09/12/2006

Procès/Trial Vervloesem: Tout le monde va en appel/Everybody appeal

Zandvoort/Kempen Netwerk versus Werkgroep Morkhoven

 Tout le monde va en appel

Everybody appeal

C’est, faut-il le dire, le dernier budget de la Gazette van Zandvoort, Het Zandvoortblad et VTZ pour permettre au Procureur Vander Flaes, Victorreke et sa bande, de prolonger le discrédit sur l’association de la lutte des réseaux pédocriminels en inversant les rôles : les violeurs deviennent les violés par celui qui les dénonce.

On admire la témérité du magistrat qui avait déclaré à la presse vouloir porter plainte contre l’homme qu’il a fait condamner, alors que sa fonction l’oblige à l’impartialité. On admire également la témérité de Me Francken qui entreprend un appel impossible à gagner puisque  le délai raisonnable est échu ; mais s’assure de pouvoir dire ses dernières âneries à VTZ.

Etonnement, elle n'a jamais fait de commentaires sur la plainte originale du Werkgroep Morkhoven du 4 mars 2001 pour dénoncer le réseau  Zandvoort, qui mentionne également clients.

Le 21 octobre 1998, alors que Marcel Vervloesem venait de remettre aux autorités les archives du réseau, la presse assurait qu’il aurait violé Victorreke, sans toutefois révéler que la police de Herentals et un médecin étaient intervenu à l’occasion d’une agression sexuelle de Victorreke sur garçon de 12 ans avec menaces au couteau.

Le lendemain, la presse assurait que Marcel Vervloesem avait violé Johan D., l’amant de Victorreke, sans toutefois mentionner qu’il était objet d’une plainte pour le viol avec violence sur une jeune fille de 16 ans qui en était tombée enceinte, puis fut battue dans le but d’entraîner une fausse couche qui s’était finalisée à l’hôpital d’Herentals.

Durant neuf ans, la presse a assuré que les violeurs présumés auraient été violés par le directeur de l’organisation qui aidait leurs victimes à obtenir justice. Non contant de 14 plaintes déboutées en 14 ans, la presse lançait sur Internet son dernier appel à la délation avec adresse email pour toutes les "victimes" de Marcel Vervloesem.

Aux dernières nouvelles, Victorreke est en colère que l’on se pose des questions sur les qualités que lui ont reconnu le Bourgmestre Peters pour justifier que lui soit accordé un poste directeur de service social, alors qu’outre ses exploits sexuels, il a une écriture phonétique et est manifestement incapable d'utiliser les programme de dictée par ordinateur. Il  téléphone furieusement à son frère en inversant les rôle: comme si Marcel venait d'être débouté pour avoir prétendu avoir été violé par lui, alors que c'est Victorreke qui vient d'être débouté pour avoir prétendu que Marcel l'avait violé. 

Si la cabale est mentionnée dans la plainte originale relative au réseau Zandvoort, c'est qu'elle dépasse toute affaire de mœurs. Les diffamations ont longé le chemin qui menait au réseau de traite d’enfants, et servi à nier la découverte de 90.081 victimes, comme la Turquie nie le génocide arménien.

Victorreke, illettré et présumé violeur en série, est membre du comité spécial des services sociaux pour l'octroi de l'aide individuelle, comme pour faire office de pont entre la criminalité organisée et l'état.

Tous vont en appel, excepté une partie de la bande, qui s'est brouillée avec la branche du service social, trop dangereuse car elle menace de faire enfermer leurs enfants en institution. 

Dutroux avait fait fort, mais Viktorreke fait mieux encore.

Needless to state that it is the last budget of the Gazette van Zandvoort, Het Zandvoortblad and VTZ to allow the Prosecutor Vander Flaes, Victorreke and his band, to prolong discredit upon the association of the fight of the paedophile networks by reversing the roles: the rapists pretends to be raped by the one which denounces them.

One admires the temerity of the magistrate who had stated to the press wanting to file a complaint against the man that he had made condemn, whereas his function obliges him to impartiality. One also admires the temerity of Me Francken which undertakes an appeal impossible to gain since the reasonable delay has fallen; but ensures herself of being able to say her last stupidities to VTZ.

Surprisingly enough, she has never made any comment concerning the original complaint of Werkgroep Morkhoven of March 4, 2001 for denounce the Zandvoort network also mentions her client.

October 21, 1998, whereas Marcel Vervloesem had just given to the authorities the files of the network, the press ensured that he would have raped Victorreke, yet without revealing that the police force of Herentals and a doctor had intervened at the time of a sexual aggression of Victorreke on 12 year old boy threatening him with a knife.

The following day, the press ensured that Marcel Vervloesem had raped Johan D., the lover of Victorreke, without however mentioning that he was object of a complaint for the rape with violence of a 16 year old girl which became pregnant, then was beaten with an aim of provoking a miscarriage which had been finalized at the hospital of Herentals.

For nine years, the press assured that the alleged rapists would have been raped by the director of the organization which helped their victims to obtain justice. Not telling of the 14 complaints rejected in 14 years, the press launched on Internet its last call to denounce  Marcel Vervloesem, with an email address for all his "victims".

At the last news, Victorreke is angry that people ask questions about the qualities that Burgomaster Peters recognized in him the to justify granting him a job of director in social service whereas besides to his sexual exploits, he has a no more than phonetic writing, and is obviously unable to use the computerised dictating  programs. He telephones furiously to his brother by reversing the role, as if Marcel's had made a rejected complaint claiming Victorreke had raped him, whereas it is Victorreke which has made a rejected complaint claiming that Marcel had raped him.

If the cabal is mentioned in the original complaint related to the Zandvoort network, it is that it exceeds any sex crime case. Slanderings skirted the path that led to the child trade network, and were used to deny the discovery of 90.081 victims, as Turkey denies the Armenian genocide.

Victorreke, illiterate and alleged serial rapist, is member of the special committee of the social services for the granting of the individual assistance, like acting as bridge between organized criminality and the state.

All appeal the judgment, except a part of the band that has quarreled whith the branch of the social service, too dangerous because it threats to place their children into institutions.

Dutroux did well, but Viktorreke does better still.

17:16 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.