignoraient la procédure habituelle en Belgique pour les personnes qui dénoncent un réseau pédocriminel. En lieu et place de mettre les proxénètes sous les verrous, les services de la justice enlevèrent la petite fille et engageaient une procédure pour faire placer l’enfant qu’elle portait, lui faisant miroiter la fin de ses soucis à la condition qu’elle annule ses plaintes.

Ils furent persécutés, harcelés et menacés durant un an et demi, allant jusqu’à favoriser les contacts entre la petite fille et les grands parents – alors qu’ils étaient accusés d’inceste et de pédophilie.

Le couple décidait de protéger leurs enfants et se réfugier à Alexandrie, la terre natale de Gohar. L’enfant était sous la tutelle de l’état et ils étaient arrêtés à l’aéroport de Zurich, avec le choix de partir en abandonnant leur fille, ce qui était impossible. Mahorie revenait avec sa fille en Belgique, pendant que son compagnon rejoignait sa famille égyptienne pour protéger son fils alors âgé de quatre mois et demi.

De retour à Bruxelles, Mahorie est incarcérée, entre la prison et les hôpitaux psychiatriques durant six mois. La petite fille fut confiée à la garde de ses grands-parents accusés d’abus sexuels et de proxénétisme.

Involved by adoptive parents who trained her as they abused her, little Malorie Lefèvre discovered the nightmare of prostitution at the 11 years age. Severely blackmailed, she was in no situation to escape while becoming adult.

She had just had a little girl, when she met Gohar and they started to live together. When she saw her nine year old child abused by her parents, she entrusted to her companion for the first time. He helped her to carry a formal complaint with evidence for child abuse, procuring, forgery, uses of forgery and swindle.

They were unaware of the usual procedure in Belgium for the people who report a paedophile network. Instead of putting the procurers under the bolts, the services of justice removed the small girl and initiated a procedure to take away the child whom she carried, making her gleam the end of her problems, at the condition she would cancel her complaints.

They were persecuted, badgered and threatened, During a year and half, up to support contacts between the little girl and the grand-parents - whereas they were shown of incest and paedophilia.

The couple decided then to protect their children and to take refuge in Alexandria, the native soil of Gohar. The child was under the custody of the state and they were arrested at the airport of Zurich, offered the choice of leaving and giving up their daughter, which was impossible. Mahorie came back with her daughter in Belgium, while her companion joined his Egyptian family to protect his son then aged four months old and half.

Back in Brussels, Mahorie is locked, between the psychiatric hospital and prison during six months. The little girl was given to the custody of the grand-parents who are accused of child prostitution and sexual abuse.

13:54 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.